Navigation – Plan du site

Clément Desrumaux, Rémi Lefebvre (dir), « Faire campagne », Politix, n° 113, 2016

Estelle Delaine
Faire campagne
Clément Desrumaux, Rémi Lefebvre (dir.), « Faire campagne », Politix, n° 113, 2016, 242 p., Bruxelles, De Boeck, ISBN : 978-2-8073-9037-9.
Haut de page

Texte intégral

1Comment un candidat à la présidence de la République, à la députation, ou à l’administration d’une commune, en France, en Grande-Bretagne ou au Brésil, construit-il son offre politique pour convaincre ses électorats ? Dans quelle mesure gère-t-il l’incertitude du scrutin ? Comment expliquer la résurgence contemporaine de modes d’actions électoraux tombés auparavant en désuétude, comme le porte-à-porte ?

  • 1 Tilly Charles, La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986.
  • 2 Les auteurs distinguent en effet un usage « faible » d’un usage « fort » de la notion de « répertoi (...)

2Pour répondre à ces interrogations, le numéro 113 de la revue Politix propose d’analyser les campagnes électorales à partir du concept de « répertoire d’actions électorales », alors que généralement les recherches sur les élections sont dominées par l’approche du campaigning anglo-saxon, dans laquelle l’étude se concentre sur les résultats et l’efficacité des outils et des stratégies politiques. Le dossier de la revue s’ouvre par un article introductif des deux coordonnateurs du dossier, Clément Desrumaux et Rémi Lefebvre, qui définit la notion de « répertoire d’actions électorales » d’après les travaux de Charles Tilly1, et explicite l’usage « faible »2 qui en est fait dans les pages de la revue. Ainsi, la notion de répertoire d’actions électorales permet d’expliquer le choix des types d’actions mis en œuvre lors des campagnes électorales (qui constituent un « répertoire », composé par exemple d’actions comme le porte-à-porte ou l’organisation de conférences de presse) d’après les propriétés sociales, les positions institutionnelles et les cultures politiques de ceux qui les portent, en fonction du contexte sociologisé et historicisé dans lequel ils évoluent (que ce soient les configurations politiques ou le cadre légal et financier). Les auteurs insistent sur l’incertitude qui régit la conduite des campagnes électorales, tout comme l’issue du scrutin, et notent le fait que les méthodes utilisées ont une efficacité imprévisible. Ils soulignent alors les effets de croyance des militants des partis politiques et des candidats aux élections, croyances justifiant un ensemble de pratiques militantes, et de savoirs mobilisés conditionnant le jeu politique. Les choix des acteurs sont donc considérés comme étant mouvants et bricolés, amenés à se transformer ou à résister au changement, et sont toujours relatifs à des situations particulières. Les cinq autres articles du dossier utilisent ainsi la notion de répertoire d’actions électorales telle que définie théoriquement dans ce premier article, et l’appliquent à l’étude des manières de mener campagne dans différents contextes.

3Dans son article intitulé « des maires en campagne(s), transformation des répertoires de mobilisation électorale et des registres de légitimité politique dans les mondes ruraux », Sébastien Vignon revient sur les stratégies de mobilisation électorale des maires de communes picardes de moins de 3 500 habitants, au lendemain des élections de 2014. Dans un contexte de périurbanisation en marche depuis les années 1970, et d’évolution du mode de gestion de l’action publique locale (à la fois marqué par la décentralisation et par l’intercommunalité), le chercheur souligne l’influence de la sociographie des communes (nombre et profil des habitants) et des marchés électoraux (taille, degré de concurrence politique) sur le choix des techniques de campagne, plus ou moins urbanisées, sur le profil des élus, et sur le registre de légitimité employé lors de la campagne électorale. Les candidats de petites communes où « tout le monde se connaît » ne distribuent en effet pas de programme politique et activent plutôt leurs réseaux de sociabilité lors des campagnes électorales, alors que la conquête d’un mandat mayoral nécessite plus de compétences gestionnaires quand le public visé est plus dispersé et urbain (tenue d’un blog de campagne, organisation de réunions, division du travail militant par secteur géographique par exemple).

4L’article suivant, signé par Clément Desrumaux, s’inspire du concept éliasien de configuration pour figurer le choix du répertoire d’action électorale dans le jeu entre les candidats travaillistes et conservateurs, aux General elections en Grande-Bretagne entre 1992 et 2005. Les états-majors des partis politiques britanniques sont prédominants dans le processus de sélection des candidats, et de décision de l’intégration des campagnes dans le jeu politique national ; ils considèrent les circonscriptions électorales en fonction du nombre de voix qu’ils espèrent y récolter. Ainsi, les circonscriptions électorales sont qualifiées d’hopeless (sans espoir), de marginal (en compétition) ou de key (gagnées d’avance) selon le degré de concurrence électorale qui y règne. Cette typologie détermine le style de la campagne : il est « oligarchique » dans les circonscriptions key seats, alors qu’il est très compétitif, uniformisé, voire agressif dans les marginals et peu engagé dans les hopeless. Ces configurations partisanes déterminent aussi la façon dont la direction du parti sélectionne les candidats dans les circonscriptions : leur profil est choisi en fonction de leurs dispositions, de leur trajectoire et de leur notoriété, mais aussi en fonction du profil du candidat du parti adverse.

5L’article de Camille Goirand présente ensuite les résultats d’une étude ethnographique menée entre 1994 et 2010, sur les campagnes électorales du parti des travailleurs brésilien (PT), au niveau national et au niveau local dans l’État du Pernambouc. L’auteur souligne les évolutions du répertoire d’actions électorales du PT parallèlement à la restructuration du parti, lorsque ses dirigeants accèdent à des positions de pouvoir. Dans les années 1980, le PT était un parti contestataire de gauche, qui reposait essentiellement sur le volontarisme de ses militants et faisait campagne sur le thème de la lutte pour « [le] travail, [la] terre et [la] liberté » (p. 66). Le parti se professionnalise les décennies suivantes, suite à ses succès électoraux dans les années 2000 : il dispose alors de moyens financiers conséquents et s’appuie sur un marketing électoral similaire à celui des autres partis. De fait, se côtoient plusieurs registres d’action, particulièrement mis en exergue en période de campagne électorale : certains candidats activent le souvenir d’un engagement politique passé quand d’autres mettent en scène la légitimité que confère l’appartenance au champ politique élitaire.

  • 3 L’auteur fait référence aux thèses d’un ouvrage en particulier. Écrit par deux chercheurs américain (...)

6La contribution de Rémi Lefebvre s’intéresse, quant à elle, à l’apparition d’un porte-à-porte « dépoussiéré » au parti socialiste français (PS) lors de la campagne présidentielle de 2012. Ce changement dans les manières de faire campagne a été pensé par de nouveaux entrepreneurs de réforme, soit trois jeunes diplômés de grandes écoles ayant participé à l’organisation de la campagne de Barack Obama en 2008. Adhérents au PS sans avoir jamais milité en France, ils y obtiennent des contrats de travail pour structurer ce qu’ils jugent être « la plus grande campagne de terrain jamais réalisée en France (p. 93) ». L’opération consiste en l’application des préceptes d’une « science électorale » élaborée par des chercheurs américains, selon laquelle le porte-à-porte est largement scientifisé : un dispositif d’échantillonnage des quartiers est élaboré, un script est donné aux militants, la presse est convoquée méthodiquement... Si la direction du PS se laisse convaincre de l’utilité de la méthode, c’est parce que le porte-à-porte est présenté comme une technique efficace dans la mobilisation des abstentionnistes3, notamment d’origine populaire, et valoriserait le travail militant. Cependant, cette démarche se heurte aux réticences culturelles de certains militants, parce qu’elle suppose une coordination de l’organisation au niveau national pour un déploiement local, mais aussi parce qu’elle est assimilée à des pratiques dévalorisées de marketing électoral.

  • 4 La notion de groupe d’intérêt est utilisée dans une acception large, pour désigner l’ensemble des d (...)

7Enfin, Guillaume Courty et Julie Gervais concluent ce dossier thématique en étudiant les représentants de groupes d’intérêts4 et leurs pratiques de mobilisation à l’égard des candidats à l’élection présidentielle française de 2012. Ainsi, 44,5% des représentants des groupes d’intérêts mettent en place un dispositif particulier lors de la campagne présidentielle. Le mode de communication écrit (plaidoyer, appel, pétition…) est le plus répandu (90%) alors que l’organisation d’évènements (conférences, manifestations…) ne concerne que 19,7% des groupes d’intérêts étudiés. La sociographie réalisée par les deux chercheurs souligne la similitude des positions sociales des représentants d’intérêts et du personnel politique dans leurs champs respectifs, et la porosité entre les deux milieux (alors que 49,5% des lobbyistes de l’échantillon ont exercé une fonction de collaborateur parlementaire). De même, les interactions entre les représentants d’intérêts et les candidats politiques sont plus fréquentes lorsque leurs capitaux sociaux et scolaires sont similaires, et plus effectives lorsque les premiers maitrisent les règles du jeu politique des seconds.

8Ce numéro consacré aux manières de « faire campagne » propose donc des outils de compréhension des mobilisations électorales, utiles pour tout observateur de la vie politique. Il ouvre des perspectives de recherche nouvelles à travers la notion de « répertoire d’actions électorales », qui permet d’analyser les définitions et les réinventions des techniques de campagne de manière moins linéaire, et encourage les chercheurs à penser le temps politique spécifique de la campagne électorale dans un contexte politique, social, historique plus large.

Haut de page

Notes

1 Tilly Charles, La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986.

2 Les auteurs distinguent en effet un usage « faible » d’un usage « fort » de la notion de « répertoire d’actions électorales », qui renvoie à une transformation des formes de domination.

3 L’auteur fait référence aux thèses d’un ouvrage en particulier. Écrit par deux chercheurs américains, il a eu beaucoup de succès dans le monde des consultants politiques : Gerber Alan, Green Donald, Get out the Vote: How to Increase Voter Turnout, Washington D.C., Brookings Institution Press, 2008.

4 La notion de groupe d’intérêt est utilisée dans une acception large, pour désigner l’ensemble des douze types de groupes d’intérêts recensés par Charles Tilly : organisations sans but lucratifs, syndicats, organisations professionnelles, coalitions et collectifs, ordres et professions libérales, élus et collectivités territoriales, entreprises, clubs et « think tanks », « secteur public », associations cultuelles et congrégations, cabinets de conseil et divers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Delaine, « Clément Desrumaux, Rémi Lefebvre (dir), « Faire campagne », Politix, n° 113, 2016  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 28 octobre 2016, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21602

Haut de page

Rédacteur

Estelle Delaine

Doctorante en deuxième année à l’EHESS (IIAC-LAIOS).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page