Navigation – Plan du site

Noam Chomsky, What Kind of Creatures are We?

Igor Martinache
What Kind of Creatures Are We?
Noam Chomsky, What Kind of Creatures Are We?, New York, Columbia University Press, 2016, 167 p., ISBN : 978-0-231-17596-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Shlomo Sand, La fin de l’intellectuel français ?, Paris, La Découverte, 2016, dont un compte r (...)
  • 2 Sur les révolutions scientifiques, voir Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Pa (...)
  • 3 Pour une présentation un peu plus développée, voir notamment le compte rendu proposé par Marie Opcz (...)
  • 4 Voir l’ouvrage classique de Charles Wright Mills, L'élite au pouvoir, Marseille, Agone, 2012 [1re é (...)
  • 5 Voir entre autres Noam Chomsky et Edward Herman, La fabrication du consentement, Marseille, Agone, (...)
  • 6 On renverra également aux nombreuses ressources, écrites, audio et vidéo, proposées par son site pe (...)

1Alors que certains s’interrogent sur la disparition de l’intellectuel à la française1, Noam Chomsky est sans doute celui qui incarne le mieux cette figure du scientifique résolument engagé dans les débats politiques de son époque. Professeur émérite au prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT), celui-ci a littéralement révolutionné la linguistique moderne2 dans les années 1950 avec sa théorie dite de la grammaire générative. Celle-ci renvoie alors en quelque sorte dos-à-dos les approches structuralistes et behavioristes en posant l’existence de facultés langagières innées et universelles à partir desquelles se construisent différentes langues particulières, pour la résumer de manière beaucoup trop succincte3. Parallèlement, Noam Chomsky n’a eu de cesse de dénoncer publiquement l’impérialisme guerrier de son propre pays, les États-Unis, au moment de la guerre du Vietnam puis lors des différents coups d’état militaires soutenus en sous-main par Washington en Amérique centrale et en Amérique du Sud, sans oublier le génocide indonésien. Critiquant également la mainmise de l’« élite au pouvoir », politique, économique et militaire4, sur les médias5, Noam Chomsky est ainsi devenu au fil des années une véritable égérie des militants de gauche, lui-même ne cachant pas ses sympathies pour le mouvement anarcho-syndicaliste6. Et à 87 ans, il n’a rien perdu son énergie à tenter de convaincre ses contradicteurs, sur le plan scientifique autant que politique – si tant est que l’on puisse totalement dissocier les deux. En témoigne son dernier essai dont le titre pose une question à la fois intrigante et ambitieuse : « quelle sorte de créatures sommes-nous ? », le « nous » désignant ici les êtres humains en tant qu’espèce animale particulière. En à peine plus d’une centaine de pages, l’auteur ramasse en effet toute une vie de réflexions dans une quantité de champs différents, ainsi que le note Akeel Bilgrami dans sa préface : la linguistique théorique, les sciences cognitives, la philosophie et l’histoire des sciences, la biologie évolutionniste, la métaphysique et la philosophie morale et politique. Le tout avec un style vivant et un réel souci de la pédagogie, même si la densité des références rend la lecture malgré tout ardue.

  • 7 Notre traduction. L’auteur de ce compte rendu plaide coupable en même temps que son incompétence en (...)

2L’ensemble se découpe en quatre grandes parties. Le premier chapitre pose cette question faussement simple : « Qu’est-ce que le langage ? » ; question cruciale s’il en est puisque, comme l’a noté Darwin, c’est précisément cette « capacité pratiquement à associer les sons et les idées les plus diversifiés » qui distingue les humains du reste du règne animal. Reste à savoir exactement en quoi cette capacité consiste exactement, mais également d’où elle vient, dans tous les sens du verbe. Noam Chomsky résume ainsi brièvement ici les principaux éléments de la théorie qu’il a lui-même initié, à savoir la « Propriété de Base » (Basic Property) suivant laquelle « chaque langage fournit une série illimitée d’expressions hiérarchiquement structurées qui reçoivent une interprétation à deux interfaces, l’une sensorimotrice, qui a trait à son externalisation, et l’autre conceptuelle-intentionnelle s’agissant des processus mentaux »7 (p. 4), avant d’expliquer qu’il s’est lui-même concentré sur ce deuxième aspect, le « I-langage » – la lettre « i » renvoyant à « interne, individuel et intensionnel » –, et sur les procédures de calcul (computational) sous-jacentes. Il présente ainsi, exemple à l’appui, le principe contre-intuitif de calcul minimal (principle of Minimal Computation) qui préside à ces procédures de calcul, tout en expliquant finalement en quoi ce programme de recherche est loin d’avoir répondu à toutes les questions qu’il pose.

3Chomsky élargit dans la partie suivante l’interrogation soulevée précédemment à celle des capacités cognitives en général des êtres humains et de leurs limites en particulier. Il reprend pour ce faire la distinction qu’il a lui-même proposée quarante ans plus tôt entre les « problèmes » et les « mystères », les seconds échappant aux capacités cognitives des humains, à la différence des premiers. Noam Chomsky s’inspire ici du concept d’abduction, forgé contre le cartésianisme par le philosophe pragmatiste Charles Peirce pour désigner la phase d’étonnement initial qui selon lui précède le raisonnement hypothético-déductif et la vérification inductive dans la démarche scientifique, et il souligne que l’esprit humain, en tant que système biologique, s’appuie nécessairement sur un ensemble limité d’« hypothèses admissibles » sur lesquelles peut se fonder toute opération cognitive. Contre un certain dualisme tenace, il affirme ainsi la limite des capacités de connaissance humaine en expliquant notamment qu’il n’y a aucune raison que le fonctionnement du cerveau soit finalement différent de l’intestin, ce véritable « deuxième cerveau » de par le nombre et la densité des cellules nerveuses dont il est formé, et à propos duquel on n’a aucune difficulté à accepter la finitude des opérations qu’il est à même de traiter. Noam Chomsky discute ainsi les théories dualistes classiques pour conclure qu’il nous faut admettre que nous n’en savons finalement aujourd’hui guère plus que certains penseurs des Lumières des XVIIe et XVIIIe siècles quant à la créativité humaine, qui constitue sans doute un « mystère » dépassant nos propres capacités d’investigation, tant en termes d’observation que de conscience même.

  • 8 Voir entre autres les extraits de La Richesse des nations (1776) réunis dans Adam Smith, Vive l’Éta (...)
  • 9 Sur ce dernier, voir notamment David Graeber, La démographie aux marges, Lormont, Le Bord de l’eau, (...)
  • 10 Pour une présentation générale des courants de pensée et d’action que ce vocable recouvre, voir not (...)

4Le troisième chapitre est quant à lui consacré à la question, politique s’il en est, du bien commun. Pour mettre en évidence le lien étroit entre cette question et celles du langage et de la connaissance explorées précédemment, Noam Chomsky convoque ici d’autres penseurs des Lumières, notamment Adam Smith, dont il rappelle la critique sans appel de l’abrutissement inévitable provoqué par la spécialisation dans une tâche particulière. Cet envers de la division du travail, dont on ne retient en général que les bénéfices en termes d’efficacité du travail et d’accroissement de la quantité de richesses produites, avait ainsi amené le penseur écossais à plaider pour une intervention franche des pouvoirs publics visant à promouvoir l’éducation et la culture8. Il se range clairement du côté de ce dernier, mais aussi de Mill, de Humboldt et, plus récemment, de Dewey, affirmant sa confiance envers les possibilités d’auto-éducation du public contre l’élitisme et la défiance vis-à-vis du peuple qui animent aussi bien les pères fondateurs des États-Unis9, Jefferson en tête, que des penseurs néolibéraux, de Walter Lippman à Samuel Huntington. Et reprenant une image aux paysans sans-terre brésiliens, Noam Chomsky expose sa conception de l’État comme une cage de fer qui enferme mais protège aussi des prédateurs extérieurs et dont il s’agit d’élargir la surface plutôt que de scier les barreaux, jusqu’à trouver de nouvelles formes d’organisation politique permettant de le dépasser. Cette vision le situe davantage du côté des anarco-syndicalistes que des libertariens radicaux, soit dit en passant10.

5Intitulée « Les mystères de la nature : à quelle profondeur sont-ils cachés ? », en référence à un commentaire de David Hume à propos de Newton, la dernière partie propose un parcours à travers l’histoire et la philosophie des sciences. En s’appuyant un fois encore sur les propositions de nombreux autres auteurs, Noam Chomsky revient ainsi sur une série de débats épistémologiques classiques et leurs évolutions jusqu’à aujourd’hui : la nature de la matière, l’irréductibilité de la chimie à la physique, la mathématisation de la nature, la conception d’une action à distance, le dualisme corps-esprit ou la consistance d’un sujet pensant au-dessus de ces derniers, pour aboutir à la conclusion selon laquelle l’usage créatif de nos capacités cognitives et langagières nécessairement finies demeure bel et bien « aussi mystérieux maintenant qu’il ne l’était plusieurs siècles auparavant, et pourrait se révéler être l’un de ces secrets ultimes qui resteront toujours dans l’obscurité, impénétrables à l’intelligence humaine » (p. 127).

6Suscitant des réflexions à la fois simples et complexes, familières et déroutantes, fondamentales et exotiques, la lecture du dernier ouvrage de Noam Chomsky constitue une invitation stimulante à accepter les limites des capacités, notamment cognitives, de l’espèce humaine, tout en continuant à les cultiver collectivement. En cela, il s’agit bel et bien d’une bonne et non d’une mauvaise nouvelle, comme le souligne à plusieurs reprises l’auteur, car c’est précisément cette propriété découlant du codage génétique qui nous définit et évite que nous soyons des amibes informes à la croissance potentiellement infinie. Le rappel de nos limites constitutives que ravive cette investigation dans l’origine du langage et de la connaissance apparaît du reste on ne peut plus salutaire à une époque où le culte effréné de la croissance et de la technique n’a jamais paru autant menacer la viabilité des frêles créatures que nous sommes.

Haut de page

Notes

1 Voir Shlomo Sand, La fin de l’intellectuel français ?, Paris, La Découverte, 2016, dont un compte rendu rédigé par Sébastien Zerilli est disponible sur Lectures : https://lectures.revues.org/20751.

2 Sur les révolutions scientifiques, voir Thomas Kuhn, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1983 [1re éd. : 1962].

3 Pour une présentation un peu plus développée, voir notamment le compte rendu proposé par Marie Opczinsky d’un de ses ouvrages récemment traduits en français : Noam Chomsky, Sur la nature et le langage, Marseille, Agone, 2011 : https://lectures.revues.org/5781.

4 Voir l’ouvrage classique de Charles Wright Mills, L'élite au pouvoir, Marseille, Agone, 2012 [1re éd. : 1956] dont François Thoreau a rendu compte pour Lectures : https://lectures.revues.org/8703.

5 Voir entre autres Noam Chomsky et Edward Herman, La fabrication du consentement, Marseille, Agone, 2008 [éd. originale : 1988].

6 On renverra également aux nombreuses ressources, écrites, audio et vidéo, proposées par son site personnel : https://chomsky.info.

7 Notre traduction. L’auteur de ce compte rendu plaide coupable en même temps que son incompétence en linguistique en cas de traduction erronée des concepts centraux de l’auteur.

8 Voir entre autres les extraits de La Richesse des nations (1776) réunis dans Adam Smith, Vive l’État !, Paris, Les Petits Matins, 2012.

9 Sur ce dernier, voir notamment David Graeber, La démographie aux marges, Lormont, Le Bord de l’eau, 2014.

10 Pour une présentation générale des courants de pensée et d’action que ce vocable recouvre, voir notamment Edouard Jourdain, L'anarchisme, Paris, La Découverte, 2013, dont Célia Poulet a rendu compte pour Lectures : https://lectures.revues.org/10613, ainsi que l’anthologie de textes rassemblée et commentée par Daniel Guérin, Ni Dieu, ni maître, Paris, La Découverte, 2012 [1965], que Noam Chomsky évoque du reste dans son texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Noam Chomsky, What Kind of Creatures are We? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 28 juin 2016, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21091

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page