Skip to navigation – Site map

Guillaume Sire, Les moteurs de recherche

Patrick Cotelette
Les moteurs de recherche
Guillaume Sire, Les moteurs de recherche, Paris, La Découverte, series: « Repères Culture Communication », 2016, 128 p., ISBN : 978-2-7071-8495-5.
Top of page

Full text

1Le lecteur de Terry Pratchett pourrait reconnaître dans le web « l’espace-L » de ses bibliothécaires. Imaginons simplement que toutes les bibliothèques du monde soient connectées ensemble, formant ainsi un seul espace-temps dans lequel il est possible de se déplacer. Dans un tel espace, impossible de chercher et de trouver sans carte et sans guide. À l’heure où le web indexé (par Google et Bing) comprend 4,75 milliards de pages (et le web non indexé pourrait en compter 20 fois plus), on comprend aisément que le travail des moteurs de recherche est désormais essentiel. Comme le montre Guillaume Sire dans Les moteurs de recherche en employant la métaphore du labyrinthe, ce sont justement ces derniers qui constituent le fil permettant au visiteur de se retrouver dans l’infinité des documents disponibles. Mais une telle situation ne peut qu’éveiller la curiosité du chercheur en sciences sociales : comment le moteur de recherche fait-il pour chercher et pourquoi le fait-il ? C’est cette interrogation qui conduit Guillaume Sire dans cette récente parution de la collection Repères.

2Afin de comprendre le fonctionnement des moteurs de recherche, l’auteur rappelle d’abord dans une première partie leur généalogie. Étonnamment, celle-ci remonte au temps des papyrus. En effet, l’invention du papyrus a coïncidé avec l’invention d’un système de rangement et de classification des textes écrits. Au lieu de dérouler chaque document un par un pour en découvrir le contenu, les informations étaient résumées sur des étiquettes accrochées aux papyrus, et des index ont été rédigées pour pouvoir retrouver un papyrus sans lire les étiquettes une à une. Avec l’invention du parchemin et de la couverture reliée, la méta-information relative au contenu de l’ouvrage s’est déplacée de l’étiquette à la tranche, et les index sont devenus de plus en plus volumineux à mesure que le nombre d’ouvrages publié augmentait. La fin du XIXe siècle fut alors une période fondamentale pour les moteurs de recherche contemporains. Le développement des sciences de l’information a progressivement accompagné la mécanisation et l’automatisation du travail des bibliothécaires : des techniques furent développées pour rendre possible la mobilisation des mots-clés attachés aux documents à partir d’une interface unique et sans avoir à parcourir manuellement les index. De fait, les moteurs de recherche actuels s’inspirent de ce principe mais en l’appliquant non pas à des documents bibliothécaires pré-classés mais à l’ensemble des documents publiés sur le web.

3À ce titre, l’ouvrage de Guillaume Sire permet de mettre l’accent sur l’élément fondamental des moteurs de recherche dans la deuxième partie et le reste de l’ouvrage : ce sont des dispositifs sociotechniques. Pour fonctionner, un moteur de recherche requiert quatre étapes qui sont autant de filtres humains entre l’ensemble des informations disponibles et les résultats obtenus par un internaute lors d’une requête. Premièrement, le moteur de recherche navigue de manière autonome dans le web afin de repérer l’ensemble de ce qui existe (c’est le travail des crawlers ou collecteurs). En réalité, le moteur est un programme informatique dont la qualité de recherche et les quantités extraites dépendent des caractéristiques mises en avant par l’ingénieur responsable du codage, mais aussi de la manière qu’ont les créateurs de site web de guider le travail des collecteurs. Deuxièmement, l’ensemble de l’information extraite doit être indexée pour permettre la recherche effective sans avoir à remobiliser l’ensemble des documents disponibles. À nouveau, les critères d’indexation sont choisis par des ingénieurs ayant à cœur de concilier deux objectifs contradictoires : permettre une recherche la plus pertinente possible tout en la rendant rapidement réalisable. Troisièmement, l’internaute doit formuler une requête sur le moteur de recherche qui s’emploie alors à mettre en relation de façon efficiente et efficace le contenu recherché avec la base de données disponible. C’est ainsi l’interaction entre l’action de l’internaute et le codage des ingénieurs pour transformer cette action en une procédure de mobilisation de la base de données qui produit les résultats du moteur. Enfin, il est nécessaire de présenter à l’internaute les résultats de sa recherche. À nouveau, les ingénieurs ont différentes possibilités pour classer l’information obtenue et elles ont de fait une influence sur l’ensemble des lectures possibles de l’internaute. Afin d’illustrer ce fonctionnement en quatre temps des moteurs de recherche, Guillaume Sire évoque principalement les procédures employées par le géant du web Google (dont il raconte la genèse et la domination progressive du marché), mais les autres possibilités (et des moteurs de recherche concurrents, plus ou moins axés sur la défense de la vie privée ou l’utilisation des recettes publicitaires à des vocations sociales) sont également évoquées dans la dernière partie de l’ouvrage.

4Il reste à traiter le problème des intérêts des acteurs en jeu par l’intermédiaire des moteurs de recherche. Trois théories juridiques différentes (pages 68 à 71) peuvent être invoquées et permettent de résumer les différents enjeux économiques, politiques et juridiques (parties 3 à 6) que partagent les internautes, les créateurs de site web et les créateurs de moteurs de recherche. On peut d’une part concevoir un moteur selon la « théorie du tuyau » : en mettant l’accent sur l’aspect technique de l’opération, un moteur est seulement un tuyau reliant la recherche d’un internaute et un site web. L’intérêt de l’internaute de trouver une information pertinente se conjugue à l’intérêt du créateur du site web de voir son message lu (et/ou d’obtenir les recettes publicitaires liées à l’ouverture de sa page), au risque de messages fallacieux ou illégaux. On peut d’autre part concevoir un moteur selon la « théorie de l’éditeur » : en mettant l’accent sur l’aspect social de l’opération, un moteur est essentiellement un agent de classification. L’intérêt du moteur est de proposer le service capable de générer le plus de revenus (ou d’autres ressources valorisées), ce qui peut conduire un moteur à employer les données de recherche des internautes à des fins commerciales (problème de vie privée), à afficher les contenus des pages web recherchées par l’internaute sans que ce dernier ait le besoin de se connecter au site web (problème de droits d’auteurs), à afficher les pages web les plus pertinentes aux yeux du moteur (celles apportant par exemple des recettes publicitaires supplémentaires) plutôt qu’aux yeux de l’internaute. Enfin, on peut concevoir un moteur selon la « théorie du conseiller » : en mettant l’accent sur l’aspect sociotechnique de l’opération, le moteur de recherche est une interface qui tient compte d’une requête spécifique d’un internaute et il lui est nécessaire, pour répondre à l’intérêt de ses créateurs, de permettre un accès à l’information correspondant aux intérêts de l’internaute et une loyauté à l’information correspondant aux intérêts des créateurs de site web. En comparant ces différentes théories, nous constatons combien les intérêts des différents acteurs en jeu peuvent être contradictoires ou complémentaires selon les configurations sociotechniques réelles mises en place.

5En conclusion, l’ouvrage de Guillaume constitue une excellente plongée d’initiation dans les « machines » que sont les moteurs de recherche. Avec son regard, le lecteur peut aisément comprendre l’ensemble des dimensions traversées par eux.

Top of page

References

Electronic reference

Patrick Cotelette, « Guillaume Sire, Les moteurs de recherche », Lectures [Online], Reviews, 2016, Online since 12 August 2016, connection on 26 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21196

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page