Navigation – Plan du site

Federico Tarragoni, L’énigme révolutionnaire

Igor Moullier
L'énigme révolutionnaire
Federico Tarragoni, L'énigme révolutionnaire, Paris, Les Prairies Ordinaires, coll. « L'histoire rejouée », 2015, 325 p., ISBN : 978-2-35096-118-7.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre de Federico Tarragoni est un appel aux sociologues et aux politistes à reconsidérer le concept de révolution. La voie pour y parvenir est selon lui de prendre au sérieux les processus conflictuels et subjectifs à l’œuvre dans les mouvements révolutionnaires. Dans la situation révolutionnaire se met en place un processus de « distance au rôle » qui permet et appelle le changement, aussi bien personnel que collectif.

  • 1 Charles Tilly, From mobilization to revolution, New York, Random House, 1978, et Theda Skocpol, Sta (...)

2L’ouvrage est structuré en deux parties : la première, théorique, s’efforce de comprendre et de critiquer les conditions de l’effacement du concept de révolution dans les sciences sociales, tandis que la seconde, à partir de l’étude du cas vénézuélien, montre comment le concept reste opérant pour saisir les choix d’engagement individuel. Trois critères sont retenus pour caractériser les révolutions modernes, à partir de la révolution anglaise du XVIIe siècle : une conception progressive du temps, la conscience que les sociétés peuvent être changées par les acteurs, et la réalisation d’un changement d’institutions politiques. Pour Tarragoni, la sociologie, en appliquant sa méthode fondamentale : considérer la révolution comme un « fait social », a négligé la dimension subjective. Sont invoqués Tocqueville, et son insistance sur la continuité des structures politiques, Durkheim et le rôle des normes, Weber et la persistance des formes de domination. Mais c’est surtout la science politique, dans sa démarche classificatrice macro-historique, chez Skocpol et Tilly notamment1, qui, en voulant construire des typologies sur la longue durée, passe à côté de la révolution comme discontinuité, selon Tarragoni.

  • 2 Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, 1990.
  • 3 Timothy Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaire (...)
  • 4 Burstin Haïm, Une révolution à l’œuvre. Le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), Seyssel, Champ Vallon (...)

3La révolution ne doit pour cela pas seulement être analysée comme le point d’arrivée de tensions sociales ou politiques, mais comme le point de départ de nouvelles configurations. Tarragoni rappelle comment les travaux d’historiens de la révolution française ont saisi ces dynamiques : Roger Chartier a rappelé comment la révolution a créé sa propre tradition culturelle2, Timothy Tackett a mis en évidence les nouvelles socialisations politiques s’opérant au sein de l’Assemblée constituante3, tandis qu’Haïm Burstin a montré l’investissement des nouvelles structures politiques par les militants des sections parisiennes4. Dans un même ordre d’idées, la garde nationale ou les ateliers nationaux sont en 1848 des lieux de réalisation concrète de l’utopie révolutionnaire. L’épisode révolutionnaire ouvre un nouveau rapport au temps, impliquant de se défaire d’une vision linéaire et homogène des processus sociaux. Pour en comprendre la spécificité, il faut selon Federico Tarragoni redonner toute sa place à l’imagination : celle des acteurs, pour qui ce qui était imaginé devient possible, celle du chercheur, qui doit trouver de nouveaux modèles pour rendre compte de cette irruption du possible.

  • 5 Mona Ozouf, L’homme régénéré, Paris, Gallimard, 1989.

4Le terrain choisi pour appliquer cette méthode est celui du Venezuela. Le changement politique s’y produit à partir de l’élection d’Hugo Chavez en 1998. La nouvelle constitution de 1999 instaure l’idée de démocratie participative, à travers notamment le cadre des quartiers, les barrios. Les conseils communaux sont institués entre 2002 et 2007 pour permettre une déconcentration du pouvoir. Tarragoni ya réalisé auprès de militants révolutionnaires investis dans ces conseils une série d’entretiens, entre 2007 et 2011, qui forment la base de son enquête. Selon lui, la situation du Venezuela doit être analysée comme une « révolution en cours » sans céder à la tentation d’une analyse politique qui ne prendrait en compte que la lutte entre les élites. À la manière de Haïm Burstin étudiant le « protagonisme » des sans-culottes parisiens, c’est-à-dire leur sentiment de participer à un événement historique, Tarragoni entend donner la parole au peuple comme acteur politique, en montrant qu’il existe une large variété de parcours et de degrés d’adhésion à la révolution prônée par Chavez, mais qu’il existe aussi un fort point commun dans la parole des acteurs : le sentiment de vivre une « bifurcation », de participer à un changement politique qui se traduit à l’échelle de l’individu par l’occupation de nouveaux rôles. La révolution offre la possibilité de se penser comme un « être nouveau » : cette thématique de la régénération, analysée par Mona Ozouf5, se retrouve notamment chez de nombreuses femmes investies dans les comités de quartier.

5Les militants interrogés par Tarragoni manifestent une capacité de distance par rapport à l’idéologie bolivarienne de Chavez. Néanmoins ils doivent faire face à une dynamique d’idéologisation, de politisation de la vie quotidienne ; ils sont sommés de choisir entre pro- et anti-chavisme, ou entre les figures repoussoirs du pauvre profiteur des aides sociales et du contre-révolutionnaire soutenu par l’argent de l’industrie pétrolière. Au sein même du mouvement révolutionnaire s’opère une fracture entre les militants radicaux et ceux que Tarragoni qualifie de « leaders modérés, pragmatiques et démocratiques, dont la vision de la révolution est plus coopérative » (p. 145). L’un des ressorts de ces derniers serait la persistance d’une approche utopique, permettant de maintenir des formes de solidarité locale et de résister à une vision désenchantée et agonistique de la lutte politique. Cette attitude nourrit une critique de l’État et des formes de corruption liées à la rente pétrolière.

6Tarragoni utilise le matériau de l’enquête sociologique pour tenter d’écrire une histoire compréhensive, au sens de Max Weber, de la révolution vénézuélienne, une histoire qui refuserait d’admettre que toute révolution doit déboucher sur son Thermidor. La mise au point théorique de la première partie lui permet de justifier une approche subjective dans la seconde partie : le chercheur se focalise sur le point de vue d’un petit nombre d’acteurs, tenus pour représentatifs des dynamiques de participation politique. On pourra regretter de ne pas disposer d’une vision plus précise des groupes et des rapports de force : quel poids ont réellement les partisans de la révolution « coopérative » dont parle Tarragoni ? Mais on pourra aussi voir dans cet ouvrage une contribution à l’étude d’un présent révolutionnaire et, sur le plan méthodologique, une intéressante réutilisation des outils forgés par les historiens de la révolution française pour l’étude d’une situation contemporaine.

Haut de page

Notes

1 Charles Tilly, From mobilization to revolution, New York, Random House, 1978, et Theda Skocpol, States and social revolutions: a comparative analysis of France, Russia and China, Cambridge, Cambridge University Press, 1979.

2 Roger Chartier, Les origines culturelles de la Révolution française, Paris, Seuil, 1990.

3 Timothy Tackett, Par la volonté du peuple. Comment les députés de 1789 sont devenus révolutionnaires, Paris, Albin Michel, 1997.

4 Burstin Haïm, Une révolution à l’œuvre. Le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), Seyssel, Champ Vallon, 2005.

5 Mona Ozouf, L’homme régénéré, Paris, Gallimard, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Moullier, « Federico Tarragoni, L’énigme révolutionnaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 juillet 2016, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21151

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page