Navigation – Plan du site

Samuel Depraz, Ute Cornec, Ulrike Grabski-Kieron (dir.), Acceptation sociale et développement des territoires

Marie-Noëlle Carré
Acceptation sociale et développement des territoires
Samuel Depraz, Ute Cornec, Ulrike Grabski-Kieron (dir.), Acceptation sociale et développement des territoires, Lyon, ENS Éditions, coll. « Sociétés, espaces, temps », 2016, 270 p., ISBN : 978-2-84788-693-1.
Haut de page

Texte intégral

1Les décideurs, les aménageurs, les entrepreneurs et les citoyens soucieux du développement durable se préoccupent toujours plus largement de l’acceptation sociale des projets d’aménagement comme concrétisation des politiques de développement régional ou urbain. Aussi, la question posée en introduction générale par Samuel Depraz, pourquoi et comment travailler l’acceptation sociale dans les territoires, a pour but d’éclairer un enjeu contemporain important qui traverse les espaces du quotidien à toutes les échelles. À ce titre, il mérite une attention soutenue sur les plans conceptuels et définitionnels. En effet, l’ouvrage fournit des éléments de départ, rappelant que l’acceptation sociale désigne « l’une des composantes d’un processus conflictuel, soit qu’elle en constitue la solution espérée (acceptation croissante) ou la cause (déficit d’acceptation) » (p. 14). Néanmoins, l’ouvrage se donne pour mission principale de préciser cette explication initiale en identifiant, en mesurant et en rendant visibles les composantes subjectives et implicites (p. 138) de la notion. Il s’agit de développer des outils pour cerner ses contours somme toute assez flous mais dont la valeur herméneutique est affirmée d’emblée par les auteurs. Il s’agit aussi de mettre à la portée des praticiens des moyens informationnels et méthodologiques pour mieux appréhender cette variable importante des processus décisionnels.

  • 1 « L’acceptabilité sociale : mouvements sociaux, démocratie participative et visions du développemen (...)

2Cette publication résulte d’une riche collaboration franco-allemande. Les institutions universitaires engagées ont su mettre en valeur l’originalité des travaux de leurs chercheurs avancés et de leurs jeunes chercheurs, auteurs d’un tiers des contributions. La plupart des travaux aborde des études de cas localisées en France, en Allemagne ou dans les deux pays avec des éclairages conceptuels récents, voire expérimentaux. Par ailleurs, le propos a une portée plus large. Les chapitres finaux décentrent le regard en apportant des éclairages à partir de cas espagnols, malgaches, indonésiens et colombiens. En outre, l’acceptation sociale renvoie à des débats contemporains vifs et actuels développés par des chercheurs et des praticiens francophones outre-Atlantique1. L’ouvrage est bien écrit et agréable à lire. Il présente une abondante iconographie qui sert toujours le propos : photographies, cartes, tableaux, graphiques, schémas heuristiques. Il s’organise en quatre sections thématiques structurées autour d’un cahier méthodologique central, lequel présente avec brio certaines techniques d’approche des perceptions et des représentations des paysages et des milieux (enquête de perception et d’évaluation paysagère, analyse de données textuelles, modélisation de l’acceptation sociale par l’échelle d’acceptance). Quatre introductions partielles, rédigées par les directeurs de publication, apportent de la transversalité dans des études de cas parfois éloignées les unes des autres.

3La première section porte sur les projets de développement urbain. Ces derniers entraînent des conflits liés à la divergence des préférences exprimées par les acteurs quant aux différents enjeux : de pouvoir, économiques, sociaux et culturels. La dimension procédurale de l’acceptation serait donc plus lisible dans ces territoires. Clément Barbier apporte une analyse comparative de la recomposition des rapports de pouvoir et de la production du consensus. Les processus décisionnels et participatifs à l’œuvre dans les agglomérations de Lille (France) et Hambourg (Allemagne) sont auscultés dans le cadre de la mise en place respective du projet de l’Union et de celui de l’International Bauaustellung. L’auteur apporte un regard fin sur les politiques de durabilité des territoires et de concertation entre les acteurs comme leviers du nivellement des tensions. Les conclusions montrent que celles-ci sont principalement liées à la participation inégale des acteurs et aux retombées asymétriques des deux projets mentionnés ci-dessus. Approfondissant le cas d’Hambourg à partir du renouvellement du quartier de Sankt Pauli, Katharina Wischmann choisit de montrer que l’analyse des discours visuels – une méthode dérivée des visual studies – informe sur les réticences des habitants face aux transformations physiques du quartier. Les rapports d’opposition, de temporalité et de dominance font entrer en jeu la variable émotionnelle, trop peu prise en compte dans les projets d’aménagement de pôles d’attractivité économique et sociale. À partir de la méthode documentaire, laquelle repère les contextes de « sélection des savoirs qui guident l’action » (p. 73), Anne Vogelpohl expose la redécouverte du règlement de conservation sociale à Hambourg. L’analyse de cet instrument contribue aux débats sur la gentrification, bien contextualisés en début de chapitre. Ce règlement permet aux décideurs de réguler la hausse des loyers pour limiter le départ des habitants. Dans ce cas, il agit aussi comme révélateur d’autres facteurs de départ, liés aux changements de l’usage des sols : la pollution sonore, la congestion automobile.

4La deuxième partie présente les composantes sociales et environnementales du développement des nouvelles mobilités. Organisée en deux chapitres, cette section comporte une dimension exploratoire et stimulante. Julia Jarass aborde l’acceptabilité sociale à partir des préférences résidentielles des habitants, dans le but de mettre à distance l’approche de l’espace comme « principal déterminant des pratiques de la mobilité » (p. 92). Retenant comme terrain d’étude la région de Cologne, l’auteure s’appuie sur les résultats des enquêtes menées dans le cadre d’un grand projet de recherche interuniversitaire afin d’élaborer un index des préférences résidentielles, en vue de déconstruire, de nuancer et d’apporter de la diversité dans la dichotomie périurbains/urbains, usagers de l’automobile/usagers des modes de transport actif (vélo, marche, partage d’autos). Thomas Buhler, de son côté, propose d’explorer la conduite des automobilistes au cours de leurs trajets quotidiens. Il tente ainsi de comprendre les décalages entre les politiques de réduction de l’usage de la voiture à Lyon – bien acceptées mais aux résultats effectifs mitigés – et les pratiques de « résistance » développées par les usagers qui continuent d’utiliser ce moyen de transport. Considérant l’automobiliste comme « acteur descripteur » de ses trajets, il met ainsi en lumière un aspect spatio-temporel peu pris en compte dans les politiques de mobilité, celui de l’habitude et de la routine.

5La troisième partie aborde sous un nouvel angle les enjeux de pouvoir présentés dans leur dimension urbaine en première section. Les auteurs interrogent les systèmes de gouvernance et les initiatives sociales comme moteurs des processus de développement à l’échelle régionale mais aussi comme indicateurs pertinents pour lire le processus de l’acceptation sociale. Pour Ulrich Grabski-Kieron auteur de l’introduction de section, la gouvernance régionale a une valeur opératoire pour bien comprendre « l’interaction entre des modes d’action formels et règlementaires d’une part, et des processus plus informels d’autre part » (p. 145). Georg Fiedler s’appuie sur cette hypothèse pour présenter une analyse foucaldienne de la gouvernance. À partir d’une lecture des projets de rattrapage industriel en Estrémadure (Espagne), tels que la construction d’une raffinerie de pétrole, il identifie les niveaux d’argumentation en jeu. Il met aussi au jour comment la position des différents acteurs permet de dessiner une nouvelle figure, celle du « citoyen responsable ». Prenant appui sur un cadre d’analyse proche, Lena Neubert met l’accent sur les modalités d’intégration du changement climatique dans la planification régionale du développement rural en Allemagne. À partir d’une comparaison de quatre Länder, elle s’interroge sur la prise en compte du rôle important que jouent les campagnes dans la protection du climat et l’adaptation des pratiques territoriales des usagers aux changements climatiques (p. 173). Elle se focalise notamment sur l’impact de la participation des citoyens, outil-clé des programmes LEADER (Union Européenne) et ILE (développement rural intégré en Allemagne).Les résultats de la recherche soulignent le faible impact des processus participatifs mis en place dans le cadre de ces programmes, leur hétérogénéité, mais surtout l’importance mineure du changement climatique dans les programmes de développement régional rural.

6La quatrième partie présente les enjeux de l’acceptation sociale liés à la protection du patrimoine naturel et culturel. En prélude, Samuel Depraz souligne le glissement paradigmatique de ces questions à l’échelle internationale. Il indique aussi le défi que constitue la mise en adéquation des outils disponibles pour la gestion des zones concernées, souvent développés par des organismes nationaux, supranationaux ou internationaux (Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), Madagascar National Parks (MNP), Madagascar Fauna and Flora Groups (MFFG), institutions scientifiques, etc.) avec les réalités locales. Frank Sebastian Johner développe l’importance des ressources de médiatisation du savoir pour favoriser l’acceptation sociale des séchoirs à tabac du Haut-Palatinat. Jean-Baptiste Bing, quant à lui, montre à quel point l’implication des populations locales dans la gestion des aires protégées en pays Betsimisaraka à Madagascar et à Java, en Indonésie est cruciale pour rendre légitimes les nouveaux modes de gestion des ressources (eau, bois de chauffage) et éviter les tensions entre l’écheveau d’acteurs qui interviennent (planteurs, défricheurs, scientifiques, gouvernements locaux, ONG). L’acceptation des modalités de protection du patrimoine naturel et culturel est abordée sous l’angle du rapport ethnique entre les populations autochtones (Koguis, Arhuacos, Wiwas, Kankuamos) et les gestionnaires du gouvernement et d’entreprises pétrolières et touristiques dans la Sierra Nevada de Santa Marta (Colombie). Selon Maria Isabel Valderrama González, le site est stratégique pour des raisons liées à l’exploitation des ressources naturelles mais aussi culturelles, relatives au caractère sacré de ce territoire ancestral pour les populations autochtones qui y vivent. Les arbitrages difficiles entre les valeurs divergentes que les acteurs associent à la nature (utilitariste, intrinsèque) mettent en question le fonctionnement du système de gouvernance territoriale, élaboré par le gouvernement national en 1996 dans le but de favoriser le développement durable intégré de cette région colombienne.

7La conclusion finale de l’ouvrage reprend l’hypothèse de l’acceptance, exposée dès l’introduction et rappelée dans le cahier méthodologique central. Celle-ci présuppose qu’il y aurait un degré supérieur de l’acceptation sociale, avec une adhésion de tous les acteurs impliqués aux valeurs des objets nouveaux et une légitimation de l’innovation (p. 138). Cette idée est bien relayée dans l’ouvrage, les différents auteurs s’en réclamant et montrant la dimension évolutive des processus qu’ils observent sur leurs terrains. L’ouvrage est donc réussi parce qu’il remplit ses ambitieux objectifs théoriques, méthodologiques et analytiques. Il soulève néanmoins une foule d’interrogations. Notamment, on peut se demander si les temporalités de l’acceptance, exposées par Samuel Depraz, laissent place à la possibilité d’interrompre ou de reporter le projet innovant mis en question dans les débats entre les parties prenantes. En effet, ménager un espace-temps spécifique pour l’interruption d’un aménagement pourrait permettre d’approfondir la prise en compte des acteurs réticents et d’affiner les négociations sur les conditions techniques, démocratiques et culturelles de l’innovation. In fine cela permettrait de favoriser la plus grande justice socio-spatiale et environnementale des projets ainsi que la plus grande équité des processus participatifs destinés à favoriser leur acceptation.

Haut de page

Notes

1 « L’acceptabilité sociale : mouvements sociaux, démocratie participative et visions du développement », colloque tenu dans le cadre du 84e congrès de l’Acfas « Points de rencontre », Montréal, 9-10 mai 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Noëlle Carré, « Samuel Depraz, Ute Cornec, Ulrike Grabski-Kieron (dir.), Acceptation sociale et développement des territoires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20996

Haut de page

Rédacteur

Marie-Noëlle Carré

Chercheuse postdoctorale au Centre de recherche en éthique et à l’Université de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page