Navigation – Plan du site

Alexandre Klein et Séverine Parayre (dir.), Histoire de la santé, XVIIIe-XXe siècles. Nouvelles recherches francophones

Jean-Philippe Laperrière
Histoire de la santé XVIIIe-XXe siècles
Alexandre Klein, Séverine Parayre (dir.), Histoire de la santé XVIIIe-XXe siècles. Nouvelles recherches francophones, Québec, Presses de l'Université Laval, 2015, 248 p., ISBN : 978-2-7637-2127-9.
Haut de page

Texte intégral

1La santé pourrait être un objet d’étude cantonné aux sciences biologiques. Or, les sciences humaines l’étudient aussi et ces travaux gagnent à être plus connus. C’est en quelque sorte le mandat de ce livre, qui entend proposer par ailleurs de nouvelles recherches francophones, comme nous le précise le sous-titre. Ce qui annonce une posture renouvelée de recherches ou des travaux émergents.

2L’introduction des directeurs d’édition permet aux lecteurs de comprendre que les chapitres présentés s’inscrivent dans la troisième voie des travaux en histoire de la médecine, dont les bases sont celles de l’École des Annales : une histoire sociale notamment marquée par un désir d’interdisciplinarité. Les auteurs de ce livre proposent donc de porter un regard élargi sur la santé à travers des objets et des perspectives variées. Les directeurs de l’ouvrage précisent ainsi que l’histoire francophone de la médecine n’est pas institutionnalisée. Ce recueil se veut donc le premier jalon d’un projet plus grand, notamment celui d’amorcer un réseau1 de recherche permettant de fédérer les travaux francophones sur la question. Il a trouvé son inspiration au creux de rencontres faites lors du congrès annuel de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS).

3L’ouvrage se divise en quatre parties et un chapitre d’ouverture donne le ton avec une historiographie du champ au Québec. François Guérard analyse et catégorise un corpus construit à partir des index des revues scientifiques en histoire. Cet exercice permet d’apprécier les différentes perspectives de recherche qui ont été abordées et de conclure, pour reprendre ses derniers mots : « [qu’]il reste à faire bien amplement » (p. 35).

4La première partie porte sur les institutions de santé comme objet d’étude. Elle est composée de trois textes qui creusent cette perspective en France et en Nouvelle-France. Pour commencer, Claire Garnier aborde la gestion de la contagion au sens large et pose la question : de quelle manière était-elle comprise et comment cette intelligibilité était-elle mise en pratique, d’abord en métropole et par voie de conséquence en Nouvelle-France ? Il apparaît que les objectifs sanitaires avaient aussi d’autres motivations, notamment la perfection spirituelle et morale des réputés contagieux. Les deux textes suivants portent exclusivement sur la France. Séverine Parayre analyse les rapports d’enseignants envoyés au ministère de l’Instruction publique, ce qui permet d’appréhender le rôle qu’ont joué les éducateurs dans la médicalisation du corps. De son côté, Xavier Riondet étudie le couple Freinet, mais plus particulièrement madame. Le récit de sa maladie, la tuberculose, permet de mieux saisir l’orientation que prendront par la suite leurs actions et leurs interventions médicales.

5La deuxième section, qui est composée de deux textes, un pour la France et un second pour le Québec, aborde le regard des malades, notamment par leur expérience et leur regard. Le chapitre d’Alexandre Klein porte sur les échanges par courrier des malades avec le Dr Samuel-Auguste Tissot. On apprend que ceux-ci sont en quête de sens et qu’ils sont des acteurs importants de leur médication. Autrement dit, ils ne sont pas des patients passifs qui appliquent la posologie sans poser de questions à leur thérapeute ou sans regard critique. Pour sa part, Marie-Claude Thifault se penche sur un cas et sur l’histoire bien particulière d’une personne épileptique : Marguerite-Marie. Grâce à des lettres, dont plusieurs qu’elle a échangées avec les membres de sa famille, il nous est possible de revivre les conditions de vie et même les émotions d’une personne diagnostiquée de maladie mentale et internée au début du XXe siècle. Cet article est troublant et pour reprendre les mots de l’auteure, la lecture de cette correspondance « ne révèle aucune trace de folie, mais au contraire, beaucoup d’esprit » (p. 141).

6La troisième partie s’intéresse au regard et aux thèses de médecins en France. Alexandre Klein revient sur le Dr Samuel-Auguste Tissot, réputé être le médecin du peuple, et tente de mieux saisir la contribution de ses travaux méconnus. Une étude plus poussée des ouvrages du célèbre praticien permet de révéler un modèle de santé publique inédit, qui repose sur la solidarité et sur une valorisation de la vie des campagnes. Pour sa part, la contribution de Claire Marchand aborde l’alimentation et tout particulièrement les travaux du Dr Marcel Labbé, un acteur important de la recherche sur le diabète. Ses expériences ont amené un regard renouvelé et plus contemporain sur la notion de régime qui devient plus personnalisé. Autrement dit, il introduit l’alimentation rationnelle, qui inaugure la diététique d’aujourd’hui.

7Pour terminer, la quatrième partie, qui regroupe trois textes de chercheurs plus aguerris du Québec, de la France et du Brésil, porte sur les médias et de leur façonnement des représentations de la santé. Le premier texte de Didier Nourrisson aborde la publicité en France qui est d’abord produite par le milieu médical et ensuite le fruit de l’entreprise privée. Ses observations permettent d’étudier l’évolution des mentalités projetées sur la santé. Au Québec, Denyse Baillargeon explore l’évolution des représentations de la douleur dans les publicités d’Aspirine. Cet examen permet d’observer les transformations possibles des sensibilités face à la douleur (que l’on encourage à refuser de plus en plus), des arguments de vente (tout particulièrement par rapport aux produits concurrents), ainsi que le rapport aux congés et au travail des hommes et des femmes. Denise Bernuzzi de Sant’Anna clôture ce livre et traite de l’obésité au Brésil, un problème important de santé publique qui se complexifie grandement lorsque l’on examine les représentations populaires du gros, du petit, du maigre, du fort et de la mode. Elle conclut : « c’est l’insistance historique de ce dégoût de la fragilité qui peut offrir quelques spécificités à l’histoire du gros et du maigre au Brésil » (p. 228). La santé est bien une construction sociale.

8Ce livre est beau, fort intéressant et remplit bien son mandat, c’est-à-dire qu’il regroupe des travaux émergents et d’autres plus affirmés sur la santé à travers le prisme des sciences humaines et plus particulièrement celui de l’histoire. En outre, le découpage des sections permet de bien saisir, à travers le regard de qui ou de quoi, de quelle manière la santé peut être étudiée et comment un même objet de recherche est d’autant plus riche qu’il permet différentes lectures, comme c’est le cas du Dr Tissot.

9En revanche, malgré les apparences, le Québec et la France sont différents, même si la langue française est rassembleuse, ce qui a des conséquences sur l’unité du livre, c’est-à-dire sur les liens entre certaines problématiques. En outre, cet ouvrage ne fait partie d’aucune collection aux Presses de l’Université Laval, alors qu’il aurait peut-être gagné en visibilité en rejoignant une écurie. Par exemple, il aurait pu rejoindre les rangs de « santé et société » aux Presses de l’Université du Québec et trouver un écho avec d’autres travaux qui recoupent sa perspective et l’univers francophone. Or ce livre est celui d’historiens, ce qui explique peut-être ce choix, mais le ton de l’ensemble du recueil est interdisciplinaire et il flirte avec plusieurs disciplines. Le texte d’ouverture illustre bien notre propos. Pour dresser son historiographie du champ, François Guérard a construit à l’aide de bases de données de revues scientifiques, un corpus des contributions québécoises et canadiennes en histoire de la santé. Cela lui a permis de brosser le tableau des recherches au Québec et au Canada, alors que le livre comprend plusieurs exemples de la France. De plus, son corpus occulte plusieurs travaux connexes qui sont pourtant sous-entendus parce qu’à défaut de revues officielles (ce champ n’est pas encore formalisé), plusieurs auteurs se sont probablement tournés vers des collections de presses universitaires.

  • 2 Pelletier, Laura, 2015. « Plaidoyer pour la publication scientifique francophone », Le Devoir, 31 a (...)
  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid.

10Pour conclure, ce très beau livre mérite toute notre attention. Il relativise d’excellente manière la conception que nous avons de la santé par des recherches et des analyses rigoureuses. Qui plus est, il est en français et cette contribution dépasse la question stricte de la langue. Le langage est un produit culturel qui teinte grandement le regard du chercheur et un Plaidoyer pour la publication scientifique francophone2 est nécessaire. Non, la science ne parle pas anglais, contrairement à ce que certains semblent penser3, et ce, tout particulièrement en sciences humaines. Le sens profond de certaines sensibilités géographiquement situées ne s’appréhende pas dans toutes les langues. Pour reprendre les mots du scientifique émérite Pierre Demers, ce livre donne des « ressources de raisonnement en langue française »4 et nous en remercions les artisans. Rappelons que ce projet est né de rencontres qui ont eu lieu au congrès annuel de l’ACFAS.

Haut de page

Notes

1 En ligne : http://histoiresante.blogspot.ca

2 Pelletier, Laura, 2015. « Plaidoyer pour la publication scientifique francophone », Le Devoir, 31 août. En ligne : http://www.ledevoir.com/

3 Ibid.

4 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Laperrière, « Alexandre Klein et Séverine Parayre (dir.), Histoire de la santé, XVIIIe-XXe siècles. Nouvelles recherches francophones », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21026

Haut de page

Rédacteur

Jean-Philippe Laperrière

Doctorant en sociologie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Je possède une formation pluridisciplinaire en biologie médicale, en animation culturelle et en sociologie. Mes recherches portent sur l’étude des normes sociales véhiculées par les médias, notamment en ce qui concerne la santé et l’alimentation, et sur les retombées des messages alimentaires des recettes de cuisine sur les représentations sociales et les pratiques quotidiennes. Depuis 2011, je suis chargé de cours au Certificat en gestion et pratiques socioculturelles de la gastronomie à l’UQAM, notamment pour le cours Villes et gastronomie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page