Navigation – Plan du site

Marion Bottero, Tourisme sexuel et relations conjugales en Thaïlande et en Malaisie

Anthony Fouet
Tourisme sexuel et relations conjugales en Thaïlande et en Malaisie
Marion Bottero, Tourisme sexuel et relations conjugales en Thaïlande et en Malaisie, Paris, L'Harmattan, coll. « Points sur l'Asie », 2015, 272 p., ISBN : 978-2-343-06258-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 http://www.french-asia.com.
  • 2 Tabet Paola, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmatta (...)
  • 3 Bourdieu Pierre, Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

1« Si vous rêvez d’une famille harmonieuse, d’avoir une femme qui vous soutiendra dans toutes les circonstances, pour que vous et vos enfants soient sa raison de vivre, alors n’hésitez pas, la femme asiatique sera votre femme idéale »1, peut-on lire sur le site d’une agence spécialisée dans les rencontres de femmes asiatiques (cité p. 18). Sensuelles, soumises, traditionnelles ou bien vénales et mystérieuses, les diverses représentations de la femme asiatique sont particulièrement prégnantes dans l’imaginaire collectif. Docteure en ethnologie depuis 2013, Marion Bottero analyse les relations amoureuses des couples dits « mixtes », associant des acteurs issus de l’Occident et de l’Asie du Sud-Est dans des contextes de mondialisation et de post-colonialisme. Issu de sa thèse, le présent ouvrage propose de dépasser la perception « des hommes blancs recherchés pour leur argent et des femmes asiatiques recherchées pour leur sensualité exotique » (p. 7). En questionnant les échanges économico-sexuels2, les hiérarchies de genre et les stratégies de valorisation de capitaux économiques, culturels, symboliques et sociaux3, Bottero pose la problématique suivante « en quoi les interactions amoureuses mondialisées sont-elles un instrument de valorisation du capital et un moyen de redéfinir les hiérarchies sociales ? » (p. 20)

  • 4 La durée des couples interrogés est de deux à treize ans et les couples analysés prennent diverses (...)
  • 5 Une vingtaine de couples comprenant une femme occidentale et un homme local, ainsi que deux couples (...)
  • 6 Apparaissent parfois les traductions en thaïe Farang et en malais Masale.

2L’ethnologue a vécu trois ans dans quatre villes – Bangkok et Chiang Mai en Thaïlande ; Kuala Lumpur et Penang en Malaisie – et a mené 69 entretiens, complétés par des discussions informelles et des observations, auprès de couples4 composés d’un homme occidental et d’une femme locale5. Dans les premiers temps de l’enquête, l’auteure s’est concentrée sur les expatriés français puis, à titre comparatif, elle s’est entretenue avec des Européens, des Américains et des Australiens. Bottero explique qu’il lui a paru inutile pour l’analyse de distinguer les différences culturelles et nationales tant la catégorisation occidental/local, résumé à la « race », est mobilisée par les acteurs. L’usage de ces catégories met en lumière le « système d’identification binaire distinguant “eux” et “nous” » (p. 11) et permet l’étude des représentations exotiques de l’autre, les rapports de pouvoir et de capital dans la relation amoureuse. Ainsi, l’auteure emploie « Occidental » ou « blanc »6 pour désigner les expatriés, et « locale » pour désigner les femmes thaïes et malaisiennes.

3En première partie, « Contexte et contact », l’auteure examine minutieusement les spécificités démographiques et économiques des pays étudiés ainsi que les dynamiques interculturelles et historiques qui structurent les rapports entre locaux et Occidentaux. Puis Bottero aborde la définition des concepts clés mobilisés. Présent dans les pays où le tourisme de masse est développé, l’espace de l’entre-deux désigne « une parenthèse au sein d’un espace national » (p. 52), où le temps et les normes paraissent suspendus, créant un sentiment d’irréalité et d’illusion. Loin d’être représentatif des mœurs et des coutumes locales, cet espace est une infrastructure touristique séparée du reste de la vie locale et constitue une « bulle » de recréation identitaire dans laquelle les acteurs s’inventent une nouvelle vie et revalorisent leurs capitaux économiques et sociaux.

  • 7 L’auteure emprunte ce terme à Erick Cohen. Cohen Erick, “Thai tourism: Hill tribes, islands and ope (...)

4En plus d’être stigmatisante, la notion de prostitution est réductrice et fait l’impasse sur la pluralité des échanges économico-affectifs existants entre hommes occidentaux et femmes thaïes et malaisiennes. Dès la première rencontre, la relation amoureuse est floue et il est difficile de dissocier l’argent des signes d’affection. En Thaïlande et en Malaisie, il s’agit d’open ended prostitution7 qui correspond à « un passage, un moment dans la vie de ces jeunes filles pauvres, qui “vont questionner leur destin” (tham wen), et peut-être trouver un conjoint » (p. 74). L’objectif de ces femmes est de nouer des relations qui perdurent à long terme afin d’obtenir une stabilité économique à travers leurs relations avec un ou plusieurs hommes occidentaux.

5Bottero distingue, d’un côté, les expatriés indépendants, basés principalement en Thaïlande et issus de milieux modestes, qui ont décidé de s’installer dans le pays suite à de nombreux voyages. Leur situation est instable dans le pays puisqu’ils doivent renouveler fréquemment leur visa ; de l’autre, les expatriés contractuels, provenant de milieux aisés et davantage présents en Malaisie, sont missionnés par leur entreprise pour travailler quelques mois ou années sur le territoire. Trois idéaux-types de couple sont dégagés suivant la dimension géographique et les différences sociales et économiques entre les partenaires. Évoluant dans l’espace de l’entre deux, le couple idéal typique de Chiang Mai se caractérise par un important écart économique, social, mais aussi d’âge entre les deux conjoints. Le couple s’est rencontré dans des lieux de prostitution et la communication entre les partenaires est faible car ils ne maitrisent pas une langue commune. À l’opposé, le couple idéal typique de Malaisie présente une certaine égalité sur les plans économique, social et professionnel. Les partenaires communiquent entre eux aisément en anglais ou dans la langue locale et se sont rencontrés sur leur lieu de travail ou à l’université. L’idéal-type du couple de Bangkok se situe quant à lui à l’intermédiaire entre les deux précédents.

  • 8 Dubar Claude, La crise des identités : l'interprétation d'une mutation, Paris, Presses universitair (...)
  • 9 Héritier Françoise, Masculin, Féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996.

6Dans la seconde partie, « Désir de l’autre », l’auteure développe le cœur de sa problématique. À partir du constat de la crise des identités sexuées8, les hommes occidentaux rejettent les femmes occidentales qu’ils jugent « masculines » et vont rechercher chez les femmes locales la « féminité », la « tradition » et l’« exotisme », qui se traduisent par le refus de l’égalité et de la compétitivité dans le couple et le besoin de hiérarchie et de complémentarité des genres. Néanmoins, les hommes occidentaux emploient fréquemment l’expression « femme occidentalisée » pour qualifier leur partenaire asiatique. En Thaïlande, « l’occidentalisation » de la femme asiatique dénote « la sincérité de ses sentiments et l’assurance d’une relation qui dure » (p. 172). En Malaisie, la femme « occidentalisée » désigne une femme anticonformiste, au fort caractère et qui a un important désir de liberté. Malgré les méconnaissances et les différences culturelles, la valence différentielle des sexes9 opère comme un langage universel qui permet au couple de fonctionner et de s’établir dans le temps (p. 236), en particulier concernant le couple idéal-typique de Chiang Mai.

7« Le calcul sauvage ? », dernière partie de l’ouvrage, aborde les aspirations des femmes interrogées de nouer une relation avec les hommes occidentaux et le principe de don comme créateur de lien conjugal. Provenant de familles aisées, les malaisiennes interviewées tentent d’établir une union avec un Occidental afin de maintenir ou d’augmenter un capital économique, culturel et symbolique déjà présent auparavant. Être en couple avec un blanc est un symbole de pouvoir dans le monde austronésien, tandis qu’en Thaïlande, les femmes qui fréquentent des Occidentaux sont fortement stigmatisées et suspectées de prostitution. Les femmes thaïlandaises les plus défavorisées recherchent une stabilité économique et les lieux de prostitution sont un moyen d’ascension sociale. Les expatriés occidentaux font l’objet de représentations négatives, en particulier en Thaïlande, et l’Occident est perçu par les locaux comme une civilisation décadente, sans valeurs morales, qui serait le produit de l’absence de religion officielle et du déclin de l’institution familiale. Cependant, les Thaïlandaises interrogées valorisent les hommes occidentaux en dénigrant les hommes thaïlandais de leur entourage qu’elles décrivent comme machistes, alcooliques, infidèles, voire violents.

  • 10 Mauss Marcel, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, Paris, P (...)

8La dernière analyse de Bottero porte sur le concept de don10 comme objet constitutif de l’interaction amoureuse. Afin d’éviter de rompre le lien de l’échange, les acteurs respectent le processus de « donner-recevoir-rendre » qui crée dépendance et reconnaissance entre donateur et donataire. Dans les échanges des couples mixtes, Bottero distingue deux principes de don. Le principe du différé se caractérise par les échanges indirects et espacés dans le temps entre le don et le contre-don, permettant de dissiper tout soupçon de prostitution et de faire croire à un acte totalement désintéressé. Le principe du différent renforce les distinctions entre le féminin et le masculin (p. 222) et affirme la complémentarité des sexes. Ainsi, les femmes offrent des biens immatériels – services ménagers, affectifs et sexuels –, étant elles-mêmes l’objet de l’échange, tandis que les hommes donnent des objets matériels – vêtements, bijoux, etc. – valorisant leur capital économique et démontrant leur capacité à mettre leur future épouse à l’abri du besoin. En revanche, si le don économique permet le renforcement des positions genrées, il conduit principalement à l’échec de la relation. En effet, de nombreux couples mettent un terme à leur union, soit qu’il pèse sur la femme une présomption de prostitution et d’intérêt pécuniaire, soit que l’homme soit présumé « radin » (kiî-niao).

9La conclusion de l’ouvrage revient sur l’ensemble des ambiguïtés et des illusions de la valorisation du capital. Puis, l’auteure propose une ouverture sur le problème des limites dans l’espace de l’entre-deux où les dérives – consommation excessive de drogue, prostitution et pédophilie – sont vécues par les expatriés comme des expériences quelconques de la vie locale.

  • 11 Deux références aux annexes sont fausses. La première (p. 31) cite en annexe une carte d’Asie du Su (...)
  • 12 La coquille « Asie du Asie du Sud-Est » apparait une dizaine de fois.

10Au travers du triptyque « sexe, classe, race », le travail de Bottero présente une approche originale et éclairante des relations économico-affectives et sexuelles des couples « mixtes » et de la prostitution en Asie du Sud-Est, en transcrivant les subjectivités de femmes et d’hommes engagés dans ces unions. Seul bémol, le travail d’édition est quelque peu négligé : des références aux annexes erronées11, des coquilles12, etc.

Haut de page

Notes

1 http://www.french-asia.com.

2 Tabet Paola, La grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan, Bibliothèque du féminisme, 2004.

3 Bourdieu Pierre, Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980.

4 La durée des couples interrogés est de deux à treize ans et les couples analysés prennent diverses formes : union libre, concubinage, mariage religieux et, plus rarement, mariage civil.

5 Une vingtaine de couples comprenant une femme occidentale et un homme local, ainsi que deux couples d’hommes font partie du corpus des enquêtés. Cependant, pour le présent compte rendu, il sera présenté les relations entre hommes occidentaux et femmes locales qui sont le cœur du développement de l’auteure.

6 Apparaissent parfois les traductions en thaïe Farang et en malais Masale.

7 L’auteure emprunte ce terme à Erick Cohen. Cohen Erick, “Thai tourism: Hill tribes, islands and open-ended prostitution, collected papers”. White Lotus, 1996.

8 Dubar Claude, La crise des identités : l'interprétation d'une mutation, Paris, Presses universitaires de France, 2010 [2000].

9 Héritier Françoise, Masculin, Féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996.

10 Mauss Marcel, Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige Grands textes », 2007 [1923].

11 Deux références aux annexes sont fausses. La première (p. 31) cite en annexe une carte d’Asie du Sud-Est qui ne figure pas dans le livre. La deuxième (p. 47) renvoie à l’annexe du tableau des couples interrogés en page 304, alors qu’elle figure en page 255.

12 La coquille « Asie du Asie du Sud-Est » apparait une dizaine de fois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Fouet, « Marion Bottero, Tourisme sexuel et relations conjugales en Thaïlande et en Malaisie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 juillet 2016, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21156

Haut de page

Rédacteur

Anthony Fouet

Doctorant en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page