Navigation – Plan du site

Pierre Rondeau, Coût… franc. Les sciences économiques expliquées par le foot

Mathilde Fois-Duclerc
Coût... franc
Pierre Rondeau, Coût... franc. Les sciences économiques expliquées par le foot, Levallois-Perret, Bréal, 2016, 126 p., ISBN : 978-2-7495-3502-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 N. Elias, E. Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, traduction franç (...)

1Expliquer les SES (sciences économiques et sociales) en filant la métaphore footballistique, voici le défi que se propose l’économiste Pierre Rondeau, à l’heure où les phénomènes conjugués de professionnalisation, de mondialisation et d’hypermédiatisation du ballon rond au cours des dernières décennies font du football « un objet éminemment scientifique » (p. 5), tant pour les sociologues que pour les économistes. Ce petit manuel ne fait en ce sens que suivre l’affirmation selon laquelle « la connaissance du sport est la clé de la connaissance de la société »1. Destiné prioritairement aux élèves de première et de terminale ES, mais aussi aux étudiants de premier cycle et aux passionnés de football, cet ouvrage vise à éclairer les programmes du lycée à travers l’étude du phénomène footballistique, autrement dit, comme le résume l’auteur, « pas d’étudier le ballon rond à travers ces matières mais, cas inédit, étudier les sciences économiques et sociales à travers le ballon rond » (p. 6).

2Les enjeux économiques occupent la première partie du manuel, et font l’objet de sept questions, qui interrogent les notions centrales des programmes d’économie au lycée : la compétitivité, l’instabilité, les politiques économiques, l’internationalisation, la régulation européenne, le développement, et enfin les instruments économiques permettant de contrer les défaillances de marché. Dans chaque cas, il s’agit donc d’appliquer ces concepts au monde du foot afin d’en illustrer les mécanismes.

3La compétitivité n’est par exemple plus celle d’une économie locale ou nationale, mais celle d’un club de football. Rien d’étonnant cependant, puisqu’in fine un club professionnel est, peu ou prou, une entreprise comme une autre. Face à la question « comment une équipe parvient-elle à maximiser ses résultats ? », l’auteur passe ainsi en revue les principales théories de la croissance (endogène, exogène, et la théorie schumpétérienne de l’innovation et de la destruction créatrice), en économie puis appliquées à la croissance d’un club. Toutefois, malgré ces « éléments économiques expliquant la compétitivité sportive et la croissance offensive, la théorie admet aussi une forme d’instabilité » (p. 16). C’est ce qui fait l’objet de la deuxième question, qui confronte les explications libérale, keynésienne et schumpétérienne des crises, à nouveau suivant le diptyque « en économie » puis « dans le football ». Ainsi, la théorie keynésienne de la demande anticipée devient « en foot, si les joueurs n’ont pas confiance, s’ils ont peur à chaque fois qu’ils pénètrent sur un terrain, jouer devant des supporters, avoir le meilleur staff ou les meilleures techniques d’entraînement ne fera rien : ils perdront tout ce qu’ils entreprendront. Ce qu’il faut, c’est améliorer le niveau de confiance et intervenir à chaque fois qu’une crise se prépare » (p. 21). Au fil des chapitres et des notions abordées, la métaphore se transforme : transposée, une politique monétaire de relance devient ainsi : « dans le foot, lorsque les défaites s’accumulent, les dirigeants peuvent aussi utiliser cette politique monétaire de relance en injectant de nouveaux joueurs sur le marché, sortis des championnats jeunes et amateurs. Lors de la saison 2006-2007, Paul Le Guen décida d’aligner, en cours de saison, un groupe uniquement constitué de joueurs de la CFA, le championnat amateur, et des équipes de jeunes » (p. 27) ; les joueurs, auparavant agents économiques, font ici office de masse monétaire. De là à les considérer comme un capital internationalisé, il n’y a qu’un pas : le phénomène d’internationalisation du football, qui remonte au milieu des années 1990, est alors utilement mobilisé par l’auteur afin de passer en revue les différentes théories économiques de l’échange international. Dès lors, se pose la question de la régulation à l’échelle supranationale, européenne en particulier. C’est ainsi que l’auteur développe, tout en en montrant les limites, le parallèle entre l’UEFA, fondée en 1954, et l’intégration européenne depuis le début des années 1950.

4Malgré un titre proposant d’expliquer « les sciences économiques » par le foot, c’est bien de sociologie qu’il s’agit dans la deuxième partie du manuel. L’analyse de « la structure sociale d’une équipe » (p. 61) présente, à grands traits, l’opposition entre théorie réaliste (marxiste) des classes sociales et la théorie nominaliste ou wébérienne, et leur dépassement par l’approche bourdieusienne des capitaux. Pour illustrer la première, l’auteur affirme que « l’action collective [contre les contrats à vie, dans les années 1960] aura permis d’unifier les joueurs en une classe particulière, une classe typiquement marxiste » (p. 63). De la deuxième, il retient que « chaque action, chaque choix, chaque décision dépend directement de décisions rationnelles et consentis (sic) des individus, sans aucune influence extérieure. Un footballeur prendra ses décisions uniquement en fonction de ses propres intérêts (…) et non par l’influence de son groupe (…). Weber admet une rationalité absolue chez les agents, ils sont capables de raisonner individuellement et égoïstement pour d’abord satisfaire leurs besoins premiers » (p. 63). La question de la stratification débouche naturellement sur celle de la mobilité sociale, autre notion-clé des programmes de sociologie au lycée. Dans le sport comme dans la société, la question de la détermination sociale se pose car « régulièrement on voit débarquer des ‘‘fils de’’, des enfants d’anciennes gloires du foot cherchant à s’imposer dans le milieu de leur père » (p. 68), comme en témoigne l’exemple récent d’Enzo et Lucas Zidane, tous deux sélectionnés en équipe de France dans leur catégorie d’âge. Confrontant les interprétations individualiste et holiste de la mobilité sociale, l’auteur insiste finalement sur leur complémentarité : « il n’existe pas de réponse juste, chaque théorie a sa version et chacune d’elle apporte une part de vérité. Personne n’a raison, personne n’a tort. La sociologie n’est pas une science exacte, elle n’apporte qu’une explication particulière, tirée d’une observation subjective et d’une revendication idéologique » (p. 73-74). De la même manière, les deux chapitres suivants présentent successivement les notions de cohésion et de conflictualité sociale telles qu’elles apparaissent dans les programmes de SES au lycée. Cette fois, l’auteur choisit l’image de la fidélité des supporters à un club dont les résultats varient pour illustrer la cohésion sociale ; sur la conflictualité, la théorie durkheimienne de l’anomie est confrontée à l’approche marxienne des luttes de classes, à travers l’exemple des désaccords survenant dans une équipe ou un club de football.

5La troisième partie de l’ouvrage, consacrée aux regards croisés, s’intéresse d’abord aux inégalités dans le football professionnel ; c’est là l’occasion de présenter brièvement les différents indices et représentations graphiques des disparités économiques (indice de Gini, courbe de Lorenz) ainsi que les interprétations économiques classique et marxienne des inégalités. Puis c’est la notion de justice sociale qui est abordée, à travers la question de la redistribution des bénéfices issus du football. Rondeau se livre ici à une comparaison entre les systèmes français, allemand, espagnol et italien de redistribution des droits télé, ici comparés aux différents modèles de justice sociale (assurance et assistance, égalité ou équité), et types d’État-providence (scandinave, libéral, conservateur). Le parallèle est inattendu et parfois déstabilisant : « ce modèle [le modèle scandinave d’Etat-providence] ressemble à la ligue 1 française, où l’égalité l’emporte sur l’équité et où chacun est protégé contre tous les risques, sans distinction de résultat ou d’argent. L’effet pervers est la lourdeur du système qui altère les performances européennes » (p. 101). Finalement, les deux derniers chapitres abordent le marché du travail et les politiques de l’emploi dans le football, en faisant dialoguer les interprétations néoclassique et keynésienne du chômage. Citons par exemple la façon dont est illustrée la notion de réajustement automatique : « avec l’ouverture des frontières et la mondialisation du sport, de plus en plus de joueurs acceptent de quitter leurs terres natales pour signer dans des clubs éloignés, parfois d’un niveau sportif plus faible, en échange d’une rémunération réduite » (p. 113).

6D’une façon assez pédagogique, l’ouvrage suit donc un plan disciplinaire, en traitant séparément les questions économiques, les enjeux sociaux et enfin les thèmes croisés. Les notions-clé sont en gras, et renvoient à un lexique en fin d’ouvrage. Il s’agit donc très clairement d’un manuel, dont la grande originalité est de revisiter un programme disciplinaire à travers la métaphore du football, que l’auteur n’hésite pas à qualifier dès l’introduction de « fait social total » au sens de Mauss (p. 5). Il faut cependant remarquer que ce n’est pas du foot en général dont il est ici question, mais bien du football professionnel masculin ; il aurait pu être intéressant de faire une place au football amateur ainsi qu’au football féminin, qui permettent sans nul doute eux aussi d’expliquer certains phénomènes sociaux et économiques. La difficulté de l’entreprise réside par ailleurs dans la transformation de la métaphore au fil des chapitres : les joueurs, tantôt agents économiques, font ensuite office de masse monétaire puis, plus loin, de capital internationalisé et géré comme des actifs financiers. C’est sans doute la conséquence inévitable d’une entreprise osée, celle d’« expliquer par le foot » la majeure partie des programmes de SES de première et terminale, en si peu de pages.

Haut de page

Notes

1 N. Elias, E. Dunning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, traduction française en 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Fois-Duclerc, « Pierre Rondeau, Coût… franc. Les sciences économiques expliquées par le foot », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21242

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page