Navigation – Plan du site

Thierry Paquot, Le paysage

Jan Synowiecki
Le paysage
Thierry Paquot, Le paysage, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2016, 128 p., ISBN : 978-2-7071-6698-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Thierry Paquot, Homo urbanus. Essai sur l'urbanisation du monde et des mœurs, Paris, Éditions du Fé (...)

1S’il est banal d'employer le terme de « paysage », et à plus forte raison de juger si celui-ci est « beau » ou « laid », l’inscrivant par là dans le registre de l’esthétique, il ne faut pas omettre ce qu’il a de construit socialement et culturellement. Initialement issu de la peinture renaissante, le concept a progressivement colonisé d’autres disciplines, si bien que sa polysémie rend son maniement parfois difficile. Avec beaucoup de poésie, d’érudition et de synthèse, Thierry Paquot, philosophe de l’urbain, redonne corps à l’extraordinaire diversité de la pensée du paysage. En cinq chapitres aussi concis que densément documentés, l’auteur de Homo urbanus1 propose un parcours allant de l’exégèse philologique du paysage à la pratique du métier de paysagiste, en passant par l’apport des sciences humaines et sociales dans la formation d’une pensée plurielle du paysage, la diversité historique et géographique des sentiments de la nature ainsi que la dimension artistique des paysages.

2Le premier chapitre propose un court détour par les dictionnaires et offre la possibilité de saisir la démultiplication des usages du terme de paysage. Dans un deuxième temps, Thierry Paquot aborde les différentes théories du paysage au sein de plusieurs disciplines, rappelant à cet égard que prétendre à l’homogénéité d’une pensée du paysage serait purement illusoire. Bien que la géographie soit la première à s’être emparée du concept pour expliquer le « support territorial transformé par l’action des hommes », l’auteur montre que la notion a également influencé la réflexion des anthropologues dans leur explication des relations de parenté, de la vie sociale des communautés, des mythes et des rituels. Aussi, des passages particulièrement stimulants et synthétiques sont consacrés à Georg Simmel et à Maurice Merleau-Ponty, sans oublier les philosophes-paysagistes que sont Alain Roger, Augustin Berque, Pierre Sansot et Anne Coquelin, avec un leitmotiv continu : pour que le paysage soit arraché à la nature, il faut une culture du regard, une « artialisation » de la nature ainsi qu’un langage architectural et environnemental ad hoc, si bien que le paysage n’est pas un invariant universel présent dans toutes les cultures. On doit ainsi à Thierry Paquot de ne pas réduire le paysage à un usage monolithique, et d’inclure les paysages religieux, industriel, politique, sonore ou encore nocturne dans l’analyse.

  • 2 Michel Zink, « Nature et sentiment », Littérature, vol. 130, n° 2, 2003, p. 39-47. Plus généralemen (...)
  • 3 Daniel Mornet, Le sentiment de la nature en France de J.-J. Rousseau à Bernardin de Saint-Pierre, P (...)
  • 4 Keith Thomas, Dans le jardin de la nature. La mutation des sensibilités en Angleterre à l'époque mo (...)
  • 5 Voir par exemple le dossier consacré aux « animaux dans la ville » dans la revue Histoire urbaine, (...)
  • 6 Charles-François Mathis, In Nature We Trust. Les paysages anglais à l'ère industrielle, Paris, Pres (...)

3La troisième partie de l’ouvrage est vraisemblablement la plus périlleuse dans la mesure où elle se propose de suivre les évolutions des sentiments de la nature et du paysage au long cours, alors que les discontinuités, les hétérogénéités et les généralisations abusives semblent entraver toute tentative de synthèse, sans compter le risque de déduire systématiquement les pratiques des représentations. Les références historiographiques sont parfois un peu datées, et conduisent à des approximations, comme celle qui consiste à penser que le Moyen Âge n’a pas connu de « sentiment de la nature » spécifique (sans compter que l’auteur utilise l’expression inappropriée de « moyenâgeuse » pour désigner la période). Cette question est anachronique puisque la nature et le paysage au sens moderne n’existent pas dans la pensée médiévale, ce qui n’empêche pas, comme le remarque Michel Zink, la confluence de la nature créatrice et de la « belle nature » chantée par la poésie du Moyen Âge2. Sur l’individualisation et la subjectivation du sentiment de la nature dès le XVIIIe siècle, les études fondamentales de Daniel Mornet3 et de Keith Tomas4 sont mobilisées par Thierry Paquot, mais elles se cantonnent à une approche du paysage par les textes. Selon nous, il aurait pu s’avérer judicieux d’intégrer les récents travaux de l’histoire environnementale ou de l’histoire urbaine pour montrer les complémentarités, mais aussi les contradictions et les tensions entre la mutation des sensibilités de la fin de l’époque moderne et les pratiques de régulation de la nature qui infléchissent la perception du paysage5. Cependant, de très intéressants passages sont consacrés aux récents travaux de Charles-François Mathis sur les paysages anglais de l’ère industrielle et la formation progressive d’une conscience environnementale liée à la qualité des paysages6. On pourra apprécier surtout la clairvoyance sans appel de la conclusion du chapitre, où Thierry Paquot tire la sonnette d’alarme face à des paysages globalisés qui se standardisent et se déterritorialisent sans autre forme de procès, à tel point que « nous constatons que le paysage standardisé, qui est cloné ici et là, l’est sans plus aucune référence à sa culture d’origine » (p. 67).

4La quatrième chapitre du livre consacre de belles et stimulantes analyses à la peinture de paysage, indispensable pour comprendre le processus de transfiguration voire d’artialisation de la nature sous le pinceau de Van Eyck, Le Lorrain, Manet, Sisley, Caillebotte ou Monet. Mais les pages les plus originales sont vraisemblablement celles qui interrogent de façon critique les formes de patrimonialisation des paysages, en plaidant résolument contre une vision muséale des paysages et contre le marketing territorial. Le meilleur moyen d’échapper aux classifications, aux essentialisations du paysage, alors que la subjectivité et la fluidité du regard modifient constamment les significations de celui-ci, serait donc de revaloriser les paysages vécus, « de parcourir le temps, d’en valoriser les effets de patine et d’altération, d’en retenir la beauté inutile » (p. 86).

5Dans un dernier temps, Thierry Paquot revient sur la pluralité de l’action paysagère et la très grande variété des métiers du paysage, et souligne que la pratique de la profession se diversifie au point d’inclure aussi bien la création d’une esthétique paysagère que la préservation des écosystèmes locaux, la reconstitution de jardins historiques ou disparus et les interventions sur le tissu urbain. Le philosophe de l’urbain, en valorisant ces autres figures non professionnelles que sont les « paysangistes » ou les jardiniers, plaide pour une éthique paysagère durable intégrant les questions économiques aux enjeux esthétiques et éthiques. Mais le paysage, véritable « don de sensations », est ce qui nous invite à faire monde et à éveiller « nos sens en sensations, les sensations en connaissances, et les connaissances en bienfaits » (p. 108).

  • 7 Robert Harrison, Jardins. Réflexions sur la condition humaine, Paris, Le Pommier, 2007.

6Ce court essai de synthèse a donc une portée à la fois didactique et militante, se préoccupant aussi bien de restituer l’épaisseur et la diversité de ce phénomène culturel qu’est le paysage que d’alerter le lecteur sur les dérives d’un aplatissement des paysages dans un contexte de globalisation. Robert Harrison, dans son livre Jardins : Réflexions sur la condition humaine7, avertissait déjà d’un affaiblissement de notre palette perceptive à une époque où le visuel n’a pourtant jamais été aussi omniprésent, et invitait à considérer les jardins comme une façon de pallier cette cécité. Si certaines références manquent à l’appel, du fait du format de l’ouvrage, les encadrés qui offrent tour à tour des définitions concises (la médiance, l’artialisation, le land art), des citations utiles (le sentir chez Merleau-Ponty, un extrait des Rêveries du promeneur solitaire de Rousseau) et de courtes biographies (Gilles Clément, Jacques Simon, Louis-Guillaume Le Roy), agrémentent et complètent une lecture fort agréable.

Haut de page

Notes

1 Thierry Paquot, Homo urbanus. Essai sur l'urbanisation du monde et des mœurs, Paris, Éditions du Félin, 1990.

2 Michel Zink, « Nature et sentiment », Littérature, vol. 130, n° 2, 2003, p. 39-47. Plus généralement, Michel Zink, Nature et poésie au Moyen Âge, Paris, Fayard, 2006.

3 Daniel Mornet, Le sentiment de la nature en France de J.-J. Rousseau à Bernardin de Saint-Pierre, Paris, Slatkine, 1980.

4 Keith Thomas, Dans le jardin de la nature. La mutation des sensibilités en Angleterre à l'époque moderne, traduction française, Paris, Gallimard, 1985.

5 Voir par exemple le dossier consacré aux « animaux dans la ville » dans la revue Histoire urbaine, vol. 44, n° 3, 2015.

6 Charles-François Mathis, In Nature We Trust. Les paysages anglais à l'ère industrielle, Paris, Presses de l'université Paris-Sorbonne, 2010.

7 Robert Harrison, Jardins. Réflexions sur la condition humaine, Paris, Le Pommier, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jan Synowiecki, « Thierry Paquot, Le paysage », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 25 octobre 2016, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21570

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page