Navigation – Plan du site

Xavier Daumalin, Daniel Faget et Olivier Raveux (dir), La mer en partage : sociétés littorales et économies maritimes XVIe-XXe siècle

Christine Bousquet-Labouérie
La mer en partage
Xavier Daumalin, Daniel Faget, Olivier Raveux (dir.), La mer en partage. Sociétés littorales et économies maritimes XVIe-XXe siècle, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Le temps de l'histoire », 2016, 363 p., ISBN : 979-10-320-0051-9.
Haut de page

Texte intégral

1L’importance de la chose maritime frappe les esprits contemporains, ne serait-ce que pendant les grandes migrations estivales de bon nombre d’habitants vers les plages. Si le tourisme est un élément essentiel, il n’a pas été, et loin de là, le segment unique et premier du rapport des hommes et de la mer. Le volume dirigé par Xavier Daumalin Daniel Faget et Olivier Raveux présente, en forme d’hommage au maritimiste Gilbert Buty, les relations entre des sociétés littorales et les économies maritimes sur un temps assez court : du XVIe au XXe siècle. Les siècles antiques et médiévaux ont été laissé de côté car il fallait bien faire un choix, même si ces périodes sont fécondes dans ce domaine. C’est le plan de l’ouvrage fondamental de Gilbert Buty qui a inspiré celui de ce volume ; la mer apparait comme gisement de ressources mais c’est aussi un lieu de travail, et les sociétés littorales forment des territoires de culture et de pouvoir. Les vingt et une communications introduites par les trois directeurs déclinent ces thématiques en interrogeant d’abord l’histoire culturelle de la mer, puis le regard se focalise sur les gens de mer ; enfin, le focus s’élargit aux acteurs du commerce maritime avant de s’intéresser aux réseaux, aux routes et aux produits de la mer. L’ampleur du sujet n’échappe pas au lecteur : présenter en 363 pages un tel sujet est un enjeu colossal.

2Trois contributions permettent d’aborder l’histoire culturelle de la mer à travers des prismes particuliers : l’amusement, la formation, la curiosité et la commémoration. Ainsi, Sylviane Llinares se penche sur le jeu de l’oie de la marine qui, à l’aube du XVIIIe siècle, informait et éduquait sur l’art et les aléas de la navigation ; les images qui accompagnent le texte illustrent de manière très pédagogique le propos. Alain Cabantous, lui, s’intéresse aux récits de l’anglaise Anna Cradock qui, de 1783 à 1786, vivait au bord de la mer ou près des estuaires en France. Son tropisme maritime était très sélectif : les gens de mer ne l’intéressaient guère mais les paysages maritimes l’attiraient pour leur côté insolite ou inédit. Régis Bertrand et Anne Carol, eux, interrogent les cénotaphes des XIXe et XXe siècles qui, dans la chapelle Notre-Dame-des-Auzils de Gruissan, commémorent les innombrables morts en mer. Ces tombeaux vides composent un « cimetière marin » qui rappelle la vocation maritime de la cité.

3Les gens de mer entrent en scène à travers quelques exemples pertinents. André Zysberg évoque le système des classes d’âge de l’État de Louis XIV qui fut mis en œuvre de manière très contraignante mais dont le bilan fut bien mitigé ; beaucoup de marins méprisés ou soumis à une trop forte pression se dérobaient à l’appel. Les « gourdiecs » du XVIIIe siècle, abordés par Christophe Cérino, forment une population à Belle-Île, mi-pêcheurs à pied, mi-paysans, vivant de la mer sans être marins. Ce monde très réactif, très adaptable, vivait en fonction des variations de l’estran et s’efforçait de combattre l’indigence et les contraintes fiscales et militaires. Thierry Allain porte son attention sur les équipages des navires de commerce hollandais au XVIIIe siècle, entre Amsterdam et les ports de Méditerranée ; ces marins apparaissent comme des gens de mer aux statuts très variés et parfois fort peu structurés. Au-delà de leur organisation et de leur structuration sociale, les gens de mer sont aussi abordés à travers leurs effets, leurs hardes, leurs objets de peu, ou encore par leurs marqueurs identitaires, tels les vêtements provençaux étudiés par Claire Boër, qui permettant l’émergence et la prise de conscience d’une identité socioprofessionnelle bien définie. Laurent Pavilidis s’intéresse aux marins de Saint-Tropez, dont on connait bien les pratiques de cabotage, mais qui furent aussi des marins au long cours. Selon l’auteur, un travail d’investigation très précis reste à faire pour dresser un état du monde tropézien de la mer de la fin entre le XVIIIe et le début du XXsiècle.

4Le monde de la mer laisse une place importante aux non-marins, marchands et acteurs du commerce qui utilisent la mer depuis les ports de Lorient (Gérard Le Bouëdec) ou de Saint-Malo. L’exemple des relations entre Malouins et Marseillais développé par André Lespagnol est particulièrement éloquent : c’est aux Malouins que les Marseillais doivent d’être passés au grand commerce en dehors de leur zone de négoce traditionnelle. Les relations exceptionnelles que Saint-Malo entretenaient avec Cadix ou Marseille ont en effet élargi le regard et le champ d’action des négociants marseillais jusqu’à leur ouvrir les portes du monde. La place de Marseille au cœur du commerce méditerranéen est largement décrite, qu’elle serve de point de départ à la Compagnie royale d’Afrique ou qu’elle soit le moteur de l’expansion des marchands provençaux au XVIIe siècle : Anne Brogini étudie le cas des familles provençales spécialisées dans le commerce avec Malte, moitié corsaires, moitié négociantes, largement intéressées par la vente d’esclaves, faisant fortune de tout bois grâce à l’escale maltaise dont elles étaient les maîtres. L’approche prosopographique d’Olivier Lopez permet de distinguer les réseaux et les pratiques, notamment de concurrence, de la Compagnie royale d’Afrique : les luttes de pouvoir internes ont permis le développement de privilèges, de pratiques marchandes parfois détournées et de fraudes en tous genres qui ont fragilisé un édifice mal charpenté et sans grande assise juridique, montrent Christopher Denis-Delacour et Mathieu Grenet. Guillaume Calafat souligne que les chambres de commerce ont été de grands acteurs de développement du commerce maritime, par le biais de leurs agents qui agissent, mais surtout renseignent et surveillent, à Livourne, les Marseillais qui les ont envoyés. Marseille joue un rôle central dans l’ensemble du livre, à la fois et notamment par l’étude d’une marchandise très précise comme la poudre d’Ailhaud évoquée par Nicole Bardiot. La diffusion et la notoriété de cette poudre purgative furent aussi importantes que l’oubli qui leur succéda à la fin du XIXe siècle. Parmi les produits essentiels du commerce en Méditerranée, les marchands s’intéressent à la soie (Gaëlle Lapeyrie), mais aussi au corail, vendu à Smyrne par un Marseillais puis diffusé vers l’Asie intérieure à la fin du XVIIe siècle, comme le rappelle Olivier Raveux. Le commerce intensif de la cochenille sur lequel revient Sébastien Lupo est plus problématique car il ne résiste guère aux nouvelles possibilités d’exploitation en Europe. Une denrée exotique retient l’attention de Philippe Hrodej : le petum ; plante de consommation courante chez les Iroquois rencontrés par Jacques Cartier, le tabac était connu partout en Amérique, du Nord au Sud, avant de se répandre en Europe, par le biais de l’importation protégée. Saint-Domingue, pourvoyeur officiel, ne parvient pas à résister ni à lutter contre la flibuste. Le sort des petits fermiers ne peut que se dégrader avant même que le tabac ne devienne un simple objet exotique sans grande valeur.

5Ce volume permet donc de parcourir la mer Méditerranée et l’Atlantique bordier des côtes de l’Europe de l’Ouest. Les exemples judicieusement exploités confèrent une identité au monde multiforme de la mer et de l’océan. L’ampleur du sujet et la nécessité d’un parti pris justifient le choix de porter un regard européen sur les Méditerranées et l’océan Atlantique : on ne peut qu’espérer une ouverture aux mondes indien et pacifique, qui auraient toute leur place dans un deuxième volume, du fait tant de l’ancienneté de leur histoire maritime que de leur importance culturelle et marchande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Bousquet-Labouérie, « Xavier Daumalin, Daniel Faget et Olivier Raveux (dir), La mer en partage : sociétés littorales et économies maritimes XVIe-XXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 01 septembre 2016, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21266

Haut de page

Rédacteur

Christine Bousquet-Labouérie

Maître de conférences HDR en histoire médiévale, Université François Rabelais Tours.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page