Navigation – Plan du site

Laurent Mucchielli, Émilie Raquet (dir.), Délinquances, police, justice. Enquêtes à Marseille et en région PACA

Elie-Benjamin Loyer
Délinquances, police, justice
Laurent Mucchielli, Emilie Raquet (dir.), Délinquances, police, justice. Enquêtes à Marseille et en région PACA, Aix-en-Provence, Université de Provence, coll. « Sociétés contemporaines », 2016, 242 p., ISBN : 979-10-320-0055-7.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Cette publication doit s’appréhender non seulement comme l’état des lieux des recherches menées au sein de l’Observatoire régional de la délinquance et des contextes sociaux (ORDCS), mais aussi comme le bilan d’une expérience institutionnelle particulière dont Laurent Mucchielli retrace les grandes lignes dans le chapitre liminaire. Fondée en 2011, cette structure se propose de mettre en réseau chercheurs et ingénieurs d’étude autour d’un thème précis de recherche, la sociologie pénale, dans le but d’évaluer et de diagnostiquer les politiques publiques déployées sur ces questions. Il s’agit de proposer une autre manière d’organiser la recherche scientifique, en assumant un rôle d’expertise et en contournant les canaux classique d’organisation et de financements de la recherche française. Cette reconquête d’un rôle social (et politique ?) du chercheur présente l’avantage d’assurer un financement continu et nourri, tout en refusant une recherche sur projets dont les effets néfastes sont désormais bien connus. Les auteurs n’hésitent donc pas à présenter dans le détail le montage institutionnel qui, de ce point de vue, est une réussite puisqu’il a permis de créer une structure et un réseau autour d’un sujet, bien loin de l’éparpillement thématique habituel, et d’assurer une aisance matérielle inconnue dans l’immense majorité des laboratoires de sciences humaines.

2Cette démarche, pour innovante et enthousiasmante qu’elle soit, n’est pas sans poser quelques problèmes. Un tel observatoire est une greffe sur des structures juridiques existantes et l’on peut craindre la sujétion administrative des personnels. Rien n’est dit non plus sur la précarité des doctorants et des chercheurs non titulaires, au demeurant peu nombreux au sein de l’ORDCS : il n’est pas certain que ce genre de montage puisse lutter efficacement contre les risques du mandarinat. Si une telle structure permet les meilleures synergies collectives, en rompant avec l’isolement habituel des chercheurs solitaires en leur laboratoire, la mission d’expertise politique favorise l’incarnation de la recherche dans une figure unique qui combine visibilité, reconnaissance et pouvoir. Il y a sans doute un vrai effort à faire pour éviter que la recherche ne se soumette à cette tendance plus générale qu’est la constitution de réseaux personnels. Réponse logique au retrait de l’État, ce réinvestissement d’une structure juridique de facture typiquement féodale est sans doute une solution à court terme, mais pourrait menacer la vitalité intellectuelle à long terme.

  • 1 Nicolas Herpin, L'application de la loi : deux poids, deux mesures, Paris, Seuil, 1977.

3D’un point de vue scientifique, les travaux présentés sont dans la continuité du chantier français de la sociologie pénale, commencé avec Philippe Robert et continué par Laurent Mucchielli et ses collaborateurs. On y retrouve (chapitre 2 : Délinquances et contextes sociaux en région PACA, par L. Mucchielli, E. Raquet et C. Saladino) cette attention à la construction des chiffres de la police et de la gendarmerie et aux usages que l’on peut en faire : une telle déconstruction des statistiques, considérées comme des sources au sens historien du terme, n’est bien sûr pas nouvelle, mais constitue un préalable fondamental qu’il est essentiel de rappeler. Deux propositions méthodologiques ont en particulier permis d’affiner l’exploitation de cette source, aussi canonique que problématique : la prise en compte des flux touristiques dans le calcul des taux et l’invention d’une nouvelle nomenclature, autour de cinq grandes catégories (la « petite et moyenne délinquance économique » ; l’« indicateur de conflits sociaux » ; la « délinquance organisée » ; la « délinquance en col blanc » ; les « violences interpersonnelles »). Ces innovations, dont il faut souligner l’efficacité et la pertinence, se doublent d’une attention accrue pour la justice, habituelle parent pauvre de la sociologie pénale. Deux chapitres sont ainsi consacrés à la justice correctionnelle : l’un mobilise l’observation de l’audience elle-même pour déterminer les caractéristiques de la population jugée en comparution immédiate, à l’instar de ce qu’avait proposé Nicolas Herpin, il y a près de quarante ans1 (chapitre 10) ; l’autre recourt aux « dossiers correctionnels », pour reconstituer les réseaux de trafic de stupéfiants (chapitre 7, par Daphné Bibard), sans que l’on sache assurément s’il s’agit des seules « minutes » ou si les auteurs ont eu accès aux dossiers correctionnels, source à l’accès restreint mais d’une richesse sans égale.

  • 2 Émile Durkheim, De la division du travail social, Paris, Alcan, 1902, 2 éd., p. xxxix ; cité par L. (...)

4Né d’une nécessité matérielle, l’ORDCS est donc scientifiquement convaincant et montre combien il est bénéfique de faire se rencontrer les chercheurs autour d’un thème de travail. Quoique collectif, l’ensemble s’avère remarquablement cohérent : une même attention à l’usage des statistiques officielles, une même volonté de les croiser avec les enquêtes de victimation (chapitres 4 et 5) se trouve dans chaque contribution, déclinée selon les besoins. L’ensemble propose ainsi une véritable réflexion de fond sur l’échelle de la délinquance : échelle d’analyse (campus, commune, intercommunalité, département, région), échelle de gestion, voire échelle d’observation avec un refus notable de la méthode ethnographique, même lorsqu’elle aurait pu être bénéfique. L’expertise, où il s’agit de se substituer à des cabinets de conseil privés qui prospèrent sur des marchés publics, est donc menée à bien et, en plus d’apprendre que la région PACA n’est pas plus violente qu’une autre (chapitre 3 : La Provence, terre de violence ? Les présupposés culturalistes à l’épreuve de l’analyse statistique, par L. Mucchielli, E. Raquet et C. Saladino), l’on trouvera dans cet ouvrage un premier bilan de fond des Zones de Sécurité Prioritaire (ZSP) et de leur « méthode globale » (chapitre 8). L’unité n’est cependant pas parfaite : une certaine ambiguïté subsiste entre expertise et opérationnel, consubstantielle de l’usage politique des recherches universitaires. D’un côté, des universitaires mobilisent des méthodes et des résultats pour nourrir l’analyse ; de l’autre, des professionnels attendent des universitaires ce qu’ils ne peuvent pas donner et il est symptomatique de ce point de vue que les seuls articles qui proposent véritablement des solutions soient l’œuvre de juristes en responsabilité (chapitres 11 et 12 par Christine Bartholeméi). Les auteurs sont du reste conscients de ce malentendu originel, puisqu’ils consacrent plusieurs pages à explorer les déceptions nées d’une impossible rencontre avec le milieu politique, champ indépendant et aux horizons radicalement divergents (chapitre 1). La tentation de l’expertise renferme enfin une autre difficulté : vouloir objectiver le « réel concret » et se substituer à un cabinet de conseil, c’est risquer d’évincer les sciences humaines qui seraient considérées comme « spéculatives »2, donc inutiles et superflues. Encore faudrait-il savoir selon quels critères : en plus du risque d’une interdisciplinarité qui irait toujours dans le même sens, il y a dans cet impératif catégorique d’efficacité, ou plutôt d’utilité, un véritable péril de voir les scientifiques perdre la maîtrise de leur critère d’évaluation. C’est d’ailleurs avec raison que l’ouvrage s’achève en appelant de ses vœux l’invention d’une structure institutionnelle où les compétences des universitaires pourraient servir les administrations publiques. Entre responsables politiques et chercheurs, le malentendu semble aussi ancien qu’irréductible, mais il faut reconnaître à l’ORDCS et à Laurent Mucchielli d’avoir exploré les solutions d’une réconciliation.

Haut de page

Notes

1 Nicolas Herpin, L'application de la loi : deux poids, deux mesures, Paris, Seuil, 1977.

2 Émile Durkheim, De la division du travail social, Paris, Alcan, 1902, 2 éd., p. xxxix ; cité par L. Mucchielli, p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elie-Benjamin Loyer, « Laurent Mucchielli, Émilie Raquet (dir.), Délinquances, police, justice. Enquêtes à Marseille et en région PACA », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 août 2016, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21222

Haut de page

Rédacteur

Elie-Benjamin Loyer

AMN à l'IDHE.S (université de Paris-Ouest Nanterre). Thèse en préparation : les étrangers devant la justice de la Troisième République (années 1880-années 1930)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page