Navigation – Plan du site

Daniel Béland, Klaus Petersen (dir.), Analyzing Social Policy Concepts and Language: Comparative and Transnational Perspectives

Karim Fertikh
Analysing social policy concepts and language
Daniel Béland, Klaus Petersen (dir.), Analysing social policy concepts and language. Comparative and Transnational Perspectives, Bristol, Policy Press, 2015, 327 p., ISBN : 9781447306443.
Haut de page

Texte intégral

1« Au point de départ de l’ouvrage, il y a l’idée que les mots comptent et que le champ sémantique des politiques sociales reste, à ce jour, un territoire resté largement inexploré » (introduction, p. 4). Se revendiquant au carrefour des travaux de l’histoire contextuelle des idées, de la Begriffsgeschichte allemande et des analyses des politiques sociales, l’ouvrage fait du langage et des concepts des politiques sociales un enjeu méthodologique pour la comparaison – puisque les significations des mots des politiques sociales changent dans l’espace – et l’analyse historique – puisque ces significations changent dans le temps.

2L’ouvrage collectif, dirigé par un spécialiste de sociologie politique, Daniel Béland (Université de Toronto) et un historien de l’État social, Klaus Petersen (Université du Danemark du sud), mobilise une vingtaine de sociologues, historiens et spécialistes des politiques sociales travaillant dans une dizaine de pays de l’OCDE sur trois continents. Ces quinze contributions, certaines collectives, portent d’abord sur la formation et la circulation transnationales de concepts de politique sociale puis sur le développement historique du langage de la protection sociale dans dix pays étudiés successivement. Sont étudiées aussi bien des désignations génériques comme Welfare state ou sécurité sociale que des langages plus étendus, si l’on veut bien entendre par là l’inscription des mots de l’État social dans des formes discursives plus large (science, morale, technique). Les études de cas nationaux n’oublient en général pas de noter les « influences » transnationales. Les auteurs entendent proposer une étude des manières dont des mots pour dire les politiques sociales deviennent des mots d’ordre nationaux ou internationaux et dont ils s’articulent à des luttes et à des effets de domination dans la construction des protections sociales nationales.

3Le défi que le livre se pose est ambitieux : analyser le langage et les concepts des politiques sociales dans une perspective de sociologie ou d’histoire sociale, c’est-à-dire proposer une étude attentive à l’enracinement social (professionnel, associatif, politique etc.) des mots, et aux acteurs qui produisent des significations correspondant à leurs positions sociales ou à leurs stratégies. Lorsqu’ils s’intéressent dans leur chapitre à la formation d’un langage de la réforme sociale et des politiques sociales en Suède et au Danemark, Nils Edling, Jørn Henrik Petersen et Klaus Petersen soulèvent des questions qui sont loin d’être idiosyncratiques : les réseaux sociaux et les groupes professionnels d’où émerge le langage de la réforme sociale, l’imposition dans l’entre-deux-guerres d’un langage faisant de l’aide aux démunis un « droit social » et ses effets sur les controverses politiques sur le rôle de l’État. L’étude éclaire aussi bien sur la politisation du Welfare state et sur les conflits qui en résultent, que sur la progressive naturalisation du terme et d’une forme d’organisation des politiques publiques à travers son appropriation universitaire. De manière suggestive, la contribution pointe également la technicisation du langage professionnel sur les politiques sociales. Cette question de la formation du langage du Welfare est également posée dans le cadre de la constitution de discours internationalisés sur les politiques sociales, comme ceux produits au sein des organisations internationales. En traitant du cas de l’Union européenne, Jean-Claude Barbier présente une réflexion sur la langue et sur l’anglais international – que beaucoup de contributions suivent par ailleurs en réfléchissant aux questions de traduction.

  • 1 John Pocock, Political Thought and History: Essays on Theory and Method, Cambridge, CUP, 2009.

4L’intérêt d’une telle démarche est évident. D’une part, elle réinscrit les politiques sociales et les mots pour dire les politiques sociales dans une histoire des groupes professionnels, caritatifs ou religieux ainsi que dans des dynamiques de la compétition politique. Certains chapitres analysent ainsi les manières dont la science et la politique s’appuient ou se défient à certains moments concrets des histoires nationales dans le cadre de la naturalisation de l’État social. D’autre part, elle analyse les dynamiques et les croisements, les impositions et les transferts, qui peuvent aider à rendre compte de la synchronicité des rythmes de transformation des systèmes nationaux de protection sociale. Outre les études nationales ou comparatives, l’ouvrage laisse ainsi place au « pouvoir discursif » des organisations internationales en la matière. Ce sont donc des dynamiques de professionnalisation des secteurs de l’État social, de scientifisation ou de moralisation de son vocabulaire qui sont explorées de même que des constellations d’acteurs qui apparaissent intervenir dans cette histoire (les social-démocraties, les universitaires, les groupements religieux). Le livre contribue à une histoire sociale de l’État social et, en ce sens, la revendication de l’histoire contextuelle de Cambridge n’est pas usurpée en tant que l’on peut y voir des méthodologies proches de celles d’un John Pocock par exemple1.

5Le livre se présente comme l’ouverture d’un chantier associant l’étude des mots du Welfare à celle des acteurs en lutte pour imposer aux politiques sociales une orientation et des significations, et l’on ne peut qu’avaliser cette prétention à l’innovation. On voudrait pourtant pointer deux limites du volume et indiquer une piste pour la poursuite de ce chantier stimulant.

6D’abord, certaines études ne couplent pas analyse sociale – celle des acteurs et de leur « agency » - et analyse discursive. On pourra avoir l’impression, parfois, d’une histoire ou d’une étude d’idées autonomisées des groupes sociaux et des acteurs qui en sont les porteurs. En de tels cas, les contributions offrent une cartographie (pas toujours incontestable) de manières de dire les politiques sociales sans que le contexte de production des discours soit mis en lumière. Certains des chapitres reposent, par ailleurs, sur des concepts (comme celui d’influence ou de culture) ou des acteurs (collectifs – en particulier des courants politiques) très généraux, qui contrastent avec l’étude fine des dynamiques des relations entre groupes sociaux dont certains chapitres comparatifs ou nationaux (comme celui qui porte sur les États-Unis) font leur objet. On se demande ainsi si l’ « influence » des organisations internationales étudiées est suffisamment établie lorsqu’on leur attribue un « pouvoir discursif » ou, dans certaines analyses de cas nationaux, qu’on déclare que la reprise de la terminologie de l’UE s’explique par la « sympathie » dont elle peut jouir.

  • 2 On pense entre autres à : Robert Salais et alii, L’invention du chômage, Paris, PUF, 1986, Bénédict (...)

7Effet du caractère novateur de l’interrogation dans la sociologie internationale des politiques sociales, l’ouvrage a parfois du mal à se décaler de la présentation somme toute très classique de la succession des politiques publiques et de leurs réformes, d’une analyse de la succession des mots pour dire ces politiques. On peut sans doute regretter que l’analyse des catégories de l’action publique, telle qu’elle a été mise en œuvre dans certains travaux sociohistoriques, reste à l’écart des références de l’ouvrage tant ces travaux pourraient s’articuler au projet défendu par les auteurs2. De même, l’analyse des interrelations entre systèmes de protection sociale en restent souvent au stade du constat – ce qui est bien sûr loin d’être sans intérêt. Enfin, les questions des appropriations ou des discours ordinaires sur la protection sociale, de même que les formes matérielles de langage des politiques sociales – on pense aux cartes d’assurés, aux représentations iconographiques ou aux formes muséales – restent, elles, laissées de côté. Or, ces éléments auraient pu trouver à s’inscrire dans le programme de recherche annoncé, et à enrichir une sociologie des rapports aux politiques sociales.

8Ces remarques, bien sûr, n’ôtent rien au caractère novateur, et important, du projet et des pistes lancées.

Haut de page

Notes

1 John Pocock, Political Thought and History: Essays on Theory and Method, Cambridge, CUP, 2009.

2 On pense entre autres à : Robert Salais et alii, L’invention du chômage, Paris, PUF, 1986, Bénédicte Zimmermann, « Éléments pour une socio-histoire des catégories d’action publique », in : Pascale Laborier, Danny Trom, Historicités de l’action publique, Paris, PUF, 2003, p. 241-257 ou dans un autre domaine : Vincent Dubois La politique culturelle. Genèse d’une catégorie d’intervention publique, Paris, Belin, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karim Fertikh, « Daniel Béland, Klaus Petersen (dir.), Analyzing Social Policy Concepts and Language: Comparative and Transnational Perspectives  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 13 novembre 2016, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/21700

Haut de page

Rédacteur

Karim Fertikh

Maître de conférences à l’université de Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page