Navigation – Plan du site

Julien Charles, La participation en actes

Céline Lefebvre
La participation en actes
Julien Charles, La participation en actes. Entreprise, ville, association, Desclée de Brouwer, coll. « Solidarité et société », 2016, 168 p., ISBN : 9782220077611.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jeune chercheur en sciences politiques et sociales, actuellement chargé de recherche et de formatio (...)
  • 2 Zask Joëlle, Participer. Essai sur les formes démocratiques de participation, Paris, le bord de l’e (...)

1Julien Charles1 revient dans cet ouvrage sur une partie des résultats issus de son travail de thèse, dont le titre était : « Une participation éprouvante. Enquêtes sur l’autogestion, le management participatif, la participation citoyenne et l’empowerment ». Au croisement des sociologies critique et pragmatique, l’auteur aborde la notion de participation. Pour définir cette dernière, il reprend la définition des dictionnaires : l’« action de prendre part à quelque chose », ce terme est donc à comprendre dans une perspective générique. Il élargit la question aux effets qu’elle peut avoir sur les participants au sein d’organisations qui communiquent ouvertement sur leur fonctionnement qu’ils qualifient de participatif. Outre le fait de « « prendre part », « apporter une part » et « recevoir une part » »2, il envisage une quatrième dimension qui serait celle de la contrainte. En effet, alors que la participation est très souvent présentée comme une expérience vertueuse, positive et instructive pour les participants, l’auteur nous en propose une autre lecture, émettant l’hypothèse selon laquelle la participation peut être un acte éprouvant pour le participant et pas toujours désirée. Il s’agit ici, en quelque sorte, d’une déconstruction de l’acte de participer à une dynamique communautaire comme idéal, dans le champ des sciences sociales. J. Charles questionne ainsi les conditions de la participation du point de vue de l’individu, au sein d’organisations constituées d’acteurs aux profils hétéroclites.

2L’auteur soulève une série de questions intéressantes : dans quel environnement se réalise la participation, quel est le niveau de fermeté du cadre à la participation établi par les organisateurs ? Par qui est-il institué dans l’organisation et quels sont les mécanismes que l’on peut en observer ? La participation permet-elle d’aboutir à une gestion qui tend vers la réelle contribution d’acteurs concernés et à l’amélioration de leurs conditions ? Un processus d’empowerment des participants s’opère-t-il ou leur marginalisation persiste-t-elle ? Pour y répondre, il convient de prendre en compte ce que subit l’individu qui participe à un dispositif participatif et ce, que l’action de participer soit vécue de manière positive ou négative.

3Afin de répondre à son questionnement, l’auteur favorise par ailleurs une démarche d’observation participante et d’entretiens semi-directifs. Il s’est donc positionné à l’écoute des participants qu’il a rencontrés, ce qui nous permet d’accéder à la parole des participants, à leurs réflexions. En analysant quatre projets participatifs multi-sites (détaillés ci-dessous), liés à différents environnements et contextes organisationnels (entreprise, collectivité territoriale, association) et culturels (Belgique/États-Unis), l’auteur met en relation et en dialogue différentes expériences et vécus de participants. J. Charles choisit des cas d’étude à la fois très contemporains et reliés à un contexte historique et politique comme l’évolution de la gestion en entreprise ou l’arrivée de la démocratisation sanitaire et la prise en compte de l’avis du patient dans son parcours de soin. L’observation, puis l’analyse multi-située, lui permettent d’établir ces connexions en lien avec l’activité de participer. Il expose par exemple les types de contraintes vécues par les participants, leurs différentes manières de comprendre l’action de participer et les différentes formes d’organisation de la participation.

4Le premier terrain analysé est celui d'une entreprise de la multinationale Caterpillar, en Belgique. Avec la volonté de pratiquer un mode de management participatif, l’entreprise a mis en place des « dialogues de performance » : l’objectif est de permettre aux ouvriers de signaler des problèmes qu’ils rencontrent et trouver des solutions issues du collectif, afin d’accroître la productivité. Le dispositif participatif est décrit précisément, l’auteur nous faisant part des pépites qu’il a pu collecter pendant son observation. Les ouvriers doivent par exemple remplir des fiches qui exigent un niveau de précision élevé tels qu’une présentation très détaillée du problème à résoudre ou de prévoir une date de résolution du problème. J. Charles met en évidence les temps de réunion subis par les ouvriers qui ne se sont pas approprié les outils, notamment les plus anciens qui ont trouvé des solutions à leurs problèmes au fil du temps et individuellement. Ce contexte a très largement été décrit en sociologie du travail ou des organisations, la sociologie de l’engagement permet un nouvel éclairage.

5Le second terrain analysé est un dispositif politique d’une commune en Belgique qui souhaite réaliser un « plan communal de mobilité ». Pour ce faire une consultation est organisée au travers de laquelle les agents chargés de la consultation recherchent la participation des habitants, afin d’établir une « cartographie des déplacements et de leurs troubles » (p. 61). Dans ce cadre, l’auteur met en évidence que l’animatrice et le technicien recherchent des réponses très précises et laissent une ouverture très mince aux préoccupations réelles des participants notamment en traduisant et formalisant la parole de ces derniers sur une carte de la ville. Ce type de dispositif peut être qualifié d’instance de démocratie participative, objet régulier de recherches en sciences politiques et en sociologie. Au-delà des différentes approches disciplinaires habituelles, tout l’intérêt du présent ouvrage est que les deux organisations, issues du secteur public et privé, présentées ci-dessus donnent lieu à une analyse conjointe. Dans les deux cas, le cadre contraignant de ces dispositifs participatifs n’amène pas à une exclusion physique des individus qui participent (ils sont toujours présents) mais aboutit à une situation inconfortable, de violence dans leur pratique professionnelle.

6Le troisième cas d’étude est celui d’une maison médicale autogérée en Belgique, fondée dans le contexte de démocratisation du secteur médico-social dans les années soixante-dix. Initiative à la fois innovante et militante, son objectif était de lutter contre les inégalités de santé. L’ensemble du projet est basé sur la contribution de chacun au fonctionnement de la maison. Or, comme le montre l’auteur ce mode de fonctionnement peut être considéré comme non choisi et oppressant par des salariés arrivés plus tardivement dans l’organisation.

7Enfin, la Bicycle kitchen aux États-Unis est un atelier de réparation de vélos. Constitué de volontaires, son objectif est de permettre l’autonomie des utilisateurs dans la réparation, en favorisant l’empowerment des utilisateurs basé sur l’expérimentation des personnes qui souhaitent réparer leur vélo. C’est à travers l’analyse de l’attitude des facilitateurs, des étapes successives à franchir par les participants, que l’auteur questionne les notions de motivation. Il expose la notion de participation par le « faire » : le participant est le principal exécutant, ce qui n’est pas forcément le cas dans les autres cas d’étude.

8La structure de l’ouvrage permet d’intégrer et de mettre en perspective ce matériau dense, pour comprendre les conséquences possibles de la participation, les relations asymétriques et la nature des interactions entre les personnes chargées de faire participer et les participants directs. À partir de ces dispositifs qui tentent de tendre vers un fonctionnement démocratique, l’auteur souligne également l’« importance à accorder à une pédagogie de la démocratie et de l’émancipation » (p. 134) et celle de créer les conditions de la participation pour permettre à la personne d’entrer dans le dispositif, et d’y contribuer à sa guise. À l’issue de la lecture, la leçon à retenir est somme toute assez simple. Il ne suffit pas, pour les organisations, de souhaiter la participation : il leur faut en reconnaître le poids. Par ailleurs, la rigidité d’un dispositif supposément bienveillant peut aboutir à la souffrance des participants, constat largement documenté dans cet ouvrage.

  • 3 Carrel Marion, Faire participer les habitants ? Les quartiers d’habitat social entre injonction par (...)

9Pour les personnes qui s’intéressent aux dispositifs participatifs, et aux facteurs qui rendent les processus participatifs parfois discutables en raison d’acteurs absents de la participation, ce livre a le mérite de rendre compte de la complexité de l’acte de participer pour les personnes qui peuvent parfois paraître éloignées des instances. Certains éléments décris dans cet ouvrage rejoignent les analyses de la sociologue Marion Carrel3 qui a travaillé la question du « faire participer » des habitants des quartiers populaires en rapport avec les politiques publiques.

Haut de page

Notes

1 Jeune chercheur en sciences politiques et sociales, actuellement chargé de recherche et de formation au Centre Socialiste d’Education Permanente (CESEP) et collaborateur scientifique au Centre de recherches Démocratie, Institutions, Subjectivité.

2 Zask Joëlle, Participer. Essai sur les formes démocratiques de participation, Paris, le bord de l’eau. 2011.

3 Carrel Marion, Faire participer les habitants ? Les quartiers d’habitat social entre injonction participative et empowerment, Lyon, ENS Editions, (« Gouvernements en question(s) »), 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Lefebvre, « Julien Charles, La participation en actes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 13 juin 2016, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20979

Haut de page

Rédacteur

Céline Lefebvre

Doctorante en Santé Publique au sein de l’unité HADéPas (Université Catholique de Lille), son sujet de thèse porte sur « la participation recherchée dans les dispositifs d’accompagnement collectif médico-sociaux. Quelles conditions de possibilité et de soutien de la participation des personnes présentant une déficience intellectuelle ? ».

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page