Navigation – Plan du site

Sandra Tomc, Sophie Bailly, Grâce Ranchon (dir.), Pratiques et langages du genre et du sexe : déconstruire l'idéologie sexiste du binarisme

Aurélie Journée
Pratiques et langages du genre et du sexe : déconstruire l'idéologie sexiste du binarisme
Sandra Tomc, Sophie Bailly, Grâce Ranchon (dir.), Pratiques et langages du genre et du sexe : déconstruire l'idéologie sexiste du binarisme, EME Editions, coll. « Proximités Sciences du langage », 2016, 254 p., ISBN : 9782806635587.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Ce recueil d’articles rassemble des textes à la signature hélas exclusivement féminine […]. À cet (...)

1Cet ouvrage collectif explicite dès les premières lignes de son introduction la problématique principale à laquelle les articles des auteures – seules des chercheuses ont participé à la rédaction de ce volume et celles-ci insistent sur ce point1 – tentent d’apporter des éléments de réponse. Il s’agit ainsi de « s’interroger sur le genre pour signifier les rapports de pouvoir entre femmes et hommes » (p. 5). À cette fin, chacune des contributrices propose « d’étudier la question de la distribution du genre, sous l’angle de la hiérarchisation et la bicatégorisation, en mettant en avant la dimension structurelle des inégalités entre femmes et hommes » (p. 6). Soulignons d’ores et déjà ce qui apparaît comme une inversion syntaxique volontaire dans l’expression « femmes et hommes » (plus usuellement utilisée sous la forme « hommes et femmes »), qui résonne ici comme un signe manifestant le souhait de repenser la langue en tant que support de rapports de pouvoir et donc, par là même, d’interroger ceux-ci tant sur le fond que sur la forme.

2Cette réflexion se divise en trois parties, articulées autour de thématiques à la fois différentes et complémentaires. Celles-ci visent toutes à nourrir une réflexion commune portant sur les pratiques, les registres sémantiques et les discours fondés sur des schémas dichotomiques pérennisant les rapports de pouvoir dominants/dominés entre les hommes et les femmes.

  • 2 À ce sujet, voir notamment : Howard S. Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Pari (...)

3Pour mieux comprendre le cheminement intellectuel poursuivi par cet ouvrage, il semble intéressant d’expliciter les questions posées par chacune des parties le constituant. La première interroge ainsi le caractère pérenne des rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes à travers l’étude d’évènements, de pratiques et de comportements sociaux divers. Ainsi, Agnès Menouna-Juchs analyse le recours fait aux paradigmes de sexe et de genre dans les discours et l’iconographie développés à l’occasion de la journée internationale de la femme, tandis que Katia Nossenko Hercberg propose de réfléchir à partir d’une étude lexico-sémantique sur la place et la (re)présentation des femmes sur le web et plus particulièrement sur les sites fonctionnant en réseaux. À travers ceux-ci semble se construire la figure particulière de la « réseauteuse » (p. 31), qui articule « identification sexuée et identification professionnelle » (p. 42). L’auteure déroule ainsi le processus de création d’une identité où se superposent statut professionnel et sexe et/ou genre. Dans le dernier article de cette première partie, Bérangère Ginhoux s’intéresse au fonctionnement des groupes sociaux spécifiques que constituent deux communautés de supporters Ultras stéphanois (les Magic Fans et les Green Angels), en tant qu’instances de sociabilisation et que bâtisseurs d’identités sexuées et genrées. Cet exemple est intéressant en ce qu’il permet de relever que cette « fabrique de durs » (p. 53) essentiellement constituée d’hommes participe d’une certaine conception de la masculinité définie à travers le « culte de la virilité » (p. 59), fondée sur une dévalorisation de l’homosexualité (masculine principalement) et de la femme. À travers l’étude de la rhétorique employée par les membres de ce groupe, l’auteure montre bien comment sexualité et genre peuvent finalement être confondus afin d’entretenir un phénomène (violent) tout à la fois d’inclusion (celle des « hommes virils ») et d’exclusion (celle des hommes homosexuels et des femmes), qui n’est pas sans faire écho au concept d’« outsiders » exprimé par Howard Becker2. Enfin, cet exemple permet de rendre compte du processus par lequel la construction d’une identité sexuée et genrée influe consciemment ou non mais nécessairement sur la construction d’une autre. En effet, Bérangère Ginhoux montre bien comment les membres masculins de ces groupes sociaux se construisent eux-mêmes mais influent également sur la représentation de la minorité féminine qui en fait partie. Comme pendant à l’idée de masculinité développée au sein de ces groupes, est ainsi créée une féminité particulière fondée sur ce qu’il convient et/ou ne convient pas de faire et d’être en tant que femme supportrice, tant au niveau de l’attitude, du comportement, que de la tenue vestimentaire. L’idée est de trouver finalement une sorte de féminité du « juste milieu ». Ainsi, ces trois cas concrets permettent à leurs auteures d’analyser comment les comportements individuels fonctionnent sur des binarismes qu’ils renforcent.

  • 3 Sont définis comme « transhumanistes » les discours participant d’une « philosophie dont l’objectif (...)

4La seconde partie de cet ouvrage propose quant à elle une réflexion sur les enjeux de la déconstruction de ce(s) dualisme(s). Cette idée est notamment développée par Ann Coady qui, à partir d’une étude diachronique portant sur la construction du genre grammatical féminin à l’aune du masculin comme premier et unique modèle référentiel, conclut au « caractère oppressif » (p. 141) du mythe perpétuel selon lequel le féminin serait un dérivé du masculin. La possible déconstruction du dualisme sus-évoqué est ensuite pensée par Alice Coutant à travers une analyse critique du binarisme opposant au sexe le genre, afin de « repenser la théorisation sur le lien sexe-genre » (p. 102). Enfin, Julie Abbou opère une lecture exégétique des discours transhumanistes3, fondés selon elle sur deux procédés concomitamment mobilisés : l’appropriation et la déformation des revendications féministes. Cette seconde modalité participerait ainsi d’une « torsion transhumaniste du féminisme » (p. 148), élaborée à partir du rejet de tout positionnement sur le terrain politico-social (pourtant précisément celui sur lequel se situent les féministes). L’auteure affirme en ce sens que « le discours transhumaniste procède à l’effacement de la dimension politique du genre » (p. 164).

5Enfin, la dernière partie de cet ouvrage se concentre non plus seulement sur les pratiques et les discours qui agissent comme autant de véhicules cristallisant les rapports de pouvoir étudiés, mais s’intéresse aussi plus largement à leurs supports d’expression, qui les diffusent et/ou les remettent en cause. Grâce Ranchon propose ainsi une analyse des discours sexués et genrés développés au sein des manuels des classes FLE (français langue étrangère), tandis que Pierrette Fumba Bidjocka propose une réflexion sur la construction des identités sexuées et genrées à travers l’exemple de pièces de théâtre africaines. Enfin, Odile Baurens clôt cette troisième partie par une contribution forgée à partir de l’étude d’un corpus iconographique constitué d’œuvres réalisées par des femmes artistes exclusivement, aux origines géoculturelles variées, et sélectionnées en raison de leur faculté à traduire par le prisme spécifique de l’animal des questionnements liés au genre.

  • 4 Voir par exemple la contribution de Brigitte Ginhoux.
  • 5 Voir notamment la contribution de Julie Abbou.
  • 6 Voir par exemple la contribution de Katia Nossenko Hercberg.
  • 7 À ce sujet, voir la contribution d’Odile Baurens.

6En conclusion, d’une grande clarté didactique et nourri par de riches bibliographies à la fin de chaque contribution, cet ouvrage semble présenter pour qualité principale le fait d’embrasser la thématique très actuelle du sexe et du genre à travers des angles d’approche et des méthodologies pluriels. Ainsi, la variété des méthodes employées, allant de l’enquête ethnographique par observation participante et entretiens semi-directs4 à l’analyse comparative des discours5, des images et de la sémiotique visuelle6, permet d’élargir la réflexion et de l’étendre à des terrains à travers lesquels la problématique des rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes impliqués par l’existence et la perpétuation de catégories binaires ayant trait au sexe et au genre n’a encore que peu été abordée. En ce sens, il est intéressant de noter par exemple l’extension des matériaux de recherche à des œuvres artistiques, non seulement dans la mesure où celles-ci sont des exemples de productions de femmes artistes (l’histoire de l’art étant jusqu’à récemment encore perçue comme l’étude des processus de création des hommes artistes), mais aussi et surtout pour leur potentiel à aborder le thème du genre au moyen de l’animal, et donc à s’affirmer en tant que pratiques critiques décloisonnant les ontologies7 en s’en affranchissant. Enfin, si l’absence de conclusion générale permettant de faire la jonction entre les apports épistémologiques propres à chacune des contributions peut être regrettée, il semble néanmoins que cet ouvrage tire sa force de sa faculté à témoigner de l’enrichissement qu’apporte la transdisciplinarité à des réflexions longtemps uniquement soulevées par les gender studies.

Haut de page

Notes

1 « Ce recueil d’articles rassemble des textes à la signature hélas exclusivement féminine […]. À cet égard le silence des hommes sur cette question est un silence qui en dit long » (p. 6).

2 À ce sujet, voir notamment : Howard S. Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions Métailié, 1985 (traduit de l’anglais par J.-P. Briand et J.-M. Chapoulie).

3 Sont définis comme « transhumanistes » les discours participant d’une « philosophie dont l’objectif déclaré est de penser l’humain comme technologiquement augmentable […] le transhumanisme se définit volontiers comme une philosophie dont l’objectif déclaré est de penser la maladie et la mort comme indésirables et non-nécessaires. Pour se débarrasser de tels désagréments, la technologie va permettre de dépasser les limites de notre biologie, et donc notre humanité, voire de notre condition humaine », précise Julie Abbou (p. 148-149).

4 Voir par exemple la contribution de Brigitte Ginhoux.

5 Voir notamment la contribution de Julie Abbou.

6 Voir par exemple la contribution de Katia Nossenko Hercberg.

7 À ce sujet, voir la contribution d’Odile Baurens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Journée, « Sandra Tomc, Sophie Bailly, Grâce Ranchon (dir.), Pratiques et langages du genre et du sexe : déconstruire l'idéologie sexiste du binarisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 juillet 2016, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21143

Haut de page

Rédacteur

Aurélie Journée

Aurélie Journée est doctorante en anthropologie sociale et ethnologie à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris), au Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS), sous la direction de Marie Mauzé (CNRS) et la codirection de Michel Poivert (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Elle prépare une thèse portant sur la place et les enjeux du photographique dans les arts contemporains des femmes artistes nord-amérindiennes (aux États-Unis et au Canada).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page