Navigation – Plan du site

Alexandre Koyré, De la Mystique à la science. Cours, conférences et documents, 1922-1962

Paul Cournarie
De la mystique à la science
Alexandre Koyré, De la mystique à la science. Cours, conférences et documents, 1922-1962, Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2016, 290 p., nouvelle éd. revue et augmentée par Pietro Redondi, ISBN : 978-2-7132-2504-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple, à propos de la campagne ratée de Koyré pour l’obtention d’une chaire au Collège de Fra (...)

1Publié il y a trente ans, ce recueil reparaît allégé de quelques photographies mais allongé de plusieurs documents, d’introductions inédites ou remises à jour ainsi que d’un index étoffé. Ainsi réélaboré, le volume n’est plus simplement un complément ou une introduction aux ouvrages publiés par le savant, mais aussi un outil pour l’histoire intellectuelle d’une période (1920-1960), d’une institution (l’École pratique des hautes études) et d’une discipline (l’histoire des sciences) qu’Alexandre Koyré a, sinon défini, du moins marqué au plus haut point. L’ensemble est principalement constitué des résumés des cours donnés à l’EPHE entre 1922 et 1962 et à la New School for Social Research de New York pendant la Seconde Guerre mondiale. On y trouve aussi des documents (lettres, programmes et deux conférences) d’intérêts inégaux1. Chaque section fait l’objet de remarquables introductions dues à Pietro Redondi.

2Les premiers enseignements de Koyré ont porté, dans la lignée de sa thèse, sur la mystique, principalement allemande. En réalité, s’il se penche sur Boehme, Scheffler ou Gichtel, sur la mystique russe aussi, il ne cesse de déborder son objet. Grâce à une érudition déjà grande, Koyré rattache chaque pensée à son contexte historique, et transgresse les frontières disciplinaires, cherchant dans la plupart des leçons à faire apparaître l’arrière-fond mystique de la pensée religieuse du Romantisme allemand (Hegel, Schelling, Fichte). Le cours de 1929-1930 est exemplaire du double mouvement qui consiste à analyser la science à partir de la religion, et la religion à partir de la science. Dans la première conférence, Koyré traque la pensée religieuse des Hussites non dans leurs textes politiques ou religieux, mais dans leurs écrits logiques. Dans la seconde conférence, concernant l’héliocentrisme de Copernic, il insiste sur la réception de son œuvre, limitée parmi les scientifiques de son temps, mais brûlante chez les religieux : c’est que la découverte n’est pas liée à un quelconque progrès dans les connaissances ou les méthodes de calcul, mais à une métaphysique, puisque « la dignité éminente du soleil, source de lumière, exige qu’on le place au centre du monde » (p. 72), ouvrant la voie au danger d’une théosophie.

3Les années suivantes sont consacrées à l’étude des rapports entre religion et science, favorisée institutionnellement par le développement d’organes de recherche spécifiques, et intellectuellement par la promotion d’une histoire sociale des sciences autour des Annales, auxquelles Koyré se liera. Durant cette période, ses cours sont consacrés au XVIIe siècle et à la « révolution scientifique » (p. 99) qui s’y déroule. Koyré explore la destruction du cosmos médiéval à travers Galilée (mathématisation du réel, dé-finalisation du monde, destruction de l’Univers comme constellation hiérarchisée). Il en suit aussi toutes les conséquences, religieuses autour de Spinoza, épistémologiques autour de la Science nouvelle de Vico. La guerre n’interrompt pas ce travail et, exilé aux États-Unis, Koyré étudie « l’âge de raison », de Bacon à Voltaire, et plus spécifiquement les problèmes gnoséologiques liés à la destruction de ce monde « fermé, clos, limité » (p. 117-170) qu’est celui du Moyen Âge. On ne peut ici rendre compte de la richesse de ces développements qui traitent aussi bien des rationalistes français (Descartes, Malebranche), des empiristes anglais (Hobbes, Locke) que de quelques figures plus secondaires (Fontenelle, Berkeley). On y retrouve, exposés dans un style oral et vivant, quelques-uns des thèmes clés de la pensée de Koyré, comme l’analyse de Descartes (destruction de la perception sensible au profit de la connaissance par idées claires et distinctes, mouvement et étendue, ouvrant la voie à une mathématisation et une mécanisation de la nature). D’autres questions sont plus originales, comme celle de l’histoire et de ses lois au XVIIIe siècle, que l’auteur étudie à partir de Bayle et surtout Montesquieu.

4L’après-guerre ne représente pas une consécration, puisque la candidature de Koyré au Collège de France est écartée au profit de Martial Guéroult, mais plutôt la stabilisation d’un objet et d’une méthode scientifique. Le savant bénéficie à partir de 1952 du cumul de deux conférences à l’EPHE, ajoutant une leçon d’histoire de la pensée scientifique dans la VIe section à sa leçon d’histoire de la pensée religieuse, et il obtient à partir de 1958 la création d’un centre de recherche dans cette même institution et sur cette même matière. Aussi mène-t-il de front deux recherches qui se nourrissent l’une de l’autre. Il étudie ainsi la critique de la théologie naturelle chez Spinoza et de la prédestination, en même temps que le problème de l’infini au XVIIe siècle, la pensée religieuse de divers philosophes (Locke, Leibniz, Hume, Kant) et la pensée de Newton.

5Le projet d’enseignement pour le Collège de France donne un admirable aperçu des traits saillants de l’œuvre. Il s’agit d’une histoire de la pensée scientifique, celle-ci n’étant pas définie comme un domaine spécifique, mais comme une structure ouverte où viennent s’amalgamer des idées de provenances diverses, « philosophiques, métaphysiques, religieuses » (p. 187). Aussi cette recherche donne-t-elle la priorité aux aspects intellectuels plutôt que techniques ou sociaux dans le progrès des sciences. Celle-ci ne provient ainsi que marginalement des avancées techniques ou même de la rigueur des savants, mais résulte plutôt de la refonte des « cadres même de notre pensée » (p. 188). Koyré mène donc une histoire discontinuiste de la pensée, ou du moins une histoire qui valorise les phénomènes de rupture : la « révolution scientifique » du XVIIe siècle, le passage « du monde de l’à peu près à l’univers de la précision », ou Du Monde clos à l’univers infini, pour reprendre quelques titres fameux de cet auteur.

6Chez lui, l’irrationalité des théories scientifiques n’est pas une scorie ou un archaïsme que le progrès linéaire des connaissances efface progressivement, mais son moteur même. Atténuant la coupure entre mentalité logique et mentalité primitive, ensauvageant, si l’on peut dire, le grand récit d’une raison qui progresserait toujours triomphante, Koyré, comme le montre admirablement ce recueil, annonçait déjà les mutations à venir sur le front de l’épistémologie (Kuhn), de l’anthropologie (Lévi-Strauss) ou de la philosophie (Foucault).

Haut de page

Notes

1 Par exemple, à propos de la campagne ratée de Koyré pour l’obtention d’une chaire au Collège de France, les textes de François Perrin, Lucien Febvre et Koyré lui-même (doc. n° 15-17, p. 184-195) sont des témoignages cruciaux concernant l’élaboration d’un projet intellectuel, des oppositions à lever et, plus largement, du contexte intellectuel de ces années là. À l’inverse, les quelques autres lettres (doc. n° 12-14, p. 181-183), présentées dans des versions tronquées, n’apportent pas grand chose au livre, d’autant que leur contenu est explicité dans les introductions de chaque partie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Cournarie, « Alexandre Koyré, De la Mystique à la science. Cours, conférences et documents, 1922-1962 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 20 juillet 2016, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21164

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page