Navigation – Plan du site

Gérard Regnault, Les jeunes et le monde du travail. Emploi et vie en entreprise

Mircea Vultur
Les jeunes et le monde du travail
Gérard Regnault, Les jeunes et le monde du travail. Emploi et vie en entreprise, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2016, 218 p., ISBN : 978-2-343-08531-9.
Haut de page

Texte intégral

1En France, comme ailleurs dans le monde occidental, on parle beaucoup de l’emploi des jeunes et du chômage important de cette catégorie de la main-d’œuvre. Le problème est réel et d’ampleur. La crise de 2008 a aggravé leur situation dans cette arène qu’on appelle « le monde du travail » dont les contours apparaissent de plus en plus mouvants. Avec un jeune sur quatre au chômage, la France est un pays où ce phénomène préoccupe au plus haut niveau les responsables publics et où l’on voit se multiplier les livres sur ce sujet souvent produits par des chercheurs, mais également par d’autres experts en provenance du milieu de la pratique (syndicalistes, cadres d’entreprise, consultants, etc.). C’est dans ce contexte que Gérard Regnault apporte son expérience professionnelle, sa connaissance pratique du monde du travail et de la formation des jeunes ainsi que son important bagage documentaire à l’analyse d’un sujet, qui semble inépuisable et qui revient de manière récurrente dans la littérature sociologique et économique. Son ouvrage prend source dans son expérience de consultant et formateur, dans des discussions informelles que l’auteur a eues avec diverses catégories de jeunes, notamment des étudiants de grandes écoles et universités françaises et dans des enquêtes qui ne proviennent pas principalement du monde de la recherche universitaire mais de divers organismes parapublics et privés. Le lecteur appréciera l’important matériau rassemblé par l’auteur qui est divisé en cinq chapitres.

2Le premier chapitre se veut un portrait général de la population des jeunes français de 15 à 24 ans (qui compte environ 8 millions de personnes) ainsi que des principaux indicateurs de leur insertion sur le marché du travail. L’auteur fait état de l’allongement de la scolarité des jeunes et de l’augmentation du niveau de diplôme des nouvelles générations qui contraste avec leur faible performance sur le marché du travail : aggravation du chômage qui touche même les jeunes le plus scolarisés (taux en augmentation de 5 % à 10 % pour les diplômés du supérieur entre 2001 et 2013) ; baisse du revenu mensuel, notamment pour les jeunes sans diplôme, augmentation des emplois à temps partiel. Une mise en perspective avec la situation des autres pays européens est également faite pour constater l’inefficacité relative de multiples lois et règlements français en vue d’améliorer la situation des jeunes sur le marché du travail. « S’il suffisait de voter une loi ou publier un décret pour changer des mentalités ou régler très rapidement une situation économique dégradée, les choses seraient simples mais la réalité est différente », écrit l’auteur (p. 44).

3Le deuxième chapitre est centré sur les entreprises et présente certaines de leurs caractéristiques selon la taille, le type de management pratiqué (hiérarchique ou relationnel et collaboratif) ou l’absorption dans leur mode de fonctionnement de la responsabilité sociale. Il s’agit d’un chapitre très touffu avec des informations et analyses, qui même si intéressantes, semblent détachées de la logique d’ensemble du livre.

4Le troisième chapitre aborde les valeurs des jeunes et le regard qu’ils portent sur le marché du travail. Il donne lieu à des reconstitutions de parcours professionnels de divers types de jeunes et à des extraits de discussions que l’auteur a eues avec des jeunes étudiants et des jeunes travailleurs dans des entreprises où sa pratique professionnelle l’a amené (matériel qualitatif extrêmement riche illustrant l’hétérogénéité des jeunes dans leur relation avec le marché du travail) ainsi qu’à des résumés de nombreux résultats de recherche. Les jeunes ont-ils aujourd’hui des valeurs spécifiques à la génération à laquelle ils appartiennent ? Adhérant à la définition des valeurs donnée par Pierre Bréchon comme « des idéaux, des préférences qui prédisposent les individus à agir dans un sens déterminé » (p. 102), l’auteur endosse les résultats d’autres études sur le sujet et suggère que l’adhésion des jeunes à certaines valeurs est une question de degré, de dosage. S’il est pertinent de parler des « valeurs des jeunes », ce n’est pas parce qu’ils ont des valeurs que les autres classes d’âge n’ont pas, mais seulement parce qu’ils y adhèrent plus fortement ou plus faiblement qu’elles.

5Le chapitre quatre nous plonge dans le monde des cadres et des dirigeants d’entreprise et examine le regard porté par ceux-ci sur les jeunes. Ce chapitre a pour mérite de confirmer les préjugés qui circulent dans la société à l’endroit des jeunes, vus comme narcissiques, nonchalants, sans la conscience de l’importance du relationnel, individualistes, compétiteurs qui ne respectent pas l’autorité et qui pensent que tout leur est dû. Divers résultats de recherche présentés indiquent également le rôle prioritaire des qualités personnelles et de l’expérience professionnelle dans l’ensemble des critères d’embauche et une dévalorisation relative du diplôme dans le processus de recrutement. Les données présentés et les analyses de l’auteur nous apprennent aussi que la gestion des jeunes « ne constitue pas un problème particulier pour la majorité des chefs d’entreprise » (p. 166) ; cependant il leur paraît assez risqué de confier à un jeune la responsabilité des questions importantes à régler.

6Enfin, le chapitre cinq, expose les atouts et les faiblesses des jeunes au travail et présente quelques éléments de comparaison entre les jeunes et les seniors. Des résultats de recherches déjà connus sont confirmés par les analyses de l’auteur : une préoccupation importante des jeunes pour l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie familiale, rapport problématique à l’autorité, faible attachement à l’entreprise, un fort besoin de reconnaissance. La thèse du clivage générationnel est infirmée ; l’auteur constate « assez peu de cassures entre jeunes et seniors sur la grande majorité des points abordés mais plutôt une différence de radicalisation dans les opinions exprimées… »

7Le livre dont les chapitres ont été très sommairement résumés ici, est fort riche en données mais, sur plusieurs points, Regnault reprend des résultats de recherche déjà connus auxquels il offre des dimensions chiffrées. Il n’apporte pas de plus-value à la connaissance de la situation des jeunes Français sur le marché du travail, mais nous offre un portrait global et actualisé. En présentant de multiples résultats de recherches issus des enquêtes d’opinion et en privilégiant une approche plutôt de type diagnostic, l’ouvrage estompe en partie les facteurs à la source des situations existantes. Sa perspective globalisante a comme principal défaut de gommer certaines nuances qui sous-tendent l’évolution du comportement des jeunes sur le marché du travail. Mais l’auteur se remarque cependant par une manière intuitive d’expliquer la situation des jeunes à partir de la présentation de cas particuliers ; il mobilise une intelligence pratique qui fait vivre le social sous nos yeux. Ainsi, les analyses les plus passionnantes du livre m’apparaissent être celles issues de l’observation directe de l’auteur faite en tant que consultant et formateur, à partir d’une sociologie de terrain non formalisée ou méthodologiquement construite. Elles l’amènent à présenter divers cas de figure des jeunes confrontés aux situations concrètes du monde du travail, à la mesquinerie humaine, à la mesure du rendement individuel du travail, au stress du changement, etc. Les témoignages recueillis par l’auteur sur ce sujet sont des éléments qui enrichissent l’ouvrage et donnent du contenu à la chair qui se trouve sur les ossements des faits sociaux.

8Dans son ensemble, l’ouvrage de Regnault constitue une synthèse riche en informations qui lui donne le statut d’un très bon outil de travail et de connaissance des jeunes Français. À ceux qui s’intéressent à l’évolution de la société française, à la complexification du monde du travail et aux défis qu’il devra affronter dans l’avenir, ce livre offre des informations importantes qui ouvrent sur une multitude de pistes de réflexion. Il pourrait intéresser tant la communauté scientifique que le grand public, d’autant plus que le style d’écriture est agréable et le renvoi à des références conduit le lecteur à d’autres ouvrages sur le thème abordé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mircea Vultur, « Gérard Regnault, Les jeunes et le monde du travail. Emploi et vie en entreprise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 13 août 2016, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21200

Haut de page

Rédacteur

Mircea Vultur

Professeur titulaire à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) de Québec, coresponsable du Comité international de recherche « Sociologie du travail » affilié à l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF) et Fellow au Centre interuniversitaire de recherches en analyse des organisations (CIRANO). Il est également membre de l’Observatoire Jeunes et Société (OJS). Ses travaux actuels portent sur l’insertion professionnelle des jeunes, la surqualification des diplômés universitaires et les conditions de travail des salariés d’agences de location de personnel.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page