Navigation – Plan du site

Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), A History of Virility

Bounthavy Suvilay
Traduction(s) :
Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), A History of Virility
A History of Virility
Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), A History of Virility, New York, Columbia University Press, 2016, 744 p., Traduit du français par Keith Cohen, ISBN : 978-0-231-16878-6.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Duby Georges et Perrot Michelle (dir.), Histoire des femmes. Tome I : L’Antiquité, Paris, Plon, 199 (...)
  • 2 Corbin Alain, Courtine Jean-Jacques et Vigarello Georges (dir.), Histoire de la virilité. Tome 1 : (...)
  • 3 « In saying all this, I want to take responsibility for the cuts I had to make, in the interest of (...)

1Faisant écho à l’Histoire des femmes (1991-1992) de George Duby et Michelle Perrot1, cet ouvrage collectif retrace l’évolution du concept de virilité dans le monde occidental, de l’Antiquité gréco-latine à nos jours. Cette traduction anglaise de l’Histoire de la virilité, dont la version originale française a été publiée en trois tomes en 20112, ne comporte que 22 chapitres sur les 46 initiaux, le traducteur Keith Cohen ayant sélectionné les articles les plus représentatifs pour chaque période historique3. Portant principalement sur la France et l’Europe, les études suivent une progression chronologique, cette version condensée s’attardant surtout sur l’ère moderne. Les pratiques sociales et les mentalités sont analysées afin de mettre en perspective les questionnements actuels sur le genre. Les différentes archives consultées montrent qu’il est difficile de reconstituer les concepts dans leur contexte. En effet, les classes populaires et les peuples colonisés sont relativement peu documentés par rapport aux élites. Presse et textes de loi, correspondances et journaux intimes, littérature légitime et médiatique sont consultés pour définir les représentations de la virilité. Peintures officielles, photographies, publicités, art contemporain et autres sources iconographiques plus anciennes sont également convoqués. Mais les données quantitatives ou statistiques manquent souvent pour reconstituer toutes les pratiques en fonction des strates sociales. Ce recueil vise surtout à présenter des processus globaux : origine antique de l’éthos viril, modification liée à l’avènement de la cour, progressive remilitarisation et remise en question à la fin du XXe. Les contributions témoignent notamment de la transformation du modèle guerrier, de la domination sur autrui et des communautés masculines.

2L’article de Maurice Sartre consacré aux cités grecques et celui de Jean-Paul Thuillier traitant de l’empire romain dévoilent les bases sur lesquelles se fonde l’idéal de virilité : un guerrier accompli qui est par ailleurs un citoyen. La beauté masculine reflète ce concept : le corps athlétique et bronzé s’expose nu dans le gymnasium grec ou les bains romains. Des rites d’initiation constituent un apprentissage de la domination de son eros selon les conventions sociales. L’homme participe à la vie publique et gère son oikos (maison, esclaves, femme) afin de perpétuer sa lignée. Il est celui qui pénètre son partenaire, peu importe le sexe de celui-ci. Néanmoins, selon l’âge et l’appartenance sociale des amants, les pratiques sexuelles sont plus ou moins répréhensibles. L’idée de contrôle de soi (de son corps, de sa parole, de sa sexualité) est au centre de l’idéal viril antique.

3Avec la christianisation de l’empire romain puis l’instauration de la royauté et de la cour, l’image du soldat comme parangon de virilité fait place à celle de l’honnête homme ; la force brute est remplacée par la délicatesse. Pour George Vigarello, le corps s’allège à mesure que la technicité au combat et que les armes modernes supplantent la force physique. En examinant les conventions en peinture, Nadeije Laneyrie-Dagen montre que la posture de domination (mains sur les hanches) allie à la fois l’idée du guerrier (l’une des mains est près de l’épée), celle du courtisan (l’autre tient des gants) et celle du pouvoir sexuel (jambes écartées, la braguette en évidence). La représentation de la chasse remplace souvent celle de la guerre durant l’Ancien Régime mais les conflits liés à la Révolution française réactivent l’image du guerrier citoyen, d’après Jean-Paul Bertaud. La militarisation du XIXe siècle se perçoit dans l’éducation des garçons, comprenant non seulement des exercices sportifs mais aussi des manœuvres militaires, comme le rappelle Ivan Jablonka. Les valeurs de loyauté, d’honneur et de courage fusionnent dans un idéal de patriotisme viril. À défaut de champs de bataille, les espaces urbains où se croisent les différentes classes sociales (bals, théâtres, etc.) servent de catalyseurs de duels, affrontements où l’honneur est défendu et qui engendrent une virilité partagée par les deux protagonistes selon François Guillet. Parallèlement à la réactivation de l’idéal du soldat, le XIXe siècle voit l’émergence de celui de l’ouvrier, image étudiée par Thierry Pillon. Ces deux représentations sont fortement mises à mal au XXe siècle. Stéphane Audoin-Rouzeau examine comment la Grande Guerre brise les corps et les esprits des soldats, revenant du front handicapés et humiliés. Johann Chapoutot montre que l’imaginaire antique a été convoqué par les totalitarismes afin de justifier le durcissement des corps et la discipline des esprits. La défaite de 1945 met fin à cette version guerrière de la virilité. Quant à l’image de l’ouvrier, elle est ébranlée par le taylorisme, les réglementations et la montée de l’individualisme au travail dans un monde en crise où le chômage est devenu une constante. Dans notre monde globalisé, les médias ont popularisé un simulacre de corps combattant et vigoureux, moulé dans des collants de super-héros ou bien exhibé dans des concours de bodybuilding. L’industrie du fitness et la peur du vieillissement témoignent de cette obsession pour le muscle, signe de virilité moderne selon Jean-Jacques Courtine.

4L’idée de virilité va de pair avec celle de domination sur les femmes ou sur les autres peuples. Analysée par Bruno Dumézil, la représentation des barbares par les Romains durant l’antiquité annonce la déshumanisation et l’instrumentalisation des indigènes par les colons. Georges Vigarello montre que les « sauvages » sont animalisés par les explorateurs occidentaux : tantôt bêtes féroces et cruelles, tantôt stupides et exploitables. Ils ne retrouvent un corps humain que pour incarner le mythe du bon sauvage (au XVIIIe siècle), ou celui du dégénéré à l’aulne duquel l’Occident proclame sa supériorité dans une hiérarchie des civilisations (au XIXe siècle). D’après Christelle Taraud, la colonisation entre le XVIIIe et le XXe siècle produit deux images complémentaires des mâles autochtones, alternant entre l’émasculation symbolique et l’accentuation de leur altérité à travers leur violence sexuelle supposée. Les descendants des immigrés d’anciennes colonies peinent encore aujourd’hui à reconstruire une image de leur virilité perdue alors que les médias tendent à plaquer de nouveau les anciens stéréotypes coloniaux sur les hommes des « quartiers difficiles ».

5Les relations entre hommes et femmes dessinent également en creux la notion de virilité. Maurice Sartre note que, chez les Grecs, le mariage était une obligation sociale plus que la résultante d’une union amoureuse. Selon Arlette Fargue, la femme est une menace pour la virilité durant l’Ancien Régime : être instable, elle rappelle à l’homme sa potentielle impuissance sexuelle et menace toujours de le tromper. Le libertinage avant le mariage est l’occasion pour les groupes d’hommes de dominer sexuellement le plus de femmes possible alors que le mariage équivaut à la domestication de sa femme. Au XIXe siècle, la fréquence de coïts témoigne de l’énergie vitale et de la bonne santé des hommes face à des femmes au corps passif mais pas toujours soumises. Recommandés par les médecins pour soigner l’imagination, les accouplements vigoureux font partie d’une hygiène quotidienne, selon Alain Corbin. Ce siècle voit également le triomphe de la médicalisation de la virilité : les pollutions nocturnes sont traitées comme des maladies, des outils sont inventés pour lutter contre l’onanisme. Régis Revenin signale que l’homosexualité est alors étiquetée comme une inversion de la sexualité « normale ». L’ingérence du médical dans l’intime et les idéologies sur la hiérarchie des civilisations renforcent les peurs masculines liées à l’impuissance et la dégénération de la race. En associant les femmes, les homosexuels et les peuples colonisés dans un même paradigme, ces théories renforcent le lien entre virilité et domination de l’autre tout en révélant que cet idéal réservé à l’homme blanc est extrêmement fragile, menacé de toute part. Les différents combats menés durant la seconde moitié du XXe siècle (revendications féministes, décolonisation, reconnaissance des homosexuels) mettent à mal cette idée d’hégémonie de l’homme viril (articles de Christine Bard et de Florence Tamagne). La violence conjugale autrefois ordinaire et intime est devenue un sujet de société et un crime comme le souligne Fabrice Virgili.

6Dans la Sparte antique, les hommes constituaient un groupe à part ; ils étaient élevés ensemble afin de renforcer à la fois l’esprit de compétition et le sens de la communauté, et de créer de bons hoplites disciplinés et enragés au combat. Au XVIIIe siècle, cette idée de solidarité masculine se retrouve chez les hommes du peuple, qui ne font pas tant la guerre que la conquête des femmes, imitant le libertinage des élites, observe Arlette Farge. Au XIXe, l’éducation des garçons dans les collèges et lycées favorise également la cohésion de groupes masculins qui s’affronteront ensuite en duel (article de François Guillet) ou sur un champ de bataille (analyse de Jean-Paul Bertaud). Cette idée d’entre-soi masculin est sans doute celle qui est la plus mise à mal à travers l’évolution de la notion de virilité. Au XXe siècle, les clubs de sport et regroupements de super héros contemporains décrits par Jean-Jacques Courtine ne sont que les traces de ces confréries passées, dans un monde où l’individualisme semble avoir supplanté toute idée de communauté.

7Cette histoire des mentalités s’appuie ainsi sur l’étude des pratiques corporelles et des représentations pour montrer comment les sociétés construisent et démantèlent l’éthos viril. Il ne reste plus qu’à écrire une histoire similaire mais en changeant d’aire géographique : qu’est-ce que la virilité dans une société non occidentale ? À une époque où la globalisation tend à unifier les usages, il est temps de rendre compte de la diversité des idéaux dans les autres civilisations.

Haut de page

Notes

1 Duby Georges et Perrot Michelle (dir.), Histoire des femmes. Tome I : L’Antiquité, Paris, Plon, 1991 ; Duby Georges et Perrot Michelle (dir.), Histoire des femmes. Tome II : Le Moyen Age, Paris, Plon, 1991 ; Duby Georges et Perrot Michelle (dir.), Histoire des femmes en Occident. Tome III : XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Plon, 1991 ; Duby Georges et Perrot Michelle (dir.), Histoire des femmes en Occident. Tome IV : le XIXe siècle, Paris, Plon, 1991 ; Duby Georges et Perrot Michelle (dir.), Histoire des femmes en Occident. Tome V : le XXe siècle, Paris, Plon, 1992.

2 Corbin Alain, Courtine Jean-Jacques et Vigarello Georges (dir.), Histoire de la virilité. Tome 1 : L’invention de la virilité. De l’Antiquité aux Lumières, Paris, Seuil, 2011 ; Corbin Alain, Courtine Jean-Jacques et Vigarello Georges (dir.), Histoire de la virilité. Tome 2 : Le triomphe de la virilité, Paris, Seuil, 2011 ; Corbin Alain, Courtine Jean-Jacques et Vigarello Georges (dir.), Histoire de la virilité. Tome 3 : La virilité en crise ? XXe-XXIe siècle, Paris, Seuil, 2011.

3 « In saying all this, I want to take responsibility for the cuts I had to make, in the interest of brevity and economy. If the reader senses that significant swaths of cultural history have been abruptly elided, I am the one to blame » (p. X).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bounthavy Suvilay, « Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello (dir.), A History of Virility  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 juillet 2016, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21149

Haut de page

Rédacteur

Bounthavy Suvilay

Doctorante en lettres modernes à l’université de Montpellier 3 sous la direction de Marie-Ève Thérenty et Matthieu Letourneux (Paris Ouest), Bounthavy Suvilay étudie l'histoire de la réception de la licence media mix Dragon Ball (manga, anime, jeux vidéo) en France en travaillant sur les processus de recréation, réappropriation et légitimation d’un objet transculturel.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page