Navigation – Plan du site

André Gounot, Les mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939)

Igor Martinache
Les Mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939)
André Gounot, Les Mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Sciences de l'histoire », 2016, 240 p., ISBN : 9782868209351.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les racines de cet apolitisme, qui ne serait autre que l’envers de l’autonomisation progressive (...)
  • 2 Voir Marion Fontaine et Guillaume Quashie-Vauclin (dir.), « Quel autre sport ? », Les Cahiers d’his (...)
  • 3 Grâce entre autres à l’investissement du regretté Pierre Arnaud. Voir notamment : Pierre Arnaud (di (...)

1L’été qui s’achève a été émaillé de son lot rituel de grands « événements » sportifs, du championnat d’Europe des nations de football aux Jeux olympiques en passant par le Tour de France. Autant de manifestations abondamment qualifiées de « populaires » – en jouant sur l’ambivalence du terme –, tandis que les commentateurs autorisés ne manquaient pas une occasion de rappeler que le sport échappait « naturellement » à la politique1. Dès lors, nombre de nos contemporains ne doivent guère soupçonner l’existence même d’une frange du mouvement ouvrier qui s’est résolument – mais non sans contradictions – consacrée à la question sportive. Il existe certes maintenant un corpus non négligeable de travaux sur les organisations et militant-e-s qui se sont employé-e-s à essayer de faire vivre un « autre sport »2, en France et (surtout) ailleurs. Rares sont cependant les ouvrages qui offrent une vue d’ensemble sur ces tentatives avortées d’organiser une pratique et un spectacle sportifs propres à la classe ouvrière au début du XXe siècle, à l’échelle du continent européen. On disposait jusqu’à présent de quelques ouvrages collectifs3, mais qui, compte tenu du format de telles entreprises éditoriales, proposaient davantage une juxtaposition d’études de cas qu’une réelle approche synthétique. Ce manque est aujourd’hui corrigé grâce à cet ouvrage d’André Gounot, l’un des meilleurs spécialistes de cette histoire particulière. Né à Berlin et travaillant à Strasbourg, ce dernier semble également posséder une excellente maîtrise des langues anglaise, russe et espagnole, qui lui a permis de poursuivre ses investigations dans les archives des quatre coins du continent.

2Si l’ouvrage suit un plan chronologique en adoptant un découpage en quatre grandes périodes qui font chacune l’objet d’un chapitre, l’auteur ne cesse de passer d’un pays à l’autre afin d’appuyer les montées en généralité qu’il opère, sans pour autant perdre le lecteur dans une profusion de noms et de détails propres à chaque contexte national mais en les restituant suffisamment pour en saisir les spécificités. Le premier chapitre est ainsi consacré à la naissance des premières organisations sportives ouvrières avant la Première guerre mondiale. Rappelant que la première organisation de ce type a vu le jour en Suisse alémanique en 1874, sous la forme d’une branche de la Grütliverein, une association plus large promouvant la démocratie mais aussi un certain patriotisme, l’auteur insiste d’emblée sur l’hétérogénéité qui caractérise l’essor de ces mouvements sportifs tournés vers la classe ouvrière dans chaque pays. C’est ainsi au centre du continent européen, et plus particulièrement en Allemagne, en Autriche et en Tchécoslovaquie, que ces organisations ouvrières connaissent l’essor le plus précoce et le plus de succès en termes de recrutement, tandis que sur les rives de la mer Baltique ou dans la péninsule ibérique, celles-ci ne se développeront qu’après le premier conflit mondial et qu’en France et au Royaume-Uni, elles n’arriveront jamais à sortir d’une marginalité certaine. En se centrant sur une comparaison entre les cas français et allemands, André Gounot s’efforce ensuite de mettre au jour quelques facteurs socio-politiques pouvant expliquer l’important différentiel d’audience des mouvements sportifs ouvriers dans ces deux pays – à commencer par l’ostracisme dont font l’objet les sociaux-démocrates outre-Rhin, qui les conduit à développer une véritable contre-société –, tout en notant néanmoins que dans l’un et l’autre pays, « même si les discours officiels se distinguent, les cultures associatives se rapprochent au vu du poids relativement faible du politique. La grande majorité des sportifs ouvriers entretiennent certainement des rapports d’affinité avec leur parti ouvrier mais ne tiennent pas à attribuer un sens politique à leurs activités de loisir » (p. 42). L’auteur conclut enfin ce chapitre en présentant la première entreprise de regroupement international de ces mouvements, via la création de l’Association socialiste internationale d’éducation physique (ASIEP) au congrès de Gand en mai 1913. Cependant, l’entreprise a rapidement avorté du fait de la guerre.

  • 4 D’où la désignation usuelle de l’Internationale sportive ouvrière socialiste (ISOS) comme Internati (...)

3Plus encore peut-être que le conflit, c’est la Révolution russe de 1917 et les scissions qu’elle occasionne entre communistes et sociaux-démocrates dans le reste du continent qui va peser sur la reconfiguration du sport ouvrier. À l’instar de ce qui s’observe dans les espaces partisan et syndical, le mouvement sportif ouvrier se scinde lui-même en une composante révolutionnaire et une autre réformiste. Les rapports de force varient grandement d’un pays à l’autre comme le montre André Gounot dans ce deuxième chapitre consacré aux « appropriations socialistes et communistes du sport ouvrier (1919-1928) », mais se jouent aussi au niveau continental via la reconstitution de l’ASIEP qui se reconstitue lors du congrès de Lucerne en septembre 19204, et que vient concurrencer une Internationale rouge sportive (IRS) lancée en juillet 1923 à Moscou, sur laquelle le Komintern et le Komsomol (l’Internationale de la jeunesse communiste) exercent un contrôle étroit. L’auteur revient ainsi sur les relations tendues, faites de concurrence et de (fausses ?) mains tendues, dans chaque pays, entre les organisations appartenant à l’une et l’autre des deux Internationales, avant de s’arrêter sur l’incapacité des unes et des autres à incarner une véritable rupture avec le modèle du sport « bourgeois » compétitif, belliqueux et marginalisant les femmes.

  • 5 Ce qui confirme la pertinence de la démarche consistant à envisager les organisations comme des « m (...)
  • 6 En témoignent aussi les débats internes quant à l’adoption du Wehrsport (p. 156 et suiv.), et plus (...)

4La confrontation entre les deux « blocs » du sport ouvrier se tend à la fin des années 1920 avec l’adoption de la tactique « classe contre classe » et la désignation du réformisme comme « ennemi principal » par le Komintern en mai 1927. Le mot d’ordre de « social-fascisme » pour dénoncer la supposée accointance des formations sociales-démocrates avec des pouvoirs bourgeois faisant le lit de l’autoritarisme est ainsi importé sur le terrain sportif. De même que toute alliance électorale devient exclue, toute coopération sur le plan sportif est dès lors dénoncée et les scissions se multiplient dans les différents pays européens. Cette tension culmine en juillet 1931 lorsque l’IRS organise en parallèle, une Olympiade à Vienne et une Spartakiade à Berlin, dont l’auteur détaille le contenu. Mais en pratique, cette stratégie ne se traduit pas par un afflux des ouvriers vers les organisations communistes, au contraire, leurs adversaires semblent partout l’emporter numériquement, quoique dans des proportions variables. Pis, dans les premières, les adhérents semblent se caractériser par une relative indifférence politique, comme le déplorent divers dirigeants à l’époque, même si la réalité est plus complexe d’après l’auteur, avec là encore une forte variabilité des attitudes selon le contexte. André Gounot en conclut que « le postulat d’une liaison étroite entre sport et politique a rencontré des interprétations pratiques qui attestent de la diversité des cultures politiques communistes »5 (p. 147). Après avoir à nouveau mis en évidence, pour cette période, l’écart entre les idéaux portés et les pratiques finalement peu distinctes de celles des fédérations « bourgeoises », tant du côté socialiste que communiste, l’auteur s’arrête sur les réactions des militants du sport ouvrier face à la montée du nazisme, oscillant entre accommodation, émigration et résistance armée. Toute héroïque que puisse apparaître cette dernière option, incarnée notamment par l’assaut le 11 février 1934 de la Schutzbund autrichienne, liée au Parti ouvrier social-démocrate, contre l’armée nationale, elle n’illustre pas moins l’ambivalence durable des mouvements sportifs ouvriers quant à la finalité de préparation militaire que pouvait recouvrir leur pratique6.

5C’est en tous les cas cette concrétisation de la menace fasciste, s’en prenant directement aux clubs sportifs ouvriers comme à toutes les organisations ouvrières7, qui va relancer le rapprochement entre réformistes et communistes et la réunification du sport travailliste. Le quatrième chapitre est ainsi consacré à ce « front populaire des sportifs » qui anticipe les alliances électorales. En France, la FST communiste et l’USSGT socialiste fusionnent pour donner naissance à la Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT), encore bien active aujourd’hui8, lors du Congrès de la Grange aux Belles, à Paris, le 24 décembre 1934, alors que la tactique des fronts populaires n’est adoptée que huit mois plus tard lors du 7e Congrès du Komintern. Celle-ci s’avère payante dans les urnes, tant en France qu’en Espagne, où le mot d’ordre du « sport populaire » se substitue significativement à celui de « sport ouvrier ». André Gounot revient en particulier sur l’épisode de l’Olympiade populaire de Barcelone durant l’été 1936, véritable boycott en acte des Jeux olympiques de Berlin, qui fut cependant annulée en raison de l’arrivée des troupes franquistes le jour même de leur ouverture, le 19 juillet. Il évoque également l’épisode moins connu de la participation l’année suivante des Soviétiques à l’Olympiade ouvrière d’Anvers organisée, par l’ISOS alors même que l’IRS a cessé de fait de fonctionner.

6La Seconde guerre mondiale a finalement entériné la fin du sport ouvrier, entendu comme la revendication d’une organisation alternative au sport de compétition élitiste bourgeois et préparant la sortie du capitalisme. À l’issue de cette guerre, sociaux-démocrates autant que communistes se sont définitivement ralliés à la conception dominante du sport, tandis que l’URSS faisait son entrée aux Jeux olympiques coubertiniens. En retraçant les mouvements qui ont scandé cette entreprise de subversion dans et par le sport, André Gounot met non seulement en évidence les multiples visages que ce mouvement sportif ouvrier a pu prendre en fonction des sociétés et des périodes ; il montre également bien que ce dernier n’a pas simplement été défait par son environnement sociopolitique, mais s’est empêtré dans ses propres contradictions sur nombre de questions : la compétition, la performance, l’hygiénisme, la préparation militaire, les rapports sociaux de sexe ou la politique. Autant de contradictions quant à la nature même du sport et au statut à lui accorder dans une (contre-)société socialiste.

Haut de page

Notes

1 Sur les racines de cet apolitisme, qui ne serait autre que l’envers de l’autonomisation progressive de l’espace des sports, voir notamment Jacques Defrance, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, n° 50, vol. 13, 2000, p. 13-27 et Jean-Michel Faure et Charles Suaud, La raison des sports, Paris, Raisons d’agir, 2015, dont Philippe Cibois a rendu compte pour Lectures : https://lectures.revues.org/20422.

2 Voir Marion Fontaine et Guillaume Quashie-Vauclin (dir.), « Quel autre sport ? », Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 120, 2013, disponible en ligne : https://chrhc.revues.org/2927.

3 Grâce entre autres à l’investissement du regretté Pierre Arnaud. Voir notamment : Pierre Arnaud (dir.), Les origines du sport ouvrier en Europe, Paris, L’Harmattan, 1994 ; Pierre Arnaud et James Riordan (dir.), Sport et relations internationales (1900-1941), Paris, L’Harmattan, 1998.

4 D’où la désignation usuelle de l’Internationale sportive ouvrière socialiste (ISOS) comme Internationale sportive de Lucerne (ISL), tant par ses membres que leurs adversaires communistes.

5 Ce qui confirme la pertinence de la démarche consistant à envisager les organisations comme des « milieux » de sociabilité agis par leurs contextes et agissant sur eux. Voir Frédéric Sawicki, Les réseaux du Parti socialiste, Paris, Belin, 1997, ou Julian Mischi, Servir la classe ouvrière, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, recensé sur Lectures : https://lectures.revues.org/986.

6 En témoignent aussi les débats internes quant à l’adoption du Wehrsport (p. 156 et suiv.), et plus largement quant à la militarisation du sport ouvrier dès le milieu des années 1920, soutenue par certains réformistes comme un moyen de défendre la démocratie, et par certains communistes comme un moyen de préparer la révolution.

7 Voir aussi sur ce sujet Guillaume Robin, Les sportifs ouvriers allemands face au nazisme, Paris, L’Harmattan, 2010.

8 Voir l’ouvrage rédigé par Nicolas Ksiss, La FSGT, du sport rouge au sport populaire, Paris, La Ville brûle, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « André Gounot, Les mouvements sportifs ouvriers en Europe (1893-1939) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 septembre 2016, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21411

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page