Navigation – Plan du site

Frédéric Rognon (dir.), La responsabilité et ses équivoques

Olivier Cléach
La responsabilité et ses équivoques
Frédéric Rognon (dir.), La responsabilité et ses équivoques, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Chemins d'éthique », 2015, 148 p., ISBN : 9782868205278.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Les équivoques de la responsabilité », Esprit, n° 206, novembre 1994, disponible en ligne : http: (...)
  • 2 Souvent à l’occasion d’un scandale (comme l’affaire du sang contaminé et la fameuse expression de G (...)

1Cet ouvrage collectif est la résultante d’un séminaire interdisciplinaire « Éthique et droits de l’homme » de l’université de Strasbourg consacré, de 2012 à 2014, à la thématique de la responsabilité et à ses équivoques. Cet intitulé est inspiré par un numéro de la revue Esprit : « Les équivoques de la responsabilité »1. Une vingtaine d’années après la parution de ce numéro, ce livre propose de revenir de manière critique sur la notion de responsabilité, au prisme de ses ambivalences, des malentendus qu’elle génère et de ses apories. Ainsi, quatre principales équivoques sont mentionnées dès l’introduction. Elles sont engendrées par l’inflation de l’utilisation du mot « responsabilité », notamment dans les médias2, par l’évolution sémantique de la notion (de sa signification juridique à son sens moral), entre tradition et modernité, par la judiciarisation de la responsabilité qui englue les problématiques dans la sphère du droit et par la montée en puissance de la question de la gouvernance qui réinterroge le statut et la place des acteurs (notamment des États), ainsi que leur degré de responsabilité et d’engagement.

  • 3 Les contributeurs sont essentiellement des philosophes, à deux exceptions près : deux des chapitres (...)

2La teneur d’ensemble et les grilles de lecture sont avant tout philosophiques3, la responsabilité étant une des grandes questions de la discipline (philosophies morale et politique). Au-delà de la réflexion commune autour de la question de la responsabilité, les chapitres traitent de sujets assez différents (en matière d’auteurs et d’objets – l’association, la télésurveillance, la construction d’une loi…). Évoquons quelques éléments concernant certains d’entre eux.

  • 4 Max Weber l’utilise à quelques reprises dans ces travaux sur la religion. Notons au passage que Fré (...)
  • 5 Max Weber, Le savant et le politique, Préface de Raymond Aron, Paris, Plon, 1994 [1919].

3Le premier et le dernier chapitre, tous deux rédigés par Frédéric Rognon, sont consacrés à la discussion des vocables webériens : éthique de conviction vs éthique de responsabilité, comme formes d’orientation des activités sociales. L’auteur nous rappelle que Weber a utilisé tardivement le concept d’éthique de responsabilité, en tout cas bien après celui d’éthique de conviction4, avec lequel il sera mis en tension dans deux conférences (1919) dont on trouve trace dans Le savant et le politique5. Selon Frédéric Rognon, cette tension renvoie à « une interrogation sur les rapports entre le champ éthique et le champ politique » (p. 12) : l’éthique de conviction relève de la rationalité en valeur, des relations interpersonnelles tandis que l’éthique de responsabilité relève de la rationalité en finalité, des relations institutionnelles, de la sphère politique. Trois acceptions différentes de la responsabilité sont alors possibles. être responsable, c’est d’abord travailler avec sérieux sur la tâche qui nous a été confiée, c’est aussi prendre une décision en ayant examiné avec minutie toutes les possibilités et enfin c’est être comptable de ses actes et de leurs conséquences (« répondre de »). Selon l’auteur, Weber inscrirait l’éthique de responsabilité dans la deuxième acception, celle-ci servant de déterminant aux deux autres (p. 13). Mais, au-delà de l’opposition « irréductible » que semble établir Weber entre ces deux notions, Frédéric Rognon s’évertue à montrer leur complémentarité, qu’il résume par une expression : « éthique de convictions responsables ». Cette interprétation s’appuie sur la conclusion de Weber dans son texte de 1919 où il semble rapprocher les deux formes d’éthique. L’auteur applique alors cette réflexion à trois phénomènes (la désobéissance civile, l’objection de croissance et la justice restaurative) susceptibles de rapprocher ces deux formes et au cas du théologien allemand Dietrich Bonhoeffer (chapitre 7), en retraçant trois périodes de sa vie et de son engagement, guidées tour à tour par une éthique de responsabilité, une éthique de conviction et enfin une éthique de convictions responsables.

4Les chapitres 3 (une relecture critique du principe de responsabilité de Jonas), 4 (consacré au regard d’Ellul sur le lien liberté / responsabilité au prisme d’une technique « sacralisée », voire hégémonique) et 5 (sur la télésurveillance) gagnent à être lus comme un ensemble. Leur lecture commune s’avère profitable, à un moment où le développement et la diffusion de certains dispositifs techniques à grande échelle, ne vont pas sans poser des enjeux très actuels, particulièrement en matière de responsabilité, au présent et pour l’avenir (Jonas).

  • 6 Hans Jonas, Le principe de responsabilité, Paris, Cerf, 1993 [1979].
  • 7 Jacques Ellul, La technique ou l’enjeu du siècle, Paris, Économica, 2008 [1954].
  • 8 Pour les autres, les deux chapitres rédigés par des spécialistes des auteurs en question apporteron (...)
  • 9 On doit en particulier à Hans Jonas et à Jacques Ellul (et à certains romans de science-fiction) d’ (...)
  • 10 C’est d’ailleurs en partie cette absence de discussion que l’auteur déplore dans ce chapitre : la t (...)
  • 11 Cf. Hobbes et Rousseau.
  • 12 Dans la perspective de Weber, nous pourrions même parler de colonisation de toutes les sphères huma (...)
  • 13 Et donc, potentiellement, de plus en plus invasifs.

5Les pensées de Jonas6 et d’Ellul7 étant maintenant bien connues8 (la contribution, ici, est essentiellement liée aux critiques apportées au principe de responsabilité de Jonas et à la question de l’autonomie des techniques avancée par Ellul), intéressons-nous au chapitre 5, rédigé par Marie-Jo Thiel, médecin et éthicienne. Celui-ci pose le débat entre le domaine de la liberté (vie privée, intimité) et celui de la sécurité (incarnée ici par la télésurveillance permise notamment par des caméras, par des drones, par des dispositifs d’écoute…), autour de plusieurs questions. Qu’est-ce que faire un usage responsable9, éthique des technologies, jusqu’où ces dernières peuvent-elles restreindre la liberté des personnes, quelles sont les finalités sociétales poursuivies et quelles en sont les justifications ? La discussion10 dans nos sociétés démocratiques, même si elle n’est pas totalement nouvelle11, est d’autant plus cruciale qu’elle se pose dans un contexte particulier : risque d’attentats, révélation de scandales d’espionnage (affaire Snowden), expansion du domaine de la technologie12 (digitalisation, big data, algorithmes, robotisation-intelligence artificielle, biotechnologies…), de ses usages (civils, industriels, militaires…), et de leur mise en réseau (qui peut se faire sans que les usagers en aient pleinement conscience). L’auteur montre bien d’ailleurs la convergence entre les outils de surveillance, de plus en plus performants13, et les technologies de sécurité. Sa conclusion vise à l’équilibre : elle préconise plus de proportionnalité entre les principes (liberté vs sécurité), un meilleur dosage dans la limitation des libertés et surtout une discussion démocratique plus ouverte de ces restrictions.

  • 14 On manque d’ailleurs d’éléments sur les critères de choix des textes parmi l’ensemble de ceux qui o (...)

6Pour un non-philosophe, les textes14 peuvent être ardus, le sens et l’intention de certains passages nous ayant d’ailleurs probablement échappé. Il semble plus difficile de retrouver les équivoques énoncées en introduction dans certains chapitres (celui consacré au sens de la peine ou à l’association) que dans d’autres (ceux consacrés à Weber, Jonas et Ellul, par exemple). Aussi, le rappel en conclusion de l’équivoque abordée dans ledit texte aurait été certainement un plus pour le lecteur, sans pour autant lui mâcher le travail.

7En outre, selon nous, il manque un débat réflexif, une définition d’un concept clé pour comprendre la question de la responsabilité : celui d’éthique. Par exemple, par rapport aux concepts de Weber, ne serait-il pas plus juste de parler d’éthos de conviction et de responsabilité ? Pour ne prendre que ces exemples, il aurait été également intéressant de discuter la réflexion de Paul Ricoeur autour de l’imputabilité telle qu’il l’aborde dans le numéro de la revue précédemment citée. Dans le même esprit, la « non-délinquance » comme caractéristique de la désobéissance civile (p. 20) mériterait également une argumentation.

  • 15 Marc Neuberg, La responsabilité. Questions philosophiques, Paris, Presses universitaires de France, (...)

8Finalement, nous pouvons retenir que cet ouvrage mène une réflexion sur la notion de responsabilité, ce qui est assez rare. En effet, autant il existe pléthore de livres sur la responsabilité sociétale des entreprises, autant les ouvrages conceptuels de ce type font exception, notamment en langue française (on peut signaler, dans la même veine, celui de Marc Neuberg15, étonnamment non cité, sauf erreur de notre part). On l’aura compris, la lecture de cet ouvrage, même si elle est parfois ardue, est donc vivement recommandée, notamment pour celles et ceux qui réfléchissent à la problématique de la responsabilité, individuelle ou collective.

Haut de page

Notes

1 « Les équivoques de la responsabilité », Esprit, n° 206, novembre 1994, disponible en ligne : http://www.esprit.presse.fr/archive/review/detail.php?code=1994_11#.

2 Souvent à l’occasion d’un scandale (comme l’affaire du sang contaminé et la fameuse expression de Georgina Dufoix : « responsable, mais pas coupable » ou encore la vache folle…).

3 Les contributeurs sont essentiellement des philosophes, à deux exceptions près : deux des chapitres ont été écrits par une médecin-éthicienne et par un démographe du champ pénal.

4 Max Weber l’utilise à quelques reprises dans ces travaux sur la religion. Notons au passage que Frédéric Rognon précise (p. 13), qu’en termes de traduction, il serait plus juste selon lui de parler d’éthiques relevant de la conviction et relevant de la responsabilité.

5 Max Weber, Le savant et le politique, Préface de Raymond Aron, Paris, Plon, 1994 [1919].

6 Hans Jonas, Le principe de responsabilité, Paris, Cerf, 1993 [1979].

7 Jacques Ellul, La technique ou l’enjeu du siècle, Paris, Économica, 2008 [1954].

8 Pour les autres, les deux chapitres rédigés par des spécialistes des auteurs en question apporteront les éléments de compréhension nécessaires à la discussion critique.

9 On doit en particulier à Hans Jonas et à Jacques Ellul (et à certains romans de science-fiction) d’avoir rappelé que toute technologie posait des questions en termes de responsabilité et d’éthique sociales, notamment, mais pas seulement, par rapport à leurs usages militaires.

10 C’est d’ailleurs en partie cette absence de discussion que l’auteur déplore dans ce chapitre : la télésurveillance fait son chemin sur le lit des risques potentiels, les algorithmes, programmés par des ingénieurs, pillent nos données personnelles à des fins commerciales, soit à notre insu, soit en étant liés à l’utilisation du logiciel, de l’application ou du réseau social.

11 Cf. Hobbes et Rousseau.

12 Dans la perspective de Weber, nous pourrions même parler de colonisation de toutes les sphères humaines, même les plus intimes.

13 Et donc, potentiellement, de plus en plus invasifs.

14 On manque d’ailleurs d’éléments sur les critères de choix des textes parmi l’ensemble de ceux qui ont été produits lors du séminaire.

15 Marc Neuberg, La responsabilité. Questions philosophiques, Paris, Presses universitaires de France, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Frédéric Rognon (dir.), La responsabilité et ses équivoques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 17 juin 2016, consulté le 19 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21028

Haut de page

Rédacteur

Olivier Cléach

Socioéthique, membre associé à l’Institut d’Éthique Appliquée de l’Université Laval (Québec).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page