Navigation – Plan du site

Li Peiling et Qu Jingdong, La sociologie chinoise avant la Révolution (traduit du chinois par Lucie Modde)

Aymeric Luneau
La sociologie chinoise avant la Révolution
Li Peilin, Qu Jingdong, La sociologie chinoise avant la Révolution. Une introduction, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « 54 », 2015, 148 p., Traduit du chinois par Lucie Modde, ISBN : 978273512010.
Haut de page

Texte intégral

1À la lecture de l’ouvrage de Li Peilin et Qu Jidong, nous découvrons qu’il a existé pendant la République de Chine (1912-1949) une sociologie dynamique, portée par des chercheurs enthousiastes de participer à la « modernisation » de la Chine, avant que la discipline soit interdite par le régime communiste chinois de 1949 à 1979. Ce texte, qui a été traduit par Lucie Modde, forme à l’origine l’introduction d’un ouvrage plus conséquent publié par les deux auteurs en 2009. C’est pourquoi probablement il semble essentiellement narratif, les auteurs survolant des théories ou des concepts développés par les différentes « écoles » présentées, ce travail analytique étant effectué dans la suite de l’ouvrage original.

2La sociologie chinoise avant la révolution commence par une courte introduction bienvenue décrivant brièvement le contexte politique et intellectuel chinois de la première moitié du XXe siècle. Il s’agit d’une période mouvementée, « marquée par la fin du système des dynasties, les conflits entre les seigneurs de guerre, les invasions étrangères » et l’influence des « sciences occidentales en Orient ». Il est ponctué par une conclusion encore plus brève. Le cœur de l’ouvrage est quant à lui divisé en cinq chapitres consacrés chacun aux différentes « écoles » fondatrices de la sociologie chinoise : la sociologie marxiste, le mouvement de l’enquête sociale, l’« école chinoise de sociologie », l’« école académique de sociologie chinoise » et les recherches en histoire sociale.

3En premier lieu, on est frappé par les nombreux liens existant entre l’émergence de la sociologie en Chine et son développement en « Occident » principalement, mais aussi dans d’autres parties du monde (URSS, Japon). Premièrement, il s’avère que l’inscription de la sociologie dans le paysage académique chinois est liée au retour en Chine dans les années 1920-1930 de chercheurs qui ont découvert cette « nouvelle » discipline lors de leurs études ou de voyages aux États-Unis, en Europe, au Japon ou en URSS. Ainsi Wu Denzao a un doctorat de l’université de Columbia aux États-Unis. Tao Menghe a fait ses études à Londres où il a appris les méthodes d’enquête en sciences sociales. Li Dazhao fait connaissance avec l’œuvre de Marx et le matérialisme historique au Japon. De même Sun Benwen, nommé enseignant à l’université de Fundan en 1927 et le premier président de la Chinese Society of Sociology fondée en 1930, a fait des études à New York et Chicago. L’influence des sciences sociales occidentales sur le développement de la sociologie chinoise passe également par la visite de chercheurs étrangers, comme Robert Park (1932-1933) et Alfred Radcliffe-Brown (1935) invités par Wu Wenzao au sein de son département de sociologie à Pékin, leur permettant de diffuser leurs théories ou leurs méthodes, de trouver de nouveaux terrains d’observation et de construire un réseau de chercheurs locaux facilitant le recueil de données.

4Cependant, les auteurs montrent bien que le rapport entre ces sociologues et les concepts sociologiques importés de l’« occident » s’est construit sur la confrontation de la théorie à l’empirie, des présupposés occidentaux à la réalité chinoise. Ainsi, Chen Hasheng, sociologue marxiste, considère que la thèse Liudvig Mad’iar selon laquelle la société chinoise est devenue, au XXe siècle, une société capitaliste n’est pas assez en prise avec les faits. Alors que Mad’iar appuie sa thèse sur l’existence d’une commercialisation des produits agricoles, Chen Hasheng montre que ce fait ne suffit pas pour affirmer que la société chinoise du XXe siècle est capitaliste puisque cette commercialisation existait déjà sous la dynastie Song (960-1279). Pour Hasheng, la définition des rapports de production caractéristique de la Chine doit donc passer par l’analyse de l’ensemble des aspects de son économie rurale.

5Ce « rapport dialectique » entre théorie et expérience pour reprendre les termes de Peilin et Jingdong apparaît comme un élément fondateur de la sociologie en Chine. En effet, les différentes « écoles » présentées dans le livre sont toutes traversées par le souci impérieux de fonder le discours sociologique sur les faits. Pour cette nouvelle génération d’intellectuels, influencée par le positivisme, il est devenu inconcevable de produire des connaissances fiables sur la société chinoise sans enquêtes approfondies. Par exemple, Tao Menghe, à la tête du Centre d’enquête sociale et du mouvement pour l’enquête sociale, a conduit de nombreuses enquêtes sur les conditions de vie de la classe ouvrière et de la classe moyenne « inférieure » (instituteurs, policiers, artisans, vendeurs ambulants, etc.) en s’inspirant notamment de la méthode de comptabilité domestique de Frédéric Leplay. Si ses travaux, consignés en partie dans Une analyse du coût de la vie à Beiping, étaient surtout orientés dans une visée réformatrice plutôt qu’académique, Peilin et Jingdong montrent qu’ils ont contribué à l’institutionnalisation des méthodes d’enquête statistiques en Chine. Ainsi, les méthodes mises au point par Tao Menghe servent aujourd’hui de référence pour les enquêtes menées par le bureau des statistiques sur le mode de vie des ménages. La prédilection de Tao Menghe pour les grandes enquêtes statistiques sera critiquée par Wu Wenzao, chef de fil de l’ « école chinoise de sociologie », qui défend une sociologie fondée sur des enquêtes ethnographiques impliquant une immersion du chercheur dans les groupes sociaux qu’il étudie. Dans tous les cas, ces sociologues rompent avec la tradition universitaire chinoise qui s’intéressait principalement à l’étude des textes officiels et, corollairement, à l’histoire des élites chinoises. D’une part, ils utilisent de nouveaux types de données telles que les données statistiques, ethnographiques ou archéologiques. D’autre part, ces chercheurs ont déplacé le regard alors fixé sur les élites urbaines vers les populations rurales à travers l’étude de leurs organisations sociales, leurs coutumes, les formes de leurs économies. Par exemple, dans le cas de l’« école chinoise de sociologie », les chercheurs, que Peilin et Jingdong inscrivent dans le cadre de l’anthropologie culturelle ou sociale, se sont intéressés aux « fonctions culturelles de la famille et du clan » à l’image de l’enquête Lin Yaohua sur le village des Huang ou à l’organisation des villages, comme Fei Xiatong dans son ouvrage intitulé Peasant life of China rédigé sous la direction de Malinowski, afin d’analyse les facteurs entravant le développement industriel des campagnes chinoises.

  • 1 Voir Pan Quentin, « The Problem of the Cultural Hybrid », The China Critic, 23 août 1928, p. 148-25 (...)

6Enfin, Peilin et Jingdong nous montrent une sociologie chinoise aux ambitions clairement réformatrice. À travers leurs travaux, les chercheurs présentés dans le livre tentent de participer au développement de la Chine afin qu’elle retrouve sa place de grande nation dans l’espace géopolitique mondial. Par exemple, le fait de savoir si l’agriculture chinoise est entrée dans l’âge de l’économie capitaliste, qui représente une question centrale dans le cadre du matérialisme historique, constitue aussi un enjeu politique important puisqu’il détermine le type de réforme ou de révolution à mener. Ceux qui estiment que l’agriculture en Chine ne possède pas encore les caractéristiques d’une économie capitaliste considèrent qu’il faut mettre en place une réforme agraire, en distribuant notamment des terres aux paysans. Au contraire, ceux qui affirment que l’agriculture chinoise comme l’ensemble de l’économie chinoise sont entrés dans le capitalisme militent pour une « réforme totale », visant à instaurer un régime socialiste. Dans le cas de l’« école académique de sociologie chinoise », les travaux se sont focalisés sur l’analyse des problèmes démographiques, de la faible industrialisation des campagnes rurales et de la centralisation du pouvoir qui a affaibli l’autonomie des communautés locales, ou encore, à l’instar des travaux eugénistes de Quentin Pan1, les facteurs sociaux, économiques, environnementaux qui influenceraient, positivement ou négativement, le patrimoine génétique d’une population. L’ambition réformatrice est plus implicite chez les chercheurs qui s’inscrivent dans l’ « école chinoise de sociologie », notamment parce qu’ils défendent le principe d’une sociologie essentiellement académique, détachée des préoccupations politiques. Néanmoins, on trouve également dans les thèmes de leurs recherches une volonté de comprendre les dysfonctionnements qui ont conduit à sa « décadence » pour mieux les corriger. Cette ambition réformatrice, parfois teinté de nationalisme, doit bien entendu être replacée dans le contexte de la Chine de la première moitié du XXe siècle, marquée par une forte emprise des pays occidentaux et la révolution de 1911 qui débouche sur la chute de l’Empire chinois et l’avènement de la République de Chine. On peut regretter néanmoins le fait que le manque de prise de distance de Peilin et Jingdon par rapport à certains auteurs ou certaines explications, donnant l’impression d’une adhésion à leurs thèses parfois douteuses. C’est le cas des travaux eugénistes de Quentin Pan qui, selon les deux auteurs, démontrent « une fois de plus la réalité historique et sociale de la loi d’accouplement par sélection ».

7Néanmoins, l’ouvrage constitue une introduction précieuse et bienvenue pour qui souhaite en connaître davantage sur la sociologie en Chine. Surtout Peilin et Jingdong nous montrent un champ sociologique en pleine construction, animé par des débats dynamiques tant sur le plan scientifique que politique. Et si la lecture de l’ouvrage est parfois rendue difficile pour celui qui n’est pas familier de l’histoire de la Chine par le manque de repères chronologiques et biographiques, elle amène le lecteur à vouloir en savoir encore davantage sur les travaux de ces chercheurs qui ont contribué à l’institutionnalisation de la sociologie en Chine.

Haut de page

Notes

1 Voir Pan Quentin, « The Problem of the Cultural Hybrid », The China Critic, 23 août 1928, p. 148-251.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aymeric Luneau, « Li Peiling et Qu Jingdong, La sociologie chinoise avant la Révolution (traduit du chinois par Lucie Modde) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 03 septembre 2016, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21284

Haut de page

Rédacteur

Aymeric Luneau

Docteur en sociologie, ATER au département de sociologie, Université Paris X - Nanterre, chercheur associé au GSPR/EHESS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page