Navigation – Plan du site

Christophe Dejours, Situations du travail

Holassé Georges Adandogou
Situations du travail
Christophe Dejours, Situations du travail, Paris, PUF, 2016, 301 p., ISBN : 978-2-13-073538-0.
Haut de page

Texte intégral

1La psychodynamique du travail est une discipline récente des sciences sociales, proposant des outils théoriques pour améliorer les rapports entre l’homme et le travail, et répondre à la demande sociale suscitée par l’actualité des problèmes de souffrance au travail, en vue de comprendre les relations entre fonctionnement psychique et organisation du travail.

  • 1 Christophe Dejours est psychiatre et psychanalyste, professeur au Conservatoire national des arts e (...)

2Comment est née la psychodynamique du travail et quel est son champ d’investigation ? Quel est son apport dans l’étude des relations entre travail et santé mentale ? Le livre Situations de travail écrit par Christophe Dejours1 permet d’apporter quelques réponses aux questions qu’on se pose sur cette discipline encore peu ou mal connue de nos jours.

  • 2 Dejours Christophe, Travail, usure mentale. Essai de psychopathologie du travail, Paris, Éditions d (...)

3Auteur de l’ouvrage Travail : usure mentale2 devenu un classique souvent cité dans les études portant sur la souffrance au travail, Christophe Dejours rassemble dans ce nouveau livre des textes publiés entre 1986 et 2009 qui ont joué un rôle essentiel dans l’édification de la psychodynamique du travail en apportant des réponses aux objections et critiques qui ont souvent été formulées contre cette discipline. La présentation de ces textes par ordre chronologique permet au lecteur de cerner les infléchissements successifs qu’a connus cette discipline, qui est amenée à évoluer encore car « les situations de travail se transforment et continueront à se transformer avec l’évolution du mode de production » (p. 17).

4Il est intéressant de noter que, dans les premières pages du livre, l’auteur prend le soin de présenter le contexte dans lequel a émergé la psychodynamique du travail, avec un bref historique de son évolution ; ceci permet une meilleure compréhension des textes proposés et rend le contenu du livre plus accessible au public éloigné de la discipline.

5Née de la rencontre entre la psychanalyse et l’ergonomie dans les années 1970, cette discipline qui portait la désignation de « psychopathologie du travail » jusqu’en 1992, a bénéficié d’échanges approfondis et constructifs avec des chercheurs d’autres sciences sociales qui étudient « l’homme au travail » (sociologues, historiens, ethnologues, médecins du travail…) ; ces échanges ont permis de nourrir le débat sur l’intérêt de cette nouvelle approche et ont abouti à un changement d’appellation pour, d’une part, élargir son cadre théorique et, d’autre part, lever les ambiguïtés créées par le terme psychopathologie dans la communauté scientifique.

6Des détails sur le cadre théorique et son évolution ressortent du texte présenté dans le quatrième chapitre du livre : « Itinéraire théorique en psychopathologie du travail » (un article publié par l’auteur en 1990). La définition alors proposée dans cet exposé, fait ressortir la notion d’« analyse dynamique » qui déterminera l’évolution de la discipline vers sa désignation actuelle de psychodynamique du travail. On y lit ce qui suit : « De la psychopathologie du travail on peut proposer la définition suivante : c’est l’analyse dynamique des processus psychiques mobilisés par la confrontation du sujet à la réalité du travail » (p. 71).

  • 3 Ce texte est proposé dans le sixième chapitre du livre, intitulé : « Pour une clinique de la médiat (...)

7L’expression psychodynamique du travail a fini par remplacer celle de psychopathologie du travail car, même si la psychopathologie n’est pas exclue du champ d’investigation de la discipline, précise Christophe Dejours dans un autre texte publié en 19933, l’essentiel de l’investigation porte sur la normalité et la souffrance dans le cadre de l’activité de travail, « avec un concept fort de “normalité souffrante” » (p. 150). L’explication suivante éclaire la pensée de l’auteur : la normalité n’est pas conçue comme simple absence de maladie, mais comme le résultat toujours précaire de stratégies défensives développées par le sujet pour résister à une organisation de travail déstabilisante ou néfaste pour son fonctionnement psychique et sa santé mentale.

  • 4 Alderson Marie, « La psychodynamique du travail : objet, considérations épistémologiques, concepts (...)

8L’analyse est jugée « dynamique » dans le sens où l’investigation a pour centre de gravité les conflits qui surgissent de la rencontre entre l’individu (avec une subjectivité déjà constituée par sa propre histoire) et la situation de travail, dont les caractéristiques sont généralement déterminées indépendamment de sa volonté. L’approche par la psychodynamique du travail permet, pour reprendre les termes de Marie Alderson, de cerner « les dynamiques intra et intersubjectives qui se jouent dans les rapports sociaux que les travailleurs entretiennent avec leur travail tel qu’organisé à un moment donné, à un endroit donné et dans un contexte donné »4. Elle favorise ainsi la compréhension des attitudes (des réactions) de l’individu dans une situation de travail.

  • 5 Le lecteur comprendra en lisant ce chapitre qu’il s’agit d’un texte présenté lors d’un séminaire or (...)

9Ainsi présentée, la psychodynamique du travail semble mériter toute sa place parmi les outils théoriques permettant d’étudier les relations entre santé mentale et organisation du travail. Pourtant, son édification a eu à surmonter de nombreuses objections et critiques. Dans l’exposé du premier chapitre, intitulé « Souffrance et plaisir au travail : l’approche par la psychopathologie du travail »5, l’auteur tente de répondre à ces objections en montrant ce qui, dans cette discipline naissante, pourrait intéresser les chercheurs étudiant la question de la souffrance et du plaisir au travail. La dynamique proposée par cette approche s’appuie sur une action de déverrouillage du rapport des hommes à l’organisation du travail et « vise essentiellement le collectif de travail et non les individus pris un par un » (p. 22). Ainsi, même si elle s’intéresse à la souffrance de l’individu qu’elle tente de saisir à travers les défenses qu’il met en place pour résister psychiquement aux difficultés induites par certaines organisations du travail, la psychodynamique du travail n’a pas une visée thérapeutique de l’individu mais propose d’intervenir sur une organisation du travail qui peut être délétère. C’est à juste titre que l’auteur présente, dans le deuxième chapitre, une note de travail sur la notion de souffrance : un vécu particulier (pénible ou déstabilisant) résultant d’une situation de travail liée à la contrainte organisationnelle. « Entre l’homme et l’organisation du travail prescrite, il y a parfois un espace de liberté qui autorise une négociation, des inventions et des actions de modulation du mode opératoire, c'est-à-dire une intervention de l’opérateur sur l’organisation du travail […] pour l’adapter à ses besoins, voire pour la rendre plus congruente avec son désir. Lorsque cette négociation est poussée à sa limite ultime, et que le rapport homme-organisation du travail est bloquée, commence le domaine de la souffrance et de la lutte contre la souffrance » (p. 40).

  • 6 Alderson Marie, op. cit.

10Même si la psychodynamique du travail s’est développée sur la base d’une interrogation adressée au monde du travail à partir de la conception de l’homme produite par la psychanalyse, elle a peu à peu construit une théorie propre, étroitement liée à la sociologie théorique et à la théorie sociale. Elle s’intéresse donc à l’organisation du travail comme source de plaisir et de souffrance, mais aussi comme facteur pouvant favoriser l’émergence de stratégies défensives permettant à l’individu de résister aux difficultés liées à la situation du travail. L’investigation est ainsi portée sur ce qui, dans les situations de travail, serait nuisible au fonctionnement psychique du travailleur, et sur les mécanismes que ce dernier déploie pour maintenir son engagement professionnel et son équilibre psychique6.

11Ce livre, qui semble plutôt destiné à un public de connaisseurs, intéressera des lecteurs au-delà des chercheurs et praticiens œuvrant en faveur de l’amélioration des rapports entre l’homme et le travail. D’une part, il rend compte des étapes de l’édification de la psychodynamique du travail ; et d’autre part, il permet de comprendre les enjeux scientifiques et pratiques de cette discipline qui contribue à répondre à la demande sociale pour comprendre les relations entre santé mentale et situations de travail.

Haut de page

Notes

1 Christophe Dejours est psychiatre et psychanalyste, professeur au Conservatoire national des arts et métiers, et directeur de recherche à l’université Paris 5 René-Descartes.

2 Dejours Christophe, Travail, usure mentale. Essai de psychopathologie du travail, Paris, Éditions du Centurion, 1980. (Ce livre a été plusieurs fois réédité ; et une nouvelle édition augmentée est sortie aux éditions Bayard en 2015).

3 Ce texte est proposé dans le sixième chapitre du livre, intitulé : « Pour une clinique de la médiation entre psychanalyse et politique : la psychodynamique du travail ».

4 Alderson Marie, « La psychodynamique du travail : objet, considérations épistémologiques, concepts et prémisses théoriques », Santé mentale au Québec, vol. 29, n° 1, 2004, p. 243-260.

5 Le lecteur comprendra en lisant ce chapitre qu’il s’agit d’un texte présenté lors d’un séminaire organisé sous l’égide du CNRS en 1986 dont le thème central était « Plaisir et souffrance dans le travail. »

6 Alderson Marie, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Holassé Georges Adandogou, « Christophe Dejours, Situations du travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 21 juin 2016, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21042

Haut de page

Rédacteur

Holassé Georges Adandogou

Docteur en sociologie du travail. Membre de Genre, travail et mobilités (GTM) –CRESPPA, UMR 7217, Paris.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page