Navigation – Plan du site

Véronique Pache Huber, Charles-Édouard De Suremain et Élise Guillermet (dir.), Production institutionnelle de l’enfance. Déclinaisons locales et pratiques d’acteurs

Stéphanie Boyer
Production institutionnelle de l’enfance
Véronique Pache Huber, Charles-Édouard de Suremain, Élise Guillermet (dir.), Production institutionnelle de l’enfance. Déclinaisons locales et pratiques d'acteurs (Amérique latine et Europe), Liège, Presses universitaires de Liège, coll. « Mondes de l'enfance », 2016, 197 p., ISBN : 978-2-87562-089-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Organisé par le Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle, le colloque « Pour une anthropol (...)

1L’ouvrage rassemble huit communications présentées lors du colloque international « Pour une anthropologie de l’enfance et des enfants », organisé à Liège en 20111. Véronique Pache Huber, Charles-Édouard De Suremain et Élise Guillermet ont réuni les écrits de chercheur.e.s issus de différents champs de recherche en sciences sociales (anthropologie, sociologie, sciences de l’éducation, socio-démographie, psychologie) et ayant réalisé des terrains d’enquête en Europe et en Amérique latine, afin de saisir les enjeux de connaissance et de politique autour de l’enfance à partir de leurs positionnalités respectives. Inscrivant leurs travaux dans le champ de la « nouvelle » anthropologie ou sociologie de l’enfance, les chercheur.e.s appréhendent l’enfance comme une composante structurelle permanente de toute société, et les enfants, qui « habitent » cette structure, comme des acteurs sociaux à part entière. L’enfance est perçue comme un phénomène social contingent, qui varie dans le temps, mais aussi dans l’espace. Il importe ainsi aux auteur.e.s de récuser l’idée de primauté du biologique sur le social pour explorer les liens complexes qui relient ces deux composantes. Dénaturaliser l’enfance constitue d’ailleurs un enjeu de taille pour les chercheur.e.s, qui aspirent à examiner de façon critique les connaissances et les présupposés théoriques, empiriques et normatifs au sujet de l’enfance et des enfants. L’objectif de cet ouvrage est d’étudier, plus précisément, ces différentes dimensions dans leur relation dialectique avec les politiques institutionnelles et l’agencéité des individus. À ce titre, la restitution des points de vue du plus grand nombre d’actrices et d’acteurs concerné.e.s par ces enjeux, y compris les enfants, compte parmi les différents procédés méthodologiques employés. Les contributions réunies dans l’ouvrage mettent en lumière trois enjeux essentiels : 1) les enjeux de la production de savoirs scientifiques au sujet de l’enfance, 2) les enjeux institutionnels et politiques et 3) les enjeux relatifs à l’agencéité des enfants.

2Les travaux présentés dans ce recueil illustrent, dans un premier temps, à quel point les connaissances empiriques, normatives et théoriques cohabitent et interagissent entre elles pour ensuite être mobilisées par les institutions dans la production des figures de l’enfance. Les chercheur.e.s et les institutions doivent, de la sorte, se montrer vigilant.e.s devant des savoirs qui se prétendent scientifiques et neutres, mais qui peuvent aussi se révéler être des véhicules d’enjeux normatifs et idéologiques. À ce titre, la contribution de Marie-Laure Cadart (chapitre 5) met en lumière les enjeux sous-jacents aux deux modèles de prévention précoce mis en œuvre en France : le modèle « soignant » et le modèle « prévenant ». Le modèle soignant se fonde sur le bien-être de l’enfant alors que le deuxième modèle, dit économique, s’inscrit dans une logique néolibérale qui conçoit le développement des enfants comme un « investissement » à long terme. Ce dernier modèle gagne en popularité, en raison des savoirs techniques et scientifiques qui le soutiennent. Cependant, comme le mentionne Karl Hanson dans la postface de l’ouvrage, les savoirs issus des différentes disciplines ne doivent pas être mis au service de la promesse d’un futur meilleur, au détriment des droits et des intérêts actuels des enfants. Chantal Medaets et Fernanda Bittencourt Ribeiro (chapitre 6) relèvent également le rôle des sciences naturelles, et plus particulièrement des neurosciences, dans la justification des campagnes anti-fessées menées par les autorités publiques et les médias brésiliens. Au-delà de la visée du bien-être des enfants, cette campagne est aussi un moyen de mettre de l’avant l’adhésion à des valeurs dites « universelles » et d’asseoir ainsi la supériorité des groupes majoritaires sur un groupe minorisé au sein de la société brésilienne, celui des villageois amazoniens, perçus comme rétrogrades et malveillants. Enfin, sur une note plus positive, Sarra Mougel (chapitre 4) démontre comment les connaissances médicales ont fait évoluer la représentation de l’enfant dans les hôpitaux qui assurent de leur prise en charge en France. La figure de l’« enfant survivant à la maladie », vulnérable et objet de la protection et du soin des adultes, qui a émergé, au début du XIXe siècle, est remplacée après la seconde guerre mondiale par celle de l’« enfant heureux », autonome et en relation avec son environnement, à mesure que les « professionnels du psychisme » ont acquis une voix forte dans l’expression des normes du bien-être de l’enfant.

3L’assemblage hétéroclite de ces connaissances concourt à produire différentes figures de l’enfance et de la famille. Les travaux de Pierrine Robin (chapitre 2) se penchent, en guise d’exemple, sur l’institution de la « bonne » parentalité. En étudiant les parcours de placement des enfants confiés à la protection de l’enfance en France, ils mettent en lumière les modes alternatifs du « faire famille » qui s’inscrivent dans une parenté du quotidien. Ces modes peuvent diverger de la norme institutionnelle, focalisée sur la parenté juridique et biologique. La contribution d’Émilie Potin (chapitre 1), portant également sur les parcours de placement des enfants français, et celle de Marie-Thérèse Casman et d’Angèle César (chapitre 3), centrée sur les modalités d’hébergement des enfants en Belgique, en cas de séparation des parents, procèdent, quant à elles, à l’examen de la notion de « l’intérêt supérieur de l’enfant », que les trois auteures considèrent comme vide de tout sens. En effet, un arbitraire juridique entoure cette notion, ce qui la rend polysémique et difficilement objectivable. De la sorte, « l’intérêt supérieur de l’enfant » n’est pas compris et utilisé dans le même sens par tous les professionnels, ce qui est une source d’ambiguïtés et d’incompréhensions. Plus encore, pour Émilie Potin, la définition institutionnelle de l’intérêt de l’enfant concorde rarement avec celle.s formulée.s par les principaux concernés, c’est-à-dire les enfants eux-mêmes. Toutefois, ces deux articles démontrent que les enfants ont un potentiel d’action et de réflexion qui leur permet de contourner les normes institutionnelles pour forger leur expérience personnelle. Cela nous conduit au troisième thème transversal à cet ouvrage, soit celui de l’agencéité des individus, et plus particulièrement, celle des enfants considérés comme des acteurs sociaux à part entière.

4En effet, les politiques institutionnelles au sujet de l’enfance ne peuvent être réduites à une mise en œuvre linéaire d’objectifs universels. Elles sont l’objet de négociations entre des actrices et des acteurs sociaux, lesquels possèdent des ressources inégalement distribuées au départ. La recherche de Robin (chapitre 2) met en exergue l’inégalité des pouvoirs dans la façon dont la définition de la « bonne » parentalité d’une part est déterminée par les institutions étatiques, d’autre part devient la condition même d’accès aux ressources offertes par ces dernières. En contrepartie, la marge de manœuvre dont disposent les enfants est aussi soulignée, notamment dans les différentes stratégies déployées pour « faire famille » : la filiation élective, le métissage d’affiliation et la connexion entre les deux mondes. La recherche de Robin Cavagnoud (chapitre 7) apporte pour sa part un éclairage nouveau sur la figure de l’« enfant de la rue », en relevant l’agencéité de ces derniers, dimension ignorée par les institutions d’État qui interviennent dans la vie de ces enfants. La contribution met en relief, certes, la précarité extrême qui affecte le quotidien des enfants de la rue, mais aussi leur capacité d’action dont témoigne la variété des activités économiques (légales et illégales) que ces derniers exercent. Finalement, María Dolores Cervera Montejo (chapitre 8) explique comment, dans la culture maya, les mères s’approprient et interprètent les repères institutionnels au sujet du développement de l’enfant, par le prisme de leurs ethnothéories parentales. Elles conçoivent le développement de l’enfant comme continu et étroitement lié au contexte social dans lequel il se trouve, ce qui vient nuancer les normes universelles sur l’enfance qui sous-tendent les programmes d’éducation mexicains en milieu autochtone.

5L’intérêt de cet ouvrage tient à la diversité des travaux présentés : multiplicité des contextes institutionnels étudiés, des méthodes employées ainsi que des pays où se sont déroulées les enquêtes. Complémentaires, les contributions permettent ainsi d’alimenter une réflexion critique sur les représentations et les politiques au sujet de l’enfance et des enfants. En effet, il s’agit de battre en brèche les prénotions tenaces qu’un grand nombre de chercheur.e.s, d’intervenant.e.s et de décideurs entretiennent encore en la matière. Voilà pourquoi cet ouvrage s’adresse autant aux chercheur.e.s et étudiant.e.s qu’aux professionnels et aux responsables des politiques de l’enfance. Le livre apporte également une contribution importante au « jeune » champ de la « nouvelle » anthropologie et sociologie de l’enfance. Les travaux empiriques, en français de surcroît, permettent ainsi d’affiner les théorisations dans ce domaine. Finalement, les coordonnateur.trice.s ont réalisé un travail remarquable pour dégager un fil conducteur permettant à la lectrice ou au lecteur de naviguer plus facilement et d’apprécier les différentes contributions ainsi rassemblées. C’est, en somme, un recueil qui apporte une nouvelle pierre, fort solide, à l’édifice des études sur l’enfance et les enfants.

Haut de page

Notes

1 Organisé par le Laboratoire d'anthropologie sociale et culturelle, le colloque « Pour une anthropologie de l’enfance et des enfants » a eu lieu du 9 au 11 mars 2011 à l’université de Liège. Pour plus d’information : http://www.lasc.ulg.ac.be/index.php?option=com_content&view=article&id=157&Itemid=50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Boyer, « Véronique Pache Huber, Charles-Édouard De Suremain et Élise Guillermet (dir.), Production institutionnelle de l’enfance. Déclinaisons locales et pratiques d’acteurs  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 11 octobre 2016, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21488

Haut de page

Sujet

Enfance

Éducation

Famille

Protection sociale

Santé - médecine

Justice

Politique

Haut de page

Lieu

Europe

France

Amérique latine

Brésil

Bolivie

Mexique

Haut de page

Rédacteur

Stéphanie Boyer

Stéphanie Boyer est étudiante en sociologie à l’Université d’Ottawa. Ses travaux portent sur le rapport qu’entretiennent les enfants à la citoyenneté. Elle est également membre du Laboratoire de recherche interdisciplinaire sur les droits de l’enfant (LRIDE) et du Centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités (CIRCEM).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page