Navigation – Plan du site

Dominique Boullier, Sociologie du numérique

Marc-Antoine Morier
Sociologie du numérique
Dominique Boullier, Sociologie du numérique, Paris, Armand Colin, coll. « U Sociologie », 2016, 350 p., ISBN : 978-2-200-29165-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 The Economist, édition du 27 février - 5 mars, 2010

1En 2013, 2,5 trillions d’octets de données étaient produits chaque jour. Sous l’effet de ce que The Economist a qualifié de data deluge1, le numérique s’est disséminé partout dans notre vie quotidienne, dans nos interactions, dans nos déplacements et dans nos espaces de travail. Massive, la présence d’Internet, des réseaux, des médias et de l’informatique bouscule l’économie, la politique, les usages et jusqu’aux opérations cognitives de tout un chacun. Pourtant, sous les dehors de son aspect immatériel, le numérique s’inscrit dans un monde de machines, de câbles, de valleys et d’incubateurs. Il plonge dans les expériences concrètes - cognitives donc mais aussi corporelles - d’utilisateurs et de décideurs qui, ensemble, forment communautés et jeux d’acteurs avec leurs positions et prises de position respectives. C’est cet ensemble hétéroclite que le sociologue Dominique Boullier décrit dans ce manuel qui synthétise de manière didactique les différentes approches sociologiques du numérique. Organisée en six chapitres thématiques - allant de l’histoire du numérique à ses impacts politiques - cette vue d’ensemble rend notamment compte des approches sociologiques dédiées aux usages du numérique ainsi que des approches économiques du phénomène.

  • 2 Le numérique a été analysé avec le prisme du genre, de la génération, du couple et de la famille. P (...)
  • 3 World of Warcraft, développé par l’éditeur Blizzard Entertainment, est l’exemple type des MMORPG où (...)

2En guise d’introduction, Boullier rappelle que les usages du numérique ont d’abord été étudiés au regard des caractéristiques socio-culturelles et situationnelles des usagés2. Mais ces travaux se sont ensuite intéressés au rôle que le numérique a pu jouer dans la constitution et l’organisation de communautés à l’image des communautés de fans ou de gamers. Ainsi des jeux de rôle en ligne massivement multijoueur (MMORPG) qui, selon l’auteur, ont donné naissance à des « mondes en miniatures » (p. 107) : des joueurs s’organisent en guildes, se répartissent selon leurs spécialités3, distribuent des rôles et identifient des stratégies pour progresser dans le jeu. Autrement dit, les communautés en ligne sont bel et bien des organisations sociales !

  • 4 Pour donner quelques ordres de grandeurs, en 2015, Facebook réunit 1,49 milliard d’utilisateurs et (...)
  • 5 Cardon Dominique, « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0 », Réseaux, 6, (...)
  • 6 Mannoni Octave, Clefs pour l’imaginaire ou l’autre scène, Paris, Le Seuil, 1969.

3Chère à Erving Goffman, la présentation de soi trouve également de nouvelles modalités d’expression à l’heure des avatars et des testaments numériques. Sous l’effet de la mondialisation des réseaux sociaux et professionnels4, elle est devenue publication massive de soi selon Boullier. L’enjeu ? Assurer une existence et une réputation sociale sur Internet ; nouveau terrain de jeu pour l’expression identitaire multiple et plurielle. L’essai de cartographie du web 2.0 proposé par le sociologue Dominique Cardon5 propose justement un cadre d’interprétation sociologique cohérent pour saisir ces jeux identitaires organisés autour du montrer, du cacher et du (faire) voir. Or, la maîtrise de ces jeux identitaires est d’autant plus cruciale que gouvernements et entreprises scrutent leurs traces. Dans ce contexte, le respect de la vie privée et des data personnelles est devenu un sujet de préoccupation majeur. Dès lors, comment comprendre le peu d’effets suivis par les révélations d’Edward Snowden en 2013 sur la surveillance généralisée du web ? Être reconnu et anonyme à la fois, le paradoxe n’est pourtant qu’apparent. Boullier réutilise une formule bien connue des anthropologues léguée par Octove Mannoni ; celle du « je sais bien mais quand même »6 : « (…) si chacun « sait bien » que tous ses mails ou ses posts Facebook sont à la fois l’objet d’analyses revendues aux marques et la cible possible des services secrets, “quand même” les services fournis par ces plateformes sont avantageux, surtout s’ils sont gratuits, et d’autant plus “qu’on a rien à se reprocher” (p. 114). Être notifié, liké, suivi ou être laissé anonyme : le dilemme est d’autant plus difficile rappelle Boullier, que la maîtrise du soi sur Internet dépend de savoirs techniques - navigation, codage, programmation - inégalement appropriés. Ce constat soulève plus largement des questions d’éducation au numérique et de diffusion des savoirs.

  • 7 Le coût marginal correspond au coût de la dernière unité produite. Si ce coût décroit à mesure que (...)
  • 8 Ce système a par conséquent valu de nombreux procès à Microsoft et Apple.
  • 9 Ce nouveau seuil rend obsolète les standards précédents, comme si un processus de table rase s’opér (...)

4Le chapitre 4 propose une sociologie économique du numérique. Revenons sur les éclairages les plus significatifs proposés par Boullier. Selon l’auteur, une des caractéristiques remarquables de la matière numérique est d’abord son faible coût. Dupliquer des lignes de codes ne coûte presque rien. Les exposer sur les étals d’un réseau mondial guère plus. Surtout, les coûts marginaux7 d’exposition sont inversement proportionnels aux capacités de trésorerie et d’investissements qu’ils génèrent. Le numérique permet ainsi aux entreprises de remonter la chaîne de valeur vers les services et les contenus. Boullier prend l’exemple d’Apple : à l’origine fabricant de matériel informatique, la firme californienne distribue désormais ses contenus et ses services sur ses terminaux et ses plateformes. De surcroît, l’auteur explique que ces entreprises ont adopté des stratégies de lock-in pour capter de nouveaux marchés : de même que l’OS Window avec Internet Explorer, Mac-Iphone-Ipod-Ipad-Itunes fonctionnent en circuit fermé et rendent captifs les consommateurs désireux d’utiliser d’autres devices et software8. Cette imposition de standard est finalement déterminante. Non seulement elle fixe un nouveau seuil d’innovation à dépasser pour les concurrents9, mais elle accroît surtout la capacité d’une entreprise à déterminer les primo usages. En socialisant 9 personnes sur 10 avec un OS windows, Boullier estime que Microsoft s’est assuré un terreau très favorable pour assurer ses futures ventes (p. 175). Parallèlement, la taille des marchés est d’autant plus importante que les biens numériques sont non-rivaux : ils peuvent être possédés par une personne, sans jamais être indisponibles pour toutes les autres. Un consommateur ne paie donc pas pour être autorisé à puiser dans un stock, mais pour accéder à des mises à jour de flux - Netflix ou Deezer par exemple - dont le gisement semble inépuisable. Dans ces conditions, on comprend que le consentement à payer ne soit pas fonction de la rareté du bien proposé - rareté qui fonde la valeur pour les néoclassiques - mais bien plutôt pour son abondance.

  • 10 Issue du management de projet informatique, cette méthode cherche notamment à impliquer les clients (...)
  • 11 Certains producteurs, ergonomes, designers et métiers du marketing continuent également de tester l (...)
  • 12 On parle de « capital risque », ou « capital innovation », pour désigner des prises de participatio (...)

5Autre propriété intéressante du numérique selon l’auteur, la génération d’effets de réseau rapides et massifs. Les plateformes internet ont mis en relation offre et demande bien plus rapidement et dans des proportions bien plus importantes que les traditionnelles places de marché physiques. Boullier explique que les business model de ces interfaces s’appuient dès lors sur la création et l’exploitation des traces numériques laissées par les internautes : plus le profiling sera précis, plus prédictive sera l’analyse et plus les données acquerront de la valeur aux yeux des annonceurs. Pourtant, cet internaute passif à qui le numérique semble échapper peut aussi être un acteur de l’innovation. Cette possibilité découle d’une autre propriété intéressante de l’économique numérique isolée par Boullier et qui est la plasticité de sa matière première. Un code est plus malléable qu’un four industriel ! Autrement dit, rappelle l’auteur, la phase de test autorise des erreurs non-dommageables. Cette propriété a des conséquences importantes sur le mode de production explique l’auteur. Autrefois réservée aux producteurs, l’innovation est désormais co-construite avec les utilisateurs : des versions bêta d’application sont remaniées à loisir par un grand public souvent éclairé - ainsi du logiciel libre - que des méthodes dites agiles10 sont supposées associer11. Dans cette perspective, le numérique en réseau devient un « laboratoire à ciel ouvert » (p. 204) selon l’expression de l’auteur. Parallèlement, la démultiplication des retours d’expériences grâce aux réseaux est également concomitante d’une association étroite des entreprises avec le capital financier. Or, rappelle l’auteur, la phase de développement du numérique est chronophage et ne génère des revenus que tardivement. On comprend dès lors pourquoi startups et entreprises s’empressent d’accompagner leurs innovations d’effets d’annonces médiatiques visant à lever des fonds auprès de ventures capital12. Pour prolonger la réflexion, Boullier propose alors de comprendre ces innovations comme étant à la croisée d’une économie de l’attention - jouant sur la fidélisation et l’alerte - et de l’opinion.

6Certains ouvrages sont notables, moins pour l’originalité de leurs approches et/ou de leurs découvertes que par leur capacité à synthétiser un corpus important de travaux à un moment donné de la recherche. Cette Sociologie du numérique de Boullier fait assurément partie de ce dernier type d’ouvrages qui synthétise de manière critique une somme importante d’études menées sur la question du numérique depuis les années 1970 jusqu’à aujourd’hui. Incontournable pour tous lecteurs soucieux de maîtriser l’approche sociologique du numérique, l’ouvrage est aussi incontournable pour le programme qu’il propose. Ainsi, l’état des lieux posé, l’appel de l’auteur à renouveler l’appareillage méthodologique et théorique des sciences sociales est bienvenu, tant des innovations de rupture - telle la blockchain - pourraient modifier en profondeur le terme des échanges et des liens entre individus ainsi que l’organisation sociale dont ils font partie. En route donc, vers des sciences sociales de troisième génération ?

Haut de page

Notes

1 The Economist, édition du 27 février - 5 mars, 2010

2 Le numérique a été analysé avec le prisme du genre, de la génération, du couple et de la famille. Pour un panorama de ces recherches, se reporter à la bibliographie de l’ouvrage.

3 World of Warcraft, développé par l’éditeur Blizzard Entertainment, est l’exemple type des MMORPG où l’on peut observer une telle répartition des tâches selon les métiers et compétences choisis par les joueurs. Citons par exemple le choix d’être spécialiste en ingénierie, herboristerie, alchimie, dépeçage, etc.

4 Pour donner quelques ordres de grandeurs, en 2015, Facebook réunit 1,49 milliard d’utilisateurs et Twitter 304 millions (actifs). Le réseau professionnel Linkedin revendique quant à lui plus de 400 millions de personnes inscrites.

5 Cardon Dominique, « Le design de la visibilité. Un essai de cartographie du web 2.0 », Réseaux, 6, n°152, p.93-137. Cinq modèles composent cette cartographie. Le « paravent » est utilisé sur les sites de rencontre : il articule phase de dévoilement progressif de soi et publication de détails personnels dans une logique d’optimisation des matching par les algorithmes. Le « clair-obscur » se rencontre sur les réseaux sociaux et met en avant l’étendue des relations sociales possédées. La publication de soi y est adaptée selon le niveau de proximité (amis, famille, employeur, etc.). Le « phare » consiste à publier des contenus - Flickr, Youtube - afin de rassembler des communautés autour du soi ; communautés qui pourront devenir des audiences et ainsi générer des revenus - ainsi les Youtubers. Le « post-it » est notamment utilisé pour permettre des micro-coordinations quand la « lanterna magica » regroupe des univers virtuels où des avatars discutent et agissent entre eux. Cette cartographie est disponible ici.

6 Mannoni Octave, Clefs pour l’imaginaire ou l’autre scène, Paris, Le Seuil, 1969.

7 Le coût marginal correspond au coût de la dernière unité produite. Si ce coût décroit à mesure que la production augmente, les rendements sont par conséquent croissants.

8 Ce système a par conséquent valu de nombreux procès à Microsoft et Apple.

9 Ce nouveau seuil rend obsolète les standards précédents, comme si un processus de table rase s’opérait à chaque nouvelle innovation de standard. Par exemple, l’Iphone 7 annoncé le mercredi 7 septembre 2016 est dépourvu de prise casque au format jack 3,5 mm ; un standard international en vigueur depuis les années 1970. En comptant sur la diffusion de l’innovation pour atteindre une masse critique (courbe de Moore, 1991), la stratégie d’Apple est de faire de l’audio sans fil un standard dominant. Sa filiale Beats - spécialiste du casque sans fils - pourrait ainsi développer de nouveaux marchés. Un article de Le Monde daté du 08/09/16 énumère les standards qui ont ainsi disparu avec les produits de la firme californienne.

10 Issue du management de projet informatique, cette méthode cherche notamment à impliquer les clients dans la conception de solutions informatiques.

11 Certains producteurs, ergonomes, designers et métiers du marketing continuent également de tester leurs produits auprès de populations non-représentatives dans des situations quasiment expérimentales (p.204).

12 On parle de « capital risque », ou « capital innovation », pour désigner des prises de participations dans des sociétés non cotées en bourse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Antoine Morier, « Dominique Boullier, Sociologie du numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 05 octobre 2016, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21455

Haut de page

Rédacteur

Marc-Antoine Morier

Consultant et sociologue, Marc-Antoine Morier s’intéresse aux innovations dans les domaines du travail, des mobilités ainsi qu’à l’impact du numérique sur les usages et les relations sociales. Marc-Antoine Morier est diplômé de l’EHESS Paris

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page