Navigation – Plan du site

Fabrizio Bernardi, Gabriele Ballarino (eds), Education, Occupation and Social origin

Marie Duru-Bellat
Education, Occupation and Social Origin
Fabrizio Bernardi, Gabriele Ballarino (dir.), Education, Occupation and Social Origin. A Comparative Analysis of the Transmission of Socio-Economic Inequalities, Cheltenham, Edward Elgar Publishing, 2016, 292 p., ISBN : 978-1-78536-044-2.
Haut de page

Texte intégral

1Sous-titré « A Comparative Analysis of the Transmission of Socio-Economic Inequalities », cet ouvrage collectif présente une série d’études nationales (sur un échantillon de 14 pays allant du Japon à la Norvège, en passant par la Hongrie et la France) consacrées à l’exploration empirique du triangle dit OED, au cœur de la sociologie de la reproduction sociale. Celui-ci désigne les trois relations censées sous-tendre cette dernière : la relation entre O – l’origine sociale – et E – le niveau d’éducation atteint – , soit les inégalités sociales d’accès à l’éducation, la relation entre ce niveau – E – et la « destinée » – D – , c’est-à-dire la position sociale atteinte, soit la relation entre formation et emploi, et enfin, une éventuelle relation directe entre O et D, exprimant l’influence directe de l’origine sociale sur la position atteinte, au-delà de ce qui passe par le niveau éducatif E. L’objectif de l’ouvrage est d’étudier la force de ces relations dans les divers pays et d’évaluer son évolution dans des sociétés qui se disent toutes méritocratiques, sachant que si tel est le cas, il ne doit plus subsister de relation directe entre O et D, puisque l’atteinte d’une position sociale doit se fonder uniquement sur le niveau d’instruction. Les études présentées dans l’ouvrage vont se focaliser sur cette relation directe entre O et D, arguant du fait que les deux autres – les inégalités sociales d’accès à l’éducation d’une part, les « rendements » de l’éducation de l’autre, ont déjà fait l’objet de nombreuses comparaisons internationales.

  • 1 Cette question a été longtemps éludée en France, ce que nous avions nous-même dénoncé, notamment da (...)

2Construites selon la même méthodologie, les études nationales examinent successivement quatre questions. La plus centrale est de savoir si l’origine sociale marque encore les trajectoires, à niveau éducatif comparable. Ensuite et si oui, cette influence a-t-elle décliné dans le temps ? Suivent deux questions subsidiaires : cette influence est-elle aussi marquée à tous les niveaux d’éducation et par ailleurs, la valeur même des diplômes (la relation E-D) a-t-elle évolué au fil des générations étudiées ? Dans cette problématique générale, une attention particulière est portée aux personnes de bas niveau éducatif mais d’origine sociale favorisée, la question étant de savoir si une origine favorisée peut constituer « a compensatory advantage », permettant d’atteindre une position sociale intéressante malgré un niveau d’éducation médiocre. Dans tous les pays, les chercheurs s’intéressent aux adultes de 28 à 65 ans et observent avec des nomenclatures standard à la fois le niveau d’éducation, la position sociale occupée et le revenu (à deux moments de la carrière des personnes), ainsi que la position sociale des parents. Des modèles économétriques vont ensuite estimer cet effet direct éventuel de l’origine sociale. Les spécialistes noteront qu’ici, on ne retient pas la méthodologie statistique qui prévalait jusqu’alors dans la sociologie de la mobilité sociale comparative (à l’instar de l’ouvrage de Richard Breen, 2004, Social Mobility in Europe, Oxford University Press) : en fondant l’analyse sur des odds ratios, on entendait isoler cet effet éventuel de son contexte, notamment de l’évolution de la diffusion de l’éducation ou de celle des emplois, selon l’optique de la mobilité nette. On reconnaît qu’il est discutable, quelle que soit la sophistication des analyses, de se polariser et de quantifier l’influence de l’origine sociale en faisant abstraction de ce qu’elle doit à son inscription dans tel ou tel contexte (considérant par exemple que si les odds ratios sont stables, alors c’est que les inégalités sociales le sont, car c’est la compétition entre groupes qui importe, même si sur la période, le taux d’accès des enfants de milieu défavorisé aux diplômes et/ou aux emplois les plus élevés s’est fortement élevé). C’est une originalité de l’ouvrage que de poser clairement cette question de méthode longtemps négligée au profit de la sophistication des analyses.1….

3Les chapitres consacrés aux 14 pays apportent des résultats précis et il serait fastidieux de les reprendre tous. Globalement, il s’avère que dans tous les pays étudiés, il existe un effet spécifique direct de l’origine sociale sur le devenir des personnes à niveau éducation donné, même si, pour l’essentiel (des trois quarts à la moitié selon les pays), le plus gros de la reproduction des positions, entre parents et enfants, passe par l’intermédiaire du niveau d’éducation atteint et des inégalités sociales à cet égard. Aucun pays ne peut donc prétendre fonctionner sur une base méritocratique, et à cet égard, les pays sont plus semblables que foncièrement différents.

4Les pays où l’influence des parents sur la trajectoire de leurs enfants est la plus forte sont l’Italie et l’Espagne et c’est aussi dans ces pays que l’effet spécifique de l’origine sociale sur la trajectoire à niveau d’éducation donné est la plus importante, sachant que sous ces deux aspects, la France n’est pas très différente. Dans d’autres pays comme l’Allemagne ou la Hongrie, la reproduction parents/enfants est assez forte (un peu moins que dans les pays précédemment cités) mais ce qu’on remarque surtout, c’est que l’effet parental qui subsiste à niveau d’instruction comparable est bien plus faible ; on a là affaire à des pays où les inégalités se jouent avant tout dans l’accès inégal à l’éducation, car ensuite, les relations entre diplômes et positions sociales sont assez strictes ce qui limite la portée des influences parentales venant jouer à diplômes comparables. À l’inverse, dans des pays comme la Suède, où globalement le lien origine sociale/trajectoire est plus faible, l’essentiel de l’influence parentale se joue à diplôme comparable dès lors que par ailleurs les inégalités sociales d’accès à l’éducation sont moins marquées. Les chiffres donnés dans le tableau récapitulatif de la page 257 (tableau 16.1) ne peuvent donc en aucun cas être lus comme un palmarès univoque car des chiffres identiques eu égard à la reproduction sociale peuvent renvoyer à des processus différents, à telle enseigne qu’on ne saurait dire dans quel pays la méritocratie est la plus assurée, dès lors que les inégalités qui affectent la reproduction peuvent se jouer plus via la relation O-E dans certains pays (comme l’Allemagne) ou dans la relation nette directe O-D (comme en Italie).

5Un second résultat est que cet effet ne diminue pas avec le temps; il tend même à augmenter dans certains pays comme la France. Il s’avère plus marqué pour les personnes les moins éduquées, dans la plupart des pays ; cela signifie que quand leur enfant peine à acquérir des diplômes élevés, les parents de milieu favorisé font tout pour garantir néanmoins l’atteinte d’un niveau social les préservant d’une mobilité sociale descendante. L’insertion et la carrière sont donc moins affectées par le milieu social d’origine, donc plus méritocratiques, aux niveaux d’éducation plus élevés. Mais la situation est moins nette quand on considère les salaires : à cet égard, au contraire, une origine sociale élevée apporte dans certains pays un avantage plus fort à ces niveaux élevés, ce qui atteste de stratégies offensives des parents les mieux placés pour assurer à leur enfant un emploi rémunérateur. Les auteurs parlent de « boosting effect » en sus du « compensatory advantage » mis en évidence précédemment : il y a là deux processus distincts par lesquels les parents de milieu social privilégié infléchissent les trajectoires sociales des enfants.

6Concernant l’évolution dans le temps de l’impact du niveau d’éducation sur la position professionnelle, on retrouve au fil des générations, dans la majorité de pays, une baisse de cet impact, comme le prévoyaient les thèses de l’inflation des diplômes. Les seules exceptions sont les pays où l’enseignement supérieur est relativement peu développé et/ou il existe un marché du travail important pour les très diplômés (dans la finance notamment) : on trouve dans ce groupe l’Allemagne, la Hongrie, le Royaume-Uni et la Suisse.

7Dans certains textes, les auteurs explorent les processus susceptibles d’expliquer la force et la constance de l’effet spécifique de l’origine parentale. La transmission directe d’une entreprise quelle qu’elle soit intervient peu sauf dans certains pays de l’Europe du Sud, notamment parce que les professions indépendantes ou artisanales, qui y sont assez répandues, se transmettent de pères en fils. Par contre, dans les pays où le secteur tertiaire est très développé, les parents pourraient transmettre des qualités (autres que cognitives, plutôt relationnelles, tenant à la présentation ou à la confiance en soi…) qui y seraient appréciées ; c’est le cas en Suède mais cet effet est loin d’expliquer la totalité de l’effet parental.

8Plus généralement, les auteurs soulignent avec insistance que ces analyses requièrent des compléments qualitatifs sur les voies par lesquelles les parents parviennent à infléchir les trajectoires de leurs enfants. Toujours est-il qu’en l’état, ce livre est une mine, peu lisible en séquence, dès lors que 14 pays sont recensés, de manière normée et donc répétitive. Mais il constitue sans conteste une base précieuse pour des recherches prenant pour fond de carte, tels ou tels pays. Il illustre à la fois le caractère irremplaçable d’études standardisées sur un vaste échantillon de pays et la nécessité tout aussi irremplaçable de compléments qualitatifs pour donner un sens aux disparités constatées entre les pays.

Haut de page

Notes

1 Cette question a été longtemps éludée en France, ce que nous avions nous-même dénoncé, notamment dans un texte récent: « Présupposés et tensions dans la mesure des inégalités » in F.Dubet (dir.), Inégalités et justice sociale, La Découverte, 2014, p.142-152.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Fabrizio Bernardi, Gabriele Ballarino (eds), Education, Occupation and Social origin », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 15 septembre 2016, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21362

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire Sociologique du Changement et IREDU)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page