Navigation – Plan du site

Philippe Batifoulier, Franck Bessis, Ariane Ghirardello, Guillemette de Larquier, Delphine Remillon (dir.), Dictionnaire des conventions. Autour des travaux d’Olivier Favereau.

Olivier Cléach
Dictionnaire des conventions
Philippe Batifoulier, Franck Bessis, Guillemette de Larquier, Delphine Remillon (dir.), Dictionnaire des conventions. Autour des travaux d'Olivier Favereau, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Capitalismes, éthique, institutions », 2016, 400 p., ISBN : 978-2-7574-1279-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 André Orléan (1994) propose de retenir comme acte constitutif de l’économie des conventions la tabl (...)
  • 2 L’autre étant la théorie de la régulation économique (TRE).

1Afin de présenter les travaux de l’économiste Olivier Favereau et de lui rendre ainsi hommage, les promoteurs de cet ouvrage ont choisi un format particulier : le dictionnaire. En présentant et en discutant ainsi les idées, les réflexions, les contributions d’un de ses fondateurs1, ce glossaire a également pour ambition de mettre la lumière sur l’un des deux principaux courants institutionnels hétérodoxes français2 : l’Économie des conventions (EC). Celui-ci dépasse d’ailleurs les frontières de l’économie, pour intéresser, par exemple, le sociologue des univers organisés du fait même qu’il replace l’organisation au cœur de la théorie économique.

  • 3 Les auteurs parlent également de théorie conventionnelle, de théorie standard ou de théorie standar (...)
  • 4 La domination et les arts de la résistance, Paris, Éditions Amsterdam, 2009.
  • 5 Eymard-Duvernay F., « L’économie des conventions entre économie et sociologie : l’homo conventional (...)

2Plus globalement, c’est une approche critique de l’orthodoxie économique3, courant dominant en économie, à vocation hégémonique au sens de James Scott4. Beaucoup d’articles du dictionnaire dénoncent un aspect de cette approche « mainstream » fondée sur des hypothèses souvent éloignées de la réalité, malgré les différentes adaptations dont elle a fait l’objet5.

  • 6 Les deux taxinomies sont présentées dans l’introduction, p. 19 et 20.

3Ce dictionnaire est également un moyen de revisiter quelques concepts clés, aussi bien dans le champ de l’économie que dans celui de la sociologie : la rationalité, les règles, la motivation, l’entreprise/l’institution, la culture… Mais, curieusement, la convention n’a pas une entrée particulière, même si nous trouvons quelques éléments dans d’autres articles et si deux items sont développés : « convention constitutive » (approche historique des contrats) et « mauvaise convention ». Au final, les 68 entrées traitées permettent de se rendre compte de la diversité des thématiques couvertes par cette école de pensée (famille, santé, espace urbain, marché du travail…). Pour cela, elles peuvent être lues dans le désordre, par thèmes (rationalité et décision, démocratie, entreprise, travail…) ou par approches disciplinaires (économie, droit, sociologie, philosophie…)6.

4Dès l’introduction, l’ambition de l’ouvrage est posée : « faire le point sur l’écho et le positionnement que peuvent avoir aujourd’hui en sciences sociales le concept de convention et les questions qui lui sont liées. Et cela en faisant un choix arbitraire et revendiqué : prendre la pensée d’Olivier Favereau comme point de départ et mobiliser le réseau de ses collègues et de ses proches, chercheurs, enseignants, praticiens qui, connaissant l’homme et ses travaux, peuvent faire dialoguer leurs propres recherches et études avec l’Économie des conventions » (p. 18). Ainsi, la majorité des items mobilisent les travaux ou les réflexions d’Olivier Favereau, ou en tout cas les prennent comme base de la discussion.

  • 7 Favereau Olivier « Arrogance de l’économie, économie de l’arrogance » dans Enriquez Eugène (s/d), L (...)

5Outre une certaine proximité avec la pensée d’Olivier Favereau, ce qui rassemble les 75 auteurs de ce dictionnaire (essentiellement des économistes, mais aussi des sociologues, des philosophes, des juristes et des chercheurs en sciences de gestion) est une même critique des principes constitutifs de l’économie standard, de l’idéologie néolibérale : une dénonciation de son « arrogance »7, de son incapacité à se remettre en question malgré les démentis empiriques qui lui sont apportés régulièrement, une remise en question de l’idée que les actionnaires sont propriétaires des entreprises et donc seule partie prenante légitime (Milton Friedman), l’hégémonie du marché concurrentiel pur (et particulièrement le marché et les prix comme seuls moyens de coordination) et sa finalité (l’équilibre), sa conception « simpliste » de l’individu (l’homo oeconomicus optimisateur, calculateur, non coopératif, utilitariste et décontextualisé vs « l’homo conventionalis », « l’homme ordinaire », « de la rue »), la rationalité instrumentale/substantielle et l’absence de prise en considération d’autres institutions, notamment l’entreprise, la primauté des contrats (Michael Jensen, William Meckling) sur les conventions… Si ces critiques sont distillées tout au long de l’ouvrage, elles sont systématisées dans plusieurs entrées dont : « l’orthodoxie économique » (Philippe Batifoulier, André Orléan), « le dogme » (Laurence Scialom) et « l’impérialisme économique » (Jean-Pierre Dupuy).

  • 8 Rappelons qu’elle est posée par hypothèse dans « l’approche stratégique ».
  • 9 Il n’est donc pas étonnant que les premières réflexions sur les conventions s’appuient sur l’ouvrag (...)
  • 10 Pris ici au sens de Bernard Lahire, L’homme pluriel, Paris, Nathan, 1998.
  • 11 Ce qui expliquerait pourquoi, alors qu’elle traite d’identité et de culture, l’auteur ne mentionne (...)
  • 12 L’empire de la valeur, Paris, Seuil, 2011.

6Dans ce dictionnaire, nous retrouvons un ensemble de questions partagées également par la sociologie : comment favoriser la coordination des actions et des conduites humaines ? Qu’est-ce qui rend possible l’action collective et qui guide la prise de décision ? La seule convergence des intérêts et la hiérarchie n’étant pas suffisantes dans un grand nombre de cas8, la théorie des conventions apporte une autre réponse à ces interrogations : la définition de conventions partagées qui offrent un cadre collectif minimum, un langage9, des représentations et un sens communs, fondements du socle nécessaire à l’instauration du dialogue, de la confiance et donc à la coopération. La convention est donc une règle socialement légitimée qui permet de coordonner les actions et les comportements collectifs. Ces éléments sont en partie discutés dans l’entrée « culture », même si nous pouvons souligner que l’auteur, Charlotte Bellon, n’explique pas pourquoi, parmi un ensemble de schèmes dispositionnels10 constituant un cadre de références culturelles, ce courant a mis en exergue les conventions et pas les valeurs11 par exemple (ou tardivement à travers les travaux d’André Orléan12). Ni, s’il existe une hiérarchisation des conventions. C’est donc une réflexion sur la sociabilité, mais abordée de manière très restreinte (coordination).

  • 13 Robert Boyer et Yves Saillard s/d, Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découver (...)

7Retenons également que, comme Olivier Favereau l’avait fait dans l’ouvrage de synthèse sur la TRE13, c’est ici Robert Boyer qui positionne ce courant hétérodoxe par rapport à l’EC, dans l’item « capitalisme », en soulignant les complémentarités (l’importance des institutions, des compromis alternatifs aux contrats et des conflits, une critique du courant dominant en économie…) et les relatives divergences (une accointance par rapport à l’histoire et les sciences politiques pour la TRE et pour la sociologie et la philosophie pour l’EC, une absence « d’analyse conventionnaliste des capitalismes » pour l’EC…). Thomas Lamarche propose également une entrée « Théorie de la régulation », mais précisons : il n’aborde que l’aspect économique, les travaux de Jean-Daniel Reynaud ne sont pas évoqués.

  • 14 Et d’avoir lu les synthèses précédentes telles que : Orléan André (s/d), Analyse économique des con (...)

8Au final, ce dictionnaire permet d’avoir une (première) connaissance des travaux d’Olivier Favereau et, au-delà, d’un des courants importants aussi bien en économie, qu’en sociologie, notamment lorsqu’on s’intéresse aux organisations, aux entreprises. En ce sens, sa lecture est vivement recommandée. Mais, pour le lecteur désireux de se faire sa propre opinion, de prendre du recul, il est préférable d’avoir lu dans le texte l’auteur lui-même, et de posséder quelques notions de base en économie14.

9Bien conscient que le nombre de contributions d’un dictionnaire est limité et qu’il est la conséquence de choix éditoriaux, nous aurions rajouté deux items pour faire un compte rond : « la décision » (indiquée en introduction, p. 20, comme l’un des grands domaines de recherche de l’économie des conventions) et « la sociologie des univers organisés » c’est-à-dire en quelque sorte la théorie des conventions au regard des sociologies s’intéressant à l’idéologie néolibérale et à l’entreprise (sociologies du travail, des organisations et de l’entreprise, mais aussi les sociologies économique et de la gestion…). Et, dans ce cadre, nous aurions attendu une présentation et une discussion des travaux de Jean-Daniel Reynaud sur la question de la régulation sociale et de la légitimité des règles qui, de notre point de vue, auraient été plus intéressantes que l’item « Pierre Bourdieu » (seul auteur, avec John Rawls et Herbert Simon, à posséder sa propre entrée), même si ce dernier a eu une influence certaine sur ce courant envers lequel il était pourtant très critique. Dans l’article « règle » (Christian Bessy), Reynaud n’est pas cité.

  • 15 « Règles, conventions et valeurs. Plaidoyer pour la normativité ordinaire. », Revue française de so (...)

10À la lecture, il reste également une certaine impression d’entre soi. À quelques exceptions près, si les articles donnent la part belle aux travaux d’Olivier Favereau, l’approche critique est moins développée (cf. l’ambition du départ, citée ci-dessus). Ainsi, pour ne prendre que cet exemple, le pendant sociologique de la théorie des conventions (sous ses diverses dénominations : « l’économie des grandeurs », « la sociologie de la justification » ou encore « la sociologie des conventions ») est peu mis sur la sellette. Et, encore une fois, le texte de Jean-Daniel Reynaud et Nathalie Richebé15 et la discussion qu’il suscite ne sont pas mobilisés non plus (par exemple, nous l’aurions attendu dans l’entrée « éthique et morale » d’Helena Lopes). Ainsi, dans les entrées « rationalité » (Fabrice Tricou) et « rationalité procédurale » (Jean de Munck), la question de la rationalité en valeur (Max Weber) ou de la rationalité axiologique (Raymond Boudon) n’est pas abordée, de même que la problématique de la légitimité ou de l’acceptation sociale est peu traitée, alors même qu’elle est au cœur des questions étudiées ; autant de thématiques discutées dans l’article cité. Mais, soulignons avec intérêt que les notions de valeurs et d’éthique (au sens philosophique des termes) sont mobilisées dans le dictionnaire, ce qui est rare pour un ouvrage d’économie. L’influence de John Rawls n’est peut-être pas étrangère à cela. C’est d’ailleurs l’une des caractéristiques de l’EC de prendre en considération ces aspects (voir par exemple l’intéressant article de François Eymard-Duvernay, « valorisation », qui clôt le dictionnaire). Nous attendons également que cette approche nous propose une analyse de ce que certains appellent l’économie collaborative.

11On l’aura compris, cet ouvrage est une contribution supplémentaire pour tenter de lever un mystère : pourquoi, malgré toutes les invraisemblances qui lui tiennent lieu de colonne vertébrale, l’économie orthodoxe occupe-t-elle une place dominante dans l’espace économique ?

Haut de page

Notes

1 André Orléan (1994) propose de retenir comme acte constitutif de l’économie des conventions la table ronde Insee-CNRS de novembre 1984, dont les actes paraîtront 2 ans après : Salais Robert, Thévenot Laurent (s/d), Le travail. Marchés, règles, conventions, Paris, INSEE-Économica, 1986. Les principaux fondateurs de ce courant, outre Olivier Favereau, sont : Jean-Pierre Dupuy, François Eymard-Duvernet, André Orléan, Robert Salais, Laurent Thévenot. Pour une autre synthèse constitutive qui donnera son nom au courant, voir Collectif, L’économie des conventions, Revue économique n°2, vol. 40, mars 1989.

2 L’autre étant la théorie de la régulation économique (TRE).

3 Les auteurs parlent également de théorie conventionnelle, de théorie standard ou de théorie standard étendue – essentiellement représentée par la théorie des contrats – pour désigner cette approche (versus théorie non standard ou théorie des conventions).

4 La domination et les arts de la résistance, Paris, Éditions Amsterdam, 2009.

5 Eymard-Duvernay F., « L’économie des conventions entre économie et sociologie : l’homo conventionalis calcul et parle » in Steiner Ph., Vatin F. (s/d), Traité de sociologie économique, Paris, PUF, 2009.

6 Les deux taxinomies sont présentées dans l’introduction, p. 19 et 20.

7 Favereau Olivier « Arrogance de l’économie, économie de l’arrogance » dans Enriquez Eugène (s/d), L’arrogance. Un mode de domination néolibéral, Paris, Éditions in Press, 2015.

8 Rappelons qu’elle est posée par hypothèse dans « l’approche stratégique ».

9 Il n’est donc pas étonnant que les premières réflexions sur les conventions s’appuient sur l’ouvrage du philosophe du langage, Davis Lewis (Convention : a philosophical study, Cambridge, Harvard university press, 1969) et que les travaux de Jurgen Habermas sur l’intercompréhension figurent en bonne place, au moins dans un premier temps.

10 Pris ici au sens de Bernard Lahire, L’homme pluriel, Paris, Nathan, 1998.

11 Ce qui expliquerait pourquoi, alors qu’elle traite d’identité et de culture, l’auteur ne mentionne pas les travaux de Renaud Sainsaulieu.

12 L’empire de la valeur, Paris, Seuil, 2011.

13 Robert Boyer et Yves Saillard s/d, Théorie de la régulation. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, 1995.

14 Et d’avoir lu les synthèses précédentes telles que : Orléan André (s/d), Analyse économique des conventions, Paris, PUF, 1994 ; Batifoulier Philippe (s/d), Théorie des conventions, Paris, Économica, 2001 ; Eymard-Duvernay François (s/d), L’économie des conventions. Méthodes et résultats. Tome 1 (Débats) et tome 2 (Développements), Paris, La Découverte, 2006. Il est également préférable de connaître les travaux de John M. Keynes qui a grandement influencé l’EC.

15 « Règles, conventions et valeurs. Plaidoyer pour la normativité ordinaire. », Revue française de sociologie n°1, vol. 48, 2007. Cf. également l’article de Favereau (« La théorie de la régulation sociale est-elle au centre de l'économie des conventions ?) dans Gilbert de Terssac (s/d), La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, Paris, La Découverte, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Philippe Batifoulier, Franck Bessis, Ariane Ghirardello, Guillemette de Larquier, Delphine Remillon (dir.), Dictionnaire des conventions. Autour des travaux d’Olivier Favereau. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 26 août 2016, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21238

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page