Navigation – Plan du site

Jenny Raflik, Terrorisme et mondialisation. Approches historiques

Laurent López
Terrorisme et mondialisation
Jenny Raflik, Terrorisme et mondialisation. Approches historiques, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Sciences Humaines », 2016, 408 p., ISBN : 978-2-07-014928-5.
Haut de page

Texte intégral

1Au moment d’écrire ces lignes, la polémique relative aux attentats de l’automne 2015 et aux prétendues « failles » – mot désormais à la mode journalistique – de l’appareil sécuritaire français s’amplifie. Aubaine des médias dans le vide laissé par la fin de l’Euro de football, cette polémique illustre la pertinence de la question posée par Jenny Raflik en fin d’ouvrage : « la mondialisation des médias sert-elle le terrorisme ? ».

  • 1 Dominique Monjardet, « Police et sociologie : questions croisées », Déviance et société, vol. 9, n° (...)

2Si, pour Carl von Clausewitz, la guerre constituait l’ultime recours et la continuation tragique des relations entre les nations, le terrorisme contemporain pose, au contraire – et par définition –, l’acte violent comme condition première et nécessaire du rapport de force politique. Ce qui importe aux tenants de la violence à outrance est de choquer par la cruauté pour être médiatisés mais également, et paradoxalement, d’être réprimés et condamnés afin d’acquérir, selon eux, la légitimité des martyrs. Si le mot de « terrorisme » et ses manifestations meurtrières n’ont rien nouveau, en revanche, Jenny Raflik plaide sur près de 400 pages pour ériger le terrorisme en objet à part entière dans l’étude historique plus large des relations internationales. Cette position n’est pas sans rappeler le travail pugnace de Dominique Monjardet – dans les années 1980 et 1990 – pour débarrasser la police et les policiers de leur statut d’« objet sale » dans les sciences sociales et permettre enfin leur étude sereine par les chercheurs français1. Le projet central de l’auteur est d’établir les « liens opératoires » entre terrorisme(s) et mondialisation(s) en répondant à trois questions qui sous-tendent les trois parties principales de l’ouvrage. Le terrorisme a-t-il accru sa dimension internationale et globale ? Les caractéristiques et les dynamiques d’un « terrorisme mondialisé » sont-ils inédits ? Comment le fait terroriste est-il abordé dans le champ des recherches consacrées aux relations internationales ?

  • 2 Notamment dans l’ouvrage de Gilles Ferragu, Histoire du terrorisme, Paris, Perrin, coll. « Synthèse (...)
  • 3 « Anarchismes, nouvelles approches, nouveaux débats », Dissidences, volume 14, 2015. Compte rendu d (...)
  • 4 Voir, ainsi, les contributions rassemblées dans Pierre Piazza (dir.), Aux origines de la police sci (...)

3Classiquement, l’auteur retrace dans une première partie l’histoire du terme de « terrorisme » et de ses expressions durant la période contemporaine. On aura ici sans doute avantage à préférer des analyses historiques plus fouillées de la plupart des actions relatées2. La question de la définition même de ce qui relève du terrorisme est posée car, dans la plupart des cas, la criminalité ordinaire se dissimule derrière des motifs plus abstraits. Réciproquement, l’évolution de la notion de « mondialisation » est décrite, mais de façon nettement plus restreinte, néanmoins. Car ce qui intéresse d’abord l’auteur est la dialectique entre les deux processus qui s’accélèrent à peu près simultanément durant les dernières décennies du XIXe siècle. L’essor de l’anarchisme violent est en effet concomitant de l’industrialisation et de la démocratisation de l’Europe3. La conférence de 1898 visant à organiser la répression des anarchistes à l’échelle internationale est utilement détaillée. Cependant, les aspects proprement policiers sont malheureusement circonscrits à quelques lignes et les travaux des historiens français – par exemple à propos d’Alphonse Bertillon, cité, ou ceux abordant la volonté d’internationaliser les poursuites criminelles – sont complètement ignorés4. La remarque peut sembler vétilleuse et pourtant il y aurait eu là un fil rouge à suivre puisque cette conférence de Rome a eu comme avatars le premier congrès international de police judiciaire à Monaco en 1914, puis la création de la Commission internationale de police criminelle (CIPC) en 1923, donnant ensuite naissance à Interpol au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Cette instance policière est donc devenue un organe international de collaboration et il aurait été intéressant de voir, par exemple, comment celle-ci fonctionne à l’unisson ou en discordance par rapport aux relations diplomatiques officielles. Car, la lutte contre le terrorisme bute sur une difficulté principielle. Quelle définition élaborer à partir de la « réalité d’un terrorisme international multiforme et évolutif » (p. 26) ? L’objet « terrorisme » souligne les enjeux classiques de realpolitik qui prévalent dans le concert des nations par-delà les déplorations de circonstances. En effet, les « terroristes » des uns sont les « libérateurs » des autres – et inversement –, selon les époques et les pays.

  • 5 à ce sujet, lire Henri Laurens, Mireille Delmas-Marty (dir.), Terrorismes : histoire et droit, Pari (...)
  • 6 Frédéric Gros, Le principe Sécurité, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 2012.
  • 7 Mireille Delmas-Marty, Libertés et sûreté dans un monde dangereux, Paris, Le Seuil, coll. « La vie (...)

4Si les « lois scélérates » sont évoquées dans des développements sur les lois d’urgence, rien n’est dit sur le délit d’« association de malfaiteurs » amplifié dans le Code pénal à partir de 1893-1894. Pourtant, cette infraction est emblématique de l’instrumentalisation du droit par les démocraties dans des situations exceptionnelles, lorsque le contexte contamine le droit de façon ponctuelle pour le transformer ensuite de façon plus durable5. Plus loin, précisément, Jenny Raflik rappelle les dilemmes posés aux démocrates par la violence de masse indistincte et s’interroge sur la fragilité prétendue accrue des régimes libéraux à ce type de menace. Le recours aux données quantitatives permet d’infirmer cette impression première puisque – en dépit d’une actualité spectaculaire nourrie par des images complaisantes et surabondantes – l’Europe est de moins en moins le théâtre d’actes meurtriers de ce type par rapport au Proche-Orient et au Moyen-Orient. Comme le souligne par ailleurs l’auteur, les sociétés occidentales expriment le désir d’un État omniprotecteur6, tout en contestant simultanément les mesures de sécurité publique, accusées d’être liberticides7. Et c’est dans les espaces où l’État s’est délité que le terrorisme s’est multiplié. Inversement, la demande sociale de sécurité de tous contre quelques-uns exprimerait la croyance en un État fort et omnipotent.

5Jenny Raflik montre qu’il existe sans doute plus de continuités que de ruptures entre la Guerre froide et le terrorisme islamiste actuel, en dépit d’une dimension religieuse désormais omniprésente dans ce que l’auteur définit, dans sa conclusion, comme « terrorisme identitaire ». Question qui demeure en suspens au terme de la lecture : pourquoi la cause d’Allah a-t-elle remplacé à l’échelle mondiale, et presque exclusivement, celle du peuple – qu’il soit prolétaire ou incarnation d’une nationalité – dans les motivations terroristes ? Le radicalisme religieux – et pas uniquement musulman, bien entendu – serait-il d’abord l’expression d’une contre-culture aux yeux d’individus qui ne trouvent plus d’idéologies laïques pour exprimer leur rejet d’un monde tel qu’il est ? Émile Durkheim (qui publie certaines de ses œuvres majeures durant la décennie anarchiste…) et son célèbre concept d’« anomie » auraient pu suggérer quelques hypothèses, y compris pour la période la plus récente.

6Pour en revenir aux plaintes d’associations de victimes contre l’État français, évoquées en ouverture, il est dommage que Jenny Raflik cède à la facilité consistant à soutenir que la « guerre des services » entre militaires de la Défense d’une part, et civils de l’Intérieur, de la Justice et des Affaires étrangères d’autre part, se superpose à la « guerre contre le terrorisme ». Si aucun élément n’étaye cette assertion, il ne faudrait pas, en outre, confondre des mésententes ponctuelles entre services avec des collaborations plus silencieuses et plus intenses qui, par nature, n’ont aucune raison de laisser des traces dans les documents administratifs. Le silence – interprétable au prix d’une lente imprégnation archivistique – est parfois pour l’historien une première source d’information sur ses « auteurs ».

7« Jeux d’échelles, réseau, dimension organisationnelle en témoignent. Le terrorisme accompagne et illustre ce processus de la mondialisation tout autant qu’il en procède » (p. 363). Jenny Raflik achève son livre en insistant sur l’idée que le terrorisme représente une des formes de conflictualité de la mondialisation, nouveau principe de structuration internationale. Paradoxalement, le chaos produit bien un nouvel ordre par le retour de l’État dans des logiques territoriales – contrôle des frontières –, économiques – surveillance des flux de capitaux – et sociales – attention renouvelée aux liens formant nation – que la fin de l’Histoire – par exemple avancée par Francis Fukuyama – semblait condamner au passé.

Haut de page

Notes

1 Dominique Monjardet, « Police et sociologie : questions croisées », Déviance et société, vol. 9, n° 4, 1985, p. 297-311 et Dominique Monjardet, Ce que fait la police. Sociologie de la force publique, Paris, La Découverte, 1996.

2 Notamment dans l’ouvrage de Gilles Ferragu, Histoire du terrorisme, Paris, Perrin, coll. « Synthèses historiques », 2014.

3 « Anarchismes, nouvelles approches, nouveaux débats », Dissidences, volume 14, 2015. Compte rendu de Jonathan Louli pour Lectures : http://lectures.revues.org/17214.

4 Voir, ainsi, les contributions rassemblées dans Pierre Piazza (dir.), Aux origines de la police scientifique. Alphonse Bertillon, précurseur de la science du crime, Paris, Éd. Karthala, coll. « Hommes et sociétés », 2011.

5 à ce sujet, lire Henri Laurens, Mireille Delmas-Marty (dir.), Terrorismes : histoire et droit, Paris, CNRS éd., coll. « Biblis », 2013.

6 Frédéric Gros, Le principe Sécurité, Paris, Gallimard, coll. « NRF essais », 2012.

7 Mireille Delmas-Marty, Libertés et sûreté dans un monde dangereux, Paris, Le Seuil, coll. « La vie des idées », 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent López, « Jenny Raflik, Terrorisme et mondialisation. Approches historiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 22 juillet 2016, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21181

Haut de page

Rédacteur

Laurent López

Docteur en histoire, chercheur associé au CESDIP (UVSQ-CNRS, UMR 8183) et au Centre d’histoire du XIXe siècle (Universités Paris I et Paris IV), spécialiste de l’histoire des forces de l’ordre françaises et européennes à l’époque contemporaine.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page