Navigation – Plan du site

Peter Wagner, Sauver le progrès. Comment rendre l’avenir à nouveau désirable

Vincent Caby
Sauver le progrès
Peter Wagner, Sauver le progrès. Comment rendre l'avenir à nouveau désirable, Paris, La Découverte, coll. « L'horizon des possibles », 2016, 192 p., Traducteur Nathalie Karagiannis, ISBN : 9782707183668.
Haut de page

Texte intégral

1À sa publication en France, l’ouvrage de Peter Wagner a reçu dans les médias un écho inhabituel1 pour un ouvrage de sociologie d’un auteur allemand peu connu du grand public français. L’une des raisons de cette visibilité médiatique tient sans aucun doute au caractère éminemment actuel du propos de son auteur, qui discute le caractère progressiste de discours tels que la promotion de l’entrepreneur individuel comme solution au chômage et à la récession ou de la géo-ingénierie – la modification active du climat – comme réponse au réchauffement climatique. La question du progrès – entendu ici comme la croyance en une dynamique d’amélioration des conditions de vie des êtres humains sur le long terme – est précisément au centre de l’ouvrage du sociologue de la modernité. P. Wagner interroge les avancées du progrès dans ses différentes dimensions depuis le siècle des Lumières. Cette analyse historique lui donne l’occasion d’examiner les concepts d’autonomie et de domination, ainsi que de discuter la modernité comme structure et comme discours. La réflexion rétrospective se double in fine d’une autre plus prospective, l’auteur envisageant l’avenir du progrès au début du XXIe siècle.

2Dans son ouvrage, P. Wagner défend la thèse selon laquelle le progrès est une notion indispensable en tant qu’elle fournit aux individus des indications quant aux actions à mener et aux espoirs à entretenir. Permettant aux individus de ne pas être contraints d’accepter le présent tel qu’il se présente à eux, le concept a constitué une force de transformation certaine depuis sa conceptualisation au XVIIIe siècle. Face à l’épuisement de la notion au début du XXIe siècle – l’idée selon laquelle le seul progrès possible consisterait à éviter la régression incarnée par l’accroissement des inégalités et le démantèlement de l’État-providence – l’auteur soutient que le concept doit être réinventé pour retrouver sa force de transformation. Il propose de lui attacher de nouveaux objectifs et moyens, adaptés à notre temps : le dépassement des nouvelles formes de domination et l’évitement de l’hybris – projets radicaux de transformation de la nature et de l’homme – par le développement d’une capacité d’agir démocratique qui s’engage dans l’interprétation critique de la réalité sociopolitique.

  • 2 Koselleck Reinhart, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Édit (...)

3La méthode employée repose sur la conjugaison d’une histoire des idées politiques au centre de la réflexion sur le progrès depuis le XVIIIe siècle – l’interprétation de concepts tels que l’autonomie, l’égalité ou la domination – et d’une histoire des évolutions scientifiques, économiques et sociopolitiques depuis cette époque. Une telle démarche repose sur le postulat suivant lequel les discours normatifs doivent être considérés comme des objets empiriques à part entière, dont il convient d’objectiver le rôle au sein des phénomènes sociaux. De par sa méthode, l’ouvrage peut être resitué dans le prolongement des travaux de Reinhart Koselleck sur l’histoire de l’Allemagne2. À la différence de ce dernier, P. Wagner inscrit son histoire du progrès dans une perspective globale permettant de la restituer de manière plus juste, les avancées dans une région du monde pouvant s’accompagner de replis dans une autre. Dans cette démarche, l’auteur emprunte principalement à la théorie politique et à la sociologie historique et plus ponctuellement à l’économie politique. Il parvient à faire dialoguer des auteurs relevant de différents courants et moments des sciences sociales : Kant, Tocqueville et autres penseurs classiques croisent les sociologues de la modernité à l’instar d’Axel Honneth. Si les fondements de l’ouvrage peuvent être discutés – la thèse ne s’appuie pas sur la production d’un matériau empirique neuf mais sur la confrontation des travaux de chercheurs en sciences sociales – la réflexion qu’il propose vis-à-vis du progrès et de la modernité est assurément stimulante.

4La réflexion de P. Wagner s’opère en deux temps. Dans un premier temps, le sociologue examine les différentes traductions faites du progrès depuis sa conceptualisation par les Lumières. Il montre que la notion – quelle que soit sa dimension : scientifique, économique, sociale ou politique – postule la conjugaison de deux aptitudes chez l’être humain : la raison et la liberté. Les individus mis en situation d’autonomie sont à même, de par leur capacité de réflexivité et d’apprentissage, d’identifier leurs problèmes, de choisir et d’expérimenter des solutions et de conserver celles qui sont efficaces. L’histoire des différentes dimensions du progrès permet à l’auteur de souligner que le processus n’est pas endogène : l’amélioration du confort matériel des populations européennes ne tient pas seulement au progrès du savoir et au développement du libre commerce, il doit aussi à la formation d’une interprétation critique de l’inégale répartition des biens. Il montre, à partir d’un bilan nuancé des avancées sociopolitiques, que le progrès n’est pas un processus linéaire – le renforcement de l’inclusion sociale s’étant accompagné de nouvelles formes d’exclusion, l’individuation ayant produit des inégalités, la formation d’une volonté collective entrant en tension avec l’expression de la volonté individuelle. Si le progrès sociopolitique a permis de faire reculer la domination formelle – l’inégalité consacrée par le droit – il n’a pas permis d’atteindre l’autodétermination – la réalisation de soi et collective – et la domination perdure dans de nouvelles formes post-formelles.

5Le sociologue soutient par ailleurs que l’idée d’un épuisement du progrès dans son acceptation forte – comme processus endogène – serait le fait d’un diagnostic erroné. D’après P. Wagner, les penseurs du progrès ont vu dans la domination des élites européennes sur les masses populaires, les peuples colonisés et la nature, un nouveau type de domination procédant de l’exercice de l’autonomie, quand il s’agissait de la persistance d’une forme ancienne de domination – l’autonomie n’ayant pas encore été pleinement acquise. Ces mêmes penseurs ont méconnu le fait que le plein exercice de l’autonomie se traduit par une incertitude vis-à-vis de l’organisation de la vie sociale et exige la formation d’une intentionnalité collective. De cette première réflexion, trois enseignements peuvent être tirés : l’émergence de nouvelles formes de domination exige la sauvegarde du progrès comme force de transformation sociale ; il peut résulter d’un effort d’interprétation de ses fondements conceptuels en même temps que de la réalité sociopolitique ; la réinvention de la notion nécessite la détermination d’une intentionnalité collective.

6P. Wagner s’engage dans un second temps dans une tentative de refondation de la notion de progrès. À partir d’une relecture de l’histoire contemporaine, il caractérise de nouvelles formes de domination que la réinvention du concept doit permettre de faire reculer. L’auteur montre qu’au lendemain de la Seconde guerre mondiale – faillite du progrès radical et inconnu incarné par les totalitarismes – l’imaginaire progressiste a été canalisé dans les institutions de la modernité organisée, représentations d’un progrès modéré et prévisible : croissance économique et inclusion sociale. Cet imaginaire a fini par déborder cette modernité. Les mouvements progressistes, engagés dans la lutte pour l’autodétermination et contre la domination formelle, ont œuvré au démantèlement des institutions de la modernité organisée, porteuses d’inégalités de droit.

7Pour le sociologue, ce renversement a été légitimé par un discours politique hégémonique faisant des principes de démocratie et de droits de l’homme la référence incontournable du débat politique, en même temps que l’horizon indépassable du progrès social. Un tel discours suggère que toute institution située entre l’individu et le monde est illégitime, car porteuse de rapports de domination, et doit être renversée. Cette rhétorique promeut les processus de mondialisation et d’individualisation et contribue à effacer le temps et l’espace – l’accumulation de capital et les frontières étatiques. Elle incarne une nouvelle forme de domination post-formelle : la suppression du temps permet la perpétuation des injustices du passé ; le démantèlement des frontières restreint les possibilités d’action collective. Pour P. Wagner, le sens du progrès est d’aller contre cette rhétorique et la domination post-formelle qu’elle légitime. Il doit notamment viser une justice sociale mondiale et sensible à l’histoire ; un engagement durable vis-à-vis de la planète ; une soumission des pratiques économiques à l’impératif démocratique. Il s’agit aussi pour l’auteur de ne pas tomber dans le piège de l’hybris : projets radicaux de transformation de la nature et de l’homme, à l’instar de la promotion de l’entrepreneur individuel ou de la géo-ingénierie.

8P. Wagner soutient également que l’intentionnalité collective nécessaire à la refondation du progrès doit être recherchée dans un agir collectif démocratique. Celui-ci exige de dépasser la participation cyclique des citoyens au choix du personnel politique – interprétation procédurale de la notion de démocratie. Il suppose l’investissement des citoyens dans l’identification des problèmes et l’élaboration de leurs solutions. Les individus doivent réaliser un travail d’interprétation critique de la situation sociopolitique, par le biais de la comparaison : entre ce que l’action publique permet et ce qu’elle vise ; entre ce qu’elle vise et ce qu’elle devrait viser. Cet effort collectif d’interprétation doit être l’occasion de retrouver une temporalité et une spatialité riches de sens, d’envisager de nouvelles organisations de la vie sociale, et de faire face à l’incertitude qui dérive du plein exercice de l’autonomie. Si l’on peut regretter l’ambigüité de P. Wagner quant aux conditions d’organisation de ce travail d’interprétation, on peut également la comprendre comme le signe que ces modalités constituent l’un des enjeux de cette réflexion collective.

Haut de page

Notes

1 Cerf Juliette, « Essai. Sauver le progrès. Comment rendre l'avenir à nouveau désirable », Télérama, 10 octobre 2016 ; Boissard Élodie, « La crise est un appel à la réflexion collective et au progrès. Interview de P. Wagner », Libération, 25 octobre 2016.

2 Koselleck Reinhart, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, Coll. Recherches d'histoire et de sciences sociales, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Caby, « Peter Wagner, Sauver le progrès. Comment rendre l’avenir à nouveau désirable », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 04 novembre 2016, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21650

Haut de page

Rédacteur

Vincent Caby

Doctorant au Centre Emile Durkheim UMR 5116 CNRS-Sciences Po Bordeaux-Université de Bordeaux

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page