Navigation – Plan du site

José-Angel Calderón, Lise Demailly, Severin Muller (dir.), Aux marges du travail

Guillaume Lejeune
Aux marges du travail
José-Angel Calderon, Lise Demailly, Séverin Muller (dir.), Aux marges du travail, Toulouse, Octarès Editions, coll. « Le travail en débats », 2016, 230 p., ISBN : 978-2-36630-052-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet ouvrage résulte de la sélection de seize communications autour du thème des « marges du travail (...)

1Est-il possible de penser les transformations du travail à partir de ses marges ? C’est le défi que relèvent José-Angel Calderón, Lise Demailly et Severin Muller avec cet ouvrage dont l’objectif est de présenter, à travers plusieurs recherches empiriques, quelques traits des situations actuelles rencontrées par les sociologues. S’appuyant sur seize contributions1, les auteurs présentent les positions et l’activité de travailleur-euse-s subalternes et/ou précaires, donnant principalement aux « marges » le sens d’une marginalisation aux portes de l’emploi stable et de la reconnaissance hiérarchique au travail. Ce thème se décline à travers les quatre grandes parties de l’ouvrage : visibilisation/invisibilisation des activités ; aspects formels/informels du travail ; soumissions/résistances des travailleur-euse-s face au management ; dynamiques de stabilité/mobilité sur le marché du travail.

2La première partie souligne le poids des rapports de genre, de classe et de race dans les processus d’invisibilisation de plusieurs groupes en situations de travail. C’est le cas dans les services avec l’exemple des salons de beauté « ethniques » décrit par Luz Gabriela Arango Gaviria en Colombie et au Brésil. Accomplissant un travail de soin et de prise en charge des émotions des client-e-s dans la gestion leur apparence, les femmes qui y travaillent se retrouvent à la fois au cœur du processus productif et en marge de sa régulation par leur position dominée dans la division du travail. Les compétences de ces stylistes, directement associées au prestige de l’établissement qui les emploie, limitent la reconnaissance de leurs propres savoir-faire, empêchant ainsi toute professionnalisation des « petites mains ».

3L’invisibilisation du travail existe sous d’autres formes dans les pays du Nord et dans des professions plus prestigieuses. L’article de Christelle Fifaten Hounsou en témoigne en France à travers le cas des médecins étrangers et/ou à diplôme étranger « réputés de passage et peu chers » (p. 55), Affectés la plupart du temps dans les hôpitaux publics, « surtout [dans] les spécialités en pénurie » (p. 56), ils comblent les manques du service public tout en restant à l’écart des opportunités de carrière professionnelle.

4La deuxième partie de l’ouvrage a pour thème principal l’organisation du travail non déclaré. Elle débute avec une contribution de Paul Bouffartigue, lequel souligne l’intérêt d’une comparaison Nord/Sud des relations professionnelles sur la base de plusieurs études qui mettent en lien travail, mobilisations sociales et résistances des travailleur-euse-s. L’auteur rappelle que le salariat n’est ni la norme ni l’objectif principal dans plusieurs régions du monde ; il analyse des enjeux liés à la déstabilisation du salariat au Nord et des dynamiques d’extension du travail informel dans les pays du Sud. En associant ces contextes, Paul Bouffartigue élabore une typologie des formes de solidarité entre travailleurs précaires et salariés à statut : quand les premiers sont majoritaires dans une entreprise, c’est la « solidarité à dominante extra-professionnelle » (p. 75) qui l’emporterait, par exemple les attachements familiaux ou territoriaux. À l’inverse, lorsque l’emploi stable est majoritaire, ce sont les solidarités professionnelles qui seraient plus décisives.

  • 2 L’auteur s’appuie de nombreuses fois sur la notion d’« entreprise de soi » pour expliquer la gestio (...)

5Denis Giordano explore la situation de travailleurs « à la marge des réseaux d’échanges règlementés » (p. 65) avec le cas des « mécaniciens “de rue” » en banlieue parisienne (p. 93). Ces « entrepreneurs » informels2 s’engagent dans des pratiques similaires aux garagistes établis, à la différence près qu’ils n’ont ni atelier ni équipement important. Travaillant en plein air sur des places de parking, leur position reste délicate : non déclarés, ils n’en sont pas moins visibles et peuvent à tout moment être dénoncés par le voisinage ou par un garagiste. Se faire accepter nécessite de leur part d’importantes capacités de discrétion et de négociation avec ces acteurs environnants, preuve pour l’auteur d’un entrelacement entre l’économie légale et les activités à l’écart des règlementations. La troisième partie de l’ouvrage porte sur l’implication des acteurs dans l’organisation du travail et les attentes qui pèsent sur eux au-delà de leur présence. Les marges illustrent une organisation atypique du travail qui peut être amenée à s’étendre, comme le confirme le difficile bilan du régime des douze heures de travail consécutives auquel sont astreints les soignant-e-s dans les hôpitaux publics français. Fanny Vincent démontre que le recours aux équipes en douze heures bouscule l’organisation traditionnelle des « trois huit », mais que cette intensification du travail s’accompagne d’une réappropriation de leur temps disponible en dehors du travail, celui-ci étant moins morcelé.

6L’appel à la subjectivité des salarié-e-s constitue le levier principal de leur implication dans le travail. Cependant, le consentement des travailleur-euse-s se fait parfois sans compensation, ce qu’exprime la notion de « résilience » employée par Flavienne Lanna à propos de la situation des ouvriers dans une usine sidérurgique au Brésil. S’ils veulent conserver leur poste, les salarié-e-s observés doivent s’adapter au mieux aux normes imposées par l’entreprise, « résistance était synonyme de licenciement » (p. 137). L’auteur revient ensuite sur ce qui facilite cette adaptation : une rupture entre les générations ouvrières, et l’importance de l’usine dans le bassin d’emploi.

7Au-delà de l’emploi, les marges sont aussi pensées comme un ensemble de pratiques de soumission du personnel, qui sont loin d’être minoritaires, comme le fait apparaître l’article de Jacqueline de Bony sur le « licenciement transactionnel » (chapitre 11). L’auteure présente l’ampleur des arrangements tacites et informels dans la régulation des entreprises françaises. Quelques chiffres permettent d’en prendre conscience : en 2012, les licenciements pour motifs personnels sans justification s’élevaient à 2,6 millions sur le territoire tandis que les fins de contrats ou les licenciements économiques ne dépassaient pas la barre du million.

8La dernière partie du livre ouvre la voie à des comparaisons intéressantes entre catégories de salarié-e-s et entre le salariat et ses marges. Cette démarche se retrouve dans la contribution de Pascal Barbier et de Pauline Sellier portant sur une frange du salariat intégrée mais exclue de la promotion interne en France. Les auteurs étudient la place des jeunes salariés stabilisés dans leur emploi mais confrontés à une absence de perspectives de carrière, en prenant l’exemple d’ouvriers d’un chantier naval et de vendeurs d’un grand magasin parisien. À défaut de pouvoir évoluer professionnellement, ces salariés vont valoriser certains aspects de leur travail pour lesquels ils s’estiment particulièrement doués : les ouvriers vont plutôt faire valoir leur « expertise » (p. 178) tandis que quelques vendeurs mettent en avant leur « bon goût » dans la présentation d’une vitrine ou d’un stand. Ainsi, ces dimensions périphériques du travail permettent de maintenir un rapport positif à l’emploi.

  • 3 Lautier Bruno, « Sociologie de l’emploi, informalité des relations de travail et stratégies familia (...)

9D’autres chapitres insistent davantage sur les transformations qui redonnent à « l’informalité »3 les moyens d’investir, voire de remplacer les conditions « normales » de l’emploi. Par exemple, selon Sarah Abdelnour, le statut d’autoentrepreneur accompagne « l’éclatement du travail salarié », tout en reconfigurant les « “à-côtés” du salariat » (p. 188-189). L’auteure montre bien que, loin de vivre par leurs propres moyens, ces « très petits indépendants » (p. 193) sont confrontés à une instabilité permanente. Néanmoins par leur statut avantageux, ils concourent au développement d’une nouvelle norme d’emploi, dans le privé comme dans le public.

10L’ouvrage coordonné par José-Angel Calderón, Lise Demailly et Séverin Muller a le mérite de rendre compte des « marges » du travail en s'appuyant sur des exemples tirés de contextes géographiques, professionnels et institutionnels différents. Ce thème fait donc référence à des normes spécifiques et à des stratégies sectorielles de gestion de la main d’œuvre. Les nombreuses interrogations portées dans chaque chapitre renvoient aux modèles de la « “normalité” » de l’emploi mais aussi aux espaces de « l’informalité » (p. 227) et des statuts d’entre-deux. Développer une connaissance critique des transformations contemporaines de l’emploi et « démasquer le travail dans toutes ces formes » (p. 228) constitue un ambitieux programme de recherche dont quelques pistes se dégagent de ce livre.

Haut de page

Notes

1 Cet ouvrage résulte de la sélection de seize communications autour du thème des « marges du travail », suite aux Journées internationales de sociologie du travail (JIST) de 2014 à Lille. Il s’inscrit dans la continuité de l’initiative de Jean-Pierre Durand et de Danielle Linhart. Durand Jean-Pierre, Linhart Danièle (dir.), Les ressorts de la mobilisation au travail, Toulouse, Éditions Octarès, 2005.

2 L’auteur s’appuie de nombreuses fois sur la notion d’« entreprise de soi » pour expliquer la gestion qu’ils font de leur activité. Voir Gorz André, « La personne devient une entreprise », Revue du MAUSS, n° 18, 2001, p. 61-66, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-du-mauss-2001-2-page-61.htm.

3 Lautier Bruno, « Sociologie de l’emploi, informalité des relations de travail et stratégies familiales en Amérique latine », Cahiers du Genre, n° 55, 2013, p. 199-217, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2013-2-page-199.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Lejeune, « José-Angel Calderón, Lise Demailly, Severin Muller (dir.), Aux marges du travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 07 septembre 2016, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21313

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Lejeune

Doctorant en sociologie du travail au Centre de recherche sur les liens sociaux (Cerlis, UMR 8070), Université Paris Descartes / Dim Gestes (Groupe d’étude sur le travail et la souffrance au travail).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page