Navigation – Plan du site

Délinquances, police, justice : une réponse de Laurent Mucchielli à Élie-Benjamin Loyer

Laurent Mucchielli
Délinquances, police, justice
Laurent Mucchielli, Emilie Raquet (dir.), Délinquances, police, justice. Enquêtes à Marseille et en région PACA, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Sociétés contemporaines », 2016, 242 p., ISBN : 979-10-320-0055-7.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Il est important que les jeunes chercheurs s’exercent à l’écriture scientifique et à l’analyse critique en rédigeant des comptes rendus sur des ouvrages récents. Lectures constitue en cela un bel endroit et un beau projet éditorial. J’y incite également mes propres doctorants et, pour la petite histoire, j’ai fait évoluer une rubrique désormais dédiée entièrement à cet effet dans une revue régionale de sciences sociales (Faire Savoirs) dont je suis depuis peu directeur de la publication. Encore faut-il cependant que les jeunes chercheurs en question, premièrement lisent de façon sérieuse les ouvrages dont ils veulent rendre compte, deuxièmement soient spécialisés dans le domaine de recherche concerné afin de percevoir les contextes, les enjeux, les apports comme les carences de ces ouvrages, troisièmement que leurs textes soient relus tout aussi soigneusement afin d’éviter les erreurs ou les maladresses, de fond comme de forme, que nous avons presque tous fait au début de notre carrière dans le métier. Hélas, l’analyse proposée du dernier ouvrage que j’ai codirigé ne respecte guère ces conditions.

2Doctorant en histoire, l’auteur du compte rendu, monsieur Élie-Benjamin Loyer, n’est pas un spécialiste de la sociologie de la déviance. Dès lors, les propos globalement élogieux mais particulièrement généraux (il se borne à citer les titres des chapitres à l’exception du chapitre 2 où il entre un peu dans les détails) tenus sur la plupart des recherches empiriques composant notre livre n’ont guère d’intérêt et de pertinence. Nous pourrions tout aussi bien avoir fait des erreurs importantes, l’auteur ne s’en serait sans doute pas aperçu. Il passe en revanche beaucoup plus de temps à commenter le lieu de production de ces travaux (l’Observatoire régional de la délinquance et des contextes sociaux [ORDCS], créé en 2011), ce qui aurait été très intéressant s’il avait lu plus attentivement le premier chapitre et les conclusions du livre. Cela lui aurait permis d’éviter quelques erreurs grossières, et d’éviter aussi de me faire des procès d’intention aussi injustes que désagréables. Je relèverai rapidement les principaux.

31. « Un tel observatoire est une greffe sur des structures juridiques existantes et l’on peut craindre la sujétion administrative des personnels ». Ainsi qu’il est écrit en toutes lettres dans le livre, l’ORDCS a d’abord été créé comme un programme de recherche transversal de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH, USR 3125, CNRS & Aix-Marseille Université), à côté d’ailleurs de plusieurs autres programmes également dirigés par des collègues d’autres disciplines. Ensuite, je suis allé chercher un partenaire financier auprès d’une collectivité territoriale (en l’espèce la Région Paca). Ce financement m’a permis de recruter au sein de la MMSH deux ingénieures d’études statisticiennes afin notamment de mettre sur pieds des enquêtes en population générale. J’ai donc fait office pour elles de directeur du programme de recherche. En quoi cela autorise t-il à parler de « sujétion administrative des personnels » ?

42. « Rien n’est dit sur la précarité des doctorants et des chercheurs non titulaires, au demeurant peu nombreux au sein de l’ORDCS : il n’est pas certain que ce genre de montage puisse lutter efficacement contre les risques du mandarinat ». Comme il est écrit en toutes lettres dans le livre, l’ORDCS a fonctionné comme un réseau et non comme un labo. Il n’a jamais existé de « doctorants de l’ORDCS ». Il y a eu en revanche de nombreux doctorants (à commencer par les miens) qui ont été membres du réseau. Ce n’est, je crois, pas très difficile à comprendre. Ensuite, à propos de la précarité des doctorants (que je suis donc soupçonné d’entretenir), si l’auteur s’était un peu renseigné, il aurait appris que mes sept doctorants sont tous soit titulaires d’un contrat doctoral, soit salariés. Il se trouve en effet que je suis particulièrement sensible à cette question et que j’y veille depuis de nombreuses années (ce qui n’est certes pas le cas de tous mes collègues). Enfin, quant à savoir si je suis un affreux mandarin, j’invite l’auteur à venir sur Aix-Marseille mener une petite enquête de terrain auprès de toutes les personnes qui travaillent avec ou autour de moi. Faute de quoi, le procès d’intention est assez odieux.

53. « la mission d’expertise politique favorise l’incarnation de la recherche dans une figure unique qui combine visibilité, reconnaissance et pouvoir. Il y a sans doute un vrai effort à faire pour éviter que la recherche ne se soumette à cette tendance plus générale qu’est la constitution de réseaux personnels. Réponse logique au retrait de l’État, ce réinvestissement d’une structure juridique de facture typiquement féodale est sans doute une solution à court terme, mais pourrait menacer la vitalité intellectuelle à long terme ». Dans ce passage alambiqué et à nouveau quelque peu malveillant à mon égard, l’auteur poursuit son voyage imaginaire au lieu d’étudier de près la structure présentée en détail dans le livre. En quoi le fait d’avoir pour partenaire une collectivité territoriale autorise t-il à qualifier le programme de recherche de « mission d’expertise politique », lors même que j’explique dans le livre pourquoi le partenaire en question ne pouvait pas intervenir dans le programme de recherche ? Faut-il qualifier tous les réseaux de chercheurs - qui ont nécessairement des têtes de réseaux - de « réseaux personnels » ? Tout ce qui ne dépend pas directement de l’État doit-il être qualifié de « féodal » ? Tous ces raccourcis sont confondants. Enfin, il faut choisir : le programme de recherche collective de l’ORDCS réalisé pendant ces cinq années « menace t-il la vitalité intellectuelle [de la recherche en ce domaine] à long terme » ou bien - comme l’auteur l’écrit à un autre moment - est-il « scientifiquement convaincant », montrant « combien il est bénéfique de faire se rencontrer les chercheurs autour d’un thème de travail » et « s’avérant remarquablement cohérent » ?! Là encore, plutôt que de se perdre dans des jugements personnels aussi hâtifs que prétentieux (qu’ils soient positifs ou négatifs), l’auteur aurait été bien inspiré soit de s’abstenir, soit de s’enquérir de l’avis des spécialistes (en commençant par exemple par les enseignants-chercheurs et chercheurs au CNRS membres du Conseil scientifique de l’ORDCS).

64. Lorsqu’il balaye la table des matières du livre pour égrener les thèmes des recherches, ne s’arrêtant en réalité que sur un seul chapitre (le deuxième, comme on l’a déjà signalé), l’auteur termine par le chapitre 7 consacré aux trafics de drogues à partir d’une analyse de dossiers judiciaires. Il écrit alors que la chercheuse concernée (une doctorante !) a écrit ce chapitre « sans que l’on sache assurément s’il s’agit des seules « minutes » ou si les auteurs ont eu accès aux dossiers correctionnels, source à l’accès restreint mais d’une richesse sans égale ». Las, si monsieur Loyer ne s’était pas contenté de lire la table des matières du livre, il aurait lu page 147, la deuxième et la troisième phrases du chapitre en question, où il est écrit très exactement ceci : « Pour mener à bien cette recherche, nous avons dans un premier temps dépouillé les minutes des procès pour trafics de drogues jugés pendant trois années : 2009, 2010 et 2011. Puis nous sommes entrés dans l’analyse véritable des archives judiciaires, en dépouillant l’intégralité des dossiers jugés dans la seule année 2011 ». No comment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Mucchielli, « Délinquances, police, justice : une réponse de Laurent Mucchielli à Élie-Benjamin Loyer », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 28 septembre 2016, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21433

Haut de page

Rédacteur

Laurent Mucchielli

Directeur de recherches au CNRS. LAMES, UMR 6127, Aix-en-Provence.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page