Navigation – Plan du site

Philippe Poirrier (dir.), Histoire de la culture scientifique en France. Institutions et acteurs

Elodie Bordat-Chauvin et Sylvia Girel
Histoire de la culture scientifique en France
Philippe Poirrier (dir.), Histoire de la culture scientifique en France. Institutions et acteurs, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, coll. « U-Culture(s) », 2016, 154 p., ISBN : 9782364411647.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Marc Lévy-Leblond, Mettre la science en culture, Nice, Anais, 1986.
  • 2 Comme on peut notamment le voir dans les appels à projet des régions ou du ministère de la Culture (...)

1L’introduction de l’ouvrage dirigé par l’historien Philippe Poirrier, tout comme la conclusion confiée à la philosophe des sciences et techniques Bernadette Bensaude-Vincent, pointent du doigt la difficulté de définir la notion de « culture scientifique ». Cette labilité s’observe dans les multiples appellations que l’on peut trouver dans les rapports institutionnels et dans la littérature spécialisée (« culture scientifique et technique », « culture(s) scientifique(s), technique(s) et industrielle(s) (CSTI) ») sans compter les expressions désuètes comme « vulgarisation » (ou « popularisation ») des sciences (et techniques), ou mise en culture de la science1. Il aurait été intéressant de connaître les raisons pour lesquelles le directeur de la publication a choisi ce titre alors que l’appellation la plus commune actuellement semble être la (ou les) CSTI2. Philippe Poirrier et Bernadette Bensaude-Vincent s’interrogent sur les possibilités, et modalités, d’écrire une histoire des CSTI, et font le choix de donner la voix à des « récits, concrets, locaux, hauts en couleur, pittoresques » permettant d’écrire une histoire locale et de mettre à distance les légendes dorées des institutions, mais aussi les récits des militants. Pour ce faire, Philippe Poirrier a réuni onze contributeurs aux profils variés, la plupart cumulant des positions dans la direction d’organisations culturelles associatives ou administratives et des carrières d’ingénieur ou d’enseignant chercheur (en histoire, sociologie ou encore philosophie). Leur multi-positionnement permet aux auteurs de proposer un aperçu des pléthoriques « acteurs et institutions » de la culture scientifique des années 1960 à nos jours : militants de l’éducation populaire et de la critique des sciences, écomusées, administrations publiques, planétariums, centres de sciences ou de recherches, associations, etc.

2Dans sa contribution, le sociologue Renaud Debailly s’intéresse aux « boutiques de science », espaces qui se sont développés dans les années 1980 dans lesquels des individus ou groupes pouvaient adresser des questions à des chercheurs qui répondaient et effectuaient, le cas échéant, une recherche pour répondre à cette demande. L’auteur appréhende ces dispositifs comme des moyens de démocratiser l’expertise scientifique et de déconstruire « le rapport que des publics entretiennent avec la science » (p. 110), mais aussi des moyens de faciliter la vulgarisation scientifique. Il montre que ces dynamiques se sont progressivement distinguées, jusqu’à s’opposer. Cette contribution reprend une question au cœur des CSTI : l’image de la science véhiculée par la vulgarisation. Ainsi après Mai 1968, elle est assimilée à la production de récit mettant en scène une histoire des sciences et encensant les héros de grandes découvertes, tout en mettant à distance les contextes de production de la science. L’auteur analyse comment le mouvement de critique des sciences s’est cristallisé sur la manière dont la science peut servir à légitimer des décisions politiques (notamment avec l’exemple au soutien de physiciens au programme nucléaire du gouvernement dans les années 1970), et comment, face à un décalage entre les attentes des promoteurs de boutiques et les demandes du public, celles-ci ont progressivement été remplacées par des centres de CSTI ou ont disparu.

3La contribution de Dominique Ferriot, professeure des universités, directrice de la culture scientifique et technique dans les années 1980 et du Musée des arts et métiers (1988-2000), retrace les moments clés des politiques nationales des CSTI des années 1970 à 2000. Elle souligne que la culture scientifique a changé de nombreuses fois de tutelle au fil des ans, passant du ministère de la Recherche, à l’Industrie, à l’Éducation puis à la Culture. Dominique Ferriot souligne le moment de rupture qu’a représenté la création d’un musée des sciences à La Villette et la création de l’Association nationale des musées et centres pour le développement de la culture scientifique, technique et industrielle (AMCSTI) en 1982. Plus descriptive qu’analytique, cette partie ne donne pas à voir l’importance de la création de ces institutions, leur rôle dans l’émergence d’une politique des CSTI, les éventuels conflits entre acteurs (la Recherche et l’Éducation, notamment). La lecture est parfois aride pour le non-spécialiste (un glossaire au début de l’ouvrage aurait été apprécié).

4Dans sa contribution, la conservatrice générale du patrimoine et docteure en histoire de l’art, Catherine Cuenca, analyse « La Mission nationale de sauvegarde et de mise en valeur d’un patrimoine scientifique et technique », lancée en 2013 par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle revient sur des moments clés de la promotion par l’État de la culture scientifique. Si cette partie est quelque peu redondante avec la contribution de Ferriot, l’article devient passionnant lorsqu’il aborde le processus de patrimonialisation des instruments de la recherche devenus obsolètes. Elle soulève de très intéressantes questions : comment choisir parmi tous les instruments mis au rebut par manque d’esthétisme, ceux dignes d’être sauvegardés comme témoignages de savoir-faire et de technique ? Comment cerner l’intérêt scientifique d’objets contemporains ? Faut-il conserver le prototype ou un ensemble d’instruments largement utilisé pour illustrer la généralité d’une pratique ? Dans quel cas est-il plus pertinent de conserver physiquement ou « virtuellement » un objet ? Catherine Cuenca décrit la manière dont les méthodes du reengenieering sont adaptées à la conservation pour montrer un objet en fonctionnement (voir comment se pratiquait une greffe du cœur dans un laboratoire de médecine, ou une greffe de pommier à l’INRA). Grâce à des captures d’écran du site web de la Mission3, on peut voir un microscope électronique à transmission ou une crêpeuse à caoutchouc. Des histoires de vie de chercheurs dans différents domaines scientifiques sont également recueillies dans un DVD. À travers l’étude de cas de la Mission, cette contribution permet de comprendre la mise en œuvre d’une politique de mise en valeur de la culture scientifique et technique contemporaine.

5Enfin, Antoine Blanchard, ingénieur agronome, blogueur et fondateur du C@fé des sciences, aborde également la question de la culture scientifique dans le cadre des nouvelles technologies de l’information en nous invitant à découvrir le monde des blogs scientifiques, et avec lui des dispositifs contemporains de vulgarisation scientifique. En se livrant à un intéressant exercice de réflexivité, il pointe du doigt le décalage et l’éloignement entre les « amateurs de science en ligne » et le « web institutionnel de la CSTI ». Pour Antoine Blanchard, ces blogs permettent aux citoyens d’avoir accès à une information produite par les chercheurs sans l’intermédiaire des médias. Cet article est d’autant plus pertinent que la vulgarisation des sciences par les réseaux sociaux se développe, comme l’a par exemple récemment souligné la presse en dressant le portrait de M-Gigantoraptor4. Il conclut que la plupart des blogs de science participent à la « mise en débat des sciences », mais aussi à la boîte à outils de la « science 2.0 » en tentant de « faire disparaître les frontières érigées a priori entre experts et profanes, entre le contenu que l’on estime digne d’être partagé et celui que l’on garde pour soi » (p. 137).

6L’ouvrage termine par des « orientations bibliographiques » récentes et éclairantes qui recensent les nombreux ouvrages et actes de colloques sur l’histoire des sciences, les politiques de la recherche et de l’éducation, qui attestent du dynamisme actuel des CSTI.

7Parce que l’état des lieux proposé ici est très riche et divers, il vient aussi interroger le lecteur sur la manière dont les CSTI ont jusqu’alors été analysées et étudiées. En effet, deux constats peuvent être faits à la lecture des contributions : le premier renvoie à la quasi-absence de références ou d’analyses sur la question des publics et de la réception des CSTI ; le deuxième à l’absence de contribution sur l’un des acteurs centraux de la diffusion de la science et des connaissances : l’université. Cela s’explique peut-être par l’évidence du rôle de l’université dans la diffusion et valorisation de la culture scientifique. Toutefois, on regrette cette absence puisque l’université de Bourgogne, où s’est déroulé le colloque dont ces actes sont issus, est très active dans la promotion des CSTI, qu’elle exerce depuis près de trente ans la tutelle de l’Office de coopération et d’information muséales (OCIM) et que cela aurait pu faire l’objet d’une étude de cas spécifique. Ces deux constats engagent à ouvrir le débat pour prolonger l’état des lieux proposé par cet ouvrage, et ce particulièrement au regard du déploiement actuel des recherches sur les CSTI. En effet, que ce soit au sein des universités, qui mènent de plus en plus d’action dans ce domaine5, ou dans le cadre de programme de recherche6, les CSTI sont un objet au cœur de l’actualité de la recherche.

Haut de page

Notes

1 Jean-Marc Lévy-Leblond, Mettre la science en culture, Nice, Anais, 1986.

2 Comme on peut notamment le voir dans les appels à projet des régions ou du ministère de la Culture en 2015 et 2016.

3 www.patstec.fr.

4 http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/m-gigantoraptor-une-chaine-youtube-deux-gamins-de-14-ans-de-la-vraie-science_1782210.html.

5 Aix-Marseille université s’est doté depuis 2012 d’une « cellule de culture et patrimoine scientifique ». Comme l’université de Bourgogne, elle met notamment en œuvre un programme de diffusion scientifique appelé « l’expérimentarium » qui vise à faire connaître au grand public les recherches de jeunes chercheurs.

6 Voir les appels d’offre récents du ministère de la Culture et de la Communication en 2015 ou ceux des régions Midi-Pyrénées et Auvergne, mais aussi les programme de recherche initiés par des laboratoires comme le LAMES, par exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Bordat-Chauvin et Sylvia Girel, « Philippe Poirrier (dir.), Histoire de la culture scientifique en France. Institutions et acteurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20993

Haut de page

Rédacteurs

Elodie Bordat-Chauvin

Elodie Bordat-Chauvin est chercheure en science politique associée au CHERPA (Sciences Po Aix) et au LAMES (UMR 7503). Elle travaille sur les politiques culturelles en France et en Amérique latine et sur les dispositifs de médiations des CSTI en région PACA.

Sylvia Girel

Sylvia Girel est maître de conférence-HDR en sociologie (Aix-Marseille Université) et chercheure au LAMES laboratoire au sein duquel elle dirige l’axe "Savoirs, connaissances et culture" et un programme de recherche sur les publics des CSTI.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page