Navigation – Plan du site
Marseille II

Marseille II

Bonnes femmes mauvais genre
« Marseille II. Bonnes femmes mauvais genre », Revue Z, n°10, 2016, 220 p., Marseille, Agone, Les Ami-e-s de Clark Kent, ISBN : 978-2-7489-0296-9.
Notice publiée le 18 septembre 2016

Présentation de l'éditeur

Présentation du numéro

Le 8 mars 2016, pour la Journée internationale des droits des femmes, l'humoriste Jean-Marie Bigard, auteur d'un célèbre sketch sur le « lâcher de salopes », se produisait à Marseille en clôture du « Festi'femmes », organisé par une ancienne adjointe à la culture de la ville. Que penser du fait que ce genre d'événement soit si souvent porté par des femmes - blanches et bourgeoises, proches des notables ? Est-ce un hasard si cela se passe dans la grande ville qui compte le plus de pauvres en France ? Les Marseillaises sont de celles qui sont si bas, paraît-il, qu'il est légitime de les écraser. Qu'est-ce que ça coûte, de mépriser la vulgarité des « cagoles », descendantes de ces Italiennes travaillant à l'usine vêtues d'une cagoule, si exploitées qu'elles survivaient en se prostituant le week-end ? Qu'est-ce qu'on risque, à mépriser les choix des femmes voilées, traitées d'esclavagistes par la ministre des droits des femmes ? Comment la paupérisation et la précarisation se traduisent-elles en violence sexiste ? Pourtant, la Culture - la « haute » culture, universelle, celle qui « libère » - n'est-elle pas arrivée dans la ville quand elle est devenue Capitale européenne de la culture ? En 2009, le Z n°2 montrait comment l'opération Marseille-Provence-2013 avait permis de « transformer l'image de la ville » pour attirer des capitaux en reléguant toute une partie de la population en périphérie. Sept ans plus tard, dans les nouveaux hôtels de luxe qui ont surgi entre les débris des quartiers populaires, des femmes de ménage en grande précarité se battent pour arracher ce qui leur est dû. Le taux de places en crèche reste huit fois inférieur à celui de Paris, et aucun transport public pour relier correctement au centre les cités des quartiers nord - où vit un quart de la ville. Enquête sur le sexisme et l'exploitation, ce numéro de Z est aussi une réflexion sur la façon dont les femmes sont dépossédées de leurs savoirs et de leurs corps par le croisement de logiques patriarcales et marchandes. Dépossession des savoirs, manifestée de façon criante par l'histoire de la dévalorisation des sages-femmes, des chasses aux sorcières du XVIIe siècle aux mobilisations actuelles de la profession. Dépossession des corps : on verra ainsi comment les parcours de procréation médicalement assistée, dont les taux de réussite plafonnent autour de 30%, réduisent les femmes au rang d'utérus de laboratoire ou comment la pilule contraceptive affecte massivement la libido des femmes. Face à l'exploitation et au mépris, comment construire de la solidarité et de l'autonomie - viser, non pas tant le pouvoir individuel des working girls que la possibilité d'une puissance collective ? À Marseille, les protagonistes de ce numéro créent des espaces de lutte et d'entraide : poussent les portes du planning familial pour suivre un stage d'autodéfense, organisent des marches de nuit entre femmes ou revendiquent la nécessité d'espaces exclusivement féminins et transgenre.

 

Sommaire
– Un livre de chair. Sur le mépris vécu par les femmes, dedans et dehors
– Riposte ! Marche de nuit et autodéfense contre les agressions
– « Simplement, il faisait des enfants à sa fille ». Entretien avec Léonore Le Caisne, ethnologue
– Projet Uter / Projecte Úter. Psychogéographie de l’avortement
Tabliers blancs et colères noires
– Celle qui dit non à l'ombre. Françoise Ega, une « bonne » écrivaine
– « Quand est-ce que tu prends le bateau ? ». Mrs Roots, blogueuse afroféministe
– La grève, c’est pas du luxe ! Les petites mains des grands hôtels
– Permanence du dédale. Un syndicat face au labyrinthe juridique de la sous-traitance
– « Je travaille au Novotel Suites ». Maria, employée capverdienne
– ... Et les enfants seront bien gardés. Enquête dans le secteur de la petite enfance
– « Qu’est-ce qu’un mec vient faire là... ? ». Jérémy, éducateur de jeunes enfants à la Belle-de-Mai
– « La petite vie pour la grande vie ». Avec les assistantes maternelles de l’Estaque
– Wor queen class Laos. Parmi des ouvrières textiles de la banlieue de Vientiane
Zones de confiance
– « Il y a quelque chose qui cloche ». Militantes de terrain de la cité de transit Bassens
– Un jour à la Casté. Jeu de l’oie du journal La Baguette Magique
– « Ne pas rester là où on veut nous cantonner ». Rencontre avec des militantes de la campagne pour l’Abrogation des lois islamophobes (ALI)
– Le complot des Cagoles. Dix ans de radio
– Elles tapent le bœuf. Les gentilles filles vont au paradis, les autres montent sur scène
– « Ah, t’es sourde, désolé... Mais t’es belle ! ». Femmes et Sourdes, à l’intersection des dominations
– Prendre le large. Rencontre avec le Bord’elles, équipage non mixte
– La liberté se travaille au corps. La double lutte quotidienne des femmes kurdes
À corps défendant
– Sages-sorcières. Le métier de connaître et de faire naître
– Le marché mondial des ventres. Gestation pour autrui et violence de classe
– Rouge sang, le chaperon. Nouvelle version d’un conte menstruel et sensuel
– Le planning familial 13. Dans les couloir d’une institution locale
– « En êtes-vous bien sûre ? ». Difficultés d’accès à la contraception définitive en France
– Natalité, une histoire DOM. Antilles, Réunion, Guyane : politiques contre la reproduction dans les années 1960-1970
– Les cellules voyageuses. Comment j’ai rencontré mon endométriose
– Ne plus subir le médical. Discussion avec des membres d’un groupe « Santé-Femmes »
– Clito... Ou tard. Le plaisir féminin dans les mains des anatomistes
Et aussi
– Sous le soleil, la plaine. Journal de quartier en lutte contre la rénovation urbaine
– Les voix du cortège de tête. Entretiens croisés avec des participant.es au mouvement contre la loi travail
– Casse-toi tu pues, et marche à l’onde. Cinq récits contre Linky

Haut de page