Navigation – Plan du site

David Allouche, Isabelle Prigent, Marchés financiers, sans foi, ni loi ?

Johan Hernandez
Marchés financiers, sans foi ni loi ?
David Allouche, Isabelle Prigent, Marchés financiers, sans foi ni loi ?, Paris, PUF, 2016, 168 p., ISBN : 978-2-13-065320-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir la fable de Bernard Mandeville : « La fable des abeilles » The Grumbling Hive or Knaves Turn’d (...)

1L'ouvrage de David Allouche et Isabelle Prigent se propose de répondre à la question suivante : les marchés financiers sont-ils sans foi ni loi ? Afin d'y parvenir, les auteurs cherchent à montrer en quoi ces marchés sont bénéfiques pour l'économie réelle et comment ils permettent de financer les activités humaines. Prenant pour postulat que les « vices privés font la vertu publique »1, les auteurs défendent l'idée que la liberté des acteurs financiers est un moteur économique efficace qu'il ne faudrait contraindre qu'avec parcimonie. Malgré tout, la récente crise l'a montrée, les marchés financiers peuvent être un facteur de déstabilisation pour l'économie réelle. Il est donc nécessaire, pour les auteurs, de responsabiliser les marchés en incitant les investisseurs à se tourner vers le financement de projets utiles pour la société et l'environnement. C'est cette tension entre liberté économique et régulation qu'essaie de résoudre l'ouvrage, en examinant les solutions qui pourraient pérenniser le fonctionnement des marchés financiers.

  • 2 Cette « diabolisation » des marchés financiers par « les Français » reste à questionner. L'ouvrage (...)

2David Allouche et Isabelle Prigent consacrent le premier chapitre de leur ouvrage à un retour historique sur la constitution des marchés financiers. Rappelant que ceux-ci ont toujours fait partie du système économique, ils insistent sur leur caractère amoral et purement rationnel. Ainsi, au-delà des scandales financiers médiatiques, les auteurs plaident pour une meilleure considération des marchés financiers qui ne sont que de simples outils agissant dans le cadre de la mécanique économique. D'autre part, les auteurs regrettent que les Français « diabolisent »2 autant les marchés plutôt que de les utiliser à leur profit. Allouche et Prigent préconisent ainsi qu'une place conséquente soit allouée à l'étude des mécanismes de ceux-ci dans les programmes d'économie.

  • 3 Le Trading Haute Fréquence (THF) consiste à transmettre automatiquement et à très grande vitesse de (...)

3Les auteurs poursuivent leur raisonnement en présentant le fonctionnement des marchés financiers. Écartant la question morale, ils mettent en avant la rationalité des acteurs, qui se dirigent vers les investissements les plus rémunérateurs afin de maximiser leurs gains. De cette rationalité naîtrait l'équilibre du marché, permettant la meilleure allocation des ressources possible. Ainsi, c'est à l'acteur financier de bien évaluer son risque, selon la rémunération qu'il prévoit d'obtenir. Si le risque prit peut avoir des conséquences sur « l'économie réelle », c'est au législateur de décider de l'encadrement des marchés, sans toutefois entraver la liberté des agents. Les auteurs attribuent également aux nouvelles technologies un certain nombre de problèmes que rencontrent les marchés. Si ces derniers ont toujours connu la fluctuation des prix, la récente informatisation des opérations de marché a amplifié ces fluctuations, faisant naître le phénomène du trading haute-fréquence3. Ce type d'opération constitue, pour les auteurs, un vrai danger pour la finance actuelle. Celui-ci institue une « dictature » du très court terme, pouvant déstabiliser l'économie et rendre l'accès aux marchés plus difficile pour les investisseurs sains.

4D'autre part, tout l’intérêt de l'ouvrage d’Allouche et Prigent réside dans la manière simple d'expliquer le fonctionnement des marchés financiers. Ils apparaissent inévitables pour la bonne marche de l'économie, permettant le financement des entreprises comme celui du secteur public. Ainsi, c'est sur les marchés financiers que l’État vient chercher de quoi subvenir à ses politiques publiques, s'enfermant parfois dans le piège d'un endettement qui se traduit par l'augmentation des taux d’intérêt. Si les auteurs s'accordent sur l'apport positif des marchés financiers pour la société, ceux-ci regrettent que les Français ne soient pas plus informés de ses avantages. En effet, il apparaîtrait ces derniers se dirigent beaucoup plus vers l'épargne que l'investissement, ce qui semble entraver le dynamisme économique du pays, l'argent de cette épargne ne pouvant bénéficier aux entreprises en besoin de financements.

  • 4 Green bond, terme que l'on traduit par obligation environnementale, est une émission obligataire qu (...)

5Si le cadre dessiné par les auteurs semble idyllique, ils n'oublient pas que les marchés financiers sont aussi porteurs de risques. Ainsi, ces derniers plaident pour une régulation renforcée des marchés, qui serait issue d'une plus grande coopération entre les États. Aujourd'hui, une régulation trop parcellaire et le manque de connaissances fines des mécanismes financiers de la part des acteurs publics empêchent une régulation efficace. D'autant que ceux-ci sont souvent en retard sur des pratiques qui favorisent toujours plus les gains de court terme, ces dernières étant nocives pour l'équilibre général du système. Les auteurs en appellent ainsi à la responsabilité des acteurs des marchés financiers, afin qu'ils préfèrent dans leurs activités les choix de long terme, amenant une plus-value sociale, économique et écologique (avec, notamment, la multiplication des green bonds4).

  • 5 Voir à ce propos l'ouvrage de Daniel Cohen : Homo economicus : prophète (égaré) des temps nouveaux, (...)

6L'ouvrage de Allouche et Prigent a la qualité de prendre le risque de défendre une vision favorable aux marchés financiers. En outre, celui-ci se veut pédagogique, en retraçant l'histoire des marchés pour donner à voir la manière dont ils ont émergé et contribué à l'économie selon les époques. Si ce plaidoyer est nuancé par les propositions de régulation et de responsabilisation des acteurs, l'ouvrage questionne peu les postulats intellectuels sur lesquels il s'appuie. Ainsi, pour les auteurs, les marchés financiers fonctionnent du fait du comportement rationnel des acteurs économiques. Pourtant, la rationalité desdits acteurs est un débat complexe toujours en cours au sein du champ des sciences sociales5. Si l'ouvrage n'a pas de visée universitaire et veut avant tout mettre en avant le rôle bénéfique des marchés financiers, il aurait gagné en profondeur en questionnant les axiomes de la théorie économique dominante, notamment en ce qui concerne la rationalité des agents sur les marchés.

  • 6 Voir à ce propos l'ouvrage d'Olivier Godechot : Les traders. Essai de sociologie des marchés financ (...)
  • 7 Comme nous y invite Frédéric Lordon dans Et la vertu sauvera le monde...Après la débâcle financière (...)

7De même, la question de la moralité des acteurs des marchés demeure comme un impensé social. Certains éléments de l'analyse sociologique auraient permis de souligner que les dispositions sociales des acteurs (la manière dont ils ont été socialisés aux marchés, à l'argent, au fait d'investir, leurs parcours scolaires, etc.) ont une influence plus que décisive sur leurs actes6. D'autre part, il semble qu'un examen approfondi des marchés ne peut faire l'économie d'une analyse structurelle, allant au-delà des questions d'« éthique » ou de morale7 des acteurs économiques. Si les marchés sont faits de fois (croyance économique en l'efficience du marché et la rationalité des agents) et de lois (régulation publique, auto-régulation des agents économiques selon des dispositions sociales partagées), ils sont avant tout des structures sociales à analyser comme telles, en essayant de se défaire du biais normatif que peut constituer la question morale.

Haut de page

Notes

1 Voir la fable de Bernard Mandeville : « La fable des abeilles » The Grumbling Hive or Knaves Turn’d Honest, Paris, Éd. la Bibliothèque, 2006

2 Cette « diabolisation » des marchés financiers par « les Français » reste à questionner. L'ouvrage contient d'ailleurs un certain nombre de considérations sur le rapport négatif des français à l'économie qui aurait mérité un traitement plus approfondi.

3 Le Trading Haute Fréquence (THF) consiste à transmettre automatiquement et à très grande vitesse des ordres sur les marchés financiers, sans intervention humaine, à l’aide de programmes informatiques complexes, appelés algorithmes. Source :http://www.lafinancepourtous.com/Decryptages/Mots-de-la-finance/Trading-haute-frequence

4 Green bond, terme que l'on traduit par obligation environnementale, est une émission obligataire que lance une entreprise, une organisation internationale ou une collectivité locale sur les marchés financiers pour financer un projet ou une activité à bénéfice environnemental. Source : http://www.novethic.fr/lexique/detail/green-bond.html

5 Voir à ce propos l'ouvrage de Daniel Cohen : Homo economicus : prophète (égaré) des temps nouveaux, Albin Michel, 2012. L'auteur revient sur la constitution de la théorie de l'Homo economicus (ce terme renvoie à l'idée que l'action d'un agent est exclusivement guidée par la rationalité économique) à travers l'Histoire de la pensée économique et les débats vifs entre économistes à propos de la rationalité des agents.

6 Voir à ce propos l'ouvrage d'Olivier Godechot : Les traders. Essai de sociologie des marchés financiers, Ed. La Découverte, 2001

7 Comme nous y invite Frédéric Lordon dans Et la vertu sauvera le monde...Après la débâcle financière, le salut par l'« éthique »?, Ed. Raisons d'Agir, 2003

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Hernandez, « David Allouche, Isabelle Prigent, Marchés financiers, sans foi, ni loi ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 26 septembre 2016, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21417

Haut de page

Rédacteur

Johan Hernandez

Ancien étudiant ENS de Lyon. Collaborateur politique

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page