Navigation – Plan du site

Evelyne Ritaine et al. (dir.), « Effets-frontières en Méditerranée : contrôles et violences », Cultures & Conflits, n° 99-100, 2015

Nicolas Haesler
Effets-frontières en Méditerranée : contrôles et violences
Évelyne Ritaine, Laurence Pillant, Louise Tassin, Paloma Maquet, Lorenzo Gabrielli, Paolo Cuttitta (dir.), « Effets-frontières en Méditerranée : contrôles et violences », Cultures & Conflits, n° 99-100, automne-hiver, 2015, Paris, L'Harmattan, ISBN : 978-2-343-08728-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Braudel Fernand, La Méditerranée. L’Espace et l’Histoire, Paris, Flammarion, 2009, p. 35.

1« J’ai passionnément aimé la Méditerranée ». C’est par ces mots, bien connus, que Fernand Braudel entame sa thèse sur la Méditerranée et le monde méditerranéen au XVIe siècle. Braudel n’y cache pas son admiration pour la mer, qu’il conçoit comme « une barrière étendue jusqu’à l’horizon, comme une immensité obsédante, omniprésente, merveilleuse, énigmatique… »1. Le changement de ton est radical dans l’ouvrage présenté ici : « fosse commune », « zone de confinement », « espace d’exception et de mort » ; la Méditerranée est bel et bien devenue au XXIe siècle « la route migratoire la plus mortelle du monde » (p. 11).

  • 2 Il s’agit de l’île de Lesbos, du port du Pirée, de l’île de Lampedusa et des régions espagnoles Ceu (...)
  • 3 Concept emprunté à Didier Bigo. Il faut comprendre par là l’ensemble des institutions politiques, a (...)
  • 4 Considérés comme migrants fuyants une situation politique dangereuse pour leur vie.
  • 5 Considérés comme migrants fuyants des situations économiquement difficiles pour leur subsistance.

2En se focalisant sur quatre2 lieux emblématiques du drame migratoire qui se joue actuellement sous nos yeux en Méditerranée, les auteurs de cet ouvrage collectif analysent la « gouvernementalité [européenne] des frontières »3 qui se cherche, qui évolue et qui est in fine un processus de « frontiérisation » (p. 12). Ce processus du « bordering » est comparé à une militarisation de la Méditerranée qui fait de la frontière externe de l’espace Schengen à la fois une limite ubiquitaire et un blindage qui « a entraîné la découverte de nouvelles routes clandestines, de plus en plus dangereuses pour les migrants, dans un processus de dérivation permanente » (p. 15). L’hyper-sécurisation de la frontière méditerranéenne crée ainsi d’une part des « couloirs d’exil » de plus en plus périlleux et provoque d’autre part une multiplication des zones de confinement – des camps –, dans lesquels les migrants sont maintenus dans « une errance spatiale » permanente. Cette gouvernementalité – dans laquelle s’inscrivent par exemple l’agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne (Frontex) et le système européen de surveillance des frontières (Eurosur) – repose sur la gestion du risque sécuritaire et la distinction entre réfugiés4 tolérés et migrants économiques5 refusés. Elle procède donc à une gestion de l’ouverture et de la fermeture des frontières et a fait de la Méditerranée un espace de non-lieux – les campements – et de mort. Elle reflète ainsi « l’acmé d’une anomie politique qui dure depuis l’application des accords de Schengen » (p. 17) et qui repousse une échéance politique et morale fondamentale pour l’Union européenne, afin de répondre à la question : accepte-t-elle de refouler les migrants le plus loin possible dans des zones de confinement en périphérie de l’espace Schengen – et parfois jusqu’à la mort – ou va-t-elle établir une véritable politique migratoire fondée sur les droits humains ?

3La première contribution, reposant sur les recherches doctorales de la géographe Laurence Pillant et de la sociologue Louise Tassin, propose une approche interdisciplinaire du problème du « blindage » de la frontière sur l’île grecque de Lesbos. Les auteures se sont penchées sur les lieux formels et informels du contrôle migratoire sur cette île qui « se referme ». Elles ont constaté que, face à l’afflux massif de migrants, les structures institutionnelles et les procédures administratives sont totalement dépassées ou font carrément défaut. C’est alors dans une improvisation plus ou moins grande que des dispositifs officiels – comme les commissariats de police ou les prisons désaffectées – et non officiels – comme les restaurants, les véhicules et les espaces publics – sont utilisés comme zones de rétention pour permettre un contrôle des migrants. La conséquence est une propagation rhizomatique des structures frontalières de contrôle migratoire, qui a non seulement une incidence sur les migrants, maintenus plus ou moins durablement dans des structures provisoires et intermédiaires, mais également sur la population civile qui doit vivre sur cette île barricadée.

  • 6 China Ocean Shipping Company.

4La deuxième contribution de la doctorante en géographie Paloma Maquet se penche sur un lieu emblématique de la frontière Schengen : le port du Pirée. L’auteure s’est intéressée dans le cadre d’une enquête de terrain au transfert de la gestion du port du Pirée à une entreprise privée chinoise, la Cosco6, et aux conséquences pour les migrants de cette privatisation d’une des portes d’entrée majeures en Europe. Elle montre de façon générale que les ports ne jouent pas seulement un rôle primordial dans le « blindage » de l’espace maritime européen en ce qu’ils constituent de véritables « citadelles », mais aussi que la gestion de la migration clandestine qui s’y opère permet une analyse privilégiée de la gouvernementalité frontalière de l’espace Schengen. Or, la privatisation du port du Pirée comporte deux conséquences fondamentales. Premièrement, en devenant un espace privé, le port devient par là même un espace externe, une sorte d’hétérotopie foucaldienne dans laquelle l’État n’assume plus ses fonctionnes régaliennes comme le contrôle des frontières. Les autorités portuaires privées peuvent dès lors gérer de façon autonome le problème migratoire, à l’abri des regards critiques. Deuxièmement, la gestion portuaire du Pirée s’inscrit nettement dans une tendance hyper-sécuritaire qui correspond à la mise en application des codes sécuritaires post 11 Septembre imposés par les États-Unis. Ainsi, le port devient un espace où se superposent deux phénomènes : « la normalisation (et son application) de la sécurisation portuaire, faisant de certains ports les citadelles d’un espace politique à protéger, et la privatisation des ports, interdisant à toute personne indésirable l’accès à cet espace économique devenu une affaire “privée” » (p. 58).

  • 7 Pour illustrer cela l’auteur évoque la nuit du 6 février 2014 durant laquelle environ 300 migrants (...)
  • 8 Agamben Giorgio, État d’exception, Paris, Seuil, 2003.

5Le chercheur Lorenzo Gabrielli signe le troisième article qui se penche sur la « frontiérisation » à Ceuta, Melilla et sur les îles Canaries. Il montre que le problème migratoire y est traité comme une crise aigue, permettant le recours à des solutions d’urgence et à une approche exceptionnelle, comme par exemple l’emploi de la violence physique7. Son approche n’est pas sans rappeler celle du philosophe Giorgio Agamben qui, dans son ouvrage fondamental, État d’exception8, se demande si la pérennisation d’un état d’urgence n’est pas le moyen de maintenir une zone grise légale et d’échapper ainsi aux contraintes des droits fondamentaux.

6Les deux dernières contributions, de Paolo Cuttitta et Evelyne Ritaine, sont complémentaires. Les deux s’intéressent à Lampedusa, lieu des plus symboliques du problème migratoire contemporain, et les deux se focalisent sur la production et la réception de ce que Paolo Cuttitta nomme le « spectacle frontière » (p. 99). En effet, pour Cuttitta, la frontière Lampedusa est un lieu d’observation privilégié pour la mise en scène de ce spectacle. Il distingue cinq moments – ou cinq actes, à savoir fermeté, humanité, urgence, immigration zéro et urgence bis – dans lesquels il identifie deux régimes discursifs bien précis qui contribuent à « construire le régime de contrôle des frontières maritimes » (p. 113). Il y a d’une part « la logique et le registre de la sécurité qui se réfèrent à la nécessité de protéger les frontières de la menace présumée de l’immigration irrégulière » et d’autre part « la logique et le registre de l’humanité, qui se réfèrent à la nécessité de sauver des vies et de respecter les droits humains » (p. 113). Evelyne Ritaine poursuit dans cet effort d’analyse discursive, ou plutôt de production de discours – ou de sens –, en se penchant sur la réception accordée aux morts, suite au naufrage du 3 octobre 2013 près des côtes de Lampedusa, par les médias, les politiques et les militants. Elle identifie trois registres discursifs différents qui reposent sur le même événement mais en produisent un sens différent, qui tend finalement vers une « acception tacite d’un état d’exception [qui] dépend du plus ou moins grand degré de visibilité de la mort des migrants » (p. 140). À partir de là, Evelyne Ritaine énonce trois « cadrages » qui produisent trois sens et trois perceptions différents : les médias qui montrent plus ou moins les corps des migrants, les politiques qui en font des « ressources argumentatives » pour un débat de politique publique sur la prise en charge des frontières, et finalement les militants qui essayent de montrer derrières ces corps des personnes dotées de droits.

7Cet ouvrage collectif, un parmi les nombreux consacrés à la thématique de la gestion frontalières dans la collection Cultures et Conflits des éditions L’Harmattan, est très réussi, d’une part à cause de la cohérence de l’approche thématique et d’autre part du fait de la diversité des approches proposées – approche sociologique, géographique, anthropologique –, et de la rigueur méthodologique adoptée. Pour chaque contribution, la démarche méthodologique et les difficultés rencontrées sont expliquées. Les nombreuses références bibliographiques ainsi que les deux comptes rendus à la fin de l’ouvrage, consacrés à deux livres qui analysent les « violences et [les] morts aux/par les frontières » (p. 148), montrent la pertinence, l’étendue et l’actualité de la thématique des frontières, de la frontiérisation et de la gestion des flux humains dans les espaces frontaliers.

Haut de page

Notes

1 Braudel Fernand, La Méditerranée. L’Espace et l’Histoire, Paris, Flammarion, 2009, p. 35.

2 Il s’agit de l’île de Lesbos, du port du Pirée, de l’île de Lampedusa et des régions espagnoles Ceuta, Melilla et les îles Canaries.

3 Concept emprunté à Didier Bigo. Il faut comprendre par là l’ensemble des institutions politiques, administratives et technologiques consacré à la gestion des flux migratoires dans les espaces frontaliers. Voir Bigo Didier, « Le “nexus” sécurité, frontière, immigration : programme et diagramme », in Andrijasevic, Rutvica et al., Gouverner les frontières, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 9.

4 Considérés comme migrants fuyants une situation politique dangereuse pour leur vie.

5 Considérés comme migrants fuyants des situations économiquement difficiles pour leur subsistance.

6 China Ocean Shipping Company.

7 Pour illustrer cela l’auteur évoque la nuit du 6 février 2014 durant laquelle environ 300 migrants ont tenté de franchir la frontière à la nage. La Guardia Civil a eu recours aux balles en caoutchouc et à la force physique. 15 personnes sont mortes.

8 Agamben Giorgio, État d’exception, Paris, Seuil, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Haesler, « Evelyne Ritaine et al. (dir.), « Effets-frontières en Méditerranée : contrôles et violences », Cultures & Conflits, n° 99-100, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 juillet 2016, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21142

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page