Navigation – Plan du site

Rebecca M. Jordan-Young, Hormones, sexe et cerveau

Marie Duru-Bellat
Hormones, sexe et cerveau
Rebecca M. Jordan-Young, Hormones, sexe et cerveau, Belin, 2016, 640 p., Traduction : Odile Fillod ; Préface : Catherine Vidal ; Postface : Ilana Löwy, ISBN : 978-2-7011-9630-5.
Haut de page

Texte intégral

1Ce volume imposant sur un sujet certes médiatique –Hormones, sexe et cerveau- mais austère ne doit pas par trop effrayer le ou la lectrice sociologue. Certes, le lire in extenso et en continu n’est pas chose aisée, et le risque est réel d’être un peu perdu dans ce que l’auteure appelle elle-même « une jungle de résultats » (p. 329). Mais on peut s’en emparer à des titres très divers. Les spécialistes des études de genre seront en quête de ce que dit (enfin) la science sur l’influence des hormones sur la sexualité, la personnalité et la cognition, ceci entre hommes et femmes mais aussi entre homosexuels des deux sexes et hétérosexuels. Ce questionnement sera tout aussi pertinent pour la militante féministe, soucieuse de s’emparer d’arguments scientifiques pour contrer l’idéologie du déterminisme biologique toujours vivace, comme en atteste par exemple la récurrence des « explications » de la sur-représentation des hommes en sciences par leur haut niveau de testostérone fœtale… Les journalistes scientifiques y trouveront des mises au point très complètes sur les diverses facettes de l’impact possible des hormones, ce qui pourra aussi s’avérer très instructif pour des jeunes femmes souffrant de certaines pathologies, liées à la prise de distilbène par leur mère ou encore d’une hyperplasie congénitale des surrénales…

2Enfin, mais ce n’est pas l’angle le moins important, cet ouvrage peut se lire comme un manuel de méthodologie de la recherche et plus particulièrement de ces revues de la littérature aujourd’hui si fréquentes. Car l’ouvrage résulte d’une analyse de plus de trois cents études publiées entre 1960 et 2008 sur les impacts potentiels des hormones prénatales. En spécialiste de sociologie des sciences médicales, Rebecca Jordan-Young se penche avec la plus grande précision sur ces études et les jauge à l’aune de critères qui ne sont pas étrangers aux chercheurs des autres disciplines (fiabilité et validité de mesures, généralisabilité…). Elle rappelle tout d’abord que ces travaux sont de fait orientés vers la validation de la théorie hormonale de l’organisation cérébrale, aujourd’hui souvent davantage présentée comme un fait que comme une théorie ; celle-ci soutient que l’exposition prénatale aux hormones provoquerait la différenciation sexuelle du cerveau, fixant pour la vie des tendances en termes de personnalité et d’orientation sexuelle (notamment).

3D’emblée, l’auteure souligne que cette théorie s’est développée à partir d’expériences chez les animaux et qu’elle est strictement invérifiable chez les humains puisqu’on ne saurait mesurer le niveau de la testostérone dans les cerveaux des fœtus et établir qu’il en résulte des comportements futurs plus ou moins masculins ou féminins. Les chercheurs vont donc se fonder sur des quasi-expériences, où l’on ne travaille pas sur des sujets pris au hasard, et ayant subi des expositions hormonales différentes, tout le reste étant constant ; ceci ne permet d’établir que des corrélations et en aucun cas des relations de cause à effet, laissant donc ouverte la question de savoir si les différences éventuellement constatées dans les cerveaux sont la cause ou la conséquence des différences de comportement constatées… Chaque recherche ne pouvant donc à elle seule être parfaitement probante, c’est la convergence entre les diverses études et l’allure générale des résultats qui vont être évaluées.

  • 1 Anne Fausto-Sterling, Corps en tous genres. La dualité des sexes à l’épreuve de la science, 2012, P (...)

4Comme l’avait fait Fausto-Serling1, l’auteure montre que le genre nous fait percevoir le monde physique (notamment le corps) avec certaines lunettes. Toutes les mesures incorporent de fait des hypothèses, notamment lorsqu’on cherche à mesurer des traits qui ne peuvent être directement observés et que l’on va cerner par des « construits » (des variables latentes disent les psychologues). Par exemple, comment va-t-on mesurer l’homosexualité (attirance érotique, comportement, exclusif ou non, avec les personnes du même sexe…) ? De fait, les chercheurs tranchent comme si ces définitions relevaient du sens commun ; c’est le cas aussi des notions de masculinité et de féminité, de sexualité féminine ou masculine, constamment mobilisées, comme si elles étaient évidentes et atemporelles, alors que même chez les chercheurs, elles ont notablement évolué ; ceci va modifier leurs interprétations elles-mêmes, et produire des conclusions de sens opposé, au fil du temps, la manifestation de désirs pouvant il y a quelques décennies être jugée « masculine » chez une femme, puis aujourd’hui normale, donc féminine. En bref, l’auteure dénonce dans toute cette masse de travaux, une « approche cavalière de la définition de leurs variables clés » (p. 279).

5Cela ne peut que rendre extrêmement flous les enseignements des études tentant de déceler des relations entre exposition précoce aux hormones et orientation sexuelle, cette dernière notion n’étant soit jamais explicitement définie soit l’étant de manière vague. Ce n’est pourtant pas anecdotique, si l’on veut estimer des corrélations, d’expliciter « à partir de quel degré d’attirance pour les personnes du même sexe ou de quelle quantité d’activité sexuelle avec de telles personnes un sujet ne peut plus être qualifié d’hétérosexuel et réciproquement (p. 286). Rien d’étonnant alors si les résultats sont profondément contradictoires. Il en va de même, et pour les mêmes raisons, quand on cherche des relations entre exposition précoce aux hormones et centres d’intérêt plus ou moins conformes à son sexe, thème médiatique classique et récurrent.

6Suivons le cas, particulièrement détaillé dans l’ouvrage, des filles souffrant d’une hyperplasie congénitale des surrénales (HCS), ayant été exposées pendant la phase embryonnaire à des niveaux d’androgènes inhabituellement élevés et nées avec un appareil génital ambigu. Les chercheurs vont explorer leur sexualité et leurs comportements : deviennent-elles des « garçons manqués », et globalement, sont-elles des filles puis des femmes « normales » ?... Les résultats de ce véritable filon de recherche (pour la théorie hormonale de l’organisation cérébrale) ne sont pas spectaculaires. Certes, ces filles et jeunes filles s’avèrent souvent plus souvent insatisfaites de leur genre, sont plus susceptibles de désirs homosexuels (mais cette corrélation avec la sexualité est ténue), mais aucun lien n’apparaît avec leurs centres d’intérêt (avec à nouveau la question problématique de ce qui va être considéré comme des intérêts masculins et féminins). Mais comment interpréter ces constats, dès lors que l’on est dans l’incapacité de contrôler les effets de la possession d’organes génitaux inhabituels (ainsi que des multiples examens médicaux ou interventions chirurgicales qui vont avec) sur les attitudes des parents (avertis de ce que leur fille risquait d’être un peu « masculine ») et l’image de soi des filles elles-mêmes...

7De manière générale, un trait typique de ces travaux est que le rôle possible de l’environnement n’est jamais évoqué, ce qui est particulièrement osé concernant les centres d’intérêt des enfants, un domaine où l’éducation est évidemment essentielle ; mais il faudrait également tenir compte des facteurs biologiques autres que les variations hormonales qui affectent le développement. On a là affaire à un mode de pensée déterministe qui est aujourd’hui disqualifié puisque les généticiens eux-mêmes soulignent que, quel que soit ce qui est écrit dans nos gênes, leur expression est « un processus dynamique et contingent qui tient compte à la fois de conditions bien définies rencontrées au cours du développement et d’événements aléatoires » (p. 490). Aujourd’hui, sont donc établis à la fois « l’inséparabilité du vécu et de l’hérédité, l’importance des événements aléatoires et le fait que le développement est un processus qui se poursuit tout au long de la vie » (p. 491).

8Au total, il faut souhaiter que ce livre de références exigeant soit lu et utilisé, sans que son volume et la précision des analyses scientifiques ne découragent les lecteurs. Si certains passages ne seront peut-être appréciés que par les médecins ou les biologistes, les lecteurs « simplement » curieux et a priori persuadés que les sciences dures, c’est du sérieux, découvriront avec plaisir les études les plus farfelues qui se sont accumulées sur ces questions tant leur enjeu social semble lourd ; par exemple, cette étude essayant de démontrer, évolutionnisme oblige, que les singes vervets mâles jouent plus avec une voiture et les femmes avec une casserole, alors que l’intérêt fonctionnel de ces objets pour des singes n’a rien d’évident !

9Certes, l’auteure n’affirme pas qu’il est définitivement établi que les hormones n’ont pas d’effet, rappelant qu’on ne peut prouver une absence d’effet. En revanche, elle est fondée à conclure que les scientifiques n’ont pas réuni d’arguments convaincants à l’appui de l’idée que les hormones précoces jouent un rôle notable dans la construction d’intérêts sexués, ni, significativement, sur l’orientation sexuée des personnes ; la théorie hormonale de l’organisation cérébrale n’est donc pas validée. L’auteur ne nie pas qu’il puisse y avoir des prédispositions induites par des facteurs biologiques, mais elle ne peut que constater que dès les premières heures de la vie, il y a une telle canalisation des attentes et du vécu selon le sexe qu’au final… c’est plutôt la similitude dont font preuve in fine les hommes et les femmes qui devrait étonner !

10Il reste néanmoins à craindre que, tout comme les scientifiques eux-mêmes, les journalistes et les « passeurs » (en la manière nécessaire) ne retiennent que ce qui leur semble aller dans le sens de leurs idées initiales, tant est fort le mythe de l’origine hormonale et plus largement génétique de la différenciation homme/femme.

Haut de page

Notes

1 Anne Fausto-Sterling, Corps en tous genres. La dualité des sexes à l’épreuve de la science, 2012, Paris, La Découverte-Institut Emilie du Châtelet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Rebecca M. Jordan-Young, Hormones, sexe et cerveau », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 26 octobre 2016, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21580

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire Sociologique du Changement et IREDU)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page