Navigation – Plan du site

David Martens (dir.), Lettres de noblesse I. L’imaginaire nobiliaire dans la littérature française du XIXe siècle

Maxime Triquenaux
Lettres de noblesse
David Martens (dir.), Lettres de noblesse. Tome 1 : L'imaginaire nobiliaire dans la littérature française du XIXe siècle, Paris, Classiques Garnier, coll. « Carrefour des lettres modernes », 2016, 220 p., ISBN : 978-2-8124-5059-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On songe notamment aux travaux de Jacques Dubois, longtemps professeur à l’université de Liège, com (...)
  • 2 Dans la continuité de la thèse de la persistance de l’Ancien Régime, défendue par l’historien Arno (...)
  • 3 On aurait pu d’ailleurs s’attendre à voir mobilisées aussi des références venant du champ de l’hist (...)
  • 4 « Imaginaire du labyrinthe. Entretien avec Bertrand Gervais, par Raphaël Baroni », Vox Poetica, 15  (...)
  • 5 Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain, 1750-1830. Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïq (...)

1Dirigée par David Martens, professeur de littérature française à l’université de Louvain (KU Leuven), cette publication s’inscrit dans un sous-champ des études littéraires que l’on pourrait qualifier de sociocritique, probablement mieux représenté en Belgique et dans d’autres pays francophones qu’en France. Ce courant met l’accent sur l’inscription de la littérature dans son contexte historique politique et social plutôt que sur des interrogations strictement formalistes1. L’ouvrage collectif s’intéresse ainsi à un phénomène que David Martens expose clairement dans son introduction : la persistance de la noblesse au XIXe siècle en tant que référence culturelle cruciale, malgré son net affaiblissement à partir de la Révolution française2, et l’existence d’un véritable « imaginaire nobiliaire ». Cette notion s’appuie sur celle d’« imaginaire » définie à partir des travaux du philosophe Cornélius Castoriadis et du critique littéraire Bertrand Gervais3, et qui s’entend comme « [u]ne interface entre le sujet et le monde, […] un relais et une médiation symbolique [qui] se manifeste sous la forme de stratégies interprétatives, organisées en fonction d’un ensemble d’interprétants déjà établis et fondés, pour un sujet donné, sur ses expériences du monde et de ses manifestations, sur ses connaissances sociales, culturelles, littéraires, artistiques et scientifiques, ainsi que sur ses présupposés et préjugés4 » (p. 9). Tout l’objet de l’ouvrage est donc d’examiner, sous leurs différents aspects, les rapports entre l’imaginaire de la noblesse et la littérature du XIXe siècle : comment la littérature produit l’imaginaire, mais aussi comment elle s’en nourrit pour le reconfigurer à travers ses propres intérêts. Une part belle est donnée à l’hypothèse d’un « transfert qui s’opère, au seuil de la modernité, de la noblesse française aux Lettres » (p. 28) : l’examen attentif de l’imaginaire littéraire de la noblesse permettrait ainsi de percevoir la constitution d’une « nouvelle élite, celle de la plume, parmi celles qui s’instituent dans ce régime démocratique en gestation » (p. 14). En d’autres termes, l’affaiblissement de la noblesse serait concomitant du « sacre de l’écrivain », selon l’expression de Paul Bénichou5.

  • 6 Cérémonial d’Ancien Régime réservé aux membres de l’ancienne noblesse, qui consistait à être offici (...)

2Cette hypothèse s’articule particulièrement bien avec le parcours d’un écrivain comme Chateaubriand, dont le cas est étudié dans l’article inaugural d’Edoardo Costadura (« Chateaubriand dans l’impasse. Un gentilhomme écrivain et ses représentations face à la modernité »). Le vicomte de Chateaubriand, qui a reçu les Honneurs de la Cour6 de Louis XVI en 1787, cherche ainsi à se créer une « conditio de gentilhomme écrivain » (p. 19) dans un monde bouleversé par la Révolution, et où les formules anciennes d’écrivains gentilshommes (de Montaigne à Saint-Simon en passant par La Rochefoucauld), qui avait su concilier leur naissance noble avec leur pratique de l’écriture, ne sont plus opérantes. La solution de Chateaubriand, selon Edoardo Costadura, résiderait dans le choix volontaire d’une impasse (d’une « position aporétique » p. 24) : être un gentilhomme écrivain qui navigue entre les deux pôles et en accepte les possibles contradictions, mais qui reste fidèle à un principe cardinal d’indépendance, qui est un idéal à la fois nobiliaire et littéraire.

  • 7 On pourrait toutefois nuancer cette analyse exclusivement littéraire en considérant que ces anoblis (...)

3Un autre exemple en faveur de l’hypothèse de l’élévation des écrivains en nouvelle aristocratie est à trouver dans le choix des pseudonymes nobiliaires (que l’on dit aussi aristonymes) adoptés par certains écrivains : Honoré de Balzac, Gérard de Nerval, le comte de Lautréamont. Les trois auteurs analysés dans l’ouvrage ont en commun d’être des bourgeois qui choisissent de s’anoblir par le choix de leur nom de plume7, et qui, chacun à leur manière, proposent de faire des écrivains les nobles du siècle nouveau. Cette utopie semble trouver sa forme la plus approfondie dans le modèle de l’« aristie », mot forgé par l’écrivain fin-de-siècle Joseph Péladan et qui croise l’imaginaire nobiliaire à une veine nietzschéenne – même si l’on peut parfois douter de l’ampleur que Stéphane Le Couëdic semble prêter à ce phénomène dans son article (« Une nouvelle noblesse, l’Aristie »).

4La noblesse en tant que figure par excellence de la décadence est également un thème examiné plusieurs fois dans cet ouvrage, notamment concernant la fin du XIXe siècle. Le personnage du duc Des Esseintes, du À rebours (1884) de Huysmans, est ainsi analysé en détail par Laurence Decroocq (« Des Esseintes, empreint de noblesse »). Geneviève Sicotte, par une utilisation judicieuse et stimulante du concept bakhtinien de renversement carnavalesque, montre comment certains auteurs fin-de-siècle, comme Jean Lorrain ou Alphonse Daudet, renversent le mythe de l’excellence nobiliaire en mettant en scène les tares corporelles et autres marques de dégradation qui touchent leurs personnages nobles. Enfin, dans Le Grand Meaulnes (1913) d’Alain-Fournier, la position de second plan occupée par les personnages nobles, qui ne sont jamais perçus qu’à travers le regard d’autres classes sociales, présente la noblesse comme « un rêve déchu qui s’enracine dans les souvenirs d’une féodalité fantasmée et appelée, peu de temps après, à subir un réveil brutal dans les tranchées du premier conflit mondial » (p. 216).

5L’article de fin du collectif, signé là encore par David Martens, ressaisit efficacement l’ensemble du parcours qui nous est proposé. Il souligne à quel point « [l]’imaginaire nobiliaire doit une part de sa survie, en tous les cas de sa visibilité […], à la façon dont il a constitué un pôle de fascination (aussi bien que de répulsion, au demeurant) privilégié au sein du champ littéraire » (p. 195). Surtout, il insiste sur la thèse principale, défendue par presque tous les textes de l’ouvrage, à savoir que « le paradigme nobiliaire apparaît comme un répertoire de figures mobilisables particulièrement prisées, en particulier dans le domaine littéraire » et que « la façon dont les logiques de l’imaginaire nobiliaire ont contribué à ces transformations de l’espace littéraire invite à y voir rien de moins qu’un donné qui fait partie intégrante de la dynamique de la modernité » (p. 203).

  • 8 Honoré de Balzac, Le Cabinet des Antiques, in La Comédie humaine, tome IV, éd. Pierre-Georges Caste (...)
  • 9 Voir notamment, avec le cas de Marcel Proust, Barbara Carnevali, « Sur Proust et la philosophie du (...)

6C’est véritablement le point fort de cet ouvrage que de pousser jusqu’au bout l’examen de cette thèse, au risque, peut-être, de laisser un peu de côté certains aspects de l’imaginaire nobiliaire. Ainsi pourrait-on regretter l’indistinction entre les termes de noblesse et d’aristocratie, qui est la règle tout au long du livre. Ce parti-pris étant indiqué clairement dès l’introduction (p. 10), il ne s’agit pas d’un problème de rigueur scientifique – ou d’honnêteté intellectuelle –, mais d’un choix épistémologique assumé, mais qui mériterait donc d’être plus amplement discuté. On pourrait y opposer d’une part que cette indifférenciation entre les deux termes est une caractéristique du XIXe siècle postrévolutionnaire, et que ce jeu lexicologique, que résume à sa façon la formule de Balzac dans Le Cabinet des Antiques, « il n’y a plus de noblesse, il n’y a plus que de l’aristocratie8 », mérite d’être mieux problématisé. D’autre part, confondre aristocratie et noblesse empêche de percevoir certaines distinctions qui se jouent à l’intérieur de l’imaginaire nobiliaire tel qu’il a été examiné dans les différents articles : on pourrait ainsi faire la différence entre un imaginaire aristocratique, qui se fonderait sur une croyance élitiste en la supériorité d’un petit groupe, particulièrement visible chez un Mallarmé et son rêve d’un écrivain aristocrate (Laurent Mattiussi, « Mallarmé, la grandeur, la hauteur ») mais qui ne s’intéresse pas toujours à la noblesse d’Ancien Régime en tant que telle, et un imaginaire plus strictement nobiliaire, qui s’intéresserait quant à lui à la forme particulière qu’a pris cette noblesse au cours de son histoire, ainsi qu’à ses valeurs spécifiques (comme le sens de l’honneur, la mise en scène de soi9, etc.), ce que l’on retrouve plus volontiers chez un Chateaubriand, un Nerval (Michel Brix, « ‟Le Prince d’Aquitaine à la tour abolie”. Nerval et la noblesse ») ou encore un Villiers de l’Isle-Adam (Élise Sorel, « La Restauration intérieure dans Une vieille maîtresse de Barbey d’Aurevilly »). Mais ces esquisses de discussion n’enlèvent rien au fait que la lecture de ce collectif passionnera quiconque s’intéresse à la noblesse en tant qu’objet de recherche en sciences humaines et sociales.

Haut de page

Notes

1 On songe notamment aux travaux de Jacques Dubois, longtemps professeur à l’université de Liège, comme par exemple Les romanciers du réel. De Balzac à Simenon, Paris, Points, 2000, ou encore Stendhal. Une sociologie romanesque, Paris, La Découverte, coll. « textes à l’appui / laboratoire des sciences sociales », 2007.

2 Dans la continuité de la thèse de la persistance de l’Ancien Régime, défendue par l’historien Arno Mayer dans La persistance de l'Ancien Régime. L'Europe de 1848 à la Grande Guerre, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1999 [1981].

3 On aurait pu d’ailleurs s’attendre à voir mobilisées aussi des références venant du champ de l’histoire ou des sciences sociales concernant cette notion d’imaginaire nobiliaire, notamment celle d’imaginaire politique, travaillée par exemple par l’historienne Sarah Maza dans Vies privées, affaires publiques. Les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, Paris, Fayard, 1997 [1993], ou encore The Myth of the French Bourgeoisie. An Essay on the Social Imaginary, 1750-1850, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, 2005.

4 « Imaginaire du labyrinthe. Entretien avec Bertrand Gervais, par Raphaël Baroni », Vox Poetica, 15 février 2009, en ligne : http://www.vox-poetica.org/entretiens/intGervais2009.html.

5 Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain, 1750-1830. Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne, in Romantismes français I, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2004 [1973].

6 Cérémonial d’Ancien Régime réservé aux membres de l’ancienne noblesse, qui consistait à être officiellement présenté au roi.

7 On pourrait toutefois nuancer cette analyse exclusivement littéraire en considérant que ces anoblissements pseudonymiques correspondent aussi à une stratégie d’ascension sociale traditionnelle, par l’acquisition d’un titre ou d’un nom noble, déployée par la bourgeoisie depuis l’Ancien Régime.

8 Honoré de Balzac, Le Cabinet des Antiques, in La Comédie humaine, tome IV, éd. Pierre-Georges Castex, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1976 [1839], p. 1092. On retrouve une citation à peu près similaire dans Ursule Mirouët, in La Comédie humaine, tome I, éd. Pierre-Georges Castex, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1976 [1841], p. 877. Ces deux citations sont examinées dans l’article « Balzac et l’imaginaire nobiliaire. De l’objet au sujet » de Vincent Tavan, dans le présent ouvrage.

9 Voir notamment, avec le cas de Marcel Proust, Barbara Carnevali, « Sur Proust et la philosophie du prestige. Le charme discret de l’aristocratie dans un épisode de la Recherche », Fabula-LhT, n° 1, « Les philosophes lecteurs », février 2006, en ligne :http://www.fabula.org/lht/1/carnevali.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Triquenaux, « David Martens (dir.), Lettres de noblesse I. L’imaginaire nobiliaire dans la littérature française du XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 septembre 2016, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21317

Haut de page

Rédacteur

Maxime Triquenaux

Ancien élève de l’ENS de Lyon, agrégé de lettres modernes, doctorant en littérature française (Université Lumière Lyon 2).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page