Skip to navigation – Site map

Zygmunt Bauman, Stangers at Our Door

Simon Tabet
Strangers at Our Door
Zygmunt Bauman, Strangers at Our Door, Polity, 2016, 120 p., ISBN : 9781509512171.
Top of page

Full text

1Zygmunt Bauman a toujours eu à cœur d’inscrire sa pensée dans le temps présent, en se saisissant des problématiques qui sont au cœur de nos sociétés. Il confirme cette vocation avec cet ouvrage, qui analyse un des phénomènes centraux de notre époque, à savoir la « crise des migrants » à l’échelle globale. Il est indéniable que les flux massifs de population dans le monde ont engendré des bouleversements à la fois sociaux, politiques et culturels : l’objectif de Z. Bauman ici n’est pas de détailler plus avant ces processus migratoires, mais plutôt d’en mesurer les conséquences directes sur nos vies.

2Tout au long de six chapitres concis, l’auteur resitue les migrations actuelles dans leur historicité propre ainsi que dans leur contexte sociopolitique contemporain, afin de comprendre comment celles-ci s’imbriquent dans un climat déjà chargé d’incertitude sociale, de peur d’autrui et de précarité des existences. Ce sont également les diverses utilisations politiques de ces phénomènes qui sont directement visées par l’auteur : ainsi de la montée du populisme en Europe, des mesures sécuritaires et des processus médiatiques qui leur sont liés. On ne pourrait faire plus pertinent dans le contexte actuel.

3En fait, Zygmunt Bauman prolonge une forme d’écriture qui lui est désormais propre : au lieu d’inscrire sa recherche dans un langage scientifique jargonnant, il préfère produire ce qu’il nomme une « discussion avec le savoir commun », utilisant des termes et références connues de tous. Pour cela, il attaque de front des sujets polémiques et des opinions « démagogiques » ; il les expose, les détaille et les analyse, afin d’en démontrer le caractère rationnellement infondé. Ainsi des énoncés tels que « les terroristes sont tous des migrants », « les murs aux frontières protègent les populations », ou encore « le nationalisme n’est pas une dérive autoritaire mais une nécessité politique ». L’auteur les traite tout d’abord en prenant au sérieux leurs situations d’énonciation, et s’arrête ainsi sur des personnalités telles que Donald Trump, Viktor Orbàn ou Marine Le Pen. Il insiste également sur les sociétés américaine, hongroise et française pour en restituer le contexte, afin de comprendre les raisons qui poussent de plus en plus de citoyens à adhérer à ces idées.

  • 1 Voir notamment Le présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaire, Paris : Le Seuil, 2007.

4Le « populisme » devient ainsi au fil des pages un objet d’étude crucial du livre, à tel point qu’il constitue le cœur du chapitre central, intitulé « Sur la piste de l’homme (ou de la femme) fort(e) » et dont l’incipit est : « Un spectre hante les terres de la démocratie : le spectre de l’Homme Fort (ou de la Femme Forte) ». Z. Bauman analyse ainsi les stratégies politiques (et politiciennes) à l’œuvre dans l’instrumentalisation de la peur sociale que représente ce phénomène incontrôlé à l’échelle du globe. En faisant un détour conceptuel, l’auteur revient longuement sur ce qu’il a analysé ailleurs1 comme l’insécurité existentielle, produit de la modernité liquide et de la précarisation sociale. Il revient également sur le divorce entre politique et pouvoir, qui, une fois déliés dans notre système contemporain globalisé et dérégulé, mettent dans une situation d’impasse tout représentant politique et donc tout citoyen. L’ensemble de ces caractéristiques, qui façonnent selon Bauman le monde post-politique dans lequel nous vivons, contribuent à fragiliser nos modes de vie et alimentent d’autant plus les peurs ambiantes et diffuses que l’auteur souhaite mettre en évidence.

5Une fois ce contexte général dépeint, Z. Bauman illustre cette paralysie politique et cet état généralisé de dépossession de nos modes d’existences à travers de nombreux exemples, dont les attentats de Paris, du 13 novembre 2015, représentent en quelque sorte l’archétype. Selon lui, la gestion de l’état d’urgence qui s’en suivie est caractéristique de cette utilisation de la peur et de la manière dont le terme « sécurisation » ne représente qu’un pis-aller par rapport à une véritable volonté de s’attaquer aux racines de l’insécurité existentielle. Il semble plus facile, selon Z. Bauman, de combattre Al Qaeda et Daech ou de stigmatiser les migrants et les musulmans français plutôt que de lutter activement contre ce qui préoccupe quotidiennement les français, à savoir la peur d’une précarité latente et menaçante. Dans ces conditions anxiogènes, la figure du migrant finit par illustrer la peur sociale générée au sein des sociétés occidentales, jusqu’à l’incarner, au sens propre. Ce sont « les oiseaux de mauvaise augure », ces effigies qui rappellent à tout un chacun la situation de déchéance qui les guette, et que la nature humaine – depuis la Grèce Antique où l’on tuait les messagers porteurs de mauvaises nouvelles – s’empresse de détester pour ce qu’ils sont (des représentant de la précarité absolue), et non ce qu’ils font.

6On le voit, Zygmunt Bauman traite de front des questions d’une actualité brûlante. C’est un trait caractéristique de ses ouvrages récents, qu’il s’agit de déconstruire pour en comprendre la structure d’ensemble. Strangers at Our Door est le 15e ouvrage de l’auteur depuis 2012 : si le sociologue a toujours été très prolifique, cette récente profusion record est le signe d’une refondation de sa pensée, qui s’organise autour d’essais très brefs, centrés sur un thème en particulier tout en évoquant une structure théorique plus large. Ainsi, cet essai traite de la question précise de la migration de masse au XXIe siècle, mais aborde de nombreux pans de sa pensée, tels que les divers aspects sociaux de la modernité liquide. En outre, l’écriture est limpide et le style est très léger : la lecture en est d’autant plus facilitée.

  • 2 On Education (with Riccardo Mazzeo, 2012), Liquid Surveillance (with David Lyon, 2012), State of Cr (...)

7Ces éléments de forme constituent l’armature centrale de ce que l’auteur qualifie de « discussion avec le savoir commun ». Mais il y a plus : si l’auteur file la métaphore liquide depuis 1998 dans ses ouvrages, il est clair qu’un nouveau cycle dans cette période « liquide » s’est ouvert depuis 2012. D’une première période (1998-2008), dédiée à élaborer la métaphore liquide autour d’essais incisifs qui déclinent la notion pour en explorer tous les aspects, se démarque une seconde période, de 2012 à nos jours, dont les ouvrages sont autant d’interventions circonstanciés dans des débats « sociétaux ». Ainsi, la première période liquide, composée de titres tels que Liquid Modernity (2000), Liquid Fear (2006) ou Liquid Times (2006), fut suivie d’une courte période de transition très peu prolifique (2009 – 2011). La seconde période, de 2012 à 2016, est quant à elle constituée quasi-exclusivement de conversations entre Zygmunt Bauman et des auteurs, sociologues et journalistes, dont le champ de spécialité indique souvent l’angle de réflexion choisi pour l’ouvrage2.

8Il n’existe que trois exceptions à cette forme de discussions théoriques : le premier ouvrage de ce cycle, This is not a diary (2012), qui se présente sous la forme d’un journal de bord intellectuel, Does the richness of the few benefit us all ? (2013), et l’ouvrage qui nous occupe ici. Ces deux derniers ouvrages (des monographies « classiques ») partagent ainsi un même objectif, à la différence des « discussions » : ils souhaitent partir des préjugés, des « préconceptions » ou de ce que Z. Bauman appelle la « doxa », pour pouvoir les réfuter sur leur propre terrain. L’ouvrage de 2013, traduit en français en 2014 sous le titre Les riches font-ils le bonheur de tous ? (Armand Colin), avait ainsi pour mission de déconstruire les présupposés de la « pensée libérale » ; Strangers at Our Door en fait autant pour ce qu’on appeler la « pensée sécuritaire » au regard des migrants. Le lectorat « naturel » de ce type d’ouvrage est donc le grand public, et sa vocation se veut plus pédagogique que scientifique.

9L’auteur lui-même revendique fièrement ces caractéristiques, insolites pour des ouvrages de sociologie : le format léger, l’ambition d’éducation populaire, et même la désaffiliation scientifique sont des volontés explicites du sociologue. Strangers at Our Door mêle ainsi des références à des philosophes, des sondages ou bien des adages de sagesse populaire. En effet, la restitution de dialogues théoriques sur la responsabilité entre Martin Heidegger et Jean-Paul Sartre, sur la morale entre Emmanuel Kant et Hannah Arendt, ou encore sur « la fusion des horizons » entre Ludwig Wittgenstein et Hans-Georg Gadamer y côtoie des fables, des mythes, des références bibliques ou encore des extraits de discours du Pape François. De même, Z. Bauman appuie son argumentation sur de nombreux extraits d’articles de journaux tels que le Financial Times, The New York Times ou The Guardian.

10Enfin, cet ouvrage nous rappelle Les riches font-ils le bonheur de tous ? pour une autre raison : son mépris pour les critères académiques stricts. Deux auteurs britanniques avaient en effet mis en évidence, à propos de ce livre, qui ne compte que 96 pages en anglais, six faits de plagiat (des extraits de quatre articles de journaux et de deux articles Wikipédia, avec les erreurs de citations originales), quatre auto-plagiats, dix erreurs de citations et dix-sept statistiques citées sans aucune source mentionnée3. Les deux premiers chapitres de Strangers at Our Door sont à leur tour l’exacte copie (titres compris) d’articles déjà publiés dans le journal en ligne Social Europe4, sans que cette utilisation ne fasse l’objet d’une quelconque mention légale ou référence indicative. Mais qu’importe, finalement, d’apporter une réponse tranchée à de telles polémiques : au vu de l’ambition générale de l’ouvrage, Z. Bauman nous fournit avec ce livre une forme adaptée et un contenu pertinent, pour un résultat final à la fois revigorant et au regard toujours acerbe.

Top of page

Notes

1 Voir notamment Le présent liquide. Peurs sociales et obsession sécuritaire, Paris : Le Seuil, 2007.

2 On Education (with Riccardo Mazzeo, 2012), Liquid Surveillance (with David Lyon, 2012), State of Crisis (with Carlo Bordoni, 2014), Practices of Selfhood (with Rein Raud, 2015), sont quelques-uns des titres qui illustrent cette période. Tous les livres en anglais de l’auteur sont publiés par Polity Press, Cambridge.

3 Leur étude, particulièrement fouillée et portant sur l’œuvre entière de l’auteur, a été publiée sous forme d’un article sur le site internet academia.edu (plateforme de « profils » de chercheurs académiques) par Peter W. Walsh, et est disponible à l’adresse suivante (consultée le 28/07/16) : https://www.academia.edu/15031047/Problematic_Elements_in_the_Scholarship_of_Zygmunt_Bauman. Walsh, Peter W. et Lehmann, David, « Problematic elements in the scholarship of Zygmunt Bauman », 37 pages, 2015.

4 Respectivement « The migration panic and its (mis)uses » (https://www.socialeurope.eu/2015/12/migration-panic-misuses/) et « Floating insecurity searching for an anchor » (https://www.socialeurope.eu/2016/01/floating-insecurity-searching-anchor/), consultés le 28/07/16.

Top of page

References

Electronic reference

Simon Tabet, « Zygmunt Bauman, Stangers at Our Door », Lectures [Online], Reviews, 2016, Online since 24 August 2016, connection on 17 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21227

Top of page

About the author

Simon Tabet

Doctorant en histoire des idées politiques, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Centre de Recherches Anglophones (CREA).

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page