Navigation – Plan du site

Anne Raulin, Les traces psychiques de la domination. Essai sur Kardiner

Fabienne Barthélémy
Les traces psychiques de la domination
Anne Raulin, Les traces psychiques de la domination. Essai sur Kardiner, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Perspectives anthropologiques », 2016, 200 p., ISBN : 978-2-35687-450-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bastide, R., (1950), Sociologie et psychanalyse, PUF : Paris.

1Anne Raulin propose dans son essai une immersion dans la trajectoire et la pensée d’Abram Kardiner (1891-1981), anthropologue et psychanalyste encore trop méconnu et souvent décrié, selon les dires de l’essayiste. Penseur du courant Culture et personnalité, Kardiner a adopté l’approche novatrice et risquée de la psychobiographie, sorte de parcours de vie, qui lui a d’ailleurs value nombre de critiques de la part de ses détracteurs : en rapprochant la psychanalyse de l’anthropologie et de la sociologie, Kardiner discute la singularité de la perspective psychanalytique en faisant de la culture un rouage fort de la réaction constante « du social sur le psychique et du psychique sur le social » (Bastide, 19501, cité par Raulin, 2016, p. 17). S’il est un élément distinctif de la pensée de Kardiner, il tient au rapport distancié que l’auteur a toujours engagé avec la cure analytique qu’il a menée avec Freud, et avec sa judéité : la complexité de sa propre construction identitaire le mènera à toujours questionner les ambivalences et contradictions des sociétés qu’il s’est attaché à étudier.

2L’essai s’ouvre sur un chapitre qui resitue dans une perspective historique le contexte intellectuel américain et européen dans lequel débute la pensée de Kardiner. Très clairement, celui-ci a profondément été marqué et influencé par les deux grands confits mondiaux et les névroses et psychoses de guerre qui s’y sont déployées. Il les prend pour objet d’étude pendant ses années passées au sein de la New York Society for Clinical Psychiatry et ce, d’un point de vue médical, psychiatrique et aussi anthropologique.

  • 2 Marcus, G. E., Fischer, M. J, (1999) [1986], Anthropology as Cultural Critique. An Experimental Mom (...)
  • 3 Bourdieu, P., (1972), Esquisse d’une théorie de la pratique, Librairie Droz : Genève.

3De manière générale, Kardiner développe une méthode d’analyse socioanthropologique qui présente des accointances avec les travaux de Margaret Mead, Ruth Benedict, Geoffrey Gorer et Rhoda Métraux qui dans les années 1940 pratiquent une « anthropologie comme critique culturelle »2, i.e. un retournement du regard vers sa propre société. Kardiner déploie plus spécifiquement la méthode de la psychobiographie : celle-ci est proche de l’histoire de vie, mais touche des pans de la trajectoire de l’individu dont il n’a pas lui-même conscience. La démarche de Kardiner consiste à s’éloigner de la technique de laboratoire pour prendre en considération la personnalité humaine avec l’ensemble des normes et des valeurs qu’elle brasse et en tenant en compte des différences culturelles. D’un point de vue heuristique, Kardiner est loin de se reconnaître dans l’interactionnisme, attribuant les causes explicatives d’un phénomène dans la seule unité de l’interaction. Il participe plutôt de la perspective développée plus tard par Pierre Bourdieu, nommée structuralisme constructiviste, mettant au cœur de sa pensée le concept d’habitus3. Cette notion renvoie aux dispositions durables qui contribuent à façonner un individu, son comportement, ses choix. Tout comme l’inconscient, l’habitus détermine les actions individuelles, ce qui donne, dans le cas de la prédisposition bourdieusienne, tout leur poids aux structures socioéconomiques dans les trajectoires des individus.

  • 4 Kardiner, A., Ovesey, L., (1962), The Mark of Oppression. Explorations in the Personality of the Am (...)

4Le deuxième chapitre dessine la biographie de Kardiner. S’il est un point à en retenir, cela concerne l’analyse qu’il a menée avec Freud dans les années 1920. Cette pratique fut décisive dans la trajectoire de Kardiner car il consacra son œuvre à faire de la psychanalyse une « clé d’interprétation du rapport de l’individu avec ses groupes d’appartenance » (p. 82). Cette perspective, il la développa dans The Mark of Oppression4, ouvrage sorti en 1951 : il y questionne le vécu des stéréotypes raciaux de l’intérieur en se demandant comment le psychisme est imprégné par les hiérarchies sociales. Cet ouvrage est centré sur la compréhension de la haine de soi qui caractérisa la ségrégation raciale à l’encontre des noirs aux États-Unis. Haine de soi dépliée comme un conflit entre la minorité noire et certains individus blancs qui forment « comme le Surmoi des immigrants » (p. 87).

5L’une des grandes originalités de cet essai est de présenter, dans un troisième chapitre, certaines des psychobiographies qui fondent l’ouvrage de Kardiner The Mark of Oppression. Ces parcours de vie, sous forme de vignettes, donnent à voir les microsociétés qui se constituent dans le quartier de Harlem et le poids des tensions entre d’un côté, Idéal du Moi, aspirations, et de l’autre, réalité, tensions et leur lot de résignations à l’échelle des trajectoires individuelles.

6Cela ouvre un quatrième chapitre dans lequel Anne Raulin déploie le grand principe de la démarche de Kardiner : c’est à la fin des années 1920, avec la création du New York Psychoanalytic Institute, que le psycho-anthropologue fit entendre la nécessité selon lui de prendre en considération la dimension environnementale et sociologique dans le processus analytique. « Il faut considérer les instances du ça, du moi et du surmoi comme agents de réinterprétation symbolique du monde extérieur » (p. 132). Cela explique des proximités avec la notion d’espace social de Bourdieu et la prise en compte de la dimension de classe sociale dans la compréhension de la psyché.

7Les années 1940 sont marquées par la démocratisation de la psychanalyse telle qu’elle est développée par Kardiner. Ce mouvement passe notamment par la création d’un dispensaire psychiatrique au service de la communauté noire de Harlem. L’idée est de rendre un accès égal aux soins psychiques. C’est ce que restitue le cinquième chapitre, intitulé de manière évocatrice « Harlem is Human ». Les communautés opprimées peuvent alors bénéficier d’un autre regard que celui de l’oppresseur qui « a eu pour conséquence d’évincer la perception que les Noirs pouvaient avoir d’eux-mêmes » (p. 149).

8L’une des critiques que l’on peut adresser à l’ouvrage d’Anne Raulin concerne son mode d’écriture : relater le contexte intellectuel de la pensée de Kardiner en mêlant ce qui l’a inspiré et ce qui lui appartient en propre rend finalement quelque peu difficile la compréhension de ce qui fonde la spécificité de l’œuvre et de la trajectoire de l’anthropologue. Distinguer de manière formelle les sources d’inspiration et l’héritage de Kardiner de ce qui relève de sa propre approche, du cœur de ses travaux, aurait sans doute facilité l’acquisition de connaissances claires pour le lecteur à propos de Kardiner.

9En dépit de cette critique, l’essai d’Anne Raulin offre un regard contemporain original et de grande portée sur les cadres cognitifs qui gouvernent la résolution des conflits individuels et collectifs. Il propose une discussion raisonnée et riche en perspectives des traits parfois dominants de la psychiatrie et de la psychanalyse comme modes d’explication des rapports sociaux. On pourrait d’ailleurs lire le titre de l’essai « Les traces de la domination psychique » comme une invitation à réfléchir aux marques souvent indélébiles laissées par la médecine et la psychiatrie pour penser les sociétés et leurs maux. Comme le souhaitait Kardiner, une perspective consisterait à viser davantage la pluridisciplinarité - entre psychanalyse, sociologie et anthropologie - pour développer une méthode de compréhension des sociétés dans leur dimension culturelle.

Haut de page

Notes

1 Bastide, R., (1950), Sociologie et psychanalyse, PUF : Paris.

2 Marcus, G. E., Fischer, M. J, (1999) [1986], Anthropology as Cultural Critique. An Experimental Moment in the Human Sciences, University of Chicago Press: Chicago.

3 Bourdieu, P., (1972), Esquisse d’une théorie de la pratique, Librairie Droz : Genève.

4 Kardiner, A., Ovesey, L., (1962), The Mark of Oppression. Explorations in the Personality of the American Negro, Meridian Books: Cleveland & New York.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Barthélémy, « Anne Raulin, Les traces psychiques de la domination. Essai sur Kardiner », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 26 août 2016, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21239

Haut de page

Rédacteur

Fabienne Barthélémy

Maître de conférences en sociologie à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Elle est chercheure au Centre d’études et de recherches sur les emplois et professionnalisations (EA 4692, Reims) et associée au Centre de sociologie des organisations (Cso-SciencesPo/CNRS UMR 7116, Paris). Ses travaux de recherche portent sur les formes contemporaines du travail dans les secteurs de travail de l’intervention sociale, des arts du spectacle et de la psychiatrie de secteur.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page