Navigation – Plan du site

Jean Lojkine, La révolution informationnelle et les nouveaux mouvements sociaux

Sébastien Lallemant
La révolution informationnelle et les nouveaux mouvements sociaux
Jean Lojkine, La révolution informationnelle et les nouveaux mouvements sociaux, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « L'économie encastrée », 2016, 170 p., ISBN : 978-2-35687-462-7.
Haut de page

Texte intégral

1De nouvelles formes d’organisation des luttes sociales, telles que le mouvement des Indignés, émergent partout autour du globe et renouvellent les questionnements de la sociologie des mouvements sociaux. Ces nouveaux mouvements sociaux (NMS) sont apolitiques se définissent par une opposition à l’intermédiation institutionnelle classique que constituent les partis politiques et les syndicats pour privilégier une organisation horizontale. Ils permettent à tout citoyen d’accéder à l’expression politique par des expériences de démocratie directe comme les assemblées populaires ou l’occupation de places publiques. L’irruption de ces NMS s’expliquerait par l’échec des gouvernements à honorer leurs promesses d’amélioration de la qualité de vie des citoyens et à exprimer la volonté populaire. Jean Lojkine, directeur de recherche émérite au CNRS, cherche dans cet essai à relier ces NMS aux usages sociaux des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

  • 1 La notion de capitalisme informationnel est discutée par l’auteur en regard de la notion de capital (...)

2Après la révolution industrielle, le capitalisme a engendré à la fin du XXe siècle une seconde révolution, dite informationnelle. L’auteur la définit par l’usage croissant des NTIC et par la marchandisation de l’information, dont la conséquence serait la modification des rapports sociaux de production. Elle n’implique pas la fin de la lutte des classes et de la division du travail, mais une nouvelle forme de conflit entre le travail productif (créateur de valeur pour le capital) et le travail improductif (les services collectifs de développement humain comme la culture, l’éducation, la santé, etc.). Ainsi, la révolution industrielle entraîne un déplacement des oppositions traditionnelles entre les cadres et les ouvriers vers une opposition entre les travailleurs productifs et les travailleurs improductifs. La crise du capitalisme informationnel1 réside, pour l’auteur, dans la difficulté à appliquer à un secteur tertiaire en expansion basé sur l’information des critères de rentabilité propres à un secteur industriel en régression. Jean Lojkine examine en quatre chapitres l’impact de cette nouvelle « modernité » sur les formes prises par les luttes collectives.

3Au cours du premier chapitre, l’auteur s’attache à clarifier la définition de la révolution informationnelle sans la réduire, de manière déterministe, à la seule évolution technique du numérique. Pour lui, l’usage social qui est fait de ces technologies est primordial. « Ce qui caractérise la révolution informationnelle, c’est d’abord un certain rapport social de co-production de sens, un échange (non marchand) d’informations » (p. 18). Un enseignant, par exemple, n’a pas besoin de l’informatique pour transmettre son savoir. Les NTIC sont source d’une multiplicité d’usages potentiels et servent des objectifs variés voire contradictoires.

4Appliquant son analyse au monde du travail, l’auteur explique qu’un fatalisme techniciste pèserait sur les travailleurs au sens où chaque innovation technologique viendrait radicaliser une division du travail perçue comme inéluctable. Or, parallèlement, la révolution informationnelle pourrait être source de nouvelles formes d’organisation du travail et de coopération. En effet, si les NTIC augmentent la surveillance et le contrôle du travail des exécutants par les décideurs, elles peuvent très bien accroître la rentabilité tout en améliorant les conditions de travail.

  • 2 Sur la notion de multitude, voir Hardt Michael et Negri Antonio, Empire, Paris, Exil, 2000.

5Dans le deuxième chapitre, Jean Lojkine explore les difficultés propres aux NMS à entrer, sans se dénaturer, dans un espace politique depuis longtemps occupé. Il soutient que les NMS ont besoin de s’organiser durablement pour stabiliser leur structure et élaborer une profonde réflexion stratégique. En effet, l’accroissement des inégalités et de la précarité touche désormais les couches diplômées de la population. Ces dernières jouent un rôle de déclencheur de ces NMS autour de revendications sociétales et matérielles multiples portant aussi bien sur la protection de l’environnement, sur le droit du travail que sur la protection des minorités. Ces militants cherchent à sensibiliser et à réunir des individus de toutes origines sociales, présentant donc des caractéristiques diverses de statut et de capital culturel. Pour l’auteur, les NMS ne représentent pas l’hégémonie d’un groupe social mais celle d’une multitude2, comme par exemple le mouvement des 99%. Mais il met en garde contre le risque d’une domination des mouvements par une minorité possédant un certain capital culturel en raison de l’inégale répartition des compétences des militants.

6L’image du leader est rejetée par les militants des NMS, opposés au système représentatif. Toutefois, l’auteur constate qu’apparaît la nécessité de se doter d’un leader lorsqu’il faut assurer l’organisation de la mobilisation (comme ce fut le cas du mouvement Occupy) ou entrer dans la sphère politique. Un refus total de l’entrée en politique peut signifier la disparition rapide du mouvement, comme ce fut le cas pour le mouvement Open aux États-Unis. La création d’un nouveau parti politique, comme Podemos en Espagne ou le parti pirate suédois, entraine le mouvement à se confronter aux institutions existantes dominées par des forces idéologiques néolibérales. Selon l’auteur, une politique du compromis risque de décevoir ou de trahir les attentes initiales des militants, comme ce fut le cas pour Syriza en Grèce.

  • 3 L’auteur fait ici référence à Antonio Negri et à Bruno Tentrin.

7Le troisième chapitre est consacré à l’idée d’un communisme utopique portée par ces nouvelles classes précaires dans le contexte de la révolution informationnelle. Les échecs politiques du communisme ont conduit certains intellectuels3 à proposer une nouvelle pensée communiste qui consiste, entre autres, en la mise en place d’un revenu universel et d’une approche de l’autogestion des communs différente de celle promue par les mouvements de la fin des années 1960, qui s’appuyait sur la recherche de compromis entre les différentes classes sociales.

8Pour Jean Lojkine, la révolution informationnelle permet de dépasser cette division en classes et de questionner la notion de propriété en soulevant l’opposition entre valeur marchande et valeur d’usage. La rencontre entre une classe moyenne en recherche de ressources complémentaires et des systèmes d’échanges alternatifs sur internet a conduit à l’émergence de phénomènes comme le logiciel libre et l’économie collaborative. Toutefois, l’auteur explique que si ces pratiques d’échange collaboratives réorganisent la distribution des biens et services en parallèle au marché capitaliste, elles n’impliquent pas nécessairement un basculement vers des formes d’échange non marchand. Elles fédèrent des courants socialistes, communistes et libertaires, mais résonnent en écho avec l’idéologie néolibérale quant à la promotion de l’autonomie individuelle et le rejet de l’État providence. De plus, Jean Lojkine note la résilience du capitalisme face aux pratiques collaboratives en substituant un droit d’accès au droit à la propriété, c’est-à-dire la location à l’achat.

  • 4 L’auteur s’oppose aux prédictions de Alain Touraine sur la disparition du mouvement ouvrier ; voir (...)

9En faisant de chacun (travailleurs, retraités, exclus, etc.) un producteur de valeur, le communisme utopique entretient l’idée d’un front homogène. Pourtant l’idée, datant des années 1960, de l’apparition d’une « nouvelle classe ouvrière »4 ne s’est pas réalisée, selon Jean Lojkine. C’est la contradiction sur le sens donné à la valeur qui accentue l’opposition entre les secteurs productifs (de valeur, au sens capitaliste) et les secteurs improductifs. Ce décalage empêche « la grande alliance politique » (p. 98) des travailleurs.

10Enfin, dans le quatrième chapitre, l’auteur s’intéresse aux luttes de ces NMS pour construire des alternatives autogestionnaires des biens communs. Il souligne que la définition du commun reste imprécise : il peut être défini selon sa nature (les ressources naturelles), son statut (les espaces publics) ou son origine (le logiciel libre, issu de pratiques collaboratives instituantes). Tous ces champs du commun sont vulnérables face à l’expansion capitaliste. Pour lutter contre cette dernière, les NMS élaborent de nouvelles alternatives autogestionnaires, comme dans l’exemple développé par Jean Lojkine : la guerre de l’eau en Bolivie.

  • 5 Mot anglais qui signifie la clôture d’un champ. Le mouvement des enclosures marque dans l’Angleterr (...)
  • 6 L’auteur propose ce néologisme en opposition à enclosure (p. 119).

11L’auteur examine également des pratiques liées aux logiciels libres et les distingue d’une définition néolibérale de la marchandise sur différents points. Tout d’abord, leur mode de production par des dynamiques coopératives diffère du mode de production capitaliste. De plus, ce sont des marchandises communes, inachevées et en amélioration constante, face auxquelles la marchandise capitaliste ne peut rivaliser. Jean Lojkine identifie donc deux logiques économiques concurrentes qui interagissent : celle d’enclosure5 du capitalisme et celle de « déclosure »6 du mouvement des communs. Pour lui, les NMS ne peuvent se contenter d’opposer une logique sociale face à la logique capitaliste, comme le font les communistes utopiques. Ils doivent cesser l’amalgame entre Économie et économie néolibérale et constituer une économie propre aux communs.

12Mais la lutte pour des biens communs en libre accès, qu’ils soient informationnels ou physiques, trouble les divisions sociales : des clivages apparaissent entre ruraux et urbains, milieu populaire et milieu intellectuel. Jean Lojkine insiste sur la nécessité d’un programme d’autogestion réellement coopératif et démocratique pour dépasser ces clivages, favorisant une alliance dans le gouvernement du commun, sans risque de domination d’un groupe social.

13En conclusion, l’ouvrage de Jean Lojkine intéressera le lecteur soucieux de comprendre quels obstacles rencontrent les militants des NMS face aux enjeux actuels de la révolution informationnelle. Il propose une approche théorique des conséquences de la révolution informationnelle qui s’écarte de tout déterminisme technologique pour se concentrer sur les usages sociaux des NTIC et leurs conséquences. Le lecteur y trouvera de nombreux exemples qui illustrent et discutent les spécificités des formes et des revendications propres aux luttes sociales contemporaines.

Haut de page

Notes

1 La notion de capitalisme informationnel est discutée par l’auteur en regard de la notion de capitalisme cognitif, voir André Gorz, L’immatériel, Paris, Galilée, coll. « Débats », 2003.

2 Sur la notion de multitude, voir Hardt Michael et Negri Antonio, Empire, Paris, Exil, 2000.

3 L’auteur fait ici référence à Antonio Negri et à Bruno Tentrin.

4 L’auteur s’oppose aux prédictions de Alain Touraine sur la disparition du mouvement ouvrier ; voir Touraine Alain, Le mouvement de mai ou le communisme utopique, Paris, Seuil, coll. « L’histoire immédiate », 1968.

5 Mot anglais qui signifie la clôture d’un champ. Le mouvement des enclosures marque dans l’Angleterre du XVIIe siècle la transformation d’une gestion communautaire des terres en un système basé sur la propriété privé.

6 L’auteur propose ce néologisme en opposition à enclosure (p. 119).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Lallemant, « Jean Lojkine, La révolution informationnelle et les nouveaux mouvements sociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 juillet 2016, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21144

Haut de page

Rédacteur

Sébastien Lallemant

Doctorant en sociologie (Université Montpellier 3, LERSEM).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page