Navigation – Plan du site

François Cusset, Thierry Labica, Véronique Rauline (dirs.), Imaginaires du néolibéralisme

Sophie Coudray
Imaginaires du néolibéralisme
François Cusset, Thierry Labica, Véronique Rauline (dir.), Imaginaires du néolibéralisme, Paris, La Dispute, 2016, 320 p., ISBN : 978-2-84303-261-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Georges Didi-Huberman, Survivance des lucioles, Paris, Les Éditions de Minuit, 2009, p. 51.
  • 2 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle raison du monde, Essai sur la société néolibérale, Pa (...)

1Dès lors que l’on admet que « dans notre façon d’imaginer gît fondamentalement une condition pour notre façon de faire de la politique »1, il s’avère nécessaire d’étudier la façon dont un modèle politique peut affecter, contraindre, mais aussi renouveler l’imaginaire. Cet ouvrage collectif constitue un outil de réflexion pertinent sur la question de l’imaginaire dans la société néolibérale. Le néolibéralisme est ici abordé « moins comme un objet en soi qu’en tant que rapport entre un certain état historique des forces (économiques, politiques, culturelles) et leur représentation imaginaire » (p. 17). Conscients de la variété des formes que peut emprunter le néolibéralisme en tant que modèle économique, idéologie, science – comme « nouvelle raison du monde »2 – les auteurs s’accordent cependant pour définir l’imaginaire néolibéral en tant qu’il « est surtout désormais un dispositif (culturel et idéologique) de production de peur et de généralisation de l’impuissance » (p. 20), et, partant, en dénoncer le formatage et l’atrophie.

2Après un article liminaire d’André Tosel visant à fournir un cadre de pensée et un vocabulaire commun à l’ensemble de l’opus, s’ouvre la première section, intitulée « Politiques d’après la démocratie : représenter, diviser, contraindre », regroupant trois articles autour des effets du néolibéralisme sur le sujet-citoyen, son pouvoir politique et ses représentations. Wendy Brown démontre comment la soumission du juridique à l’économique a connu une évolution, dépassant l’analyse qu’en avait fait Foucault, pour aujourd’hui saper « chaque niveau du pouvoir citoyen organisé et de la conscience collective aux États-Unis » (p. 69). L’article vient également questionner le terme de « gouvernance », pour en souligner l’aspect dépolitisant. Christian Laval aborde quant à lui l’imaginaire à un niveau individuel, en étudiant les processus de subjectivation des discours et normes propres au management de l’entreprise néolibérale, à travers lesquels se diffuse l’idéologie pour atteindre toutes les sphères de l’existence. Ainsi, loin d’être porteuse d’un idéal émancipateur, l’« ultra-subjectivation » participe selon lui de l’effondrement de la démocratie libérale. Lorsqu’il évoque l’effondrement de la démocratie représentative et son remplacement par l’a-démocratie, conséquences de la crise politique que notre époque traverse, Laval insiste cependant trop peu sur la critique du modèle démocratique occidental et ses errances, que la crise n’a fait que révéler ou amplifier, et qui portait sans doute déjà en son sein les germes de l’a-democratie. Enfin, Michèle Cohen-Halimi propose de considérer certaines problématiques actuelles liées à la question de la représentativité à la lumière des écrits de Rousseau sur la mort du corps politique, afin de mettre au jour les tensions entre des notions souvent amalgamées bien que conflictuelles telles que « peuple » et « majorité », « volonté populaire » et « volonté générale ».

  • 3 Jules Falquet, De gré ou de forces. Les femmes dans la mondialisation, Paris, La Dispute, 2008, p. (...)
  • 4 Pour approfondir sur cette thématique, voir l'ouvrage collectif de Falquet Jules et al. (dir.), Le (...)
  • 5 Au-delà de cet article, les écrits du linguiste Jean-Jacques Lecercle fournissent une analyse très (...)

3La deuxième section, « Affect et lien social : dominer, relier, résister », aborde d’une part des notions vectrices d’un imaginaire renouvelé du néolibéralisme (le néoféodalisme, l’amitié) permettant de mieux saisir les contours idéologiques de la séquence politique, et pointe d’autre part le curseur sur des domaines précis dans lesquels s’exercent des mutations profondes, mais où naissent aussi des résistances. Les articles de Thierry Labica et d’Hourya Bentouhami ont le mérite de sortir du cadre euro-centré qui prédomine très largement l’ouvrage, Bentouhami prenant pour objet d’étude les travailleuses immigrées d’un secteur communément appelé le care. Des femmes « pauvres et racisées » que Falquet désigne comme les « grandes perdantes de la mondialisation3 ». La démonstration met au jour les interactions complexes entre race, classe et genre – en tant que ces catégories relèvent de constructions sociales et s’inscrivent dans des rapports de force – dans le travail affectif. L’auteure livre une analyse poussée d’un secteur rarement envisagé sous l’angle de la production économique, tout en maintenant une approche féministe et postcoloniale4. On peut seulement regretter que la partie consacrée aux modalités de résistance de ces femmes n’explore pas davantage de pistes et notamment celle de l’usage des langues subalternes comme facteur de mobilisation collective5. David Buxton signe pour sa part un article original sur les transformations qu’opèrent les réseaux sociaux sur les fonctions de production et de consommation – avec l’émergence de la figure du « prosommateur » – en montrant comment Facebook permet simultanément un « ajustement économique » et un « ajustement existentiel » au capitalisme. Cet article apporte une contribution théorique sur un sujet encore peu exploré en France à travers le prisme des questions de mode de production, d’exploitation et de plus-value. Les lecteurs anglophones pourront pousser plus avant la réflexion avec les ouvrages de Christian Fuchs Digital Labour and Karl Marx (2014) et Culture and Economy in the Age of Social Media (2015). François Cusset clôt la section en montrant toute l’ambiguïté de la notion d’amitié, un affect potentiellement dépolitisant à même de se plier aux exigences du néolibéralisme et des rapports marchands ; tout en pouvant, a contrario, constituer un facteur de politisation au sein des mobilisations. Des « amitiés de combat » (p. 184) qui renouvellent le modèle traditionnel du camarade de parti et sont à même de nous apprendre davantage sur les mutations des mouvements sociaux et de l’engagement militant.

4La troisième section : « La raison managériale : savoir, pouvoir, (dé)structurer », mobilise la question de l’imaginaire néolibéral en tant qu’il s’impose comme norme, science et mythe. Les articles qui la composent adoptent une approche davantage empirique, élaborant des hypothèses théoriques à partir d’enquêtes. Les observations portent autant sur les agents de l’idéologie néolibérale que sur ceux qui la subissent, notamment les employés (Thomas Coutrot) ; de l’élite des jeunes diplômés américains, futurs traders, ayant intégré le discours néolibéral comme norme incontestée (Catherien Liu) aux think tanks destinés à penser et planifier le réel sur la base de scénarios fictifs, d’hypothèses et de probabilités, venant ainsi bouleverser les modes de pensée et la pratique de la recherche universitaire (Peter Krapp). Ce dernier article, abordant le développement et l’expansion des thinks tanks aux États-Unis, fournit quelques pistes sur une question cruciale, à savoir ce que la pensée par planification fait subir à la pensée critique, ce en quoi elle en modifie substantiellement la logique, les cadres et les outils pour aboutir à une nouvelle épistémologie du savoir. Véronique Rauline revient quant à elle sur la novlangue comme formatage du langage et, partant, de la pensée, non pour décrypter cette langue propre au néolibéralisme, mais pour présenter une forme ludique de prise de distance avec celle-ci au travers du jeu « pipo bingo ». Un outil dont la portée reste limitée car il ne fait que constater avec ironie l’usage de la langue de bois sans intervenir dessus ni y opposer de contre-discours. Une hypothèse très stimulante que l’auteur évoque est celle de l’absence apparente d’énonciateur dans la novlangue, dont résulterait une forme de « fatalisme historique, ou d’impuissance collective » (p. 259). Tout se passe comme si ce langage n’avait pas de locuteur. Ce n’est pas « je », mais « ça » qui parle (p. 259), l’individu « est parlé » par l’idéologie néolibérale.

5Une dernière section s’attache aux « Énonciations littéraires : lire, écrire, fictionner ». Les contributions de Lionel Ruffel et d’Yves Citton abordent la question de l’imaginaire sous l’angle littéraire. Tentant de répondre à la question de savoir si, aujourd’hui, la littérature est « encore capable de produire l’imaginaire de son époque » (p. 272), Lionel Ruffel suppose que le néolibéralisme produit moins un imaginaire littéraire renouvelé qu’une absence, un défaut d’imaginaire, ou alors un imaginaire fuyant. Sa contribution porte également sur les mutations du champ littéraire et les modifications structurelles qu’ont connues le statut et la fonction de l’écrivain dans la société. Yves Citton propose quant à lui de montrer de quelle façon la littérature peut participer d’une « entreprise de normalisation » et apparaître comme un « allié objectif » du néolibéralisme (p. 289) à travers l’étude comparative de leur évolution historique respective. Dans un second temps, l’article ouvre des pistes de réflexion sur le geste littéraire d’auteurs contemporains et les « subjectivités transindividuelles » (p. 303) afin d’illustrer son propos sur la complicité entre littérature et économie libérale. Ne comportant pas de conclusion, l’ouvrage s’ouvre plus qu’il ne se clôt sur une proposition d’un format original puisqu’elle émane d’un écrivain, Hugues Jallon – auteur justement mentionné par Yves Citton – qui propose une forme d’écriture littéraire auto-réflexive sur le geste littéraire dès lors qu’il se nourrit ou s’écrit contre une langue, une idéologie, un imaginaire hégémonique.

Haut de page

Notes

1 Georges Didi-Huberman, Survivance des lucioles, Paris, Les Éditions de Minuit, 2009, p. 51.

2 Pierre Dardot et Christian Laval, La Nouvelle raison du monde, Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2010. http://lectures.revues.org/1194

3 Jules Falquet, De gré ou de forces. Les femmes dans la mondialisation, Paris, La Dispute, 2008, p. 189. http://lectures.revues.org/4015

4 Pour approfondir sur cette thématique, voir l'ouvrage collectif de Falquet Jules et al. (dir.), Le Sexe de la mondialisation : genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 2010. http://lectures.revues.org/2704

5 Au-delà de cet article, les écrits du linguiste Jean-Jacques Lecercle fournissent une analyse très pertinente de la dimension politique des langues dans le système capitaliste. Voir notamment les articles publiés sur Période: http://revueperiode.net/?s=lecercle&submit=Rechercher

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Coudray, « François Cusset, Thierry Labica, Véronique Rauline (dirs.), Imaginaires du néolibéralisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 25 août 2016, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21229

Haut de page

Rédacteur

Sophie Coudray

Doctorante en études théâtrales à l’Université Lyon II sous la direction d’Olivier Neveux. Ses recherches portent principalement sur le Théâtre de l’opprimé. Elle enseigne également au département des Arts du spectacle de l’Université de Strasbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page