Navigation – Plan du site

Bernard Ravenel, Quand la gauche se réinventait. Le PSU, histoire d’un parti visionnaire (1960-1989)

David Noël
Quand la gauche se réinventait
Bernard Ravenel, Quand la gauche se réinventait. Le PSU, histoire d’un parti visionnaire, 1960-1989, Paris, La Découverte, 2016, 384 p., ISBN : 9782707188892.
Haut de page

Texte intégral

1Agrégé d’histoire, Bernard Ravenel a été un témoin et un acteur privilégié de l’histoire du Parti socialiste unifié. Membre du PSU dès sa fondation au moment de la guerre d’Algérie, il a intégré l’équipe dirigeante du parti, en charge du secteur des relations internationales entre 1974 et 1984. Plus d’un quart de siècle après la dissolution d’un parti qui a été au cœur des luttes sociales des années soixante et soixante-dix et ambitionnait de réinventer la gauche, Bernard Ravenel s’est résolu à écrire l’histoire d’une organisation qui a durablement influencé la culture de la gauche française en dépit de ses échecs électoraux et de sa marginalisation progressive qui ont conduit à sa disparition. Un tel projet comporte une part inévitable de subjectivité que l’auteur reconnaît dans son introduction : « ce travail s’impose à moi comme une nécessité morale, d’abord vis-à-vis de nombreux militants qui souhaitent ardemment que la mémoire de leurs combats soit transmise aux générations futures. […] je n’ai pas seulement été observateur et témoin de cette période, j’en ai été un acteur […]. Par conséquent, pour laisser le moins de place possible à ma subjectivité particulière, il m’a fallu contextualiser, historiciser ma propre mémoire. Ce qui signifie insérer dans le récit, quand cela m’a paru utile, mon témoignage personnel, en lui appliquant le même traitement critique réservé à d’autres souvenirs, en en reconnaissant la part possible d’erreur, en en revendiquant aussi la part de vérité » (p. 12-13).

2Les quatre parties de l’ouvrage de Bernard Ravenel correspondent à quatre moments de l’histoire d’un parti politique à la recherche de son identité, avec ses congrès, ses luttes de tendances et les multiples scissions qui l’ont affecté. De Pierre Mendès-France à Huguette Bouchardeau, secrétaire d’État à l’environnement dans le gouvernement Mauroy, en passant par Michel Rocard, décédé le 2 juillet dernier et qui a, durant plusieurs années, été la figure du PSU, le Parti Socialiste Unifié a constamment cherché à se redéfinir, entre Parti socialiste et Parti communiste, aspirations au rassemblement de toute la gauche et volonté d’affirmation autonome d’un parti socialiste original, engagé sur les questions écologiques et sociétales.

3Le parti qui voit le jour en avril 1960 en pleine guerre d’Algérie est le produit de la fusion de trois groupes politiques : le Parti socialiste autonome, issu d’une scission de la SFIO, l’Union de la gauche socialiste qui regroupe des chrétiens de gauche et des militants trotskistes et le groupe Tribune du communisme animé par Jean Poperen.

4Les premières années de l’existence du PSU sont consacrées à la lutte contre la guerre d’Algérie et contre l’OAS. Après les accords d’Évian de 1962, le PSU doit se redéfinir : c’est l’enjeu du congrès d’Alfortville de 1963 qui oppose sept tendances internes qui se divisent sur la stratégie du PSU. Le débat oppose les tenants d’une ligne d’unité populaire avec la SFIO et le PCF et les partisans d’un développement autonome du PSU, parti charnière d’un « front socialiste » avec les forces politiques et syndicales du mouvement social. Le parti soutient la grève des mineurs de 1963 et s’engage contre l’armement atomique. Dès 1964, il élabore un « contre-plan » marqué par un réformisme économique avancé et soumis aux organisations syndicales. Très vite, le PSU peut s’appuyer sur la CFDT, née cette année-là de la déconfessionnalisation de la CFTC. Investis dans les luttes locales, le PSU et ses alliés remportent la municipalité de Grenoble qui fait figure de « laboratoire municipal » du PSU, mais l’année 1965 est surtout marquée par l’élection présidentielle. Après avoir tenté de convaincre Pierre Mendès-France, puis Daniel Mayer, le président de la Ligue des Droits de l’Homme, de porter les couleurs du socialisme alternatif, le ralliement du PCF et le soutien de Guy Mollet à la candidature de François Mitterrand contraignent le PSU à soutenir Mitterrand.

  • 1 La Fédération de la Gauche Démocrate et Socialiste a été fondée par François Mitterrand à la suite (...)

5Dans les années qui suivent, le PSU s’engage contre la guerre du Vietnam. Si le parti participe à différents colloques socialistes avec la SFIO et ses partenaires syndicaux comme la CFDT, la FEN et l’UNEF, le PSU reste à l’écart de la FGDS1. Un accord électoral de désistement réciproque permet toutefois au PSU de faire élire quatre députés, dont Pierre Mendès-France, lors des législatives de 1967. En 1968, les partisans d’une association avec la FGDS sont battus lors du congrès d’où émerge un « nouveau » PSU, sensible aux luttes féministes, engagé aux côtés des Vietnamiens et des Palestiniens. Michel Rocard devient le nouveau secrétaire national du parti.

6La deuxième partie de l’ouvrage de Bernard Ravenel couvre la période 1968-1972. Parti socialiste de gauche, le PSU, à la faveur du mouvement de mai 1968, se transforme en un « parti socialiste révolutionnaire ».

7Les événements de mai 68 sont une « divine surprise » pour le PSU qui est de toutes les manifestations et occupations d’usine avec ses militants syndiqués à la CFDT ou à l’UNEF, en dépit des polémiques qui opposent le PSU au PCF. De fait, le PSU reproche aux communistes et à la CGT de n’avoir pas perçu la dimension potentiellement révolutionnaire du mouvement de mai et les aspirations des manifestants à un changement de régime. Après les accords de Grenelle, le PSU est à l’initiative du rassemblement du stade Charléty et s’efforce de convaincre Pierre Mendès-France de se poser en alternative à De Gaulle en cas de démission du Président de la République. Pour Jean Poperen, qui a alors quitté le PSU, avec le mouvement de mai 68 et ce meeting au stade Charléty « se concrétise, pour la première fois, l’existence, dans le mouvement ouvrier, d’un courant de masse distinct idéologiquement et politiquement du courant marxiste et de la CGT. » (page 152)

8Le refus de Mendès-France déçoit le PSU qui sort laminé des élections législatives de juin faisant suite à la dissolution de l’Assemblée nationale. Le parti perd ses quatre députés, dont Mendès-France qui démissionne dans la foulée, en désaccord avec la nouvelle orientation du PSU.

9Les années qui suivent sont des années de réflexion idéologique intense sur le contenu d’un socialisme révolutionnaire moderne dans un pays capitaliste avancé comme la France. Le PSU milite pour plus de décentralisation, s’engage dans les luttes paysannes et dans les luttes des locataires et des usagers des transports. En 1969, Michel Rocard, le secrétaire national du PSU, est candidat aux élections présidentielles. Il n’obtient que 3,6 % des voix, mais Gaston Defferre, soutenu par le parti socialiste n’en rassemble que 5 %.

10Dans ce contexte, le PSU observe avec scepticisme la transformation de la SFIO en Parti socialiste et l’arrivée à sa tête de François Mitterrand, dont les militants du PSU se sont toujours méfiés. Face au programme commun PS-PCF qui serait le symbole de la « vieille gauche », le PSU entend mettre en avant son programme pour un socialisme autogestionnaire, nourri de son implication dans les luttes sociales comme celle des travailleurs immigrés de Penarroya.

11La troisième partie de l’ouvrage de Bernard Ravenel couvre les années 1973 à 1979. Le PSU est alors un parti « socialiste, autogestionnaire et écologiste ». L’année 1973 est marquée par la lutte des ouvriers de Lip, animée par des militants PSU et CFDT qui occupent leur usine et relancent la production en autogestion pour éviter la liquidation de leur entreprise. Sur le plan électoral, face au bloc PS-PCF, le PSU n’obtient que 489 000 voix sur 24 millions lors des législatives de 1973, contre 875 000 sur 22 millions cinq ans plus tôt. Avec une moyenne de 4,23 % des voix, l’échec du PSU amène Michel Rocard et ses proches à envisager un rapprochement avec le Parti socialiste. À l’automne 1974, les assises du socialisme regroupent représentants du PS, du PSU et de la CFDT. Mis en minorité à la direction du PSU, Michel Rocard et ses proches intègrent le PS. C’est une nouvelle période qui s’ouvre pour le PSU, affaibli par les départs et désormais dirigé par Michel Mousel.

12Actif dans les luttes anti-militaristes et écologistes, le PSU, désormais concurrencé par des partis écologistes, ne tire pas profit de la rupture de l’union de la gauche ni de la défaite du PS et du PCF aux législatives de 1978. Bernard Ravenel, alors chargé des relations internationales, évoque les rencontres avec, les responsables algériens du FLN, les Palestiniens de l’OLP et les socialistes grecs du Pasok qui participent à une conférence euro-méditerranéenne à Barcelone à l’initiative du PSU.

13Au plan national, le PSU, désormais dirigé par Huguette Bouchardeau, se présente aux élections présidentielles de 1981 et obtient 1,1 % des voix. C’est le signe de « l’inexistence politique du courant autogestionnaire ». D’abord dans une posture de soutien critique au gouvernement Mauroy, le PSU obtient un poste de secrétaire d’Etat, puis de ministre de l’environnement pour Huguette Bouchardeau dans les gouvernements Mauroy et Fabius. La dernière partie de l’ouvrage de Bernard Ravenel, plus courte, est centrée sur les dernières années du PSU, devenu un parti de gouvernement au moment où la gauche adopte le tournant de la rigueur. Le parti, qui a enchaîné les mauvais scores électoraux et a perdu de nombreux adhérents, est divisé sur la question de la participation gouvernementale. Huguette Bouchardeau finit par démissionner du PSU. En 1988, c’est l’échec de la candidature Juquin. Le communiste rénovateur, exclu du PCF et soutenu par la LCR et le PSU n’obtient que 2,10 % des voix. L’année suivante, le PSU choisit de « mourir à trente ans » et vote sa dissolution.

14Que reste-t-il de l’héritage d’un parti qui a pesé pendant trois décennies sur la gauche française ? Après 1989, les anciens du PSU fondent l’AREV (Alternative Rouge Et Verte), puis les Alternatifs, qui se fondent dans la FASE (Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique), qui a fini par fusionner en 2013 avec des groupes issus de la LCR/NPA dans le mouvement Ensemble, la troisième composante du Front de Gauche avec le PCF et le Parti de Gauche. D’un certain point de vue, le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon est sans doute aujourd’hui l’héritier le plus direct du PSU. Issu du PS comme le PSU était issu de la SFIO, le Parti de gauche s’est d’emblée posé en parti « écosocialiste » rouge et vert. Les idées autogestionnaires et l’attachement du PSU à la décentralisation ont aussi largement influencé le Parti socialiste et la CFDT après l’intégration de Rocard au PS et le recentrage de la CFDT à la fin des années 70. Paradoxalement, l’héritage autogestionnaire du PSU a donc aussi pu justifier le tournant social-démocrate du Parti socialiste et la mise en œuvre de politiques plus favorables à l’entreprise, Rocard et Mendès-France faisant figure de précurseurs d’une gauche réformiste moderne.

15Indéniablement, le PSU a influencé la gauche française d’aujourd’hui. C’est tout l’intérêt de l’ouvrage de Bernard Ravenel de le rappeler.

Haut de page

Notes

1 La Fédération de la Gauche Démocrate et Socialiste a été fondée par François Mitterrand à la suite de sa campagne présidentielle de 1965 pour fédérer la gauche non-communiste. Elle est dissoute en 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Noël, « Bernard Ravenel, Quand la gauche se réinventait. Le PSU, histoire d’un parti visionnaire (1960-1989) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 18 août 2016, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21213

Haut de page

Rédacteur

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page