Navigation – Plan du site

Maud Navarre, Matthieu Gateau, La parité

Babak Taghavi
La parité
Maud Navarre, Matthieu Gateau, La parité, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2016, 69 p., ISBN : 978-2-36441-170-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Catherine Achin et al., Sexes, genre et politique, Économica, Paris, 2007 ; compte rendu de Nolwenn (...)

1Depuis l’instauration de la parité en France et la soudaine féminisation du personnel politique, les approches sociologiques du genre ont vu apparaître un terrain d’enquête inédit à explorer, et avec lui une spécialisation nouvelle de la littérature sur le métier politique, avec une première étude d’envergure menée de 2001 à 2006 par une quinzaine de chercheurs, et parue sous le nom Sexes, genre et politique1.

  • 2 M. Navarre, Devenir élue. Genre et carrière politique, Presses universitaires de Rennes, coll. « Re (...)
  • 3 Maud Gateau, Matthieu Navarre, Florent Schepens (dir.), Quoi de neuf depuis la parité ? Du genre da (...)

2S’inscrivant dans ce sillon, cette publication intervient après un premier livre de Maud Navarre, Devenir élue2, ainsi qu’une première collaboration avec Mathieu Gateau, Quoi de neuf depuis la parité ?3, revenant sur le caractère genré des carrières électives. Les deux auteurs ont cette fois pour ambition – dans un format extraordinairement réduit proposé par les Éditions universitaires de Dijon – de dresser un « état des lieux de la parité en France » (p. 6), depuis son apparition dans le débat public aux réalités actuelles de sa mise en œuvre. La première partie de l’ouvrage tente de rendre compte des conditions de possibilité de la mise en débat de la revendication paritaire, en suivant l’ordre chronologique des événements militants et législatifs auxquels a succédé la révision constitutionnelle de 1999. Les auteurs cherchent ensuite à évaluer les effets de la mise en application de la parité en évoquant les différentes étapes de son extension et ses limites.

  • 4 Laure Bereni, La bataille de la parité. Mobilisations pour la féminisation du pouvoir, Paris, Écono (...)
  • 5 Françoise Gaspard, Anne Le Gall, Claude Servan-Schreiber, Au pouvoir citoyennes ! Liberté, égalité, (...)

3Maud Navarre et Matthieu Gateau commencent par décrire les étapes successives de la construction d’un impératif paritaire, qui a fini par s’imposer d’abord dans le militantisme féministe puis dans le discours politique. À partir d’une référence appuyée tout au long de cette première partie au récent ouvrage de Laure Bereni4, les auteurs rappellent d’abord que la « bataille de la parité » est, d’un point de vue philosophique, celle d’une lutte entre un différentialisme militant et un universalisme républicain. Et c’est à partir du champ intellectuel que l’alternative se voit dépassée, avec la parution du livre de Françoise Gaspard, Anne Le Gall, et Claude Servan-Schreiber, et de son mot d’ordre Au pouvoir citoyennes ! Liberté, égalité, parité5, qui invite désormais à raisonner en termes de « dichotomie universelle entre les femmes et les hommes » (p. 20). La revendication paritaire est dès lors placée au cœur des préoccupations féministes et s’appuie dorénavant sur une définition unifiée : c’est-à-dire « à la fois une théorie, celle de la différence universelle des sexes et de la démocratie inachevée qui a historiquement exclu les femmes, et un outil qui indique des moyens pour parvenir à la parité, nouvelle grammaire de l’égalité des sexes » (p. 21). Pour autant, un certain pluralisme se fait jour dans le mouvement paritaire naissant, différents degrés de radicalité se distinguant dans les revendications des militantes et militants pro-parité : certains estiment que l’idéal paritaire ne doit pas nécessairement être atteint par voie législative, alors que d’autres sont partisans d’une législation propre voire d’une réforme constitutionnelle. Peu à peu, la question paritaire se voit prise en charge par le champ politique, qui en fait alors un problème du champ politique : en effet, « l’épicentre de la mobilisation se déplace progressivement des lieux de défense de la cause des femmes (associations, partis, milieux académiques) vers les institutions politiques et administratives » (p. 9). C’est en tous les cas de manière laborieuse que le politique se saisit de la question. Aux déclarations d’intention de Jacques Chirac lors de la présidentielle de 1995, succède la révocation massive et soudaine par le premier ministre Alain Juppé de femmes pourtant fraîchement entrées en nombre dans le gouvernement (affaire dite des « Juppettes »). La gauche – ayant déjà entrepris de féminiser ses rangs par le biais de quotas électoraux – donne quant à elle l’impulsion à une révision constitutionnelle finalement adoptée le 28 juin 1999, et qui ouvre la voie à une série de lois ayant pour même objet de faire appliquer le principe paritaire dans les élections politiques.

4Suite à cette première réforme, l’extension du principe paritaire et les résistances dont elle fait l’objet mettent au jour la hiérarchie des positions dans le champ politique français : si une parité stricte finit par s’imposer de façon contraignante aux élections européennes, elle ne reste longtemps appliquée que sous forme partielle (par tranche de six candidats) aux régionales (jusqu’en 2004) et aux municipales (jusqu’en 2007), et demeure purement incitative pour le mandat de député. Or, on observe que la féminisation du personnel politique correspond strictement aux évolutions législatives de la parité : seul un quart des parlementaires de la mandature actuelle sont des femmes (25% des sénateurs et 26,9% des députés). Autrement dit, « l’effet d’entraînement aux mandats pour lesquels la loi ne s’applique pas est presque nul » (p. 43), et on ne se situe encore résolument que dans la « contrainte paritaire », les logiques du recrutement politique ne se voyant définitivement bousculées que par la force de la loi, et aussi peu que possible. D’autre part, la mise en œuvre de la parité reste tributaire des « registres de légitimation spécifiques » (p. 50) de l’inclusion des femmes en politique, qui s’appuient sur deux principes, dans la continuité de la revendication paritaire issue du débat public des années 1990 : d’abord, l’« universalité de la différence des sexes » (p. 51), ensuite l’idée selon laquelle, face à la crise de la représentation politique, « la féminisation des fonctions électives apparaît comme un remède » (p. 52). Dès lors, c’est un rôle spécifique qui est attribué à ces nouvelles entrantes en politique. C’est la figure de l’élue au féminin qui est inventée, et c’est avec elle que ces femmes vont devoir composer. La spécificité de ce rôle tient d’abord dans sa sexualisation, opérée par les hommes, et qui se manifeste dans certaines interactions quotidiennes, en public ou en coulisses, relevant parfois de l’injure ou du harcèlement. Mais ce sont également des mécanismes d’auto-exclusion propres aux femmes politiques qui sont pointés ici, notamment en situation de prise de parole en assemblée, et qui entretiennent une domination masculine résistant à la parité numérique.

  • 6 Michel Koebel, « Dans l’ombre des maires. Le poids des hiérarchies dans le choix des adjoints des v (...)
  • 7 Ibid.

5Malgré l’ambition portée par les auteurs de proposer un tour d’horizon à la fois simple et complet de la conquête paritaire, l’on peut regretter quelques maladresses récurrentes dans la forme (notamment des oublis de mots), certaines inexactitudes (c’est par exemple le terme « circonscription » qui est employé plutôt que « canton » pour évoquer les élections départementales, p. 41), voire de sérieuses imprudences. Ainsi soulignent-ils – à juste titre – que « [la parité] laisse aussi dans l’ombre un autre obstacle à la mixité en politique : la répartition du travail » (p. 48). Une division sexuelle du travail politique transparaît en effet dans les attributions des élus municipaux, régionaux ou députés, au regard de leur taux de féminisation, inégal selon la nature des thématiques qui y sont associées : les femmes sont peu nombreuses dans les « domaines tels que les finances, la sécurité ou encore l’aménagement du territoire », tandis qu’elles deviennent majoritaires dans les « domaines d’intervention publique en lien avec les personnes dépendantes » (p. 48). S’il est ici intéressant de relever la persistance de ce phénomène à trois niveaux de mandats, il est en revanche dommageable de ne s’appuyer pour cela que sur une source ancienne (2001) et issue de la presse (le journal Libération), et il devient franchement problématique d’affirmer qu’« aucune donnée sexuée sur la répartition des délégations faisant suite aux élections municipales de 2008 ou 2014 n’est disponible à ce jour ». À cette affirmation, le récent travail de Michel Koebel sur les élus municipaux de 2010 suffit en effet à livrer un démenti6. Quoi qu’il en soit, l’enquête de Koebel confirme effectivement cette tendance lourde à la division sexuelle du travail politique au niveau de l’exécutif municipal, et selon laquelle les délégations les moins convoitées et les plus féminisées « sont aussi le plus souvent associées, dans les représentations communes, à la féminité : l’enfance, la petite enfance et la famille, les affaires scolaires et l’éducation… »7.

6En fin de compte, ce court opus présente la vertu de retracer de façon synthétique le parcours d’une réforme tout à fait singulière, et d’inviter à rester vigilant quant à une éventuelle vision enchantée d’une parité providentielle, conduisant mathématiquement à l’égalité politique entre femmes et hommes.

Haut de page

Notes

1 Catherine Achin et al., Sexes, genre et politique, Économica, Paris, 2007 ; compte rendu de Nolwenn Neveu pour Lectures : https://lectures.revues.org/592.

2 M. Navarre, Devenir élue. Genre et carrière politique, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2015 ; compte rendu de Michèle Pagès pour Lectures : https://lectures.revues.org/17048.

3 Maud Gateau, Matthieu Navarre, Florent Schepens (dir.), Quoi de neuf depuis la parité ? Du genre dans la construction des rôles politiques, Dijon, Éditions universitaires de Dijon., coll. « Sociétés », 2013 ; compte rendu de Caroline Robinet pour Lectures : https://lectures.revues.org/12445.

4 Laure Bereni, La bataille de la parité. Mobilisations pour la féminisation du pouvoir, Paris, Économica, coll. « Études politiques », 2015 ; compte rendu de Marie Perrin pour Lectures : https://lectures.revues.org/18638.

5 Françoise Gaspard, Anne Le Gall, Claude Servan-Schreiber, Au pouvoir citoyennes ! Liberté, égalité, parité, Paris, Le Seuil, 1992.

6 Michel Koebel, « Dans l’ombre des maires. Le poids des hiérarchies dans le choix des adjoints des villes moyennes françaises », Métropolitiques, 20 janvier 2014, en ligne : http://www.metropolitiques.eu/Dans-l-ombre-des-maires.html.

7 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Babak Taghavi, « Maud Navarre, Matthieu Gateau, La parité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/20999

Haut de page

Rédacteur

Babak Taghavi

Doctorant en science politique, CURAPP-ESS (UMR 7319, CNRS), Université de Picardie Jules Verne, Amiens.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page