Navigation – Plan du site

Pascal Menoret, Royaume d’asphalte. Jeunesse saoudienne en révolte

Sylvaine Bulle
Royaume d'asphalte
Pascal Menoret, Royaume d'asphalte. Jeunesse saoudienne en révolte, Paris, Marseille, La Découverte, Wildproject Editions, 2016, 281 p., ISBN : 978-2-918490-562.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est paru initialement en anglais sous le titre Joyriding in Riyadh. Oil, urbanism, and Road Revolt (Cambridge University Press, 2014). Il traite d’un objet ou plutôt d’une pratique singulière, le rodéo urbain, qui s’est développée en réaction à l’autoritarisme politique du royaume saoudien. L’auteur, enseignant en anthropologie à l’université Brandeis (Massuchetts), a séjourné longuement en Arabie Saoudite, où il a effectué sa thèse dont est issu en partie l’ouvrage. C’est d’une ethnographie des marges urbaines dont il s’agit ; l’étude du rodéo urbain permet à l’auteur de mettre en lumière le rapport entre ordre politique, ségrégations sociale et spatiale, et répression policière. Bien qu’il ne recoure jamais à une justification scientifique quant à la logique de son enquête, le chercheur occupe plusieurs postes d’observation : l’espace urbain où se déroulent les rodéos, mais aussi celui des villages où est appréhendé l’ordre social, à travers les divers acteurs qui concourent à la production de l’autoritarisme urbain et policier.

2Deux traits originaux marquent la conduite de ce travail de terrain : la thématique de l’espace (et de l’action politique et urbaine qui a souvent été marginalisée dans la science politique de l’aire culturelle) et le statut particulier de l’auteur. Doctorant arabisant, mais également occidental, l’auteur est vulnérable au soupçon de traitrise, aux accusations de maladresse ou d’infidélité à l’islam. Il a dû renoncer à mener une enquête sur les tribus conservatrices du Haut Nadjd, pour se tourner vers les sociabilités informelles et urbaines par le biais des shilal (réseaux urbains composés en partie d’écrivains, de journalistes, d’intellectuels, voire de dissidents) en contact avec les acteurs de l’enquête : des jeunes hommes célibataires (la plupart du temps bédouins), pratiquant le rodéo automobile.

3Non sans empathie avec ses personnages, l’auteur, consacre une longue partie de l’ouvrage aux obstacles ethnographiques qu’il a rencontrés ; l’exploration par tâtonnement lui permet de restituer les rôles sociaux et les relations de genre dans la société saoudienne, marqués par les règles et traditions tournées vers la vertu, ainsi que le rapport à l’islam officieux, via la mutawa (ou police religieuse). Ce détour par le rite d’entrée du chercheur dans la société saoudienne (le terme d’enquête en arabe signifiant plus ou moins activisme) peut dérouter le politiste ou le sociologue, mais permet d’entrer de plein pied dans des rapports sociaux complexes.

4L’argument central du livre développé peut être résumé comme suit : le rodéo, consistant à voler des voitures, faire crisser des pneus et mener des courses poursuites contre la police du Royaume, n’est pas une activité criminelle (comme le prétendent les institutions religieuses et de pouvoir) mais une pratique qui se développe en réaction au processus autoritariste largement engagé par le royaume saoudien. L’auteur conduit ici à sa façon une analyse, non pas globale et élargie, mais procédant par présentations isomorphiques et successives des facettes de la ville de Riyadh, théâtre des opérations. D’une part, la capitale est marquée par la présence d’infrastructures routières démesurées, dévouées à l’automobile, dont l’un des effets est l’effacement de toute trace d’authenticité du territoire « oriental » (l’auteur mentionne la référence à Edward Saïd) au profit d’un projet moderne d’expansion économique de type capitaliste, qui est la marque du royaume. « La politique de l’asphalte » est un angle subtil pour saisir, non pas seulement un vaste projet spéculatif immobilier et foncier mais une machine à fragmenter les espaces, à isoler les individus, les classes, les sexes et les communautés, comme en témoignent les ghettos de richesse ou de pauvreté, ainsi que les quartiers de ruraux, de bédouins ou les bidonvilles où vivent les bidûn (apatrides). À cette politique infrastructurelle s’ajoute le conservatisme du régime saoudien, restreignant les libertés (notamment des femmes) dans l’espace public. Il s’en suit une certaine disparition du tissu relationnel que l’auteur nomme « silence de la ville ».

5En réaction, les jeunes Saoudiens s’accaparent des terrains vagues promis à la spéculation immobilière. Le rodéo est donc un fait social, permettant de décrire les sphères d’en bas et le « mal conduire », comme langage de la plèbe et des rebelles du volant. En tant que réaction à l’ordre disciplinaire institué par le quadrillage routier, il apparaît comme une forme de guérilla, déconstruisant la géographie du pouvoir (et on pense à d’autres rebelles plus organisés qui utilisent parfaitement leur connaissance de l’espace pour braver les forces de l’ordre, à l’image des groupes de jeunes Palestiniens qui occupent les centres anciens et résistant aux incursions militaires, ou des jeunes qui s’affrontent à la police dans les cités d’habitat social en France). Les jeunes hommes non mariés, qui échappent à l’emprise de leur famille et sont à ce titre indésirables dans l’espace public, incarnent les marges urbaines et sont les auteurs des rodéos.

6C’est dans la seconde moitié du livre que l’auteur aborde la ville nocturne, personnage central et terrain de jeu sauvage des jeunes, révélant un contraste extrême avec la ville diurne et policée. Le monde du rodéo, à la frontière de plusieurs mondes sociaux (étudiants et illettrés, bédouins et sédentaires, poètes et voyous), peut alors être cadré comme porteur d’une véritable politique de rue dans la mesure où les jeunes acteurs défient le pouvoir, subvertissent les normes ou s’en affranchissent, et prennent des risques vis-à-vis de la police routière et religieuse. Tout un aspect caché de la société saoudienne est révélé par le rodéo : les pilotes ne se contentent pas de faire déraper des voitures, mais ils consomment de l’alcool ou de la drogue, s’adonnent à l’homosexualité… Ainsi, en tant qu’activité individuelle et collective, le rodéo leur permet de sortir des carcans sociaux, religieux et normatifs.

7S’agit-il alors de pratiques transgressives, voire insurrectionnelles ? Condamné à rester aux marges, le rodéo est avant tout un spectacle social : la voiture est une seconde peau, qui ouvre aux conducteurs des espaces de liberté (« s’élargir l’âme »). Les pilotes effectuent des figures élégantes de « dérapage » automobile leur permettant de devenir des héros. Les rodéos portent cependant l’empreinte d’un habitus culturel (l’auteur n’utilise pas le terme), comme le dénotent l’absence de femmes, la mise en scène de « la masculinité agressive », à travers entre autres le culte du danger et la domination physique de la voiture). Ils sont vus également comme une « expression de souffrance et d’angoisse », liée à la misère des classes inférieures et au patriarcat producteur d’humiliation et de tyrannie. Toutefois, les propos des pilotes que rapporte l’auteur ne formulent pas de critique objectivée sur leur condition.

8Dans le dernier chapitre, l’auteur tente de comprendre comment le rodéo se constitue-t-il comme un problème public, travaillé par les médias comme symbole d’une rébellion de la jeunesse ? Pourquoi les rodéos sont-ils criminalisés par l’État ? (Les jeunes arrêtés par la police sont livrés au gouverneur, agissant sous le droit islamique, qui délivre des peines). On touche ici à une sociologie de l’État dans la mesure où la répression des rodéos implique tout un réseau de fonctionnaires et de religieux qui cherchent à faire passer cette révolte pour une déviance, et à rééduquer les « délinquants » à travers l’intervention d’intermédiaires et d’institutions (prisons, hôpitaux).

9Les rodéos sont donc de facto des espaces de politisation, la conduite sauvage un acte politique tacite, érigé comme instrument de désordre, et les terrains vagues des champs de bataille qui mettent aux prises la jeunesse et l’État. Mais les jeunes s’approchent de la rébellion sans y parvenir. Alors que « les dérapages » automobiles se multiplient à la fin des années 1990, ils semblent stagner dans les années 2000 (la recherche s’arrête en 2007), en raison de la sévérité des peines (amendes, prison) et d’une fatwa prise en 2002 (le rodéo sur goudron étant considéré comme un péché, car commis par des « jeunes dépravés en pensée et en action »). L’espace redevient celui du « droit », bien que la police vienne difficilement à bout de ces groupes et de leurs leaders révoltés, de plus en plus jeunes et audacieux, qui grignotent les terres des promoteurs.

10L’expérience du terrain permet à Pascal Menoret de livrer un récit riche de cette activité sociale, qui met en relief la « panoplie signalétique » des personnages (leurs chansons, leurs codes vestimentaires, les expressions qu’ils utilisent…). L’enquête pourrait à ce titre, s’inscrire dans la famille de travaux menés par les héritiers de l’école de Chicago sur d’autres terrains urbains, hostiles et rugueux comme les milieux de la drogue (référence est faite à l’anthropologue Philippe Bourgois), terrains qui ne sont pas tout-à-fait balisés dans l’aire régionale du Moyen-Orient. Trois critiques peuvent être cependant formulées. L’analyse élargie est un peu sacrifiée au profit du détail descriptif. Autrement dit, la place accordée à la restitution de cette immersion, qui certes fait l’essence de la recherche en sociologie, est souvent au détriment des articulations entre les différents pans de l’enquête (institutions sociales, ville, jeunes) et ne rend pas toujours perceptible une grounded theory ou une analyse sociale intégrative, qui permettraient de mieux objectiver les éléments de la recherche.

11D’autre part, et alors que le rodéo est un art de la révolte, l’ouvrage ne livre pas vraiment d’éléments sur les séquences des rodéos en situation (qui rendent compte « des grammaires de la contestation »), ni de propos montrant une capacité de subjectivation des pilotes. L’auteur ne mentionne pas de références critiques (comme celles de Sennett, Becker, Scott, Goffman, de Certeau), ni des travaux sociologiques (sur les incendies de voiture en banlieue par exemple ou sur les arts corporels) qui auraient permis de dialoguer avec cette ethnographie d’une subculture du rodéo. Mais l’ethnographie, comme écriture des mondes sociaux, suffit-elle sans doute à rendre compte de ces derniers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvaine Bulle, « Pascal Menoret, Royaume d’asphalte. Jeunesse saoudienne en révolte », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 septembre 2016, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21321

Haut de page

Rédacteur

Sylvaine Bulle

Sociologue, membre du Laboratoire Théorie du Politique (LabTop-UMR CRESPPA).

Articles du même rédacteur

  • À propos de : Philippe Corcuff, Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs, Paris, La Découverte, coll. « Bibliothèque du MAUSS », 2012.
Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page