Navigation – Plan du site

Éric Dagiral, Jean-Noël Jouzel, Arnaud Mias, Ashveen Peerbaye (dir.), « Mesurer pour prévenir », Terrains & Travaux, n°28, 2016.

Thomas Vroylandt
Mesurer pour prévenir ?
Eric Dagiral, Jean-Noël Jouzel, Arnaud Mias, Ashveen Peerbaye (dir.), « Mesurer pour prévenir ? », Terrains & Travaux, n° 28, 2016, 200 p., Cachan, ENS Cachan, ISSN : Ashveen.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maître de conférences à l’Université Paris Descartes et membre du CERLIS.
  • 2 Chargé de recherche au CNRS rattaché au CSO.
  • 3 Professeur de sociologie à l’Université Paris Dauphine et chercheur à l’IRISSO.
  • 4 Maître de conférences à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et chercheur au LISIS.

1Prenant acte du développement d’une sociologie de la mesure et de la constitution des chiffres et de leur construction comme objets de recherche, ce numéro de la revue Terrains & travaux, coordonné par Éric Dagiral1, Jean-Noël Jouzel2, Arnaud Mias3 et Ashveen Peerbaye4, propose différents travaux analysant des processus de quantification de la réalité. Ceux-ci en interrogent les usages et plus particulièrement ce qu’elle autorise et construit au niveau de la prévention, « envisagée de manière large comme une modalité de l’action qui vise à éviter, empêcher, anticiper, concerner ou encore conseiller à l’égard d’issues défavorables d’ordres variés » (p. 7). L’idée centrale de ce numéro est que la mesure participe de la reconfiguration de la prévention, en contribuant à la production de connaissances et en corrigeant les rapports de force puisque sa construction en vue de la prévention n’est pas neutre et est elle-même soumise aux différents acteurs en présences. Les articles présentés ici brossent un portrait thématique large des champs de la prévention, avec chacun leurs spécificités et leurs différences, mais aussi leurs convergences, en cela que la mesure est à chaque fois au cœur des processus de prévention et implique des jeux sociaux entre les acteurs, qui se reconfigurent en fonction de celle-ci. Bien que les méthodes qualitatives ici employées permettent de creuser les catégories en analysant finement les dynamiques, il aurait été intéressant de trouver dans ce dossier un article proposant un questionnement sur l’analyse quantitative de la mesure du risque et de son utilisation, notamment pour poser davantage la question de la réflexivité de l’analyse statistique.

  • 5 Il s’agit d’un règlement européen sur l’évaluation des molécules. C’est l’acronyme de Registration, (...)
  • 6 Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

2Ainsi, sur le plan de la santé publique, les articles de Sylvie Fainzang et Ashley Ouvrier sur la gestion du risque médicamenteux par les patients et de Henri Boullier sur les processus d’expertises « REACH5 » à l’Anses6 en vue de la réglementation des molécules mises sur le marché questionnent tout deux la façon dont les asymétries d’information, qu’elles soient organisées, ou non, jouent sur la capacité des acteurs à prévenir le risque. Dans le premier article les patients, notamment dans les maladies au long cours, en viennent à construire leur mesure des médicaments qu’ils prennent, en adaptant, à partir de leur expérience personnelle et de leurs connaissances médicales limitées, les ordonnances prescrites par les médecins. Cette adaptation des mesures contribue à rendre les patients acteurs de la prévention du risque et à se réapproprier de façon profane la surveillance de leurs traitements. Dans le second article les asymétries d’information sont savamment organisées par les industriels des molécules pour les comités d’experts ne puissent rendre un avis sur la base de ces informations. Ce manque d’information contribue à faire pencher le rapport de force en faveur des industriels, qui en viennent à fournir des données d’un autre ordre, économique, aux membres des comités d’évaluation pour permettre le jugement de l’effet toxicologique des molécules qu’ils souhaitent mettre en œuvre sur le marché. En contrôlant les informations à l’origine du processus de mesure, ils parviennent à en influencer les résultats et donc les impacts en termes de prévention.

3Les articles de Clara Osadtchy sur la mesure de la pollution à Fos-sur-Mer et de Pierre-Marie Aubert, Dominique Herman et Yann Laurans sur la construction de référentiels par les industriels de l’huile de palme, Greenpeace et un bureau d’études interrogent la façon dont la mesure et l’accord qu’il y a autour de la mesure permettent de gérer le risque, ici environnemental, pour les différents acteurs concernés. D’un coté la mise en question, par l’intercommunalité Ouest Provence, et notamment du fait d’associations engagées contre l’installation d’un incinérateur de déchets sur la voisine de Fos-sur-Mer d’un incinérateur, des mesures réalisées par les acteurs déjà présents, à la fois au niveau de leur justesse et de leur diversité, conduit à la création d’un observatoire éco-citoyen chargé de réaliser des mesures lui-même. La mesure est ici un outil de mise en question des politiques publiques sur lesquels l’acteur qu’est Ouest Provence n’aurait eu sinon qu’un pouvoir réduit. Il s’agit donc de se l’approprier pour s’ériger en acteur de la gestion du risque. D’un autre coté la constitution d’une définition de la forêt, sous la pression des campagnes marketing des associations environnementales à l’encontre des producteurs d’huile de palme, donne lieu à d’intenses négociations. La mesure, visant à empêcher la déforestation pour les associations et à poursuivre au mieux l’exploitation pour les industriels, est le résultat des modifications des rapports de force tout au long du processus et de l’application à la forêt d’opérations techniques de mise en équivalence où chaque acteur cherche à faire valoir son point de vue. Une fois celle-ci adoptée, la situation n’en est pas pour autant clarifiée partout puisque subsiste les rapports de force qui peuvent conduire à adapter la mesure dans certains cas. Ainsi la transposition des mesures indonésiennes au Libéria conduit à des modifications à la marge du processus de quantification, dévoilant derrière la mesure les raisons sociales, économiques ou environnementales qui la soutiennent.

4L’article de Chloé Langeard et Guy Minguet interroge, au travers de l’analyse du dépistage néo-natal de la mucoviscidose, les marges de la mesure. En effet, si les différentes analyses biologiques ou génétiques permettent de conclure sur l’existence chez l’enfant de la mucoviscidose, de nombreux cas subsistent où ces mesures sont problématiques. L’ensemble de ces formes intermédiaires n’autorisent une position tranchée directement par les dispositifs techniques et conduit les médecins à se replier vers des postures plus probabilistes, annonçant que le risque de l’apparition de la maladie est présent, mais rien n’est certain quant à son déclenchement futur. La mesure est problématique puisqu’elle ne permet pas alors de mettre en place une prévention efficace et est source d’approximations non résolues.

  • 7 Grille de Positionnement en Santé et Sécurité au Travail.
  • 8 Le Réseau Prévention comprend des agents des branches « maladies professionnelles » et « accidents (...)

5Le dossier se clôt dans la sphère du travail par les articles de Marion Gilles sur l’usage des statistiques dans la prévention de la santé au travail et de Karen Rossignol, Eric Drais et Marc Favaro sur l’analyse d’un outil de prévention des risques professionnels au sein d’une branche de la Sécurité Sociale. Dans les deux cas, les outils se trouvent déviés de leurs usages pour être transformé en un outil de score et de comparaison entre différentes entités alors qu’ils ont été conçus dans des logiques différentes. D’un coté la mesure est un moyen pour les médecins du travail de donner de l’importance à leur fonction et du poids à leur parole. De nouvelles catégories, notamment autour du stress, désormais mesurable, contribuent alors à changer la donne en matière de santé au travail. Toutefois, une pratique gestionnaire des chiffres est développée par d’autres acteurs, en les utilisant par comparaison aux autres services et à la moyenne de l’entreprise et du secteur hors du cadre de référence initial qui visait à l’amélioration dans l’absolue de la santé au travail. La construction d’indicateurs statistiques par les médecins s’en est trouvée détournée et le poids qu’ils pensaient en tirer s’en trouve réduit. D’un autre coté, l’outil « GPS&ST »7, développé au sein du Réseau Prévention8 de la Sécurité Sociale depuis les années 2000 afin de diffuser les bonnes pratiques de prévention et les valeurs du Réseau, respect des personnes, transparence et dialogue social est initialement prescriptif de normes, techniques et sociales, pour le travail de prévention. Cet outil va se diffuser largement et va donner lieu à une version simplifiée par la suite. Toutefois, celle-ci est aussi l’occasion d’inciter davantage à la comparaison entre les entreprises et à l’analyse des scores du questionnaire. Ces évolutions s’accompagnent aussi d’une diffusion de la dynamique de l’évaluation des pratiques de sécurité au travail, notamment en assortissant l’utilisation de la grille à l’obtention d’aides financières. D’outil de gestion et d’analyse des pratiques, la GPS&ST devient un outil d’évaluation des pratiques des entreprises. La mesure et ses évolutions est ici révélatrice des changements institutionnels du Réseau Prévention, donnant lieu à davantage d’évaluation.

6Hors dossier, l’article de Christophe Guibert et Chadia Arab interroge la pratique du surf par les femmes au Maroc, pays fortement structuré par les rapports de genre et le contrôle des corps, notamment féminins, par la religion et la famille. La socialisation des surfeuses est alors particulière et questionne l’ordre institué, parfois de façon radicale.

Haut de page

Notes

1 Maître de conférences à l’Université Paris Descartes et membre du CERLIS.

2 Chargé de recherche au CNRS rattaché au CSO.

3 Professeur de sociologie à l’Université Paris Dauphine et chercheur à l’IRISSO.

4 Maître de conférences à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et chercheur au LISIS.

5 Il s’agit d’un règlement européen sur l’évaluation des molécules. C’est l’acronyme de Registration, Evaluation and Authorisation of CHemicals.

6 Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

7 Grille de Positionnement en Santé et Sécurité au Travail.

8 Le Réseau Prévention comprend des agents des branches « maladies professionnelles » et « accidents du travail » de la Sécurité Sociale en charge de la prévention des risques professionnels, et les chercheurs de l’Institut National de Recherche en Sécurité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Vroylandt, « Éric Dagiral, Jean-Noël Jouzel, Arnaud Mias, Ashveen Peerbaye (dir.), « Mesurer pour prévenir », Terrains & Travaux, n°28, 2016. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 01 novembre 2016, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21606

Haut de page

Rédacteur

Thomas Vroylandt

Chargé d’études et d’enquêtes statistiques à la Drees (Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page