Navigation – Plan du site

Jacqueline Freyssinet-Dominjon, L’enfant dans les romans scolaires. De la fillette exemplaire au valeureux aventurier 1869-1941

Loig Le Sonn
L'enfant dans les romans scolaires
Jacqueline Freyssinet-Dominjon, L'enfant dans les romans scolaires. De la fillette exemplaire au valeureux aventurier (1869-1941), Paris, L'Harmattan, coll. « Manuels scolaires et sociétés », 2016, 278 p., ISBN : 978-2-343-08912-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Freyssinet-Dominjon, Jacqueline, Les manuels d’histoire de l’école libre 1882-1959 de la loi Ferry (...)
  • 2 Pour une mise au point et une comparaison internationale des études sur les manuels scolaires, voir (...)
  • 3 L’historien Patrick Cabanel y consacre un chapitre dans Le tour de la nation par des enfants. Roman (...)

1Jacqueline Freyssinet-Dominjon nous propose une immersion passionnante dans l’univers de la littérature de jeunesse sous la IIIe République. Alors que dans son doctorat ès sciences politiques publié en 1969, l’auteure entendait démontrer la spécificité du message politique et religieux des manuels d’histoire de l’enseignement catholique depuis 18821, ce nouveau livre déplace l’objet de recherche initial. Forme romanesque hybride à mi-chemin entre la littérature pour enfants et la didactique d’un manuel destiné à être utilisé en classe2, le roman scolaire tire sa spécificité de cet alliage entre la trame narrative d’un roman pour enfants et les moments d’enseignement (sur l’instruction civique, l’histoire, la géographie, etc.) qui ponctuent le récit. Les ressorts de la fiction, centrée sur les aventures du héros ou de l’héroïne, sont mis à profit d’un apprentissage ludique de la lecture, de l’instruction civique ou encore de l’histoire de France. Le roman scolaire le plus emblématique du genre en France, Le tour de France par deux enfants de G. Bruno (pseudonyme d’Augustine Fouillé), s’est vendu à plus de 8,5 millions d’exemplaires entre 1877 et 20033.

  • 4 Pour une bibliographie chronologique des romans scolaires, depuis le Télémaque de Fénelon jusqu’aux (...)

2Le corpus de livres pour enfants qu’elle a retenu se compose d’une trentaine de romans scolaires dédiés à l’apprentissage de la lecture et d’une vingtaine d’autres consacrés à l’histoire de France. Loin de constituer un bloc monolithique, le genre romanesque est analysé durant trois quarts de siècle afin de repérer les continuités et les discontinuités. Le genre évolue notamment après 1890, puisque le roman unique de type encyclopédique est supplanté par des manuels spécialisés selon les disciplines au programme (instruction morale et civique, lecture, histoire, etc.). Malgré cette disciplinarisation croissante, le genre du roman scolaire conserve son unité à travers sa trame narrative. Il se diffuse dans l’enseignement tant public que privé. L’étude pointilleuse des trames narratives constitue la principale originalité de l’auteur au sein de cette thématique de recherche en plein essor4.

3La littérature pour enfants étudiée par J. Freyssinet-Dominjon décline des romans de voyage et d’apprentissage qui mettent le héros ou l’héroïne face à une série d’épreuves. Les examens scolaires et le service militaire sont au premier rang des épreuves pour les garçons. Ces rituels de passage sont complétés par des actions d’éclat où le héros (principalement masculin) fait la preuve de sa bravoure, comme le classique sauvetage d’un enfant lors d’un incendie ou au cours d’une noyade. La figure de l’orphelin occupe une place de choix dans les romans pour la jeunesse. La majorité des héros ont en effet perdu leurs deux parents ou du moins l’un d’entre eux. Cette figure de l’orphelin permet de favoriser l’identification des lecteurs envers un personnage détaché de tout contexte familial. Elle permet aussi de situer le héros comme disponible pour une longue aventure initiatique à la découverte de son pays et de lui-même.

  • 5 Weber, Eugen, La Fin des terroirs : la modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard, (...)

4Pourquoi relire la littérature de jeunesse de la IIIe République ? Les romans scolaires peuvent être analysés à plusieurs niveaux. Tout d’abord, l’instruction morale et civique détrône l’instruction religieuse comme discipline prioritaire du programme scolaire à partir de 1882. Les romans scolaires, qui prennent soin de se conformer aux instructions officielles, constituent un des vecteurs de diffusion de la morale laïque. Les façons de penser, de croire, de sentir et d’agir propres à la morale républicaine se diffusent à travers ces romans destinés aux enfants en âge de fréquenter à l’école primaire. A ce titre, les romans scolaires constituent une porte d’entrée privilégiée pour étudier le façonnement des futurs citoyens français. Bravoure, altruisme, sacrifice, dévouement, patriotisme forment l’essentiel des valeurs mises en scène dans ces récits. Chaque roman du corpus est ainsi replacé dans son contexte historique et dans l’évolution des lois scolaires (Loi Guizot de 1833, loi Falloux de 1850, loi Ferry de 1882) qui ont scandé le XIXe siècle. En second lieu, les histoires d’enfants que l’auteure analyse finement permettent de rendre raison des normes et des valeurs qui pèsent sur le destin de ces héros et héroïnes dans une société française en pleine recomposition5.

5L’âge d’or des romans scolaires coïncident avec la mutation de la société française marquée par l’urbanisation, la scolarisation et la salarisation croissantes. Les romans scolaires sont donc un miroir des transformations de la France. L’expérience de l’école et des examens, l’arrivée dans une grande ville, l’accès au salariat accélèrent la mobilité sociale et résidentielle et bousculent une société régie par des ségrégations et des stéréotypes de classe, de genre et de culture. Les variables sociologiques sont mobilisées avec pertinence par l’auteure lorsqu’elles ont une incidence sur la trajectoire du héros, notamment sur son parcours professionnel. Elles permettent de resituer le cadre familial dans lequel les sujets-héros se déploient. Ceux-ci embrassent un large spectre de conditions sociales : orphelins placés en famille d’accueil, enfants d’agriculteurs et d’ouvriers (fils de mineur ou de conducteur de train, par exemple). Les figures d’enfants de milieux aisés, issus de la bourgeoisie d’affaire ou de la bourgeoisie militaire, sont surreprésentées dans les manuels de l’enseignement catholique. Chez les garçons, les héros deviennent officiers, ingénieurs, chimistes. Chez les filles, les héroïnes sont destinées à devenir modistes, couturières, passementières, mais aussi maîtresses de maison, institutrices ou encore directrices d’un magasin de mode.

6Après la description du contexte social dans lequel prennent place les récits d’enfants, l’auteur s’empare d’une seconde clef de lecture. Le rapport aux normes de genre s’avère un instrument puissant d’exégèse des romans scolaires. Les auteur.e.s de littérature pour la jeunesse ne dérogent pas à l’assignation des rôles traditionnels à chacun des genres. Les modèles d’identification proposés aux enfants sont ancrés dans les stéréotypes de genre de l’époque. Tout oppose les héros et les héroïnes. Le jeune homme est promis à une situation stable et honorable tandis que la jeune fille doit cultiver les valeurs de la discrétion et de la soumission. Le jeune homme a la responsabilité d’opter pour un métier qui assurera son autonomie et celle de sa famille. Quant à la fillette, le ménage, la couture et l’entretien du foyer constituent son horizon d’attente. Chez les garçons, l’ascension sociale par le mérite contraste avec le dévouement et le confinement des filles dans la sphère domestique. Parmi les héros masculins, on suit les aventures d’un enfant de sergent admis à l’école militaire de Saint-Cyr, d’un fils d’ouvrier qui entre à l’Ecole de physique et de chimie ou encore d’un fils d’aviateur qui réussit Polytechnique. Du côté des filles, les romans scolaires de l’enseignement public présentent la même figure traditionnelle de la femme au foyer que les manuels de l’enseignement privé catholique. Ainsi Suzette, dans le roman à succès du même nom de Marie-Robert Halt (1849-1908), en visite à Paris, découvre une école professionnelle ouverte par la Ville de Paris qui enseigne les métiers de la couture et du ménage. Eprouvée par un contexte familial difficile depuis la mort de sa mère, Suzette promet alors à son institutrice de se « mettre au ménage ».

7Pourtant, l’ascension sociale affecte aussi quelques trajectoires féminines hors du commun. Certaines héroïnes réussissent professionnellement. Elles offrent un modèle alternatif à celui de la femme au foyer, mère et épouse. L’une de ces « fillettes exemplaires », d’une famille ouvrière, entre en apprentissage chez une modiste après son certificat d’étude. Puis elle décide d’ouvrir un magasin de passementerie. Toutes les fillettes n’arrêtent donc pas définitivement l’école à 14 ans (loi Zay de 1936). Elles poursuivent parfois leur scolarité après le certificat d’études. Une fille d’institutrice entre ainsi comme vendeuse dans une pâtisserie. Elle passe tout d’abord son brevet simple, devient préceptrice et réussit dans un second temps son brevet supérieur, sésame pour devenir institutrice à son tour. L’horizon professionnel des jeunes filles s’élargit au fur et à mesure de leur prise en charge par l’école publique en expansion. Les romans scolaires portent la trace de cette lente évolution des mœurs, notamment après la Grande Guerre.

8Le mariage, la maternité et le foyer ne forment pas l’horizon indépassable de la femme du peuple. L’exercice d’une activité professionnelle n’est pas interdit aux jeunes adolescentes ambitieuses qui sont dépeintes dans ces romans. Elles doivent néanmoins s’engager dans des professions marquées du sceau de la « féminité ». Si la promotion sociale n’est pas réservée aux trajectoires de garçons, les aspirations et les positions des filles ne sauraient pourtant rivaliser avec celles des garçons. Les romans scolaires analysés par Jacqueline Freyssinet-Dominjon nous offrent l’image d’une société française sous tension, partagée entre des processus à long terme d’urbanisation, de salarisation, de scolarisation, de féminisation du marché du travail, et des représentations reproduisant les rôles traditionnels, notamment entre les hommes et les femmes.

  • 6 Becker, Howard S., Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

9Devant la richesse des analyses proposées par l’auteure, on peut regretter néanmoins le peu d’attention porté à l’espace des producteurs de ces romans pour enfants, dont on découvre en passant la profession d’origine (professeur de philosophie, inspecteur, etc.). On y découvre de nombreuses signatures féminines comme par exemple celles de Marie Robert Halt, la Comtesse de Ségur et Augustine Fouillé, ainsi que celles de pédagogues comme Gabriel Compayré, d’hommes politiques tels que Jules Simon ou encore de l’entomologiste Jean-Henri Fabre. On aurait aimé en savoir plus sur ces « entrepreneurs de morale »6 républicaine et sur leur engouement à écrire pour les enfants.

Haut de page

Notes

1 Freyssinet-Dominjon, Jacqueline, Les manuels d’histoire de l’école libre 1882-1959 de la loi Ferry à la loi Debré, Paris, Armand Colin, 1969.

2 Pour une mise au point et une comparaison internationale des études sur les manuels scolaires, voir Choppin A., « Le manuel scolaire, une fausse évidence historique », Histoire de l’Éducation, n°117, 2008, p. 7-56.

3 L’historien Patrick Cabanel y consacre un chapitre dans Le tour de la nation par des enfants. Romans scolaires et espaces nationaux (XIXe-XXe siècles), Paris, Belin, 2007, p. 141-213.

4 Pour une bibliographie chronologique des romans scolaires, depuis le Télémaque de Fénelon jusqu’aux œuvres contemporaines de Paul-Jacques Bonzon, on peut consulter Marcoin Francis et Tison  Guillemette, « Vie et mort du roman scolaire », Cahiers Robinson, « Le roman scolaire entre pédagogie et littérature », n°29, 2011, p. 23-52.

5 Weber, Eugen, La Fin des terroirs : la modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard, 1983.

6 Becker, Howard S., Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loig Le Sonn, « Jacqueline Freyssinet-Dominjon, L’enfant dans les romans scolaires. De la fillette exemplaire au valeureux aventurier 1869-1941 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 août 2016, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21220

Haut de page

Rédacteur

Loig Le Sonn

Docteur en sciences du sport de l’Université Paris Descartes. Après une thèse consacrée aux sujets d’expérience du psychologue français Alfred Binet (femmes hystériques, sujets de laboratoire, enfants des écoles primaires et aliéné.e.s), l’auteur étudie les formes d’expertise et les modes de diffusion qui ont permis aux psychologues appliqués de peser sur la définition des questions sociales au XXe siècle

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page