Navigation – Plan du site

Pierre-François Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui

Romaric Jannel
Moderne sans être occidental
Pierre-François Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon aujourd'hui, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires », 2016, 496 p., ISBN : 978-2-07-012569-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il est notamment l’auteur des ouvrages d’histoire du Japon suivants qui font figure de références : (...)
  • 2 Pour le dire schématiquement, nous entendons par Orient les cultures de l’Asie-orientale (aux premi (...)
  • 3 Pour un propos synthétique relatif à l’introduction et à l’acclimatation de la philosophie au Japon (...)

1« Une grammaire commune de la modernité peut-elle puiser à des sources différentes ? » Cette question figurant en quatrième de couverture pose sans détour la problématique de cet ouvrage. Pour l’historien Pierre-François Souyri, à qui les études japonaises francophones doivent des contributions sérieuses et richement documentées1, la réponse est clairement affirmative. Pour lui, si par l’Occident2 le Japon fut poussé à une modernisation dans laquelle il s’engagea relativement volontairement, il n’en demeure pas moins vrai que dans l’archipel les idées sur lesquelles s’appuyèrent les différents acteurs de cette évolution doivent autant à l’Orient – à la pensée chinoise et autochtone principalement – qu’à l’Occident.3

2Cette thèse première, qui rythme l’ensemble de cet essai, est accompagnée d’une prise de position, somme toute habituelle au sein des études orientales, visant à dénoncer l’européocentrisme dont firent preuve jusqu’à certains de nos plus grands savants. Un phénomène qui conduit à plusieurs étrangetés. Il mène tout d’abord à considérer comme normal qu’une culture autre assimile les savoirs, les us et coutumes de l’Occident sans penser comme allant de soi, voire même comme ayant une quelconque forme de pertinence, le phénomène inverse. Il tend à considérer l’histoire, les sociétés, les cultures orientales comme un tout monolithique, anhistorique, simple, comme des sociétés avant tout holistes, trop souvent perçues comme exotiques. Des impressions sur lesquelles ces sociétés elles-mêmes s’appuyèrent souvent pour construire leur image auprès des Occidentaux. Selon Pierre-François Souyri, cet européocentrisme serait de nos jours mis en difficulté par quatre phénomènes : « la décolonisation, qui a sapé la puissance des vieilles nations européennes, la crise de l’État-nation, qui n’est plus désormais l’horizon indépassable de notre avenir, la globalisation, qui nous oblige à penser le monde comme un tout, et surtout la montée en puissance des économies et des États autrefois considérés comme "périphériques" » (p. 12).

3La modernisation aurait suivi au Japon son propre rythme, avec sur certains aspects ses propres contours, sans qu’elle ne puisse être entendue comme plus ou moins efficiente qu’elle ne le fut dans d’autres pays. Au Japon, comme ailleurs, cette modernisation se serait effectuée selon une « grammaire commune » (des fondements) dont notamment « la création d’un État-nation, l’industrialisation, la naissance d’une société et d’une culture de masse », ce à quoi l’auteur ajoute entre autres « la construction d’une langue nationale unifiée, d’une littérature nationale, d’une histoire nationale, d’une géographie et donc d’un espace national, d’un peuple […] » (p. 18).

  • 4 文明開化. Le vocable, constitué de deux expressions d’origine chinoise, semble être apparu pour la prem (...)

4Le propos de Pierre-François Souyri, bien que s’intéressant au déroulement historique des événements qui ont concouru à la modernisation du Japon, adopte une approche essentiellement thématique. Il débute son explication par l’intérêt que connut le Japon pour l’Occident. Après la restauration impériale de 1868 commença ce que l’historiographie japonaise nomme l’époque de « la civilisation et des Lumières » (bunmei kaika4). Dans le Japon d’alors, qui ne visait pas tant la modernisation que la civilisation, il s’agissait avant tout d’occidentaliser les mœurs et les coutumes japonaises. Il devint par exemple interdit d’uriner dans des espaces publics et de faire commerce d’estampes jugées immorales. La nudité fut également proscrite. Le Japon s’engagea alors dans un processus visant à adopter des comportements conformes à ce que connaissait l’Occident. Néanmoins, comme le précise cet essai, ce mouvement des Lumières à la japonaise commença en réalité plus tôt sous l’impulsion du régime shōgunal Tokugawa, détenant alors le pouvoir politique, qui ordonna la création en 1855 d’un Centre d’instruction de la marine militaire, et en 1856 de l’Institut d’investigation des ouvrages barbares. Le premier relevait de la volonté de créer une marine autonome, à la fois ouverture vers l’Occident et protection contre ce dernier ; le second, d’une volonté d’assimiler les savoirs occidentaux par l’étude et la traduction de ses ouvrages. Des délégations tout d’abord diplomatiques (la première aux États-Unis en 1860), mais aussi d’étudiants (aux Pays-Bas en 1862, en Russie en 1865, en Angleterre en 1866 et en France en 1867) se rendirent à l’étranger. Il s’agissait là de reprendre une tradition ancienne d’ambassades japonaises à l’étranger (en Chine et dans les États de l’actuelle péninsule coréenne).

5La modernisation qui passait pour partie par l’étude, et souvent l’adoption, des savoirs et idées occidentaux s’accompagna d’importantes réformes de ce que nous nommerions aujourd’hui l’appareil d’État. Elles visaient à adapter les institutions ou les fonctionnements institutionnels appris de l’Occident aux « réalités locales » (p. 95). La création d’un État moderne, puis d’une Constitution, fut accompagnée de celle d’un système scolaire proche du modèle occidental. Associations, partis politiques, journaux et revues furent créés, prenant parti dans des réflexions qui contribuaient à construire un Japon moderne dont la définition faisait débat. C’est également à cette époque que naquirent des questionnements quant aux droits des peuples et à ceux des femmes.

6L’auteur poursuit son propos en montrant que la modernisation du Japon s’effectua dans un mouvement de résistance à l’Occident. D’aucuns cherchaient à élaborer une forme de nationalisme culturel, puis vinrent les débats sur la place du Japon au sein de l’Asie qui déboucha, à travers une politique expansionniste, sur un colonialisme qui ne disait pas son nom. Pierre-François Souyri explicite, bien moins schématiquement que nous ne le faisons ici, comment des réflexions reposant d’une part sur la réappropriation d’une certaine partie de la culture japonaise, culture que nous qualifierions aujourd’hui de classique, et d’autre part sur le rôle du Japon en Asie, en tant que premier pays de la région à entrer dans la modernité, menèrent peu à peu à l’impérialisme japonais de la première moitié du XXsiècle – qui se soldera pour le Japon par une défaite en 1945 et par des relations compliquées avec ses voisins directs. Si ces éléments font l’objet en langue occidentale de plusieurs ouvrages, non sans qu’il existe encore certaines controverses, la force du propos de Pierre-François Souyri est de retracer le parcours intellectuel et politique des principaux protagonistes de l’époque qui, pour la grande majorité d’entre eux, étaient emprunts de culture occidentale, de culture chinoise (principalement confucéenne) et de culture autochtone.

  • 5 Tanaka fait l’objet de plusieurs travaux en langue occidentale dont en français la traduction suiva (...)

7En outre, l’auteur fait une présentation fort éclairante de ce que fut, dans ce Japon de la fin du XIXsiècle et du début du XXsiècle, l’émergence de la question sociale. Pierre-François Souyri écrit très justement : « Il est difficile d’évoquer les débuts de la lutte pour la justice sociale et l’égalité des droits dans le Japon moderne sans mentionner le nom de Tanaka Shôzô […] » (p. 343). Tanaka Shôzô (1841-1913), issu d’une classe moyenne paysanne relativement aisée, fut élu au Parlement en 1890 après s’être mobilisé pour la défense de la liberté et des droits du peuple. Il s’engagea alors « en faveur des paysans, victimes de la pollution au cuivre des mines d’Ashio, et ce combat en faveur de la justice sociale devint vraiment le combat de sa vie ». Son engagement deviendra un modèle dans la lutte contre les conséquences néfastes de la modernisation, puis de la mondialisation, à tel point qu’il figure aujourd’hui encore au Japon en tant que symbole des mobilisations écologistes5.

8Cet essai de Pierre-François Souyri est d’une richesse qu’un compte-rendu de lecture ne peut pleinement restituer. Sa lecture sera éclairante pour celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire moderne, mais aussi contemporaine, du Japon. S’appuyant pour partie sur le rôle et l’histoire d’individus, de femmes et d’hommes, qui ont fait cette histoire, il met en exergue les débats qui ont parcouru la construction du Japon moderne en tant que nation, mais aussi, en tant que société. En outre, il nous semble constituer un outil précieux pour comprendre l’actualité des relations du Japon avec ses principaux voisins et ses principaux partenaires économiques ou politiques.

Haut de page

Notes

1 Il est notamment l’auteur des ouvrages d’histoire du Japon suivants qui font figure de références : Nouvelle Histoire du Japon, éditions Perrin, 2010 et Histoire du Japon médiéval, le monde à l’envers, Perrin, collection Tempus, Paris, 2013.

2 Pour le dire schématiquement, nous entendons par Orient les cultures de l’Asie-orientale (aux premières desquelles la Chine, la Corée et le Japon, voire l’Inde), et par Occident l’Europe et les États-Unis. C’est une définition parmi d’autres, ni plus ni moins pertinente. Il fut un temps où pour les Japonais, la Chine était l’Occident. Par ailleurs, les remarques d’ordre général que fait Pierre-François Souyri valent peut-être tout autant s’agissant de l’autre Orient, les cultures que l’on dit parfois moyen-orientales. N’étant pas spécialiste de ces contrées, nous nous abstiendrons d’en dire davantage.

3 Pour un propos synthétique relatif à l’introduction et à l’acclimatation de la philosophie au Japon, voir l’article suivant : Jannel Romaric, « Vie de concepts : le vocabulaire philosophique au Japon », À l’épreuve, n° 2, 2015 : http://alepreuve.com/#!/vie-concepts-vocabulaire-philosophique-au-japon/.

4 文明開化. Le vocable, constitué de deux expressions d’origine chinoise, semble être apparu pour la première fois sous la plume de Fukuzawa Yukichi (1835-1901) comme traduction de Civilization and Enlightment. Les notions de « modernisation » et de « modernité » ne seraient, comme l’indique Pierre-François Souyri, tombées dans l’usage courant, au Japon comme en Occident, qu’au cours du XXe siècle.

5 Tanaka fait l’objet de plusieurs travaux en langue occidentale dont en français la traduction suivante : Kenneth Strong, Un bœuf dans la tempête. Biographie de Tanaka Shozo, écologiste japonais, traduit de l’anglais par Lucie Blanchard, Marseille, Wildproject, coll. « Domaine sauvage », 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romaric Jannel, « Pierre-François Souyri, Moderne sans être occidental. Aux origines du Japon d’aujourd’hui », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 12 septembre 2016, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21341

Haut de page

Rédacteur

Romaric Jannel

Doctorant à l’École Pratique des Hautes Études et étudiant-chercheur à l’Université de Kyōto, il conduit des travaux sous la direction de Frédéric Girard (EFEO) sur le philosophe japonais Yamauchi Tokuryū (1890-1982)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page