Navigation – Plan du site

Jean-Marie Catonné, Amédée Dunois. De Clamecy à Bergen-Belsen

David Noël
Amédée Dunois
Jean-Marie Catonné, Amédée Dunois. De Clamecy à Bergen-Belsen, Nancy, Arbre bleu, coll. « Figures militantes », 2016, 203 p., ISBN : 979-10-90129-16-0.
Haut de page

Texte intégral

1Auteur de plusieurs romans et biographies, dont un ouvrage sur Romain Gary paru en 2010, l’écrivain Jean-Marie Catonné est le petit-fils d’Amédée Dunois, un militant du mouvement ouvrier français, proche de Jean Jaurès et de Léon Blum, mais aujourd’hui à peu près tombé dans l’oubli. C’est pour réparer cet oubli que Jean-Marie Catonné consacre une biographie à son grand-père dans la collection « Figures militantes » des éditions de l’Arbre Bleu.

  • 1 Sébastien Faure (1858-1942) est un célèbre propagandiste anarchiste, fondateur en 1895 de l’hebdoma (...)

2Né en 1878 dans la Nièvre dans une famille républicaine, Amédée Catonné a vécu toute son enfance et son adolescence à Clamecy. C’est là qu’il rencontre Antoinette Fieffé, qu’il épouse en 1901. Entre temps, Amédée Catonné a obtenu son doctorat en droit et, parallèlement à ses études, s’est lancé dans le journalisme militant dans l’équipe du Libertaire de Sébastien Faure1, sous le pseudonyme de Raphaël Dunois. Le jeune anarchiste revient à Nevers pour occuper un emploi de clerc d’avoué, qu’il quitte en 1902 pour devenir secrétaire du député Alfred Massé avant d’entrer comme rédacteur dans un bureau au ministère des Cultes. Il y reste jusqu’en 1906, date à laquelle il décide de vivre de sa plume de journaliste.

  • 2 Pierre Monatte (1881-1960) est un des principaux dirigeants de la CGT avant 1914. Fondateur de la r (...)

3Collaborateur aux Temps Nouveaux, l’hebdomadaire de Jean Grave, Amédée Dunois rompt avec l’anarchisme en juin 1907, avant le congrès international anarchiste d’Amsterdam auquel il assiste comme délégué. Converti au syndicalisme révolutionnaire de la CGT, Amédée Dunois quitte les Temps Nouveaux et intègre la rédaction de la revue La Vie ouvrière, fondée par Pierre Monatte2 en 1909. Deux ans plus tard, il devient rédacteur politique, en charge de la rubrique parlementaire à La Bataille syndicaliste, qui fait alors figure de quotidien officieux de la CGT. Frappé et attiré par Jean Jaurès, dont il avait pu admirer l’éloquence, Amédée Dunois adhère au parti socialiste SFIO en 1912 et entre à l’Humanité avec l’appui de Jaurès, impressionné par ses talents de journaliste et d’écrivain.

4Dunois est au café du Croissant, aux côtés de Jaurès, le soir de l’assassinat du chef socialiste, le 31 juillet 1914. C’est lui qui, le lendemain, rédige l’éditorial de l’Humanité mais contrairement à Pierre Renaudel, le rédacteur en chef du quotidien socialiste partisan de l’Union sacrée, Amédée Dunois fait partie de la minorité pacifiste. Il s’efforce de faire publier en brochure le recueil de Romain Rolland, Au-dessus de la mêlée. En guise de sanction, Dunois est mobilisé à l’hôpital militaire de Nevers dont il va assurer la gestion.

5Après la victoire de la tendance pacifiste animée par Jean Longuet et Paul Faure lors du Conseil national de la SFIO de juillet 1918, Dunois est nommé rédacteur en chef de l’Humanité. Chargé de conduire clandestinement Clara Zetkin au Congrès de Tours, Amédée Dunois s’engage pour l’adhésion du Parti socialiste à l’Internationale communiste, convaincu que « les 21 conditions ne sont pas paroles d’Évangile » et qu’il sera possible au futur Parti communiste de faire valoir ses différences avec Moscou.

6Le 5 février 1921, sur ordre du ministre de l’Intérieur Aristide Briand, qui avait déjà fait arrêter Boris Souvarine et Pierre Monatte, c’est au tour d’Amédée Dunois d’être arrêté et inculpé de « complot avec l’étranger ». L’arrestation du rédacteur en chef du quotidien communiste fait la une de l’Humanité et soulève l’indignation dans le Parti communiste, mais aussi à la SFIO et à la Ligue des Droits de l’Homme. Dunois est finalement remis en liberté après 45 jours de détention.

7De mars à juin 1924, Amédée Dunois, qui a perdu son poste de rédacteur en chef de l’Humanité durant l’été 1923, se rend en URSS comme délégué du Parti communiste. Il espère que le Komintern désavouera la direction du Parti français qui l’a évincé de son poste. Il raconte les coulisses de son séjour à Moscou dans les 107 lettres qu’il envoie à son épouse Antoinette. Dunois assiste en spectateur aux affrontements qui opposent Trotski, qu’il rencontre plusieurs fois, à la « troïka » Staline-Zinoviev-Kamenev. À son retour d’URSS, Dunois est désabusé. Il défend Souvarine et proteste contre l’exclusion de Monatte et Rosmer. Démis de ses fonctions à l’Humanité, il est employé quelques années, entre 1925 et 1929, dans un bureau de l’ambassade d’URSS à Paris. Sans être formellement exclu, il quitte le Parti communiste au début de 1928.

8En 1930, Amédée Dunois est de retour au Parti socialiste SFIO. Il signe des articles dans La Bataille socialiste, un mensuel animé par l’aile gauche marxiste de la SFIO favorable à l’unité ouvrière. Placé à la tête de l’Office de documentation du parti socialiste, Dunois rédige notamment un guide du candidat pour les élections législatives de 1932 et les municipales de 1934. En 1933, il fait son entrée au Populaire, d’abord chargé de la rubrique théâtrale, puis de la rubrique parlementaire. Journaliste militant, Dunois refuse de se présenter à Paris aux municipales de 1934. En revanche, il accepte d’être candidat à Clamecy aux législatives de 1936, mais est battu.

9Dunois est cependant aux premières loges durant la période du Front populaire. Il tient la rubrique « revue de la presse » et signe des billets d’humeur. À partir de 1938, Dunois est de plus en plus préoccupé par l’évolution de la situation internationale, dont il rend largement compte dans sa rubrique du Populaire. Hostile aux accords de Munich, il est bouleversé par le pacte germano-soviétique et dénonce « le monstrueux accouplement du bolchevisme et de l’hitlérisme ».

10Amédée Dunois poursuit sa revue de presse jusqu’au 10 juin 1940. Il suit le gouvernement jusqu’à Bordeaux, puis repart à Clermont-Ferrand. Alors que la majorité des députés socialistes vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain et que le Populaire cesse de paraître, Amédée Dunois s’engage dans la Résistance, avec une dizaine de militants de la 5e section socialiste de Paris.

  • 3 Raoul Evrard (1879-1944) : fils du secrétaire général du syndicat des mineurs du Pas-de-Calais, sec (...)

11C’est ce petit groupe de militants qui est à l’origine de la création d’un Comité d’Action Socialiste qui édite en zone occupée un bulletin intitulé Socialisme et Liberté. Le bulletin fusionne avec celui du CAS de la zone libre en 1943 et reprend le nom du Populaire. En juin 1943, le Comité d’action socialiste de la zone Nord et celui de la zone Sud fusionnent pour former le nouveau comité exécutif du parti socialiste clandestin dont Amédée Dunois fait partie aux côtés de Raoul Evrard3 ou encore de Daniel Mayer. C’est Amédée Dunois qui publie dans le Populaire clandestin le programme de la résistance socialiste. Il plaide pour un pouvoir exécutif renforcé et plus stable.

12Dunois est arrêté une première fois par la Gestapo le 8 octobre 1943 et remis en liberté. Il est arrêté une seconde fois le 14 janvier 1944 et emprisonné à Fresnes. Il est envoyé au camp d’internement de Compiègne où il séjour du 27 mars au 4 juin1944 avant d’être déporté en Allemagne. D’abord emprisonné au camp de Sachsenhausen-Oranienburg de juillet 1944 à février 1945, il est évacué avec les autres détenus vers Bergen-Belsen, où comme des milliers d’autres détenus, il contracte le typhus. On perd sa trace en mars 1945.

13À la Libération, Amédée Dunois est décoré de la légion d’honneur à titre posthume. On donne son nom à une rue de Clamecy. Son épouse, Antoinette, ne se remet pas de la mort d’Amédée et se suicide en 1947 en se défenestrant.

14Comme le note Jean-Marie Catonné, il manquait peu de choses pour que la figure d’Amédée Dunois échappe à l’oubli. Si Amédée Dunois n’a jamais occupé de fonction élective, ses responsabilités de journaliste à la Bataille syndicaliste, à l’Humanité comme au Populaire ont fait de lui une des figures intellectuelles du mouvement ouvrier français. Émaillé de ruptures et de rencontres, le parcours politique de Dunois se confond avec l’histoire du socialisme français de la première moitié du XXe siècle : libertaire puis syndicaliste révolutionnaire à la CGT, Amédée Dunois, devenu socialiste à la suite de sa rencontre avec Jaurès, est resté pacifiste, ce qui l’a conduit à rejoindre le jeune parti communiste au Congrès de Tours. Mais ce militant socialiste et républicain imprégné de jauressisme n’a pas accepté la bolchevisation du parti communiste et a fini par retourner au parti socialiste SFIO. Fidèle aux valeurs qui étaient les siennes, Amédée Dunois est devenu l’une des plumes de la Résistance, un engagement qu’il a payé de sa vie.

15L’ouvrage de Jean-Marie Catonné a le mérite de faire sortir de l’oubli la figure d’Amédée Dunois, à qui son petit-fils, au fil des chapitres, ne reproche que d’avoir fait « quelques pas de trop dans l’adhésion aux 21 conditions » de l’Internationale et d’avoir eu « une part de responsabilité » dans la bolchevisation de l’Humanité, des reproches qui pèsent peu eu égard à la vie d’engagement, à la fidélité des convictions et au courage politique dont a fait preuve Amédée Dunois.

Haut de page

Notes

1 Sébastien Faure (1858-1942) est un célèbre propagandiste anarchiste, fondateur en 1895 de l’hebdomadaire Le Libertaire.

2 Pierre Monatte (1881-1960) est un des principaux dirigeants de la CGT avant 1914. Fondateur de la revue La Vie ouvrière en 1909, animateur de la minorité pacifiste de la CGT durant la guerre, il rejoint le PCF en 1923. Proche de Trotski, il est exclu du PCF en 1924 et fonde alors la revue La Révolution prolétarienne.

3 Raoul Evrard (1879-1944) : fils du secrétaire général du syndicat des mineurs du Pas-de-Calais, secrétaire de la fédération SFIO du Pas-de-Calais de 1919 à 1934 et député du Pas-de-Calais de 1919 à 1936.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Noël, « Jean-Marie Catonné, Amédée Dunois. De Clamecy à Bergen-Belsen », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 20 octobre 2016, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21541

Haut de page

Rédacteur

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, doctorant en histoire contemporaine, centre Georges Chevrier, UMR 7366, université de Bourgogne, membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page