Navigation – Plan du site

Nadège Chabloz, Peaux blanches, racines noires

Axel Nguema Edou
Peaux blanches, racines noires
Nadège Chabloz, Peaux blanches, racines noires. Le tourisme chamanique de l'iboga au Gabon, Louvain-la-Neuve, L'Harmattan, Editions Academia, 2014, 241 p., ISBN : 978-2-8061-0211-9.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Nadège Chabloz propose une ethnographie participative qui permet de saisir un phénomène touristique particulier. Il aborde la question des mobilités, des parcours de vie liés aux pratiques initiatiques mystico-spirituelles de « blancs » (Français) vers des terres « noires » (Gabon). C’est ce qu’elle nomme le tourisme chamanique, considéré « comme un ensemble de pratiques consistant à quitter son cadre de vie habituel pour moins d’un an dans l’objectif de participer et/ou de s’initier à un rite encadré par des initiateurs/ guérisseurs/tradipraticiens » (p. 11).

  • 1 L’iboga est une plante psychotrope que l’on consomme sous forme de râpure et de macération d’écorce (...)

2En choisissant le Gabon comme terrain d’étude, l’auteure s’interroge particulièrement sur la consommation de l’iboga1, à partir du rite initiatique du bwiti. Dès les premières lignes de son introduction, Nadège Chabloz décrit le fil conducteur de son livre à travers une question à la fois descriptive et explicative. Elle se propose de découvrir « par quels processus historiques et culturels un rite initiatique gabonais, le bwiti, (…) incarne depuis une quinzaine d’années une forme de chamanisme sur la scène internationale, bénéficiant d’une image enchantée et salvatrice ». Dès lors, elle invite à une immersion dans une société aux marges de la « tradition » et de la « modernité ».

3L’ouvrage se structure comme une enquête anthropologique, dont l’ethnographie reste la principale méthode de retranscription des données. Le travail se compose de quatre grands chapitres, précédés d’une introduction qui fait office de « préalable épistémologique », et d’une brève conclusion qui essaie de recontextualiser le thème dans le rapport actuel qui opposerait la France colonisatrice à l’Afrique colonisée, à travers la question du « qui sauve qui ».

4Nadège Chabloz montre comment des Occidentaux se réapproprient le rite bwiti en bravant le statut pénal de l'iboga en France. L’auteure tente, par la suite, d’opérer une rupture épistémologique, en précisant la terminologie des concepts clés (tourisme chamanique, bwiti) avant de décrire à la fin de son introduction la méthodologie utilisée, qui met un accent particulier sur « l’observation ethnographique » en plaçant l’étude dans une démarche inductive. L’auteure a ainsi utilisé une ethnographie basée sur des données audiovisuelles (documentaires, reportages) et écrites (ouvrages, presse locale) tout en complétant avec des informations « informelles », recueillies sur les réseaux sociaux et sur internet de façon générale. Elle relance ainsi un débat méthodologique sur la pertinence des données issues d’internet dans la recherche en sciences sociales. Le croisement de ces techniques, que nous considérons comme un va-et-vient permanent entre méthodes, dote les données objectivables d’une transversalité.

  • 2 Binet Jacques, Gollnhofer Otto et Sillan Roger, « Textes religieux du Bwiti fan et de ses confrérie (...)

5Par des données ethnographiques, Nadège Chabloz tente de construire une typologie d’acteurs de l’espace chamanique au Gabon. Elle dresse donc tour à tour des profils (portraits) d’initiés, d’initiateurs et de promoteurs du tourisme chamanique de l’iboga. Elle fait le choix d’un certain nombre de « sujets » qui, à l’image d’un roman, deviendront des personnages clés de son ouvrage, qu’elle désigne par des dénominations indigènes. Par exemple, en ce qui concerne le profil d’initiateur, le « sujet » Malendi est surnommé « le Blancologue », et Tatayo « le pionnier médiatique ». Cette construction est le plus souvent faite à partir des récits de vie des sujets qu’elle a rencontrés. Pour évoquer ceux qu’elle n’a pas rencontrés, elle fait appel énormément à des chercheurs ayant travaillé sur la question du bwiti ou de l’iboga au Gabon2. Le profil des initiés au bwiti fait ressortir l’aspect non-officiel du tourisme chamanique de l’iboga au Gabon, d’où le manque de statistiques sur les Français qui s’y rendent pour cette pratique. À partir de quelques indicateurs économiques issus de ses entretiens, Nadège Chabloz tente de produire une estimation du coût d’une initiation au bwiti d’un Français. Elle dresse à chaque fois le parcours et les motivations de chaque acteur. Elle développe à la fois la vie en amont du touriste chamanique et ce qu’il devient après son initiation au bwiti. Ainsi, l’auteure distingue quatre profils de candidats à l’initiation. Les souffrants (qui ont des problèmes psychologiques), les « pick and choose » (en quête d’expérimentation culturelle), « les mystico-spirituels » (en quête de développement personnel) et les toxicomanes. Par l’analyse des portraits d’initiés, Nadège Chabloz présente le tourisme chamanique des Occidentaux en Afrique et de l’iboga au Gabon en particulier comme un « retour vers l’Afrique », continent dit des « origines ».

6L’un des apports fondamentaux de cet ouvrage réside dans l'examen du rite bwiti face au phénomène du tourisme en général. L’auteure développe dans son deuxième chapitre les « mises en scène » du bwiti à partir d’un « regard ethnographique des modalités de production des représentations cinématographiques sur le tourisme chamanique avec le contexte culturel et politique gabonais » (p. 61) du bwiti et de l’iboga. Autrement dit, comment le rite bwiti se met-il en scène pour construire un tourisme chamanique au-delà de l’interdiction de l’iboga et des considérations « sectaires » que l’on attribue au bwiti ? Elle présente la télévision comme le premier lieu de mise en scène du bwiti. Nadège Chabloz emploie un corpus riche, composé à la fois de nombreux documentaires audiovisuels, de photos sur le bwiti et l’iboga, pour étayer son argumentaire. À travers celui-ci, elle présente la façon dont se construit la mise en scène du bwiti et les éléments susceptibles de mieux appréhender la connaissance du tourisme chamanique de l’iboga au Gabon. Elle montre de façon argumentée comment les documentaires exposent les « figures du chamane ». Il y a donc, à travers les films analysés, une très forte « représentation enchantée du tourisme chamanique et des pays à chamanes » (p. 73). Selon l’auteure, les films dans leur généralité montrent uniquement le bon côté du chamane et du pays. Nadège Chabloz tire la conclusion selon laquelle les productions audiovisuelles « tendent ainsi à construire le bwiti et l’iboga, comme une vitrine culturelle à offrir à l’extérieur et comme miroir identitaire pour les Gabonais vivant au Gabon et à l’étranger » (p. 89). Elle prolonge cette idée en parlant de « la construction d’un patrimoine culturel » qui devrait « faire naître un sentiment national ». Une construction qu’elle attribue au gouvernement et notamment aux actions des deux anciens présidents de la République gabonaise (Léon Mba et Omar Bongo). À ce niveau, la lecture qu’elle fait des événements culturels est très superficielle et manque pertinemment d’une analyse sur les logiques d’acteurs. Autrement dit, elle ne s’interroge pas assez sur le pourquoi de ces actions et sur leur but, alors que les festivals culturels qu’elle cite ne sont plus d’actualité aujourd’hui, car construits sur la base d’une simple quête de légitimité des acteurs cités plus haut. À partir de là, on pourrait s’interroger sur la mise en scène opérée par les acteurs politiques à partir de la culture et du bwiti en particulier, car il serait difficile d’apprécier une politique culturelle à partir de simples événements sporadiques. Par ailleurs, on ne saurait admettre avec Nadège Chabloz que le bwiti se met en scène uniquement à travers les danses mais plutôt, la danse ou les danses font partie à part entière du rite bwiti. On ne peut ainsi les dissocier. Dans un pays où le phénomène évangélique pentecôtiste de réveil prend de l’ampleur, quelle place peut avoir un rite perçu comme maléfique par les religions dominantes (chrétiennes) ? Il semble donc difficile pour l’État gabonais de vouloir utiliser ce rite pour « justifier d’une certaine unité de la nation gabonaise ».

  • 3 Le ganga est une expression indigène qui est utilisée pour désigner le tradipraticien, le guérisseu (...)

7Enfin, il est important de souligner les rapports de pouvoir que l’auteure fait ressortir pour saisir la complexité des luttes symboliques qui s’exercent à partir des « relations initiatiques ainsi qu’à [leurs] marges pour finir avec la relation ethnographique ». À partir des discours d’acteurs, elle souligne dans un premier temps, la domination symbolique que le ganga-initiateur3 exerce sur les initiés. Dans un second temps, elle décrit le caractère illégal de l’iboga dans la législation française et la perception négative du bwiti que l’État français présente. En effet, il semble que les touristes chamaniques de l’iboga au Gabon militeraient en faveur de la consommation légale de l’iboga. Alors que l’iboga (bois sacré) est classé « Patrimoine National » au Gabon depuis 2000, en France par contre son usage est interdit. Cette situation crée chez certains touristes chamaniques (Français) une allure de refoulement vis-à-vis de leur pays d’origine. Ainsi, certains disent acquérir un « capital symbolique  certain et le sentiment d’appartenir à une communauté » au Gabon à partir de leur initiation à l’iboga. Les initiateurs par contre, aboutissent à une majoration de leur capital symbolique et économique du fait qu’ils ont pu initier des « blancs ». La quête de légitimité de l’ethnologue dans l’univers académique et auprès des populations enquêtées permet aussi à l’auteure d’interroger son rapport à l’objet étudié. En cela, elle pense que l’initiation personnelle de l’ethnologue peut être « contre-productive », d’où son refus à l’initiation.

8Nadège Chabloz ne manque pas de donner une dimension philosophique à son ouvrage, au-delà de l’importance des données de terrain qu’il comporte. En effet, elle tente une forme de théorisation de la pensée du tourisme chamanique. C’est ce qui justifie l’hypothèse défendue dans son dernier chapitre qui affirme que « le tourisme chamanique repose en grande partie à la fois sur une culture du moi apparue au XVIIIe siècle en Europe et sur une vision spécifique de l’autre exotique et de la manière de l’observer provenant de la pensée des Lumières, vision que l’on retrouve en partie dans l’entreprise coloniale » (p. 151). Elle parle donc du « romantisme des touristes chamanique » comme d’un élément considérable de ce type de tourisme, où l’expérience de la spiritualité prend le dessus sur la rationalité. C’est à la fois une comparaison entre l’esprit romantique et la pensée des Lumières à travers l’interrogation de notions telles que la « transcendance spirituelle », la « mort », etc. Toute cette reconfiguration permet à Nadège Chabloz de présenter ce qu’elle nomme le « New age », notion qu’elle emprunte aux philosophes des Lumières, qui rassemble les « cultes exotiques et plantes psychotropes » pour aboutir au développement personnel. C’est donc une forme de néo-chamanisme que l’auteur analyse en insistant sur « la valorisation et réappropriation des médecines traditionnelles » (p. 178).

Haut de page

Notes

1 L’iboga est une plante psychotrope que l’on consomme sous forme de râpure et de macération d’écorce de racines durant le rite initiatique du bwiti au Gabon.

2 Binet Jacques, Gollnhofer Otto et Sillan Roger, « Textes religieux du Bwiti fan et de ses confréries prophétiques dans leur cadres rituels », Cahiers d’Etudes africaines, XII, 46, 1972, p. 197-253. Binet Jacques, Société de danse chez les fangs du Gabon, Paris, Orstom, 1972. Binet Jacques, « Drogue et mystique : le Bwiti des Fangs », Diogène, 86, avril-mai, 1974, p. 34-57.

3 Le ganga est une expression indigène qui est utilisée pour désigner le tradipraticien, le guérisseur. Lorsque nous parlons de ganga-initiateur, c’est pour caractériser les acteurs que Nadège Chabloz présente comme des tradipraticiens, des guérisseurs qui se sont spécialisés dans l’initiation de leur patient.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Axel Nguema Edou, « Nadège Chabloz, Peaux blanches, racines noires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 27 juin 2016, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21087

Haut de page

Rédacteur

Axel Nguema Edou

Docteur en sciences sociales du sport, travaille sur les questions de politique sportive et culturelle au Gabon. Ses méthodes reposent sur une socio-anthropologie par le bas.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page