Navigation – Plan du site

Isabelle Cavé, État, santé publique et médecine à la fin du XIXe siècle français

Vincent Schlegel
État, santé publique et médecine à la fin du XIXe siècle français
Isabelle Cavé, État, santé publique et médecine à la fin du XIXe siècle français, Paris, L'Harmattan, coll. « Médecine à travers les siècles », 2016, 342 p., ISBN : 978-2-343-08899-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cavé Isabelle, Les médecins-législateurs et le mouvement hygiéniste sous la troisième République (1 (...)

1Cet ouvrage est issu d’une thèse d’histoire soutenue en 2013 par Isabelle Cavé à l’École des hautes études en sciences sociales, et qui a déjà donné lieu à une première publication1. Les chiffres qui résument le travail entrepris par l’auteure pendant ses treize années de doctorat sont impressionnants : 140 000 clichés d’archives ont été minutieusement étudiés donnant lieu à plus de 3 000 pages de notes, et débouchant in fine sur la rédaction d’un manuscrit de 1 200 pages – sans compter celles consacrées aux annexes et à la bibliographie. En se fixant l’objectif de retracer le développement d’une politique de santé publique au début de la IIIe République, Isabelle Cavé cherche à montrer l’investissement progressif de l’État dans les problématiques sanitaires sous l’impulsion du courant hygiéniste naissant, dont l’influence est corrélée aux découvertes scientifiques de l’époque et qui souhaite imposer des mesures d’hygiène, pour certaines relevant aujourd’hui du bon sens, comme la désinfection des lieux contaminés, alors que d’autres sont encore source de controverses. C’est le cas de la vaccination et de la revaccination obligatoires. Les efforts déployés au XIXe siècle seront couronnés de succès au début du siècle suivant par la promulgation de la Loi du 15 février 1902 relative à la protection de la santé publique, « texte fondateur de la santé publique française » (p. 38) et objet central du livre.

2La première section de l’ouvrage vient rappeler la lenteur avec laquelle cette législation sanitaire a pu se mettre en place. En effet, la France sort particulièrement affaiblie par la chute du Second Empire et la défaite lors de la guerre franco-prussienne (1870-1871). La priorité est donc donnée à la fois à la reconstruction du pays et à l’instauration de la Troisième République. Les conséquences néfastes sur la santé des populations de la seconde industrialisation ne peuvent toutefois être occultées par les hommes politiques. La paupérisation, la multiplication des accidents de travail, la recrudescence des épidémies ou encore l’insalubrité des logements sont autant d’éléments qui pèsent sur la santé des Français. Il s’agit alors tout autant de protéger la population que de redorer le blason d’une nation blessée et qui accumule les retards démographiques par rapport à ses voisins européens.

3De nombreuses problématiques sanitaires font donc l’objet d’une attention soutenue des autorités politiques au cours des trente premières années de la Troisième République, période particulièrement prolifique en matière de lois, résultant de longs débats préparatoires qui se sont parfois étendus sur de nombreuses années. L’auteure explore différents exemples parmi les lois relatives à la santé des populations promulguées durant la période étudiée, notamment celles portant sur la protection de l’enfance et la réglementation du travail des mineurs, pour montrer que les textes législatifs en question répondaient déjà à d’autres objectifs que ceux d’ordre purement sanitaire. Ainsi, en ouvrant la porte de l’école aux populations jeunes issues des classes ouvrières, les pouvoirs publics évitent de nuire à leur développement physique au moment où les corps sont en pleine croissance, favorisant le développement d’une main d’œuvre solide pour l’industrie naissante et d’une force mobilisable en cas de conflit. Dans ces débats, l’engagement de certains médecins parlementaires, appartenant pour une majorité à des réseaux hygiénistes locaux, agit comme un élément moteur des débats, ces médecins assurant l’interface entre les décideurs politiques et le milieu scientifique.

4Pour comprendre précisément comment une politique unifiée de santé publique a pu voir le jour à travers la Loi de 1902, Isabelle Cavé propose de revenir au préalable sur le fonctionnement des chambres parlementaires afin de mettre en évidence les contraintes structurelles auxquelles sont soumis les acteurs politiques en matière de travail juridique. En effet, l’organisation parlementaire mise en place a contribué à ralentir les velléités de changement social souhaitées par les médecins parlementaires, en empêchant l’établissement d’un véritable parti hygiéniste, par le renouvellement régulier des commissions préparatoires aux lois. Ce détour juridique permet aussi de souligner les difficultés rencontrées par l’auteure, dont la patience a parfois été mise à rude épreuve pour décrypter les documents manuscrits recensés lors de l’étude de certaines archives, indispensables pour rendre compte du travail des législateurs de la IIIe République.

5Alors que les premiers débats pour faire émerger une politique de santé publique remontent à 1886, il faudra attendre 1902 pour que cette volonté politique se traduise sous la forme d’une loi. Les principales préoccupations hygiénistes de l’époque correspondent aux points clés qui y sont évoqués : l’assainissement des logements insalubres, la lutte contre les maladies contagieuses (choléra, variole, etc.), la réorganisation des services de santé publique et l’obligation de vaccination et de revaccination de la population. Les progrès de la microbiologie, en particulier les travaux de Louis Pasteur, guident le mouvement hygiéniste et expliquent donc les grandes thématiques abordées dans cette loi ainsi que les mesures prises. C’est notamment le cas de l’obligation vaccinale qui suscitait – déjà à l’époque – de nombreux débats et des réticences, aussi bien chez les hommes politiques que dans la population générale. Cet aspect de la loi montre que la population doit à son tour s’approprier ces nouvelles pratiques hygiéniques, qui ne peuvent être considérées comme allant d’elles-mêmes. L’amélioration de la méthode vaccinale variolique, passant de l’effrayant « bras à bras » à l’inoculation du virus cow-pox, permettra d’augmenter largement la couverture vaccinale de cette pathologie en France. La Loi de 1902 est aussi l’occasion de définir plus clairement l’organisation de la santé publique sur les territoires, même s’il faudra attendre près de vingt ans de plus pour voir la création d’un ministère investi exclusivement des questions sanitaires.

  • 2 Berlivet Luc, « Déchiffrer la maladie », in Dozon Jean-Pierre et Fassin Didier (dir.), Critique la (...)

6Le livre d’Isabelle Cavé éclaire la naissance de la santé publique moderne et l’engagement de l’État en matière de protection de la santé des populations. Certains aspects de la Loi de 1902 restent très prégnants dans la mise en œuvre des politiques sanitaires contemporaines. Par exemple, en décrétant obligatoire la déclaration des maladies infectieuses, l’État pose les premiers jalons d’un rapprochement entre statistiques et santé qui ne cessera de progresser au cours du XXe siècle autour de la question du risque en santé2. L’immensité du travail doctoral effectué – résumé dans les quelques 120 pages de bibliographie et d’annexes – a conduit à l’écriture de deux ouvrages, dont le premier portait spécifiquement sur le parcours des médecins hygiénistes impliqués dans le travail législatif de la Troisième République. On peut néanmoins regretter que les deux ouvrages n’en forment pas un seul et unique, tant leurs problématiques apparaissent étroitement liées. Face à la quantité de faits historiques et des textes législatifs présentés, un lecteur non initié pourra se trouver dérouté, et par conséquent, éprouver des difficultés à suivre la réflexion engagée par l’auteure. Les conclusions de sections s’avèrent alors indispensables pour reprendre le fil de la lecture.

Haut de page

Notes

1 Cavé Isabelle, Les médecins-législateurs et le mouvement hygiéniste sous la troisième République (1870-1914), Paris, L’Harmattan, coll. « La médecine à travers les âges », 2015.

2 Berlivet Luc, « Déchiffrer la maladie », in Dozon Jean-Pierre et Fassin Didier (dir.), Critique la santé publique. Une approche anthropologique, Paris, Balland, coll. « Voix et regards », 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Schlegel, « Isabelle Cavé, État, santé publique et médecine à la fin du XIXe siècle français », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21020

Haut de page

Rédacteur

Vincent Schlegel

Titulaire d’un master 2 recherche « Pilotage des politiques et actions en santé publique » (EHESP-IEP de Rennes).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page