Navigation – Plan du site

Robert Hertz, Sociologie religieuse et anthropologie. Deux enquêtes de terrain, 1912-1915

Mathilde Fois-Duclerc
Sociologie religieuse et anthropologie
Robert Hertz, Sociologie religieuse et anthropologie. Deux enquêtes de terrain, 1912-1915, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2015, 336 p., postface de Marcel Mauss, édition et présentation de Stéphane Baciocchi et Nicolas Mariot, ISBN : 978-2-13-059526-7.
Haut de page

Texte intégral

1Robert Hertz, ce « juif, socialiste, sociologue à lunettes » (p. 1), comme il aimait à se définir lui-même, ne figure pas parmi les disciples de Durkheim les mieux (re)connus. À tort, tant son apport à la méthode sociologique peut être qualifié de révolutionnaire, et son œuvre, « considérable » selon les mots de Marcel Mauss (p. 368). Un siècle après son décès sur le front meusien, Stéphane Baciocchi et Nicolas Mariot proposent une édition fort documentée de ses travaux majeurs. Sous un titre tout théorique, Sociologie religieuse et anthropologie rassemble en fait deux recherches empiriques d’une richesse impressionnante, sur deux terrains a priori fort éloignés l’un de l’autre. Des dévots du Val de Cogne, à l’été 1912, aux poilus de la Mayenne, à l’hiver 1914-1915, Hertz élabore une nouvelle approche méthodologique fondée sur la distance sociale comme ressort principal de la relation ethnographique entre enquêteur et enquêtés. La spécificité des travaux de Hertz, qu’il s’agisse du culte alpin de Saint-Besse ou du folklore des gars de la Mayenne, tient au fait que « le monde de l’enquêté s’impose au sociologue » (p. 8). C’est tout l’intérêt de cette édition que de souligner cet apport majeur, qui n’aura de cesse de nourrir la sociologie et l’anthropologie du XXe siècle.

  • 1 On reprend ici librement l’expression utilisée par Jean-François Bert, L'atelier de Marcel Mauss. U (...)
  • 2 Emile Durkheim, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, 1912. L’ouvrage, dédicacé par (...)

2À l’été 1912, Robert Hertz passe ses vacances dans la vallée alpine de Cogne, à la frontière franco-italienne. C’est au cours d’une randonnée dans le val d’Aoste qu’il aperçoit une procession à la sortie d’une chapelle adossée à un imposant rocher ; il en prend quelques photographies, avant de rejoindre les fidèles à la fin de la cérémonie. Voilà le début d’un important travail d’enquête monographique sur le culte local de Saint-Besse, au croisement de la sociologie religieuse et du folklore. Avec les discours et pratiques indigènes pour point de départ, Hertz cherche à déterminer l’origine du culte, sa diffusion et son évolution historique. Les récits diffèrent selon les villages, mais aussi selon les époques, si bien que l’auteur se met en quête d’une genèse du culte qui serait antérieure à l’essor chrétien de la région. L’éclairage proposé par Stéphane Baciocchi et Nicolas Mariot dans les « quatre exercices sur Saint-Besse » qui suivent l’article de Hertz est ici crucial, en ce qu’il permet de s’immiscer dans « l’atelier du sociologue »1 pour accéder à la diversité des sources utilisées, ainsi qu’à leur temporalité. Cette décomposition du travail scientifique révèle comment les différentes méthodes permettent de résoudre autant de problèmes sociologiques soulevés par l’auteur. L’approche cartographique, en mêlant géographie physique et humaine, éclaire la morphologie du culte, c’est-à-dire le sens de sa diffusion, sur le plan de la pratique sociale de celui de Saint-Besse mais également des représentations (légendes hagiographiques et modèles de sainteté) qui y sont associées. L’approche ethnographique, nourrie par l’abondance des notes et photographies prises par le sociologue, met quant à elle au premier plan les récits indigènes afin de « surmonter la distance » entre enquêteur et enquêtés ; de cette façon, Hertz entend « pénétrer le sens et la raison des rites » observés (p. 137). De retour à Paris, c’est l’approche hagiographique que privilégie le sociologue afin d’explorer « les vies d’une légende » (p. 187). En effet, Saint-Besse est tantôt dépeint comme un berger montagnard bienheureux, tantôt comme un martyr de la légion thébéenne égarée dans les Alpes, et tantôt comme un évêque illustre de la proche ville d’Ivrée ; il s’agit donc de « comprendre selon quelles logiques historiques [ces] figures […] sont nées et ont pu mener, jusqu’à ce qu’il les observe, des vies parallèles », notent Stéphane Baciocchi et Nicolas Mariot (p. 189). Cette analyse hagiographique révèle la plasticité des légendes, et pose la nécessité de l’approche linguistique pour déterminer, en deçà du personnage mythique, quel est le lien fondamental qui unit « le nom [de Besse] et le mont » (p. 229). C’est l’enjeu du travail titanesque fourni par le sociologue pour « établir que le nom « Bès » désigne originellement un nom commun, le mouton » (p. 126). Le recours à cet arsenal méthodologique met ainsi à nu une forme très ancienne de vie religieuse, celle du culte du rocher/mouton autour duquel les groupes sociaux du Val de Cogne ont constitué leur identité collective. Finalement, « en retirant à Saint-Besse tant ses récits officiels que les luttes locales dont il fait l’objet, le sociologue met à nu la forme élémentaire de “solidarité religieuse” que manifeste ce culte » (p. 125), mettant ainsi en application une approche toute durkheimienne2 du fait religieux : « en persistant à placer au cœur du culte l’évidence formelle du rocher s’imposant aux fidèles, il propose une étonnante mise au travail empirique des thèses de Durkheim quant à l’émergence in vivo des solidarités religieuses », soulignent Stéphane Baciocchi et Nicolas Mariot (p. 127).

  • 3 Correspondance avec sa femme Alice du 6 octobre 1914, p. 72, cité p. 323.

3Deux années plus tard, le temps n’est plus aux vacances et, alors qu’il allait entreprendre une thèse monumentale sur « le péché et l’expiation », Robert Hertz est appelé au front – où il meurt en avril 1915. Un nouveau carnet de notes en poche, il s’attelle à une étude de folklore sur les croyances populaires des Mayennais, ces soldats campagnards qu’il est chargé de commander au sein du 330e Régiment d’infanterie. Cette étude, à la différence de celle du mythe de Saint-Besse, ne présente pas d’énigme sociologique précise. Peut-être Hertz n’a-t-il pas eu le temps de la développer. Elle représente cependant une mise en route (et un approfondissement) de la « boîte à outils pour l’observation et l’analyse des croyances populaires » (p.  367) élaborée lors de son étude sur le rocher sacré. À nouveau, en effet, le point de vue indigène dicte au sociologue son objet d’étude et jusqu’au plan – thématique – de ses notes. Les contes et dictons écoutés sur le front composent ainsi une liste hétérogène de croyances et savoirs populaires sur la faune (« I- Paroles et gestes des oiseaux », « II- Les bêtes rampantes ») – ainsi apprend-on qu’« une bonne oie doit pondre et couver en février » (p. 279) –, mais aussi sur les fêtes et les travaux – « Mai frais et chaud / Remplit la grang’ jusqu’en haut » (p. 302) – ou encore sur les superstitions elles-mêmes : « vive discussion entre Mayennais pour savoir s’il y a encore des sorciers » (p. 305). Cette partie du travail se présente comme une liste, « un recueil de notes brutes, de matériel qui ne fait l’objet d’aucune analyse » (p. 311), de dictons et citations minutieusement relevés par le sergent Hertz et classés par ordre alphabétique (pour les animaux) ou chronologique (pour les jours de fêtes et de travaux). Ce qu’il comptait faire de ce matériau, nul ne le sait. Mais, pour Stéphane Baciocchi et Nicolas Mariot, il s’agit d’une véritable « ethnographie de l’arrière-front » (p. 311), car « l’obligation pour ces hommes de vivre ensemble en continu dans des conditions de grande précarité matérielle instaure de facto les conditions d’une observation participante au sens plein du terme » (p. 312), dont le ressort est, à nouveau, la distance sociale avec les enquêtés : malgré les moqueries et remarques dont il fait l’objet – « je t’ai déjà dit, je crois, combien mes dents en or font d’impression par ici »3 – Hertz s’attache à ses compagnons de tranchées, et souligne leurs compétences populaires (concernant la faune, la flore, le travail de la terre, etc.) et la manière dont lui-même, sociologue, les acquiert peu à peu au contact des Mayennais. Finalement, c’est la mort au combat qui met fin à ce processus de co-construction du savoir entre le bourgeois parisien et les gars de la Mayenne, et, comme le soulignent les éditeurs scientifiques, « la disparition conjointe de l’enquêteur et des enquêtés ne saurait mieux témoigner de ce qu’a représenté l’engagement ethnographique de l’élève de Durkheim » (p. 365).

  • 4 Dans la même veine que l’édition et la présentation du travail de Maurice Halbwachs, Écrits d’Améri (...)

4De ces deux travaux, initialement publiés ensemble dans la Revue des traditions populaires, Stéphane Baciocchi et Nicolas Mariot proposent ainsi une édition contextualisée et enrichie. D’abord, contextualisée par les références constantes au milieu dans lequel évoluait Robert Hertz, notamment à travers les nombreuses lettres envoyées par le sociologue à sa femme Alice ou à des collègues universitaires ; ensuite, enrichie par des commentaires pédagogiques visant à « raconter, dans chaque cas, comment Hertz a travaillé »4. Il en résulte un ouvrage tout à fait passionnant, qui dépasse de beaucoup le simple sous-champ disciplinaire de la sociologie religieuse et du folklore. C’est tout le sens du propos visionnaire de Marcel Mauss, qui lui rend un hommage posthume en 1922 : « Hertz était déjà allé si loin, si en avance sur son temps, que tout ce qu’il a fait garde encore une fraîcheur, une originalité aussi grande qu’au premier jour. Même on peut dire que la valeur s’en accroît. Car le temps, au lieu d’infirmer, de démoder ses méthodes, ses études directrices, ses façons de s’exprimer, les confirme et les acclimate chaque jour davantage. Elles entrent dans la sphère sereine du classique » (cité p. 371).

Haut de page

Notes

1 On reprend ici librement l’expression utilisée par Jean-François Bert, L'atelier de Marcel Mauss. Un anthropologue paradoxal, Paris, CNRS Éditions, 2012.

2 Emile Durkheim, Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, 1912. L’ouvrage, dédicacé par Durkheim « à [son] cher ami Robert Hertz », est l’une des deux seules lectures de Robert Hertz à l’été 1912, selon la précision apportée par Stéphane Baciocchi et Nicolas Mariot.

3 Correspondance avec sa femme Alice du 6 octobre 1914, p. 72, cité p. 323.

4 Dans la même veine que l’édition et la présentation du travail de Maurice Halbwachs, Écrits d’Amérique, par Christian Topalov, Paris, Éd. de l’EHESS, coll. « En temps et lieux », 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Fois-Duclerc, « Robert Hertz, Sociologie religieuse et anthropologie. Deux enquêtes de terrain, 1912-1915 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21000

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page