Navigation – Plan du site

Agnès Martial (dir.), Des pères « en solitaire » ? Ruptures conjugales et paternité contemporaine

Alexandra Piesen
Des pères "en solitaire" ?
Agnès Martial (dir.), Des pères "en solitaire" ? Ruptures conjugales et paternité contemporaine, Presses universitaires de Provence, coll. « Penser le genre », 2016, 201 p., ISBN : 979-10-320-0054-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce programme de recherche mené sous la direction d’Agnès Martial (2008-2012) était soutenu par l’Ag (...)
  • 2 La paternité « en solitaire » se caractérise par une situation inédite dans laquelle les liens aux (...)
  • 3 La loi du 4 mars 2002 énonce que « la séparation des parents est sans incidence sur les règles de d (...)

1Cet ouvrage collectif dirigé par Agnès Martial présente les résultats du programme de recherche « Paternités »1. Les chercheurs ont exploré les différentes façons d’être père « en solitaire »2 « en formulant [leurs] interrogations autour d’une figure parentale potentielle : un père “sans mère”, dont les liens aux enfants se jouent dans une pluralité d’espaces et de temps familiaux » (p. 8). Dans un contexte de « banalisation » du divorce, de diversifications des structures familiales et d’émergence de nouveaux principes telle que la coparentalité3, les auteurs s’interrogent sur les caractéristiques des paternités contemporaines en croisant les regards disciplinaires (démographie, droit, sociologie, anthropologie) sur deux aires géographiques (Espagne et France). L’ouvrage, composé de trois parties thématiques, s’articule autour de dix contributions.

2La première partie de l’ouvrage « Des liens fragiles », permet au lecteur de mieux appréhender les statistiques relatives aux pères en France et en Espagne. Dans un premier temps, Laurent Toulemon présente les différentes façons dont les pères sont comptabilisés dans les statistiques françaises. Trois sources permettant d’identifier les pères sont développées : l’enregistrement des naissances, le recensement et les enquêtes sur la population, chacune de ces sources illustrant une définition de la paternité spécifique. Selon Toulemon, l’absence d’une définition univoque de la paternité démontre le caractère complexe et flou de cette expérience.

  • 4 Cette enquête s’appuie sur l’exploration statistique de l’Étude des relations familiales et intergé (...)

3Dans un deuxième temps, Arnaud Régnier-Loilier s’intéresse plus spécifiquement au lien père-enfant(s) après la séparation conjugale. L’auteur part d’un constat : alors qu’auparavant, la présence de jeunes enfants tendait à limiter le risque de rupture, cette affirmation est de plus en plus remise en cause. En s’appuyant sur l’exploitation de l’enquête ERFI4 réalisée en 2005 par l’INSEE et l’INED, Arnaud Régnier-Loilier s’attache à comprendre comment se déroule la rupture des liens père-enfant(s) après la séparation conjugale et quels en sont les éléments constitutifs. Il met ainsi au jour plusieurs facteurs impactant la rupture du lien tels que l’âge de l’enfant au moment de la séparation, l’ancienneté de cette dernière, le mode de résidence mis en place dans l’année suivant la séparation, le temps nécessaire pour se rendre chez l’enfant, etc. Ce qui ressort de cette contribution est l’aspect « multidimensionnel » (p. 40) de l’absence de rencontre entre père et enfant. Selon l’auteur, cette pluralité des facteurs souligne la complexité des trajectoires père-enfant(s).

  • 5 L’Espagne a réformé la loi relative au divorce en 2005 en introduisant un ensemble de dispositifs f (...)
  • 6 La garde conjointe, attribuée dans 9,7% des cas en 2007, atteignait un taux de 12,3% en 2011.

4Cette première partie se conclut sur la contribution de Jeroen Spijker dans laquelle il aborde les statistiques espagnoles relatives au divorce depuis la Réforme de 20055. Il y évoque les évolutions législatives introduites par la Réforme et leurs effets sur les modes de résidence (diffusion de la résidence alternée, stabilisation de la résidence au père, légère diminution de la résidence à la mère, etc.). Instructive pour comprendre les modalités de garde existant en Espagne, cette contribution met en lumière les principales caractéristiques motivant les choix des juges concernant le mode de garde (durée du mariage, âges des conjoints, déroulement de la séparation, âge des enfants, etc.). Jeroen Spijker conclut par un constat : la Réforme de 2005 a permis la diffusion progressive de la garde conjointe mais celle-ci reste « modérée »6. Si ces trois contributions apportent des éléments d’explication, elles soulignent également le caractère « flou » et fluctuant entourant « la » paternité.

  • 7 Cette enquête s’appuie sur 33 récits de pères, contactés via la Caisse d’allocations familiales des (...)

5La deuxième partie, « Paternité, maternité et parenté », analyse sous un angle qualitatif différentes formes de paternités en France et en Espagne. Dans un premier temps, Agnès Martial aborde son enquête7 sur les pères ayant obtenus la résidence quotidienne des enfants en France. Le titre de sa contribution, « Les temporalités plurielles de la paternité », reflète ses résultats qui se caractérisent par la pluralité des figures de pères qu’elle a rencontrés. Ces pères évoquent plusieurs thèmes au cours des entretiens (rapport à leur paternité, à leur propre père, lien à la mère, rôle de l’entourage, etc.) qui illustrent différentes facettes de leur paternité (allant de la « paternité manquée » à la paternité investie). L’auteur conclut sur l’idée selon laquelle, « replacée dans le temps biographique, la paternité s’y montre en effet souple et changeante : à la fragilité du lien répond la pluralité des possibles devenirs et la plasticité d’une relation en constante redéfinition, au sein de milieux sociaux variés » (p. 93).

  • 8 Il y développe l’idée selon laquelle la législation catalane est allée plus loin que la loi fédéral (...)

6La contribution suivante fait écho à celle de Jeroen Spijker dans la première partie. Xavier Roigé y étudie les nouvelles grand-parentalités en Catalogne. Après avoir repris le contexte de la Réforme de 2005, il spécifie le cadre législatif catalan en matière de divorce8. L’essentiel de la contribution porte sur le rôle des grands-parents dans le quotidien des familles catalanes. Il souligne trois raisons expliquant la centralité des grands-parents : ils sont les garants d’une stabilité familiale, les représentants de la continuité familiale et, surtout, ils permettent une aide quotidienne essentielle dans un pays où les politiques familiales sont peu développées. Le rôle des grands-parents devient encore plus central en cas de séparation ou de divorce. Ils jouent alors auprès des pères un rôle d’encouragement à maintenir un lien solide avec l’enfant. Ce rôle s’est également accentué avec le contexte de la crise économique. Les grands-parents s’occupent de plus en plus souvent de garder les petits-enfants, permettant ainsi aux parents (et plus particulièrement à la mère) une meilleure conciliation entre travail et famille. Ils sont également un soutien financier, leur argent sert ainsi souvent à deux générations (eux et leurs enfants), voire à trois. Selon Roigé, « les retraités sont devenus une sorte de filet de sécurité économique pour contenir les ravages de la crise » (p. 106).

  • 9 Cette contribution repose sur une étude menée sur 24 dossiers judiciaires (divorces, litiges post-d (...)
  • 10 Veronika Nagy désigne par « paternels » l’ensemble des membres de la famille du côté du père.

7La contribution de Veronika Nagy9 s’inscrit dans la continuité de celle de Xavier Roigé puisqu’elle a cherché à « observer comment la relation père-enfant est décrite devant le juge aux affaires familiales et de saisir les manières dont les pères justifient leurs prétentions parentales dans le contexte d’un litige sur le devenir des enfants » (p. 111). Cette recherche consacrée à la qualification juridique de la paternité en France fait ressortir plusieurs éléments caractéristiques de ces demandes des pères qui réclament du « temps en plus » (rôle de la nouvelle compagne, des « paternels »10, etc.). L’auteur souligne que, « dans les discours judiciaires des hommes qui demandent une résidence principale, une résidence alternée ou un droit de visite et d’hébergement élargi, leur capacité à bien s’occuper de l’enfant n’apparaît pas comme étant de nature strictement individuelle, mais comme passant aussi par une personne relais, comme si la paternité s’exerçait aussi à travers ce tiers […] [qui] est toujours une femme » (p. 112). Selon Nagy, la « bonne » paternité est une « paternité assistée » (puisqu’elle met en avant le rôle de la nouvelle conjointe, des paternels, etc.) alors que la « bonne » maternité est indépendante (ne faisant pas référence à des tiers).

  • 11 Cette étude repose sur une recherche par entretiens auprès de 18 hommes gays (12 ayant fondé une fa (...)

8La dernière contribution de cette deuxième partie est la seule de l’ouvrage traitant de la paternité gay en France. À travers l’étude des motivations d’hommes gays à choisir la coparentalité et de leurs parcours pour concrétiser ce choix11, Martine Gross décrit leurs trajectoires en soulignant les différences entre coparentalité homo- et hétéro-parentale, et entre paternité et maternité dans ces couples homoparentaux. Une double asymétrie est mise à jour : le père biologique, bien que parent légal, est perçu comme moins légitime puisque n’ayant pas « enfanté ». Il est souvent mis de côté, la mère statutaire lui préférant sa compagne comme second parent. Martine Gross évoque également différents motifs de fragilisation du couple homoparental (proximité des deux parents statutaires engendrant de la jalousie, présence trop assidue de la mère statutaire, mise à distance du père, etc.).

  • 12 « La résidence alternée : l’évolution récente du droit français à la lumière du droit comparé » (p. (...)
  • 13 La contribution « Paternité et congés parentaux en France et en Espagne » (p.175-186) d’Anna Escobe (...)

9L’ouvrage se conclut sur une dernière partie, « Des nouveaux droits pour de nouvelles paternités ? », retraçant les évolutions législatives et associatives liées à la paternité. Marie Vogel et Anne Verjus analysent le droit des pères à « faire famille » à travers l’étude des principales associations françaises de défense des pères. Elles soulignent que la résidence alternée est devenue depuis quelques années leur nouveau « cheval de bataille » (p. 143). Les auteures montrent que les demandes des associations sont limitées à deux dimensions. D’une part, le droit revendiqué par et pour les pères est limité au temps de l’après-divorce (limite temporelle). D’autre part, il est restreint à la sphère privée (limite spatiale). Les auteures soulignent que les associations défendent des droits « à la demande » des pères, mais ne défendent pas les obligations qui s’y rattachent. En filigrane, ce qui ressort est l’idée d’une « paternité affectivement investie et compétente mais qui doit demeurer choisie » (p. 151). Les deux dernières contributions abordent, respectivement, les évolutions du droit français relatif à la résidence alternée, à la lumière du droit comparé12, et le lien entre paternité et congés parentaux, à travers une étude comparée13 entre les dispositifs existants en France et en Espagne.

10Cet ouvrage collectif constitue un livre important pour toute personne intéressée par la paternité et la parentalité. Son originalité est d’analyser les paternités contemporaines à travers la figure inédite et « impensée » du père « en solitaire ». Les interrogations soulevées par les contributions renvoient à des questions d’actualité sur l’égalité des sexes en matière de parentalité. Bien que la coparentalité soit un principe prôné et mis en avant depuis la loi de 2004, on note que les législations françaises et espagnoles visant à renforcer l’égalité homme-femme, notamment à travers la résidence alternée, ont été suivies d’effets mitigés. À l’heure de la « neutralisation » des termes « père » et « mère » au profit du générique « parent », cet ouvrage fait ressortir la pertinence du concept de genre pour interroger la parentalité contemporaine. Selon Agnès Martial, étudier la « sphère privée, professionnelle et générationnelle : [c’est] interroger la paternité à la croisée de ces différents espaces, c’est aussi questionner la maternité contemporaine et l’étroitesse de sa définition […] entre maternité et paternité, ce sont toujours les redéfinitions conjointes et parallèles des rôles parentaux des femmes et des hommes que nos sociétés doivent imaginer » (p. 18).

Haut de page

Notes

1 Ce programme de recherche mené sous la direction d’Agnès Martial (2008-2012) était soutenu par l’Agence nationale de la recherche (ANR-08-JCJC-0057-01-PATERNITES).

2 La paternité « en solitaire » se caractérise par une situation inédite dans laquelle les liens aux enfants doivent se dispenser de la médiation maternelle. C’est « en solitaire », en dehors du couple conjugal, que les hommes (séparés ou divorcés) poursuivent leur paternité. La paternité « en solitaire » recouvre une grande variété de situations, des pères absents qui ont vu se rompre leurs relations avec leurs enfants à ceux – beaucoup moins nombreux – qui assument quotidiennement l’éducation de ces derniers après la séparation ou le divorce.

3 La loi du 4 mars 2002 énonce que « la séparation des parents est sans incidence sur les règles de dévolution de l’exercice de l’autorité parentale » (art. 373-2, al.1, du Code civil) et que « chacun des père et mère doit maintenir des relations personnelles avec l’enfant et respecter les liens de celui-ci avec l’autre parent » (art. 372-2, al.1, du Code civil). Elle consacre le principe d’autorité parentale conjointe attribuée aux deux parents mariés ou ayant reconnu un enfant, qu’ils cohabitent on non, et qui persiste au-delà de la séparation.

4 Cette enquête s’appuie sur l’exploration statistique de l’Étude des relations familiales et intergénérationnelles (ERFI) réalisée en 2005 en France métropolitaine auprès de 10 079 personnes. Elle a été reconduite en 2008 et 2011 auprès des mêmes personnes, ce qui a permis d’observer l’évolution des rencontres pères-enfant(s) sur la période, https://erfi.web.ined.fr/.

5 L’Espagne a réformé la loi relative au divorce en 2005 en introduisant un ensemble de dispositifs facilitant la procédure de divorce. Cette Réforme introduit également la notion de coresponsabilité des deux parents auprès de leur(s) enfant(s) concernant les décisions importantes telles que la santé ou l’éducation. Comme ailleurs en Europe, le principe de coresponsabilité vise à encourager les pères à davantage d’investissement dans leur rôle paternel, pour une meilleure égalité parentale.

6 La garde conjointe, attribuée dans 9,7% des cas en 2007, atteignait un taux de 12,3% en 2011.

7 Cette enquête s’appuie sur 33 récits de pères, contactés via la Caisse d’allocations familiales des Bouches-du-Rhône, qui se sont déclarés comme vivant seuls avec leurs enfants suite à un divorce ou une séparation.

8 Il y développe l’idée selon laquelle la législation catalane est allée plus loin que la loi fédérale. Elle s’en distingue sur deux points principaux : la possibilité dès le mariage de contracter un contrat qui permettra de préparer un divorce négocié et la création d’un plan de paternité qui tient compte du lien affectif entre les enfants et leurs parents, mais également avec les autres personnes de leur entourage.

9 Cette contribution repose sur une étude menée sur 24 dossiers judiciaires (divorces, litiges post-divorces, etc.) examinés en cabinet d’avocats en 2012.

10 Veronika Nagy désigne par « paternels » l’ensemble des membres de la famille du côté du père.

11 Cette étude repose sur une recherche par entretiens auprès de 18 hommes gays (12 ayant fondé une famille homoparentale en coparentalité et 6 projetant de le faire).

12 « La résidence alternée : l’évolution récente du droit français à la lumière du droit comparé » (p. 153-173) de Laurence Brunet s’appuie sur une étude des évolutions législatives liées à la pratique de la résidence alternée en France et dans les pays voisins.

13 La contribution « Paternité et congés parentaux en France et en Espagne » (p.175-186) d’Anna Escobedo et Gerardo Meil compare les systèmes français et espagnol relatifs aux congés parentaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandra Piesen, « Agnès Martial (dir.), Des pères « en solitaire » ? Ruptures conjugales et paternité contemporaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 22 juin 2016, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21044

Haut de page

Rédacteur

Alexandra Piesen

Doctorante en sociologie au Centre de Recherche sur les Liens Sociaux (CERLIS, UMR 8070), Université Paris Descartes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page